Navigation – Plan du site
Maurice Maeterlinck
Témoignages

Maeterlinck et les pays de langue allemande

Hubert Roland
p. 163-171

Texte intégral

  • 1 Strohmann (Dirk), Die Rezeption Maurice Maeterlincks in den deutschsprachigen Ländern (1891-1914), (...)
  • 2 Paul Gorceix, Les Affinités allemandes dans l’œuvre de Maurice Maeterlinck. Contribution à l’étude (...)

1L’imposante publication issue de la thèse de doctorat de Dirk Strohmann1, soutenue à l’Université de Bâle, correspond à un souhait de longue date de la recherche sur Maeterlinck. En effet, depuis l’ouvrage que consacra Paul Gorceix aux Affinités allemandes dans l’œuvre de Maurice Maeterlinck en 19752, fondé sur la thèse d’« affinités électives » entre l’imaginaire de l’auteur belge et flamand et la « pensée » allemande, on était convaincu par la nécessité d’un ouvrage de synthèse qui étudierait en profondeur la réception allemande du prix Nobel 1911. On sait en effet à quel point les meilleurs auteurs de langue allemande de la Fin de siècle ont intensément et passionnément lu ce dernier, du moins jusqu’à une certaine époque. Ce fut tout particulièrement le cas des Autrichiens et des Viennois – Rilke, Musil, Hofmannsthal. Si Stefan George s’est curieusement moins intéressé à Maeterlinck, on en apprend ici davantage sur Hermann Hesse et, ce qui est plus étonnant, à propos du naturaliste Johannes Schlaf et des frères Heinrich et Thomas Mann.

2À bien des égards donc, cet ouvrage rassemble une formidable et minutieuse documentation, qui le rend incontournable pour une approche européenne du phénomène symboliste en Belgique. De plus, il a le mérite de l’inscrire dans le mouvement global de l’histoire des idées, en tenant compte notamment de l’essor de l’Existenzphilosophie, qui imprègne toutes les discussions artistiques et littéraires de l’époque.

3Il sera donc question ici des apports réels de cette recherche. Toutefois, une critique s’impose d’emblée. Car on s’interroge sur la méthode de travail de l’auteur et le mode d’exposition de ses résultats. Au terme des 800 pages du livre, le lecteur a l’impression de s’être perdu dans une foule de détails, sans avoir pour autant fait le tour de la question qui était annoncée. Ainsi la balise de 1914, au-delà de laquelle l’objet n’est plus étudié de manière systématique, pose-t-elle problème. L’onde de choc du déclenchement de la guerre constitua, on le sait, un profond traumatisme dans les échanges intellectuels européens, et en particulier belgo-allemands. Verhaeren et Maeterlinck se mobilisèrent pour la propagande de guerre du gouvernement belge, suscitant la plus vive colère de leurs amis allemands. De part et d’autre, on brûla instantanément ce qu’on avait adoré : la culture allemande classique et romantique, partie constituante de « l’âme belge » depuis le xixe siècle, d’un côté ; et de l’autre, un rejet tout aussi radical du « mage » néo-romantique qui avait facilité et permis le « dépassement du naturalisme » (Überwindung des Naturalismus), pour reprendre l’expression du premier passeur de Maeterlinck à Vienne et en Allemagne, l’intellectuel autrichien Hermann Bahr. 1914 constitua donc un coup de semonce dans l’histoire de la réception dont on eût pu évaluer la portée réelle. Certes, l’apogée était de toute manière manifestement passée, comme nous l’enseigne Strohmann. Mais il y avait encore de la matière à traiter jusqu’à la mort de Maeterlinck en 1949, dans la perspective d’une étude plus globale et plus synthétique, qui eut eût pu tenir compte de cette évolution et lui donner un autre relief. Ceci aurait bien entendu impliqué un dégraissage de la matière présentée ici, pour en augmenter la lisibilité. Consacrer plus de deux cents pages aux recensions dans les revues et journaux et aux mises en scène individuelles de chaque pièce entraîne des redondances par rapport à l’analyse menée par ailleurs dans l’ouvrage. Ceci étant dit, venons-en à la structure de celui-ci.

4Deux parties principales sont elles-mêmes composées de plusieurs chapitres. Dans un premier temps, l’histoire de la réception elle-même est minutieusement reconstruite ; ensuite, une approche comparée basée sur les œuvres examine les rapports entre Maeterlinck et chacun des auteurs de langue allemande cités plus haut.

5C’est fort à propos que la réception s’ouvre sur une importante contextualisation historiographique, menant du naturalisme à l’expressionnisme, en passant par la définition d’un courant « néoromantique », auquel Maeterlinck fut étroitement associé outre-Rhin et à Vienne. À n’en pas douter, le Belge servit de catalyseur à une génération d’intellectuels et d’écrivains, qui aspiraient à s’émanciper d’une vision du monde et de la littérature fondée sur une description sérieuse et scientifique du réel. L’article fondateur d’Octave Mirbeau sur La Princesse Maleine en 1890 avait catapulté Maeterlinck sur la scène parisienne et internationale, en l’associant notamment à Shakespeare. Rapidement, ce fut l’intellectuel autrichien Hermann Bahr, né en 1863 à Linz et ayant étudié la philologie classique à Berlin et à Vienne, qui fit office de « découvreur », puis de porte-parole remarquablement efficace du Belge dans l’ensemble de l’espace germanophone. Comme on l’a dit, il s’est agi pour Bahr de mettre en exergue un nouvel auteur emblématique de la modernité, celle qui dépassait « l’objectivité » de l’époque positiviste par une nouvelle intériorité, marquée par le secret, le rêve et l’âme. À cet effet, l’idée d’une nouvelle langue pour mettre en forme « l’inarticulé » qui sommeille sous le seuil de la conscience, fait florès.

  • 3 Voir aussi l’article de Paul Gorceix, « Sur la rencontre de Hermann Bahr avec le symbolisme franco- (...)

6Le rôle pivot de Bahr devait être mis en lumière, car les processus de médiation culturelle reposent souvent sur l’activité de quelques personnes au pouvoir d’influence décisif. Ce sera bien le cas ici3. En revanche, une question n’est pas posée dans l’ouvrage : pourquoi Vienne et pas Berlin, Munich ou Dresde, autres métropoles culturelles « à la pointe » ? On continue de s’interroger sur cette reconnaissance instantanée et sur les mécanismes du transfert qui a lieu ici. Est-ce parce que Vienne se serait montrée particulièrement réceptive au motif de « l’âme » à l’époque de Schnitzler et de Freud ? Ou bien y aurait-il eu une sorte d’alliance entre des capitales « décentrées » comme Bruxelles et Vienne en cette fin de xixe siècle ? Le transfert de Maeterlinck et de son théâtre obéit bien à une logique de subversion/légitimation, telle qu’elle est expliquée par les théoriciens des transferts culturels, ce qui aurait appelé quelques développements, et ce d’autant plus que Vienne fut également un seuil qui permit un rayonnement, non seulement en Allemagne, mais dans d’autres métropoles culturelles de l’Empire austro-hongrois, comme Cracovie ou Zagreb.

  • 4 Ceci lui valut non seulement les insultes de Joseph Gœbbels mais aussi une invalidité suite à l’agr (...)
  • 5 Voir Émile et Marthe Verhaeren – Stefan Zweig. Correspondance, édition établie, présentée et annoté (...)

7Strohmann nous apprend tout des passeurs qui ont pris le relais de Bahr : le publiciste Otto Brahm (qui monta également Monna Vanna à Berlin) et surtout le très important critique Maximilian Harden (1861-1927), éditeur de la revue Die Zukunft et farouche opposant au nationalisme dans les années de l’après-guerre4. Encore une fois, le travail ici accompli est précieux. Mais il se cantonne pour l’essentiel aux aspects esthétiques, là où l’idéologique joue aussi un rôle. Le traitement de Maeterlinck par Brahm pose notamment la question d’une « ethnicisation » de l’auteur belge et flamand, présenté comme un agent de la « germanité » faisant souffler un vent salubre au cœur même de la romanité « décadente » des Paul Bourget et Joris-Karl Huysmans. Comme Fabrice van de Kerckhove l’a bien montré, le publiciste Otto Hauser avait infligé une lecture raciale semblable à Émile Verhaeren, allant jusqu’à influencer le jeune Stefan Zweig dans son travail de médiation du « maître »5. Cet aspect de la réception du symbolisme belge est certes nettement moins sympathique que l’édification dont il est d’habitude question. Il constitue toutefois une grille de lecture qui resurgira avec obstination au moment des conflits et des guerres, au service du projet nationaliste. Certes l’essentiel n’est pas là, et le contre-exemple de Harden montre que Maeterlinck a inspiré avant tout les intellectuels soucieux d’internationalisme ; mais ne pas tenir compte de ce volet-là de la réception, c’est favoriser une lecture incomplète et un peu naïve de l’histoire des idées et de la littérature.

  • 6 Duplat (Françoise), Friedrich von Oppeln-Bronikowski (1873-1936). Schriftsteller, Übersetzer, Publi (...)

8Enfin, la présentation des médiateurs rend justice au traducteur officiel de Maeterlinck, Friedrich von Oppeln-Bronikowski, principal agent et garant de la pérennité du Belge dans l’espace allemand. Une étude d’ensemble devrait être consacrée à ce médiateur franco-allemand de premier plan, également traducteur, entre autres, de Stendhal, Balzac, Machiavel ou de l’historien Ernest Lavisse, de même que de Charles De Coster et du Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach. Oppeln-Bronikowski associa, lui aussi, Maeterlinck autant avec la mystique qu’avec la « germanité », se demandant même comment il était possible que Maeterlinck n’écrive pas en allemand. À ce propos, Strohmann confirme ce que la recherche a par ailleurs déjà suggéré : la maîtrise de l’allemand par Maeterlinck est essentiellement passive et elle est imparfaite, d’autant plus que les interférences induites par le néerlandais peuvent parfois être source de confusion. Ainsi est-il rappelé que Maeterlinck écrivait à Oppeln-Bronikowski en 1898 qu’il n’était pas capable de procéder à des corrections sur les épreuves de son texte traduit (p. 128). Le travail de fin d’études de Françoise Duplat complète à propos utilement tout ce qui est dit ici sur Oppeln-Bronikowski, notamment à propos du coup d’arrêt de 1914 et de ses suites. Il précise notamment les circonstances de la réconciliation qui intervint en 1934 entre Maeterlinck et son traducteur. En 1927, Maeterlinck avait pris prétexte d’un malentendu dans la traduction de La Vie des termites pour renouer le contact, tout en avouant « qu’il m’est pénible de vous écrire quand je pense à ce qui s’est passé en Belgique ». En 1935, Oppeln entreprit la traduction de l’essai philosophique Avant le grand silence, les blessures de la guerre « s’étant à présent cicatrisées », comme il l’explique dans un document d’archive6.

  • 7 van de Kerckhove (Fabrice), « Les Yeux de Mélisande : échos de Schopenhauer et d’Emerson dans Pellé (...)

9Un instructif détour par la présence d’auteurs de langue allemande dans la bibliothèque de Maeterlinck (p. 377-381) indique que ce dernier possédait des œuvres de Schleiermacher en allemand, mais le Zarathoustra et la Volonté de puissance de Nietzsche en traduction française. Strohmann remarque au passage l’absence surprenante de Schopenhauer dans cette bibliothèque (p. 380), dont il ne faut toutefois pas hâtivement relativiser l’importance, comme il est fait ici. D’une part, la bibliothèque a été plusieurs fois pillée et déménagée. D’autre part, Fabrice van de Kerckhove a bien démontré que les citations et allusions à Schopenhauer sont très fréquentes dans l’agenda de 1891, tout au long de la préparation des esquisses de Pelléas et Mélisande7. À partir de 1891, Maeterlinck renvoie constamment au texte allemand de Schopenhauer dans l’édition d’Eduard Grisebach (Reclam, 1891), tandis qu’il ne semble pas prêter attention aux traductions françaises existant à ce moment.

10Après avoir passé en revue les médiateurs, Strohmann consacre un chapitre de la première partie aux éditeurs qui ont porté la diffusion de l’œuvre de Maeterlinck : Leopold Weiß à Vienne, Samuel Fischer, F. Schneider et Erich Reiß à Berlin, Albert Langen à Munich dans un premier temps ; la revue Die Insel, sur le point de donner naissance à la fameuse maison d’édition Insel, qui allait prendre en charge Verhaeren et plus tard toute une série d’auteurs flamands en 1914-1918, se contenta d’une traduction de Sœur Béatrice par Oppeln-Bronikowski en 1900. Il est toutefois surtout question de celui qui, à partir de la traduction du Trésor des humbles en 1898, allait faire rayonner Maeterlinck et devenir l’éditeur autorisé de son œuvre, Eugen Diederichs à Leipzig. Il est clairement montré que Maeterlinck s’intègre ici dans un programme éditorial réfléchi, qui allait configurer son image et sa fortune dans les pays de langue allemande. En effet, Diederichs est un éditeur foncièrement moderne, qui aspire à une réforme des esprits, une nouvelle humanité. Nietzschéen dans l’âme, il entretient un projet d’inspiration « vitaliste » et antimatérialiste. On l’affuble de l’étiquette « néoromantique » et il se complaît dans les divers courants d’inspiration mystique. D’une certaine manière, auteur et éditeur se complétèrent parfaitement par rapport aux attentes d’un public qui, une fois encore, fut cruellement déçu lors du déclenchement de la guerre car il s’était imaginé que Maeterlinck demeurerait à la fois germanophile et au-dessus des clivages nationaux. Encore un mot à propos de la fameuse « germanité » de Maeterlinck, que ses traducteurs et critiques, comme Oppeln-Bronikowski ou Johannes Schlaf, ont associée à sa « profondeur d’esprit » (geistige Tiefe), à son origine flamande et à sa pensée romantique et mystique. On aurait peut-être souhaité un traitement véritablement critique de cette question, qui – il est vrai – fut alimentée par Maeterlinck lui-même lors de sa visite à Berlin en 1903 (pour plaire à ses hôtes ?) et caractérisa plus tard, hors du contexte de l’époque, l’approche en partie essentialiste longtemps prônée par Paul Gorceix.

11Les deux derniers chapitres de la première partie sont consacrés à la réception de Maeterlinck dans les journaux et les revues d’une part, aux mises en scène et aux comptes rendus auxquels elles ont donné lieu de l’autre. Si on en a déjà évoqué les longueurs, il faut relever l’intérêt des tableaux en annexes, très instructifs en matière de constitution de réseaux.

12La seconde partie de l’ouvrage détaille les relations de Maeterlinck avec une importante sélection d’auteurs de langue allemande : Hermann Hesse, Hugo von Hofmannsthal, Heinrich et Thomas Mann, Robert Musil, Rainer Maria Rilke et Johannes Schlaf. À l’exception de Johannes Schlaf, né la même année que Maeterlinck (1862), et dans une moindre mesure de Heinrich Mann (1871), tous ces auteurs, nés entre 1874 (Hofmannsthal) et 1880 (Musil) font partie d’une génération immédiatement cadette, ce qui n’est pas dû au hasard. Ces auteurs sont clairement en quête de certains modèles littéraires et humains, pour les soutenir dans leur apprentissage de la littérature, et recherchent le contact avec la personne et surtout avec l’œuvre incarnant pour eux une pensée novatrice. À côté de Walt Whitman et même de Verhaeren – comme l’atteste l’exemple connu de son amitié avec Zweig –, Maeterlinck remplit cette fonction à des degrés divers. Il n’a certes pas le même charisme que Verhaeren ; les contacts personnels ou épistolaires ne sont pas légion : quelques lettres échangées avec Hofmannsthal et quelques rencontres entre les deux hommes à Paris en 1900 ; une lettre inédite à Hermann Hesse, que Strohmann a retrouvée dans les archives suisses de ce dernier (p. 404). Vers 1898-1899, le jeune Hesse avait manifestement posé quelques questions sur une interprétation de l’œuvre du dramaturge belge. Maeterlinck lui répond gentiment qu’il ne parvient pas à déchiffrer son allemand, et confesse qu’il envoie probablement sa réponse trop tard car elle était égarée sur sa table… Quant à Thomas Mann, c’est pendant la Seconde Guerre mondiale qu’il côtoya quelque peu Maeterlinck dans le cadre de son exil américain et ce fut sans autre incidence.

  • 8 Une recherche bibliographique mentionne encore une réédition chez Diederichs en 1919 (exemplaires 9 (...)
  • 9 Voir Le Rider (Jacques), « Musil et Maeterlinck », dans Van de Kerckhove (Fabrice), éd., Bruxelles- (...)

13Beaucoup plus fondamentale est la présence de Maeterlinck dans l’œuvre de tous ces auteurs. Une approche comparative fouillée permet de circonscrire l’influence de Maeterlinck dans une bonne vingtaine d’œuvres, au moment où elle fut la plus forte, autour de 1900 et jusqu’à la mise en scène, en 1902, de Monna Vanna, la pièce qui fut ensuite de loin la plus jouée (surtout à Berlin). L’essentiel semble être dit à ce moment et culminera dans la mise en scène, par Rilke et Heinrich Vogeler, de Sœur Béatrice pour inaugurer la Kunsthalle de Brême cette année-là. Elle se prolongera bien entendu à travers l’hommage direct rendu par Robert Musil dans l’épigraphe des Désarrois de l’élève Törless – une citation de « La morale du mystique » issue du Trésor des Humbles. Le charme s’atténua ensuite, même si ce dernier ouvrage, par exemple, continua d’être réédité régulièrement8. Musil vira plus tard sa cuti et tourna le dos au « philosophe de salon », qu’il avait jadis adoré, dans L’Homme sans qualité. Strohmann en rappelle un passage dans lequel les mots de Maeterlinck sont comparés à « du pain sur lequel on a versé du parfum » (p. 553). Curieusement, il n’évoque pas la satire décapante qu’a exposée Jacques Le Rider, évoquant le diplomate Tuzzi, inquiet des crises de mysticisme de son épouse, qui interroge Ulrich à propos de la pensée de « cet homme » (« von diesem Ma…, von diesem Mann ! »), dont elle a manifestement fait une lecture trop assidue9.

14Par ailleurs, on aura beaucoup appris à propos des auteurs dont le rapport à Maeterlinck n’avait pas été exploré à ce jour. Épinglons notamment la tentative, non publiée, de la traduction de poèmes des Serres chaudes (« Fauves las », « Reflets ») par Heinrich Mann (exposée in extenso p. 534-535) ou le chapitre sur le naturaliste Johannes Schlaf, auteur d’une monographie sur Maeterlinck en 1906. Influencé notamment par Walt Whitman, Schlaf évolua, comme d’autres, du naturalisme vers des formes de pensée vitalistes, à la fois mysticisantes et ésotériques, qui lui servirent de base pour s’approprier Maeterlinck. Là où il se fourvoya, remarque Strohmann, c’est qu’il continua de lier celles-ci à un modèle de pensée racial et biologique post-darwinien, qui fait entièrement défaut chez le poète belge. (Schlaf se compromit d’ailleurs sous le nazisme, avant de mourir en 1941.)

  • 10 Boussart (Monique), « Zum Verhältnis von August Stramms Einaktern Sancta Susanna und Die Haidebraut(...)

15En guise de conclusion, Dirk Strohmann récapitule son travail sous forme de douze thèses fort claires, qu’il commente systématiquement. Ceci permet de bien distinguer par exemple, la réception des essais – l’impulsion décisive donnée par le Trésor des humbles, qui arrive à un moment opportun, en fonction des attentes d’un certain public – de celle du premier théâtre, qui se concentra sur les milieux de la modernité et de l’avant-garde. Chez plusieurs auteurs, le discours de Maeterlinck fut source d’inspiration et de régénération pour une nouvelle orientation dans leur carrière littéraire. Concernant l’esthétique théâtrale elle-même, Strohmann insiste sur la critique fondamentale de la langue (Sprachskepsis), dont Maeterlinck est un des représentants majeurs et sur le concept du « tragique quotidien », qui mène à une nouvelle conception du drame. L’idée que le dramaturge belge a pu révéler des auteurs de langue allemande à eux-mêmes, à un moment de leur cheminement, est convaincante. Toutefois, on se demande parfois si l’importance de Maeterlinck n’a pas été quelque peu surévaluée, lorsqu’au fil de l’étude sont traités des motifs qui sont dans l’air du temps, comme la critique de la langue elle-même ou la prédilection pour les « paysages de l’âme ». Mais le rôle pivot joué par Maeterlinck dans l’histoire de la modernité spécifique des pays de langue allemande – le climat « fin de siècle » ou néoromantique comme moment charnière d’une évolution dialectique qui mène du naturalisme à l’avant-garde – convainc le lecteur. Une dernière critique : on aurait pu mieux mettre en lumière la fonction de Maeterlinck comme précurseur de l’expressionnisme, sur la base de l’article jadis consacré par Reinhold Grimm à Maeterlinck et Trakl (mentionné p. 39 mais pas exploité) ou de celui, plus récent, de Monique Boussart sur August Stramm, qui n’est pas recensé10.

  • 11 Les coquilles sont rares : Kurt « Tucholski » au lieu de « Tucholsky » (p. 112) ; la cocasse mauvai (...)

16Récapitulons : l’ouvrage de Dirk Strohmann est un apport indispensable à la réception de Maeterlinck en Europe, tant la recherche accomplie a été minutieuse et, à sa manière, quasi exhaustive. Au-delà de son aspect bilatéral, elle contribue à une approche des réseaux d’intellectuels et des transferts multilatéraux qui ont constitué la forte internationalisation de la vie artistique et littéraire autour de 1900. En fonction de choix méthodologiques discutables, notamment la césure de 1914 dans la délimitation de l’objet de recherche, elle laisse dans l’ombre certains aspects importants de la réception, notamment sur le difficile terrain de l’histoire des idées, clairement relégué au second plan au profit de la dimension esthétique. Finalement, on n’oubliera pas de rendre hommage à la qualité et à la précision des index et autres répertoires, atout précieux dans ce genre d’ouvrages11.

  • 12 Ainsi, il fut encore monté par le metteur en scène contemporain de la Schaubühne à Berlin, Thomas O (...)

17L’histoire de la réception après 1914 reste donc à écrire. Elle ne justifie certainement pas un travail de la même ampleur mais devrait par exemple englober L’Oiseau bleu, traduit en 1910 et dont la popularité rejaillit jusqu’à aujourd’hui12. Et elle pourrait mettre en lumière d’autres aspects plus délicats, notamment idéologiques, qui étaient déjà en germe dans la période étudiée. Enfin, il faudra revenir à la traduction des Disciples à Saïs de Novalis comme source éventuelle de « malentendus productifs » dans la réception des romantiques allemands dans la vie littéraire française et francophone de l’époque. L’édition des Carnets par Fabrice van de Kerckhove permettra certainement de mettre en lumière les aléas de la réception du romantisme allemand chez Maeterlinck, indissociable de son intérêt pour la pensée anglo-saxonne de son temps, notamment pour R.W. Emerson.

Haut de page

Notes

1 Strohmann (Dirk), Die Rezeption Maurice Maeterlincks in den deutschsprachigen Ländern (1891-1914), Bern [e.a.], Peter Lang, 2006, 806 p. – ISBN 3-03910-855-7

2 Paul Gorceix, Les Affinités allemandes dans l’œuvre de Maurice Maeterlinck. Contribution à l’étude des relations du Symbolisme français et du Romantisme allemand, Presses universitaires de France, 1975. Christian Berg me signale que cet ouvrage a connu en 2005 une nouvelle édition, augmentée d’une postface (Paris, Eurédit, 2005, p. 405-458) dans laquelle Gorceix analyse le rapport de Maeterlinck à la modernité viennoise sous un nouvel angle par rapport à son étude initiale.

3 Voir aussi l’article de Paul Gorceix, « Sur la rencontre de Hermann Bahr avec le symbolisme franco-belge », dans Les Songes de la raison. Mélanges offerts à Dominique Iehl, Bern (e.a.), Peter Lang, 1995, p. 273-288, qui manque dans la bibliographie.

4 Ceci lui valut non seulement les insultes de Joseph Gœbbels mais aussi une invalidité suite à l’agression à la barre de fer par un militant radical. Voir la notice que lui consacre David Vandermeulen sur le blog de son projet de bande dessinée Fritz Haber (voir http://fritz-haber.over-blog.com/article-12764543.html).

5 Voir Émile et Marthe Verhaeren – Stefan Zweig. Correspondance, édition établie, présentée et annotée par Fabrice van de Kerckhove, Bruxelles, Labor / Archives et Musée de la littérature, 1996, p. 29 et suivantes.

6 Duplat (Françoise), Friedrich von Oppeln-Bronikowski (1873-1936). Schriftsteller, Übersetzer, Publizist und Vermittler der französischsprachigen Literatur Belgiens, mémoire de licence présenté au Département de langues et littératures germaniques (promoteur : Hubert Roland), Université catholique de Louvain, 2000, p. 79-80 et 88-89. Dans le fonds d’archives d’Oppeln, conservé à Berlin par son fils Friedrich-Wilhelm von Oppeln-Bronikowski (fonds peut-être transféré depuis au Deutsches Literarturarchiv de Marbach), Françoise Duplat a retrouvé la minute d’une lettre de Maeterlinck à Oppeln, du 5 mars 1935, et les manuscrits de deux comptes rendus d’Après le grand silence, « Vor der großen Stille – Maeterlincks letztes Werk » et « Maeterlincks letztes Wort », le second apparemment publié dans le Berliner Tageblatt autour du 20 février 1935.

7 van de Kerckhove (Fabrice), « Les Yeux de Mélisande : échos de Schopenhauer et d’Emerson dans Pelléas et Mélisande », dans Lope (Hans-Joachim) et Roland (Hubert), dir., Textyles, n°24, Une Europe en miniature ?, 2004, p. 23-37.

8 Une recherche bibliographique mentionne encore une réédition chez Diederichs en 1919 (exemplaires 9 000 à 13 000), malgré le scandale Maeterlinck pendant la guerre, puis en 1923 (14 000 à 18 000).

9 Voir Le Rider (Jacques), « Musil et Maeterlinck », dans Van de Kerckhove (Fabrice), éd., Bruxelles-Vienne, reflets croisés, 1890-1938, Bruxelles, Promotion des lettres belges de langue française, 1987, p. 38-47.

10 Boussart (Monique), « Zum Verhältnis von August Stramms Einaktern Sancta Susanna und Die Haidebraut zu Maeterlincks Dramaturgie und Motivik », dans Leonardy (Ernst) et Roland (Hubert), éd., Die deutsch-belgischen Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich / Les Relations culturelles et littéraires belgo-allemandes, 1890-1940, Frankfurt/M. [e.a.], Peter Lang, 1999, p. 97-107.

11 Les coquilles sont rares : Kurt « Tucholski » au lieu de « Tucholsky » (p. 112) ; la cocasse mauvaise orthographe de « Beaudelaire » pourrait être importée de la publication de Marga Bauer, Rainer Maria Rilke und Frankreich de 1930 (p. 34).

12 Ainsi, il fut encore monté par le metteur en scène contemporain de la Schaubühne à Berlin, Thomas Ostermeyer, en 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Maeterlinck et les pays de langue allemande », Textyles, 41 | 2012, 163-171.

Référence électronique

Hubert Roland, « Maeterlinck et les pays de langue allemande », Textyles [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1519 ; DOI : 10.4000/textyles.1519

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

FRS/FNRS, UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org