Navigation – Plan du site
Varia

Écrire un premier roman en Belgique francophone

Étude sociologique et quantitative des primo-romanciers de 1990 à 2005
Blandine Olivier
p. 172-191

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lemercier (Claire) et Zalc (Claire), Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, (...)

1Coupler méthodes quantitatives et études littéraires reste peu courant. Pourtant, le quantitatif se révèle un outil particulièrement adéquat, même dans le domaine littéraire, pour traiter un grand nombre de données, difficilement analysables de façon qualitative. De plus, comme le soulignent Claire Lemercier et Claire Zalc, « envisager une quantification […] est toujours utile, même si in fine les sources se rebellent ou la quantité de travail nécessaire apparaît insurmontable : c’est l’occasion d’expliciter, donc d’affiner une hypothèse, de sortir de l’affirmation tellement générale qu’elle en devient simple affaire d’opinion »1.

  • 2 Legendre (Bertrand), « Le primo-romancier à l’épreuve de La fabrication de l’auteur : constructions (...)

2Nous proposons d’envisager l’étude de la vie littéraire au moyen d’une approche quantitative. Plus précisément, nous allons analyser les profils sociologiques des primo-romanciers belges francophones de 1990 à 2005. Le terme de « primo-romancier » est utilisé par Bertrand Legendre, professeur à l’Université Paris xiii-Villetaneuse, qui a jeté les bases d’un projet de recherche sur ces auteurs dans le cadre d’un colloque consacré à la fabrication de l’auteur. Au moyen d’une enquête réalisée auprès d’une centaine de primo-romanciers français des années 1990, il a interrogé le profil de l’auteur en début de carrière, confronté au questionnement qui lui est propre et aux dispositifs de sélection des maisons d’édition2.

3Mais qu’entendons-nous étudier exactement dans cet article ? Un primo-romancier est par définition quelqu’un qui a écrit un premier roman. Sans bornes chronologiques, le terme reste néanmoins vide de sens. C’est pourquoi, nous avons limité la période de publication du premier roman de 1990 à 2005 inclus. Cette période répondait à notre volonté de placer cette étude dans une coupe synchronique proche de notre actualité. Il fallait également qu’elle soit assez étendue pour engendrer un corpus d’écrivains nous permettant de recourir à une approche quantitative et de prendre en compte l’objet dans toute sa diversité. Quant à la nationalité belge et à la langue d’écriture française, qui font également partie de la définition de notre objet, elles fondent la limite géographique la Belgique francophone qui définit notre étude. Compte tenu de ces différents critères, nous entendons donc par primo-romancier, dans cet article, une personne de nationalité belge ayant publié un premier roman en français entre 1990 et 2005.

4Cet objet, une fois défini, pouvait être interrogé selon diverses problématiques. Nous avons choisi de nous centrer sur la sociologie des auteurs et d’établir une typologie des profils des primo-romanciers. Étudier le profil sociologique des primo-romanciers représentait, selon nous, une première étape nécessaire dans un domaine encore très peu développé par la recherche. Elle répond entre autres et surtout à l’une des questions principales que l’on se pose : « Qui sont les primo-romanciers belges francophones ? »

5Pour atteindre l’objectif fixé, il était nécessaire d’utiliser une méthode adéquate et un outil quantitatif précis. Notre choix s’est porté sur la prosopographie et l’analyse factorielle des correspondances multiples (acm).

  • 3 Définition fondée sur Charle (Christophe), « Prosopography (collective biography) », dans Internati (...)

6Également appelée « biographie collective », la prosopographie est, selon Christophe Charle, la définition d’une population à partir d’un ou plusieurs critères et l’établissement à son propos d’un questionnaire biographique dont les diverses variables ou critères serviront à la décrire dans sa dynamique sociale, privée, publique, voire culturelle, idéologique ou politique selon la population et le questionnaire retenus3. Charle précise qu’une fois la documentation assemblée – c’est la partie la plus longue du travail –, l’exploitation des données peut recourir à de multiples techniques, quantitatives ou qualitatives.

7L’analyse factorielle des correspondances multiples représentait selon nous l’outil quantitatif adéquat. Idéale pour traiter un grand nombre de données, elle permet de classer une population d’individus selon les variables nécessaires à leur description. Ces variables, tout d’abord transformées en tableaux numériques, sont ensuite projetées sous la forme d’un nuage de points réparti sur un plan. Les rapprochements ou les oppositions entre les points déterminent les corrélations qui les lient, corrélations qu’il s’agira de lire et d’interpréter par la suite.

  • 4 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

8Précisons que l’association de la méthode prosopographique et de l’analyse factorielle a surtout été privilégiée par Pierre Bourdieu et ses successeurs. À titre d’exemple, citons le travail de Gisèle Sapiro qui associe méthode prosopographique et analyse factorielle afin de mettre en exergue les différentes prises de position des écrivains français pendant la Seconde Guerre mondiale4. Il est vrai que cet outil et cette méthode d’analyse sont particulièrement appropriés lorsqu’il s’agit de cerner des différences internes au sein du groupe d’individus étudiés et d’en établir une typologie. Nous suivons cette optique : faire émerger, grâce à l’analyse factorielle et à la méthode prosopographique, une typologie des profils de primo-romanciers belges francophones.

Corpus

Liste des primo-romanciers

9Alors que l’approche inductive domine dans les études littéraires, il nous semblait novateur de recourir à une approche déductive. Habituellement, les études se focalisent sur les auteurs retenus par l’histoire littéraire et occultent par conséquent tout un pan de la réalité observée. Afin de nous préserver de cet écueil, nous avons décidé de prendre en compte dans l’analyse tous les primo-romanciers répondant à nos critères. Une des premières étapes a donc consisté à établir une liste des primo-romanciers. Dans le but de tendre vers l’exhaustivité d’une telle liste, nous avons croisé les données de plusieurs sources. Quatre sources ont donc été à l’origine de notre corpus d’écrivains :

  • 5 « Littérature au présent », sur Promotion des lettres, URL : <http://www.littératureauprésent.be/index.php> (05/12/09).

1) Le site Internet Littérature au présent5. Il résulte d’une initiative du Service de la Promotion des lettres et présente, via un moteur de recherche, la biographie et la bibliographie de 51 écrivains belges francophones contemporains.

2) Les prix Jean Muno (créé en 2001) et de la Première Œuvre (créé en 1997) sont deux prix financés par la Communauté française qui récompensent un écrivain pour une première œuvre publiée, quel que soit le genre.

3) La bibliographie présente dans chaque publication de la revue Le Carnet et les Instants de 1990 à 2005.

4) La liste des écrivains belges francophones abonnés à la revue Le Carnet et les Instants. Cette liste privée de 163 écrivains nous a été transmise directement par le service documentation de la Promotion des lettres.

  • 6 Au fil de la constitution de notre liste de primo-romanciers et de l’encodage des données dans notr (...)

10Contrairement au site Littérature au présent qui présente la bibliographie de chaque auteur, les trois autres sources ne nous ont pas permis de dissocier directement les écrivains intégrant la liste des primo-romanciers de ceux qui ne l’intègrent pas. Ces trois sources ont rendu possible la constitution d’une liste de 622 écrivains contemporains susceptibles de répondre à notre définition du primo-romancier. Une dernière source de références bibliographiques était donc nécessaire pour vérifier systématiquement, parmi les écrivains recensés, lesquels remplissaient nos conditions. Pour ce faire, nous avons utilisé la base de données Électre6.

  • 7 Brucher (Roger) puis Detemmerman (Jacques), dir., Bibliographie des Écrivains Français de Belgique (...)
  • 8 Nachtergaele (Vic) et Trousson (Raymond), dir., Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œu (...)

11Mais avant de présenter Électre, il est important de justifier le motif qui a présidé au choix de ces quatre sources. En raison de la contemporanéité de notre objet d’étude, le recensement des primo-romanciers à l’aide de sources institutionnalisées et exhaustives telles que la Bibliographie des Écrivains Français de Belgique7 et le Dictionnaire des œuvres8 était impossible. Ces sources bibliographiques ne recensent pas les œuvres correspondant à notre période d’étude (1990-2005) ; leur dernière publication limite les références bibliographiques respectivement aux années 1960 et 1988. Aussi, n’avions-nous d’autre choix que de trouver l’information auprès des sources disponibles, incluant celles caractérisées par un manque possible d’exhaustivité et d’autorité. Néanmoins, pour pallier ces deux manques, nous avons pris la décision de multiplier les sources et de sélectionner essentiellement celles émanant du Service de la Promotion des lettres, organisme de référence pour rendre compte du monde littéraire francophone belge contemporain.

  • 9 Sont présents sur Électre les ouvrages publiés en français dans 76 pays et tous les ouvrages publié (...)
  • 10 La décision de l’appartenance d’un livre à un genre précis est rarement univoque. Il nous semblait (...)

12En tant que base de données bibliographiques payante qui se veut professionnelle, exhaustive – près de 1 300 000 ouvrages9 sont répertoriés – et réactualisée en permanence, Électre a répondu au besoin de cohérence et de systématisation qu’appelait notre corpus d’écrivains. Pour rendre notre recherche pertinente, il était en effet capital d’uniformiser les critères qui conditionnent notre définition du primo-romancier. Les deux critères majeurs étant la publication d’un premier roman et ce pendant la période 1990-2005. L’hétérogénéité des quatre sources à l’origine de notre liste d’écrivains amenait une discordance parmi ces critères : la classification des genres et la notation des années de parution pouvaient diverger selon les sources. Prenons l’exemple du livre Lazare, ou la lumière du jour d’Alain Bertrand, paru en 1998, dont le genre est qualifié de Prose divers sur le site Littérature au présent alors que la bibliographie du Carnet et les Instants place ce livre dans la catégorie Romans et récits. La catégorie de genre Romans et récits existe pourtant elle aussi sur Littérature au présent. Afin de résoudre ce problème de disparité au sein des critères et de ne pas entrer dans la problématique des genres10, nous avons fait le choix de cadrer notre répartition des genres sur la typologie d’Électre pour décider de la parution d’un premier roman entre 1990 et 2005.

  • 11 La liste complète des primo-romanciers se trouve en annexe du mémoire.

13Finalement, au terme de la vérification systématique de l’appartenance de nos écrivains à la catégorie des primo-romanciers, ce sont en tout 293 écrivains qui ont intégré notre liste de primo-romanciers11.

La base de données

  • 12 Pour réaliser la base de données, nous avons eu recours au logiciel informatique MS Access 2007. L’ (...)

14Réaliser une typologie des profils sociaux des primo-romanciers demandait également de choisir préalablement les variables qui serviraient à leur description. Ce sont ces variables qui permettront de réaliser une analyse factorielle et de faire émerger, en fonction des résultats de l’analyse, différents profils types de primo-romanciers. Ces variables ont tout d’abord pris la forme de catégories choisies pour organiser la base de données. Au vu du nombre de données collectées pour chaque primo-romancier, créer une base de données était en effet indispensable afin de permettre ultérieurement un traitement spécifique et aisé de ces données12. Toutefois, il était impossible de prévoir avec précision, avant l’encodage des données dans la base, les variables pertinentes, qui trouveraient une documentation suffisante pour l’analyse. Le choix des variables est tributaire des sources. Il s’agissait avant tout de construire un éventail de variables potentielles, susceptibles d’offrir une grille de lecture appropriée du profil sociologique des primo-romanciers. Les critères choisis pour organiser la base de données représentent cet éventail de variables potentielles. Ils dépassent donc le cadre des variables qui ont été effectivement retenues lors de l’acm.

15Les sources qui sont à l’origine des données présentes dans la base sont de deux types : bibliographiques et biographiques.

16Encore une fois, Électre s’est révélée être la source la plus adéquate pour encoder dans notre base la bibliographie de chaque primo-romancier. Elle est la base bibliographique professionnelle de référence qui recense les œuvres du plus grand nombre d’écrivains francophones. Ce grand nombre d’œuvres recensées a servi la cohérence et l’uniformité des données de notre base. Quant au nombre total d’œuvres finalement encodées dans notre base de données, celui-ci s’élève à 2 466 et 2 763 si l’on compte les rééditions.

17Les sources biographiques nécessaires au remplissage de la base sont variées et présentent des degrés d’autorité différents. La contemporanéité du sujet étudié est une des causes du manque de sources disponibles. Elle nous a contrainte à exploiter des sources moins institutionnalisées et, par conséquent, moins fiables. C’est pourquoi établir une échelle d’autorité selon les sources utilisées semblait pertinent. Dès lors, si des informations contradictoires émergeaient de la confrontation des sources, l’échelle d’autorité décidait de l’information à encoder.

18Les sources possédant le plus haut degré d’autorité, appelées sources n° 1 et 2, sont les curriculum vitae des auteurs et leurs sites Internet personnels. Elles émanent directement des auteurs. Les cv des auteurs nous ont été transmis par le service documentation de la Promotion des lettres. Il s’agit des cv envoyés à la Promotion par les auteurs dans le but d’obtenir une bourse d’écriture.

19La source n° 3 est la liste des écrivains belges francophones abonnés à la revue Le Carnet et les Instants. S’y trouvent l’adresse de leur domicile actuel et, parfois, leur adresse e-mail. Cette liste provient également du service documentation de la Promotion des lettres.

20Quant aux sources n° 4, 5, 6 et 7, ce sont des sites Internet proposant des fiches biographiques et bibliographiques d’un nombre variable d’écrivains belges francophones. Le répertoire d’auteurs du site du Service du Livre luxembourgeois13 est la source n° 4. Ce Service est subventionné par la Communauté française. Le répertoire du site offre des fiches biographiques et bibliographiques des écrivains belges francophones issues du périodique Dossiers l ou réalisées en collaboration directe avec les auteurs. La source n° 5 est le répertoire d’auteurs du site de l’Association des écrivains belges de langue française (aeb)14. Vient ensuite la source n° 6 : les données biographiques et bibliographiques du site Littérature au présent15 créé par le Service de la Promotion des lettres. Enfin, il est question concernant la source n° 7 des fiches d’auteurs du site Bela16. Ce site est une initiative de l’association Maison des Auteurs, avec le soutien de deux sociétés d’auteurs, la sacd (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques) et la scam (Société civile des auteurs multimédia).

21Le site Électre (source n° 8) présente occasionnellement de brèves biographies d’auteurs. Nous les considérons comme faisant moins autorité que les sites précédents en raison du caractère généralement sommaire et peu précis des notices biographiques.

22La source n° 9 désigne l’ensemble des articles Internet dans lesquels nous avons pu trouver des informations biographiques sur les primo-romanciers, tandis que la source n° 10 réfère aux sites dits marchands, c’est-à-dire Amazon.fr, Chapitre.com et Alibris.com. Ceux-ci donnent à connaître quelquefois des biographies succinctes d’écrivains.

23Bien sûr, nous avons eu recours aux deux derniers types de sources uniquement lorsque le défaut de sources plus fiables nous y obligeait.

24Pour une complète transparence de la sélection et de la répartition des sources, un document texte (ms Word) a été joint aux informations générales de chaque primo-romancier dans la base de données. Il se subdivise en plusieurs parties nommées conformément aux subdivisions de la base de données – et, pour chaque partie, indique la ou les source(s) exploitée(s) pour le contenu de la base de données.

Analyse factorielle

Choix des variables17

  • 17 Fondé sur l’article Dozo (Björn-Olav) et Glinoer (Anthony), « Génération, cénacle, mouvance : essai (...)
  • 18 Le détail des variables et des modalités reprises pour l’ACM se trouve en annexe du mémoire.

25Précisons, avant d’analyser les résultats de l’analyse factorielle, que le choix des variables et des modalités est le fait du chercheur18. Ce dernier, en tenant compte de la population à analyser, opte pour les variables les plus à même de la décrire. Il y a donc un travail de construction a priori qu’il ne faut pas perdre de vue. Pour notre cas, les variables et les modalités ont été choisies en fonction de la pertinence des champs et des tables de la base de données pour décrire les individus étudiés ainsi qu’en fonction de la documentation suffisante qu’ils offraient.

26In fine, ce sont 20 variables que nous avons retenues pour réaliser l’analyse factorielle. Elles reprennent le sexe, la date de naissance, le lieu de naissance, l’âge de publication du premier roman, l’âge de publication de la première œuvre, le type de cursus scolaire, les professions, les collaborations aux périodiques et les animations d’ateliers d’écriture, l’adhésion à une institution, le lieu de résidence, le cursus honorum, le genre de la première œuvre, le nombre d’œuvres publiées, le nombre d’œuvres publiées avant le premier roman et le nombre de genres. À noter que certaines de ces variables sont subdivisées en plusieurs sous-variables. Par exemple, la variable cursus honorum se divise en trois sous-variables : cursus honorum (prix), cursus honorum (nombre de prix) et cursus honorum (bourses).

27Le graphique suivant présente l’analyse factorielle des primo-romanciers. Il est structuré par deux axes en fonction desquels se répartit un nuage de points, correspondant aux modalités et individus étudiés. En simplifiant, on peut dire que, lorsque les points sont proches sur le graphique, cela signifie que les modalités représentées par ces points se retrouvent souvent chez les mêmes individus. À l’inverse, les points qui sont éloignés renvoient à des modalités peu associées. En outre, plus un point est éloigné du centre, moins il est partagé par un fort contingent d’individus. Quant aux points situés près du centre du graphique, ils représentent des modalités qui sont communes à un grand nombre d’individus et qui ne participent pas aux oppositions définissant chaque axe. Il faut toujours garder à l’esprit que les corrélations repérées n’impliquent aucun lien de causalité entre les données. Le chercheur peut émettre des hypothèses explicatives lors de la lecture des données mais ne peut en aucun cas affirmer l’existence d’une causalité directe entre les données. Il est également important de souligner que la distance qui sépare les points n’a pas de sens précis et qu’il faut surtout raisonner par opposition entre axes.

Figure – analyse factorielle des primo-romanciers

Figure – analyse factorielle des primo-romanciers

Observations

  • 19 Pour une meilleure appréhension des corrélations et une plus grande visibilité de la répartition gr (...)

28À partir du plan factoriel19, il est possible de dégager trois profils types de primo-romanciers selon que l’on observe la concentration des données présentes dans le quadrant supérieur gauche, droit ou dans les deux quadrants inférieurs.

29Rappelons que les profils mis en exergue sont issus des modalités descriptives des primo-romanciers dont les corrélations sont visibles grâce à la répartition graphique. Ils sont appelés « profils types » car tous les primo-romanciers repris dans un même profil ne partagent pas nécessairement toutes ses modalités. Autrement dit, certains primo-romanciers réunissent un très grand nombre de modalités parfois toutes et sont, par conséquent, plus représentatifs du profil décrit alors que d’autres le sont moins car ils ne rassemblent qu’une partie des modalités observées. Nous tâcherons toujours d’illustrer notre propos en tenant compte des individus les plus représentatifs qui offrent une bonne qualité de projection. Les profils observés ci-après sont donc des catégories construites auxquelles se conforment peu ou prou les primo-romanciers étudiés.

30Il est également important, avant de commencer l’observation d’une acm, de déterminer les oppositions qui structurent les axes afin d’en comprendre la répartition générale. Pour notre graphique, l’axe 1 tend à opposer les primo-romanciers consacrés et ceux qui ne le sont pas ou peu. L’axe 2, en revanche, semble poser la barrière de l’âge ; au-dessus, les plus âgés et, en dessous, les plus jeunes.

31Nous présenterons tout d’abord les corrélations à l’origine des trois profils de primo-romanciers. Puis, dans une deuxième partie, nous réaliserons une analyse de ces profils compte tenu des corrélations observées.

Le primo-romancier âgé et consacré

32Le premier profil est celui qui apparaît le plus clairement sur le plan factoriel. Les modalités, concentrées dans le quadrant supérieur gauche, sont en effet très éloignées de l’origine des axes. Cela signifie non seulement qu’il existe une forte corrélation entre ces modalités, mais qu’elles sont également partagées par un faible contingent de primo-romanciers.

  • 20 Les modalités ca1, ca2, ca3, etc. renvoient aux classes d’âge selon lesquelles sont répartis les pr (...)
  • 21 Les modalités ar1, ar2, ar3, etc. font référence à l’âge du primo-romancier lors de publication de (...)
  • 22 Les modalités 0(noa1erR), 1 à 4(noa1erR), 5 à 9(noa1erR), 10 à 14(noa1erR) et 15+(noa1erR) désignen (...)

33Il s’agit en réalité des primo-romanciers nés avant 1939 (ca1, ca220) et qui, par conséquent, publient tardivement leur premier roman après 60 ans (ar5, ar621). C’est entre autres le cas de Georges-Henri Dumont, né en 1920, qui a publié son premier roman à l’âge très avancé de 81 ans. Outre la publication tardive d’un premier roman, ces écrivains ont en commun d’avoir publié un grand nombre d’œuvres, plus de 40. Bien que la modalité 5 à 9(noa1erR)22 apparaisse sur le graphique avec une relativement bonne qualité de projection, il est surtout notable que les primo-romanciers de ce profil publient plus de 15 œuvres avant leur premier roman voir projection 15+(noa1erR). La plupart des primo-romanciers intégrant ce profil sont donc entrés en littérature relativement tôt. Prenons l’exemple de Raoul Vaneigem qui a publié sa première œuvre à 33 ans ; de Philippes Jones et de Georges-Henri Dumont qui ont publié pour la première fois respectivement à 23 ans et à 21 ans. Par ailleurs, la première œuvre publiée de ces primo-romanciers relève presque toujours de la poésie. Autre particularité intéressante de ce profil : la polygraphie. Ces primo-romanciers ne pratiquent pas moins de 4 à 5 genres différents.

34La consécration dont bénéficient ces écrivains est surtout marquée par la réception d’un ou de plusieurs prix de l’Académie française. Philippe Jones et Paul Vandromme ont tous les deux reçu deux prix de l’Académie française dont le Prix du Rayonnement français. Georges-Henri Dumont et William Cliff ont également été les récipiendaires d’un prix de l’Académie française. Primo-romanciers consacrés certes, mais primo-romanciers qui font également partie d’une instance de consécration : l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique (arllfb). C’est en effet dans ce quadrant que l’on retrouve les écrivains faisant partie de l’arllfb. Nous en dénombrons trois ; à nouveau Philippe Jones et Georges-Henri Dumont mais également Marc Wilmet.

  • 23 Parmi les professions littéraires sont reprises les modalités pl1 (Journaliste/Animateur/Chroniqueu (...)

35Venons à présent aux professions ; deux d’entre elles ressortent clairement sur le graphique, à savoir les professions de cadres dans le domaine artistique/culturel (pnl2)23 et les professions relatives au domaine politique. Georges-Henri Dumont a travaillé dans ces deux domaines ; il a été chef de cabinet au ministère de la Culture française et conservateur des Musées royaux d’Art et d’Histoire à Bruxelles. Il ne faut toutefois pas attribuer trop de poids aux professions dans le domaine politique, car la modalité n’est pas partagée par les autres primo-romanciers représentatifs de ce profil.

36À titre plus indicatif, soulignons la présence de la modalité ln-Flandre. Bien que la modalité soit de faible qualité graphique, il est intéressant de noter, pour notre analyse future, que la Flandre est la région qui a vu naître Georges-Henri Dumont.

37Notons également que La Revue Générale est le périodique auquel ont tendance à collaborer ces primo-romanciers.

Le primo-romancier de la première œuvre

38Le deuxième profil de primo-romanciers, repérable dans le quadrant supérieur droit, est de prime abord moins apparent sur le graphique que le premier profil, car les modalités se trouvent plus proches du centre. Cela signifie simplement que ces modalités décrivent une plus grande fraction de primo-romanciers.

  • 24 Les modalités AO3, AO4, AO5, etc. désignent l’âge du primo-romancier lors de la publication de sa p (...)
  • 25 Les modalités 1(no), 2 à 4(no), 5 à 9(no), 10 à 19(no), 20 à 39 (no) et 40+(no) font référence au n (...)

39Les primo-romanciers de ce profil partagent avec le précédent la publication d’un premier roman à un âge déjà avancé ; généralement, entre 50 et 59 ans. En revanche, ils publient leur première œuvre plus tard, entre 40 et 69 ans (ao3, ao4, ao524 ). Mais c’est la modalité ao4 (50–59 ans), d’une meilleure qualité de projection, qui est la plus significative. Au vu de ces modalités, on remarque une adéquation entre l’âge de publication du premier roman et l’âge de publication de la première œuvre. C’est ici que les modalités 1(no) et 2 à 4(no)25 prennent tout leur sens. Ce profil décrit en réalité les primo-romanciers qui ont publié seulement 1 à 4 œuvres. Le genre de la première œuvre est en outre largement dominé par le roman et, bien sûr, 0 est le nombre d’œuvres publiées avant le premier roman. Nous avons donc affaire aux primo-romanciers dont la première œuvre n’est autre que le premier roman. Certains d’entre eux arrêtent toute publication après le premier roman, d’autres poursuivent. Précisons que la variable reprenant le nombre d’œuvres publiées doit être analysée en gardant toujours à l’esprit qu’elle indique le nombre d’œuvres publiées jusqu’à présent. En aucun cas nous ne pouvons prédire que ce nombre sera le nombre total d’œuvres que les primo-romanciers publieront dans leur vie. À titre d’exemple de primo-romanciers qui n’ont écrit qu’une œuvre entre 50 et 59 ans, nous pouvons citer Nadine Pire, Marianne Sluszny, Luc Muselle ou encore André Bialek.

40Il n’est pas surprenant de trouver pour ce profil un nombre de genre égal à un. Le genre privilégié est bel et bien le roman. C’est dans ce profil que se manifeste également le genre paralittéraire le roman policier ou le roman de science-fiction en tant que genre du premier roman.

41Comme pressenti en signalant les oppositions qui structurent les axes du plan factoriel, ces primo-romanciers n’ont obtenu aucun des prix retenus dans les modalités.

42Le lieu de naissance et le lieu de résidence sont assez prégnants dans ce cas-ci. Le pôle hennuyer semble en effet marquer les deux. Par exemple, Bernard Dupuis, Alexandre Million et Annie Préaux font partie des primo-romanciers nés en Hainaut dont la première œuvre est le premier roman. Les primo-romanciers de ce profil ont tendance également à vivre dans un milieu rural plutôt qu’urbain.

43Quant au type d’études réalisées, la modalité Secondaire domine. Ce profil semble donc se démarquer a priori par son faible capital scolaire. Nuançons néanmoins ce propos en précisant que, pour bon nombre de primo-romanciers n’ayant publié qu’une seule œuvre, les informations biographiques récoltées sont succinctes voire inexistantes. Dès lors, toute information de ce type doit être prise avec circonspection.

44Les modalités concernant la profession, en raison de leur éclectisme, ne permettent pas non plus de donner un indice probant sur le capital scolaire de ces primo-romanciers. Non seulement 4 types de professions différentes sont mis en exergue par le graphique pour ce même profil, mais en plus l’une d’entre elle n’est autre que la catégorie pnl4 (autres). Nommée par défaut, cette catégorie réfère aux professions les plus diverses architecte, secrétaire, infirmier, etc. qui n’ont pas pu entrer dans une autre catégorie en raison de leur grande diversité. Outre pnl4, les 3 types de professions sont : Domaine artistique/culturel – Artistes (pnl1) ; Domaine artistique/culturel – employés (pnl3) et Commerce/Finance (pnl6). Cet éclectisme peut néanmoins être intéressant dans la mesure où il devient une caractéristique propre à ce profil.

Le jeune primo-romancier subventionné et/ou primé

45L’âge est le marqueur qui différencie le plus les primo-romanciers des deux quadrants inférieurs de ceux présents dans les quadrants supérieurs. Si nous nous focalisons sur la partie inférieure du graphique, nous y repérons les modalités ca5 et ca6. Ce sont les deux dernières modalités des classes d’âges. Ainsi, les primo-romanciers des quadrants inférieurs ont en commun d’être nés entre 1960 et 1969 ou après 1970. Ils publient par conséquent leur premier roman assez tôt entre 30 et 39 ans (voir ar2), voire avant 30 ans (voir ar1).

46Bien que tous les primo-romanciers de la moitié inférieure semblent partager les mêmes classes d’âge et la particularité de publier un premier roman assez tôt, une polarisation s’est effectuée au sein du graphique entre primo-romanciers du quadrant inférieur gauche et primo-romanciers du quadrant inférieur droit.

47Ce qui les distingue le plus est bien évidemment, et cela en raison des oppositions que détermine l’axe 1, le nombre et le type de prix reçus. Il est apparent que les primo-romanciers du quadrant inférieur gauche sont mieux nantis quant au nombre et à la variété des prix reçus. Le nombre de prix obtenus est de 5 à 9 et 10+ ; sont recensés le Prix de la Communauté française, le Prix Victor Rossel, le Prix Emma Martin, le Prix des Lycéens, les Prix de l’arllfb et le Prix Rossel des Jeunes. Apparaît uniquement pour les primo-romanciers de l’autre quadrant Le Prix de la Première Œuvre.

48Subventionnés, les primo-romanciers de chaque quadrant le sont mais à différents titres. Ceux du quadrant droit reçoivent les Bourses de la Communauté française, alors que les primo-romanciers du quadrant inférieur gauche reçoivent les Autres Bourses, qui ne sont pas octroyées par la Communauté française.

49Le type de profession exercée est également différent. Pour le cas des écrivains du quadrant gauche, ce sont les professions dans les secteurs journalistiques et éditoriaux qui sont mises en avant. Remarquons la présence de la profession pnl11, les professeurs d’université. Proche du quadrant supérieur gauche, elle peut également participer à la description du premier profil de primo-romanciers. Elle signifie donc qu’une partie des primo-romanciers du premier profil et des primo-romanciers de ce profil en l’occurrence, du quadrant inférieur gauche ont en commun de travailler à l’université. Une seule profession émerge cependant dans le quadrant inférieur droit : Traducteur/Interprète (pl4).

  • 26 Les modalités Essai littéraire(g1reo), Littérature jeunesse(g1reo), Nouvelle(g1reo), Poésie(g1reo), (...)

50La collaboration à des périodiques semble caractéristique du quadrant inférieur gauche. Y sont projetés La Libre Belgique, Le Soir, Marginales et Bon-à-tirer. Apparaît aussi dans ce quadrant la modalité ao1, posant l’âge de publication de la première œuvre à moins de 30 ans. La modalité Essai littéraire(g1reo)26, présente également mais avec une moins bonne qualité de projection, donne comme genre de la première œuvre l’essai littéraire. Cette dernière modalité est donc à considérer comme peu ou moyennement représentative.

51En revanche, la modalité Étranger, tant pour désigner le lieu de résidence que le lieu de naissance, est propre au quadrant de droite. Nommons, par exemple, Angela Verdejo née en 1962 au Chili et habitant désormais à Madrid, Yun-Sun Limet née en 1968 à Séoul et vivant à Paris ou encore Louise de Gursé née en Suisse en 1962 et vivant actuellement à Lyon.

52Malgré ces divergences, une unité est ressentie notamment concernant l’âge. C’est pourquoi nous avons choisi de réunir les quadrants inférieurs dans un même profil et d’observer, à l’intérieur du profil, les nuances sous-jacentes.

Analyse

  • 27 La polygraphie est considérée comme l’une des caractéristiques des écrivains belges du début du xxe(...)
  • 28 Notons qu’Électre place ce premier roman dans la catégorie Roman/nouvelles francophone(s). Il est d (...)

53Le premier profil étudié constitue le parfait archétype de l’ancien écrivain belge francophone : possible naissance en Flandre, études universitaires, professions politiques et/ou administratives, entrée en littérature par la poésie, polygraphie27, consécration académique. Georges-Henri Dumont en est le plus fidèle représentant au sein de notre population de primo-romanciers. Né en 1920 à Zottegem (Flandre-Orientale), il se retrouve sur les bancs de l’Université de Louvain et obtient deux licences, l’une en philosophie et lettres, l’autre en histoire. S’ensuit une carrière mêlant charge politique il est chef de cabinet au ministère de la culture française , administrative il est conservateur au Musées royaux d’Art et d’Histoire à Bruxelles et professorale en tant que professeur d’histoire économique et sociale à l’ichec. Son premier texte publié est poétique : La Voie rédemptrice. Il pratique surtout l’essai, mais écrit également de la poésie. Son premier roman28, Ici et ailleurs, est publié chez Le Cri en 2001. Le Grand Prix de la biographie qu’il reçoit en 1991, à l’âge de 71 ans, de la prestigieuse Académie française, marque l’apogée d’une carrière littéraire qui ne compte pas moins d’une quarantaine d’œuvres. Consacré, il l’est également en Belgique par ses pairs puisqu’il est élu par cooptation le 13 février 1988 à l’arllfb. Il est aussi anobli : il reçoit le titre de baron.

54Au regard de ce profil de primo-romancier, une question principale nous vient à l’esprit : pourquoi avoir écrit un premier roman aussi tard ? Est-ce parce que le roman est devenu aujourd’hui un genre largement légitimé face au prestige d’une poésie en désuétude ? Cette hypothèse nous semble peu probable étant donné la reconnaissance et la consécration qu’ont connues ces écrivains bien avant la publication de leur premier roman. Ils ont déjà fait leurs preuves. Philippe Jones et Paul Vandromme reçoivent, par exemple, le Grand Prix du Rayonnement français respectivement en 1980 et en 1984, plusieurs années avant la publication du premier roman 11 années pour Jones et 6 années pour Vandromme. Est-ce alors le genre en lui-même qui les a séduits ? Le champ des hypothèses est large. Une autre question intéressante, également susceptible d’être posée et qui découle de la première, serait de connaître la raison pour laquelle certains écrivains ont continué (Jones, Cliff) et d’autres arrêté (Dumont, Vaneigem, Wilmet) de publier des romans.

55Notons qu’une particularité du corpus concernant les primo-romanciers de cette tranche d’âge n’a pas été mise en lumière par l’analyse factorielle. Après réalisation d’un graphique croisé comprenant l’âge de publication de la première œuvre et la classe d’âge, nous avons repéré en effet l’existence de plusieurs primo-romanciers de la ca1 et de la ca2 (12 sur 28) qui ont publié leur première œuvre beaucoup plus tard, après 60 ans. Par exemple, nous pouvons citer Jacqueline Bernard qui, née en 1919, est la doyenne de nos primo-romanciers. Elle a publié sa première œuvre à l’âge de 75 ans. Cette première œuvre était également son premier roman. Pour prendre les cas extrêmes, citons encore Albert Chalon, employé d’administration, qui n’a publié qu’une seule œuvre Les Jardins d’hérésie à l’âge de 79 ans. Cette entrée en littérature à un âge avancé, voire très avancé, comme c’est le cas pour ces deux primo-romanciers, est tout à fait intrigante. Et c’est toujours la même question qui nous vient à l’esprit : pourquoi avoir publié un premier roman aussi tard ? Mais la question est d’autant plus intéressante qu’il s’agit souvent d’une première œuvre c’est le cas pour Jean Botquin, Josée-Maximilienne Bourbon, Éric Bergam, Henri-François Van Aal, etc.

56Il était attendu que l’analyse factorielle n’attire pas l’attention sur certaines caractéristiques du corpus. L’objectif de l’acm est avant tout de faire émerger les corrélations qui structurent le plus les données. C’est pourquoi il est souvent souhaitable, dans une visée complémentaire, de réaliser des graphiques croisés qui sont en mesure de nous faire prendre conscience de nouvelles particularités.

57Avoir publié comme première œuvre un roman est ce qui caractérise le plus le primo-romancier du deuxième profil. C’est dans ce profil que l’on retrouve notamment les primo-romanciers qui n’ont écrit qu’une seule œuvre. Sur les 293 primo-romanciers recensés, on en dénombre d’ailleurs 54 qui n’ont écrit qu’une œuvre. Ils constituent donc une partie importante de notre population d’écrivains. Comme nous l’avons vu, ces primo-romanciers d’une œuvre ou de quelques œuvres publient assez tard, entre 50 et 59 ans, habitent généralement en province surtout en Hainaut , dans un milieu plutôt rural et ont un capital scolaire moyen, voire faible. « Faible » est également l’adjectif qui pourrait qualifier leur sociabilité littéraire et leur degré de consécration.

58De telles caractéristiques appellent l’hypothèse suivante : ce profil de primo-romanciers dépeint des personnes qui ont une vision idéalisée de l’écriture, la considérant plus comme un aboutissement que comme une profession. Le fait de publier en fin de carrière ou après celle-ci n’est pas anodin. Cette période de leur vie leur laisse sans doute plus de temps pour s’adonner à l’écriture ou pour achever un projet d’écriture qui a mis du temps à se concrétiser. Car on peut légitimement penser qu’il est plus difficile pour ces primo-romanciers d’accéder à la publication. Ils sont en effet éloignés de la vie littéraire, puisqu’ils exercent les professions les plus diverses dans un secteur souvent non littéraire et qu’ils ne participent pas ou rarement aux lieux de consécration ou de sociabilité littéraire. Aucun réseau de contacts ne peut donc les aider. Or la possession d’un bon carnet d’adresses dans le milieu littéraire peut être un atout majeur pour accéder à la publication. Notons que la publication d’une seule œuvre peut également être expliquée par la difficulté à trouver un éditeur. Si par exemple celle-ci n’a pas rencontré le succès escompté, les chances de voir publier un second roman seront encore moins importantes. Toutes ces remarques ne sont que des hypothèses qu’il faudrait vérifier ultérieurement en interrogeant directement les primo-romanciers. Mais il est certain que les premières questions que nous poserions à ce profil de primo-romanciers concerneraient les conditions d’accès à la publication. Autre question pertinente à poser et qui mériterait un approfondissement : pourquoi avoir choisi le roman comme genre de la première œuvre ? Est-ce parce que le roman est le genre qui s’impose actuellement ? Est-ce parce que, à l’heure actuelle, lorsqu’un écrivain est représenté, c’est en romancier qu’il apparaît ? Est-ce parce que ce sont les romanciers qui rencontrent un plus grand succès commercial ? Ou encore parce que ce genre correspondait le mieux au propos tenu ? Etc. Rappelons également que c’est dans ce profil qu’apparaissent les modalités paralittéraires. Sur les 293 primo-romans, nous comptons 16 premiers romans policiers et 8 premiers romans de science-fiction. Il est toutefois difficile de savoir ce que signifient ces chiffres car nous n’avons pas de point de comparaison. Quant au choix du genre paralittéraire pour entrer en littérature, il requiert le même type de questionnement que celui présenté plus haut.

59Finalement, et plus largement, ce profil semble être le signe d’une démocratisation de l’écriture, désormais à la portée d’un plus grand nombre de personnes. Elle n’est plus le fait exclusif d’une classe dotée dès le départ d’un fort capital social, culturel et souvent économique, au sens bourdieusien du terme, qui semble correspondre notamment au premier profil. De même, il ne faut plus nécessairement faire partie du monde littéraire, ni commencer jeune une carrière d’écrivain que l’auteur vive ou non de sa plume pour publier un premier roman. Rappelons que ces primo-romanciers sont nés aux alentours de la Seconde Guerre mondiale et ont bénéficié pour la plupart des Trente Glorieuses et de mai 1968. Ceci expliquant peut-être cela : ce sont les baby-boomers auxquels s’est ouvert l’enseignement supérieur et qui ont revendiqué une nouvelle place dans la société.

  • 29 À l’exception des prix de l’Académie française.
  • 30 La Communauté française est issue d’un processus de réformes institutionnelles de l’État belge. Ce (...)
  • 31 Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg décrivent l’impact de la fédéralisation de l’État belge sur (...)

60Analysons à présent le dernier profil. Hormis l’adjectif « jeune », les termes « subventionné » et « primé » nous sont apparus les plus significatifs pour qualifier ce profil. « Jeune », tout d’abord, car ces primo-romanciers se démarquent des autres par leur relative jeunesse. Pour la plupart, ils sont nés après 1960 et publient leur premier roman avant 30 ans ou entre 30 et 39 ans. Enfin, nous avons choisi comme termes « subventionné » et « primé » car c’est le profil de primo-romanciers qui concentre toutes les modalités reprenant les bourses et les prix octroyés29. Mais pourquoi recourir au terme « primé » plutôt que « consacré » ? Parce que, à la différence du premier profil de primo-romanciers, les prix octroyés ne viennent pas couronner une carrière mais sont souvent reçus en début de carrière, voire avant l’entrée en littérature. Prenons l’exemple de Nicolas Ancion, récompensé par le Prix Liège Jeunes Auteurs en 1989 avant la publication de sa première œuvre, Le Wagon, qui sera publiée, grâce à ce prix, dans la maison d’édition du même nom (Éditions Liège Jeunes Auteurs). Il a également reçu, quelques années plus tard, le Prix Jeunes Talents de la Province de Liège pour Ciel bleu trop bleu et le Prix des Lycéens de la Communauté française pour Quatrième étage. Mentionnons Yun-Sun Limet et Diane Meur qui ont toutes deux reçu le Prix de la Première Œuvre pour leur premier roman. Citons encore Élisa Brune, déjà récompensée par le Prix de la Première œuvre en 1997, qui s’est vu octroyer le Prix Rossel des Jeunes en 2004. Les prix prennent donc place surtout lors des processus d’émergence et de légitimation de l’écrivain. Remarquons également que les prix semblent appeler les prix ; les primo-romanciers de ce profil surtout dans le quadrant inférieur gauche comptent en général pour leur jeune carrière 5 à 10 prix, voire plus. On peut donc poser, sur la base de ces informations, l’hypothèse que les prix sont devenus, à l’instar des revues, le nouveau tremplin pour une carrière littéraire, donnant à l’auteur une visibilité et la chance de se faire un nom dans le monde des lettres. Un événement peut expliquer cette éclosion de prix et de bourses qui viennent soutenir et distinguer les auteurs : la création de la Communauté française dans les années 198030. Via l’organisme de la Promotion des lettres, la Communauté française vise à renforcer l’institution littéraire belge ce renforcement sera surtout effectif dans les années 1990  au moyen de bourses d’écritures, de nouveaux prix, d’aide à l’édition, d’organisation d’expositions, etc. Il y a une réelle volonté de donner à la littérature belge les moyens de ses ambitions. Les primo-romanciers de ce profil sont donc ceux qui ont pu directement profiter de ce nouveau contexte littéraire31.

61Il est également intéressant de mettre en avant une autre caractéristique propre à ce profil d’écrivains quadrant de droite principalement. Cette caractéristique est celle qui fait référence au lieu de naissance et au lieu de résidence. Beaucoup de ces jeunes primo-romanciers sont nés et/ou habitent à l’étranger. 14 primo-romanciers sur les 60 nés après 1960 habitent à l’étranger dont 10 en France. Ici aussi, il faudrait interroger les raisons de ce tropisme vers l’étranger et surtout vers les régions d’outre-Quiévrain.

62Par ailleurs, un autre trait distinctif de ce profil est le rôle actif qu’il mène dans le monde littéraire belge. Nous remarquons en effet pour ce profil une collaboration importante à des périodiques, ainsi que des professions orientées vers les domaines journalistique et éditorial. Ces primo-romanciers, contrairement aux primo-romanciers du deuxième profil, semblent donc être bien établi dans le milieu littéraire. Rappelons que la collaboration à des périodiques est considérée comme une activité ponctuelle, tandis que la profession indique une activité permanente. Il n’est donc pas étonnant que les modalités comprenant les collaborations à des périodiques et les modalités indiquant les professions journalistiques apparaissent dans le même quadrant. De même qu’il n’est pas surprenant, connaissant leurs activités de journalistes et de critiques, d’obtenir comme genre de la première œuvre l’essai littéraire. Modérons tout de même cette remarque en précisant que la qualité de projection de la modalité Essai littéraire(g1reo) est assez faible, ce qui implique une représentativité moyenne.

Conclusion

63L’objectif de cet article était d’établir une typologie des profils des primo-romanciers belges francophones, et ainsi, de poser les premiers jalons dans un domaine de recherche encore très peu étudié.

64Grâce à l’analyse factorielle, nous avons pu distinguer trois profils types de primo-romanciers. Le profil le moins attendu et le plus surprenant est bien évidemment le premier. À entendre le terme primo-romancier, nous avons inconsciemment en tête l’image d’un jeune écrivain qui commence à publier. Or ce n’est pas nécessairement le cas. Le premier profil le primo-romancier âgé et consacré en est l’exemple par excellence. Gardons tout de même à l’esprit que ce premier profil représente l’exception plus que la règle. Il ne concerne en réalité qu’un faible contingent de primo-romanciers. Le reste de notre population d’écrivains se partage, comme nous l’avons vu, essentiellement entre le deuxième et le troisième profil.

65Outre la possibilité de faire émerger des profils d’écrivains, l’analyse factorielle a également suscité questionnements et hypothèses lors de l’analyse. Il est vrai que les méthodes quantitatives soulèvent généralement plus de questions qu’elles n’apportent de réponses, et présentent dès lors l’avantage de mettre au jour de nouvelles problématiques, qui requièrent à leur tour des études spécifiques.

66Parmi les éventuels prolongements à réaliser, nous en privilégierions tout de même deux.

67Tout d’abord, il faut préciser qu’un pan du corpus n’a pas été réellement exploité lors de l’analyse : le pan éditorial. En cause, la difficulté à mettre en avant de façon quantitative les trajectoires éditoriales des primo-romanciers. Selon nous, le pan éditorial est surtout intéressant lorsque les données bibliographiques sont envisagées dans leur temporalité. Pour tirer profit de ces données bibliographiques non exploitées, nous pourrions envisager d’étudier toutes les trajectoires éditoriales des primo-romanciers de notre corpus au moyen d’une analyse de séquences. Contrairement à l’analyse factorielle qui tend à annuler toute temporalité, l’analyse de séquences présenterait l’avantage de faire émerger la structure des données étudiées en fonction de leur évolution dans le temps.

68Un autre prolongement nous semble nécessaire : l’analyse du discours des auteurs. Il serait intéressant d’affiner les hypothèses et les questionnements qui ont vu le jour dans cette étude. À cette fin, nous pourrions faire émerger, par voie d’enquête, les différentes représentations ayant trait aux observations relevées lors de l’analyse des primo-romanciers de chaque profil.

Haut de page

Notes

1 Lemercier (Claire) et Zalc (Claire), Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2008, p. 18.

2 Legendre (Bertrand), « Le primo-romancier à l’épreuve de La fabrication de l’auteur : constructions et déconstructions », dans Luneau (Marie-Pier) et Vincent (Josée), La Fabrication de l’auteur, Québec, Nota Bene, p. 123-133.

3 Définition fondée sur Charle (Christophe), « Prosopography (collective biography) », dans International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, Oxford, Elsevier Science Ltd, 2001, p. 12236-12241.

4 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

5 « Littérature au présent », sur Promotion des lettres, URL : <http://www.littératureauprésent.be/index.php> (05/12/09).

6 Au fil de la constitution de notre liste de primo-romanciers et de l’encodage des données dans notre base, plusieurs problèmes méthodologiques, notamment concernant certaines lacunes d’Électre, sont apparus. Pour connaître le détail des ces problèmes et les solutions qui ont prévalu, le lecteur peut accéder au mémoire dont est issu cet article : Olivier (Blandine), Écrire un premier roman en Belgique francophone : étude sociologique et quantitative des profils des primo-romanciers de 1990 à 2005, mémoire de maîtrise, sous la direction de Björn-Olav Dozo, 2010, disponible en bibliothèque à l’Université de Liège.

7 Brucher (Roger) puis Detemmerman (Jacques), dir., Bibliographie des Écrivains Français de Belgique (1881-1960), Bruxelles, Palais des Académies, 1958-1988, 5 vol.

8 Nachtergaele (Vic) et Trousson (Raymond), dir., Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres. I. Le roman, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1988.

9 Sont présents sur Électre les ouvrages publiés en français dans 76 pays et tous les ouvrages publiés en France, quelle que soit la langue de publication.

10 La décision de l’appartenance d’un livre à un genre précis est rarement univoque. Il nous semblait donc nécessaire de surmonter ce problème non en le discutant mais en optant définitivement pour une typologie précise et détaillée provenant d’une base de données qui fait autorité.

11 La liste complète des primo-romanciers se trouve en annexe du mémoire.

12 Pour réaliser la base de données, nous avons eu recours au logiciel informatique MS Access 2007. L’organisation de la base de données est expliquée en détail dans le mémoire.

13 « Nos fiches bio-bibliographiques », sur Service du Livre Luxembourgeois. url : <http://www.servicedulivre.be/fiches/index.htm> (08/04/10).

14 « Répertoire », sur Association des écrivains belges de langue française. url : <http://www.ecrivainsbelges.be/repertoire.php> (08/04/10).

15 Littérature au présent. url : <http://www.littératureauprésent.be/index.php> (05/12/09).

16 « Auteurs », sur Bela. url : <http://www.bela.be/homepage/auteurs.aspx> (09/04/10).

17 Fondé sur l’article Dozo (Björn-Olav) et Glinoer (Anthony), « Génération, cénacle, mouvance : essai de sociologie quantitative des Jeunes-France », dans Les Cahiers du xixe siècle, n°3-4, 2008-2009, p. 37-60 et sur Lemercier (Claire) et Zalc (Claire), Méthodes quantitatives pour l’historien, op. cit., p. 59-66.

18 Le détail des variables et des modalités reprises pour l’ACM se trouve en annexe du mémoire.

19 Pour une meilleure appréhension des corrélations et une plus grande visibilité de la répartition graphique, nous avons effacé le libellé des modalités présentant une mauvaise qualité de projection ou trop proches du centre pour être analysées.

20 Les modalités ca1, ca2, ca3, etc. renvoient aux classes d’âge selon lesquelles sont répartis les primo-romanciers. ca1 : nés avant 1930, ca2 : [1930 à 1940[, ca3 : [1940 à 1950[, ca4 : [1950 à 1960[, ca5 : [1960 à 1970[, ca6 : après 1970.

21 Les modalités ar1, ar2, ar3, etc. font référence à l’âge du primo-romancier lors de publication de son premier roman. ar1 : avant 30 ans, ar2 : [30 ; 40[, ar3 : [40 ; 50[, ar4 : [50 ; 60[, ar5 : [60 ; 70[, ar6 : après 70 ans.

22 Les modalités 0(noa1erR), 1 à 4(noa1erR), 5 à 9(noa1erR), 10 à 14(noa1erR) et 15+(noa1erR) désignent le nombre d’œuvres publiées avant le premier roman.

23 Parmi les professions littéraires sont reprises les modalités pl1 (Journaliste/Animateur/Chroniqueur Critique/Rédacteur), pl2 (Éditions), pl3 (Autres), pl4 (Traducteur/Interprète), pl5 (Libraire, Bibliothécaire, Documentaliste). Parmi les professions non littéraires, nous comptons les modalités pnl1 (Domaine artistique/culturel ‒ Artistes), pnl2 (Domaine artistique/culturel ‒ Cadres), pnl3 (Domaine artistique/culturel ‒ employés), pnl4 (Autres ‒ Études), pnl5 (Autres ‒ Formation), pnl6 (Commerce/Finance), pnl7 (Politique), pnl8 (Instituteur), pnl9 (Professeurs ‒ Secondaire ), pnl10 (Professeurs ‒ Haute École), pnl11 (Professeurs d’universités), pnl12 (Chercheurs/Expert/Employé universitaire/Maître de conférence).

24 Les modalités AO3, AO4, AO5, etc. désignent l’âge du primo-romancier lors de la publication de sa première œuvre. AO1 : avant 30 ans, AO2 : [30 ; 40[, AO3 : [40 ; 50[, AO4 : [50 ; 60[, AO5 : [60 ; 70[, AO6 : après 70 ans.

25 Les modalités 1(no), 2 à 4(no), 5 à 9(no), 10 à 19(no), 20 à 39 (no) et 40+(no) font référence au nombre d’œuvres publiées par les primo-romanciers.

26 Les modalités Essai littéraire(g1reo), Littérature jeunesse(g1reo), Nouvelle(g1reo), Poésie(g1reo), Récit(g1reo), Roman(g1reo), Roman science-fiction(g1reo), Roman policier(g1reo), Théâtre(g1reo) et Autres(g1reo) désignent le genre de la première œuvre publiée.

27 La polygraphie est considérée comme l’une des caractéristiques des écrivains belges du début du xxe siècle. Pour une étude détaillée sur la polygraphie des écrivains belges, voir Piron (Sophie), « La polygraphie chez les écrivains belges au début du xxe siècle », dans Klinkenberg (Jean-Marie), dir., Textyles, n°15, L’Institution littéraire, 1998, p. 86-101.

28 Notons qu’Électre place ce premier roman dans la catégorie Roman/nouvelles francophone(s). Il est donc difficile de savoir si ce premier roman tient plus du roman ou de la nouvelle. Dans les deux cas, ce livre est néanmoins significatif dans la mesure où il marque une incursion dans la fiction narrative.

29 À l’exception des prix de l’Académie française.

30 La Communauté française est issue d’un processus de réformes institutionnelles de l’État belge. Ce processus de réformes s’est réalisé en plusieurs phases : 1970, 1980, 1988, 1993 et 2001. Pour plus d’informations, le lecteur peut consulter le site de la Communauté française : « Histoire institutionnelle » sur Communauté française de Belgique. URL : <http://www.cfwb.be/index.php?id=portail_histoire> (14/08/10).

31 Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg décrivent l’impact de la fédéralisation de l’État belge sur la monde littéraire. Voir Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure – analyse factorielle des primo-romanciers
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Blandine Olivier, « Écrire un premier roman en Belgique francophone », Textyles, 41 | 2012, 172-191.

Référence électronique

Blandine Olivier, « Écrire un premier roman en Belgique francophone », Textyles [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1520 ; DOI : 10.4000/textyles.1520

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org