Navigation – Plan du site
Maurice Maeterlinck
Témoignages

Les traductions turques de Maeterlinck

Hassan Anamur
p. 157-162

Texte intégral

1C’est en 1922 seulement que paraît la première traduction turque de Maeterlinck. Un bref retour en arrière dans l’histoire de la Turquie permettra de mieux comprendre ce retard. Durant plus de quatre siècles, du xive au xviiie, l’Empire ottoman s’est voulu une entité fortement enracinée dans la civilisation orientale musulmane, hermétiquement fermée à l’idée même de l’Occident. Durement secoué par les revers militaires que lui infligeaient les armées de « l’Autre », l’Empire ressentit dès le début du xviiie siècle le besoin d’une modernisation conçue à l’exemple de son ennemi héréditaire. Des problèmes politiques impossibles à résoudre par les méthodes traditionnelles et la faillite de l’économie poussèrent la Porte à s’ouvrir au modèle occidental par une série de décisions aussi inattendues qu’inévitables. L’une de celles-ci allait être riche de conséquences et rendre possible la traduction et la diffusion d’ouvrages appartenant à une autre tradition : c’est l’autorisation enfin accordée, en 1729, à l’ouverture d’une imprimerie. Ainsi commençait une nouvelle ère.

  • 1 Robbs (Jacques), La Méthode pour apprendre facilement la géographie, traduit par Petros Baronian so (...)
  • 2 Lafitte-Clavé (général Jean de), Les Éléments de castramétation, traduction anonyme, Imprimerie de (...)
  • 3 Fables choisies en langue turque, traduit par un Efendi de Constantinople (et retraduite en françai (...)

2La première traduction d’une œuvre occidentale en langue turque, ou plutôt vers le turc de cette époque, l’ottoman, fortement influencé par l’arabe et le persan, est toutefois antérieure de quelques années. Elle date de 1721 : il s’agit de la Physique d’Aristote, traduite par un comité de savants réunis dans le palais du sultan. La deuxième traduction, datée de 1733, adaptera, quant à elle, un texte original français : une méthode d’enseignement « facile » de la géographie1. Les traductions suivantes – qui relèvent du domaine des techniques militaires – se feront encore attendre pendant un demi-siècle2. Ce n’est pas avant la fin du premier quart du xixe siècle que paraît la première traduction d’un texte littéraire français : un recueil de fables sorti à Paris en 1826 et dont un exemplaire est conservé à la Bibliothèque nationale de France. Cette anthologie bilingue en prose, intitulée Fables choisies en langue turque (Türk Dilinde Güzide Meseller) rassemble quatre-vingt-seize fables – pour la plupart dues à La Fontaine – traduites en turc par « un effendi de Constantinople », puis retraduites, pour quatre-vingt deux d’entre elles, du turc vers le français par Victor Letellier3. Plus de vingt ans s’écouleront avant que le Journal de Constantinople n’annonce, dans son numéro du 11 janvier 1847, que plusieurs comédies de Molière traduites par un certain Safvet Bey sont représentées sur la scène du Théâtre du palais de Çirağan (Tschiraillian).

  • 4 Fenelon, Abrégé de la vie des plus illustres philosophes de l’Antiquité, traduit par Crikor Chumari (...)
  • 5 Les traduction littéraires ou philosophiques publiées à partir de 1859 : Traductions de poèmes [Ter (...)

3Officialisée dès 1839, sous Mahmud (Mahmoud) ii, par un décret sur la Reconstruction socio-politique, cette nouvelle orientation de l’Empire ottoman conduira quelques années plus tard à de nouvelles traductions turques de textes littéraires occidentaux. Très souvent, il s’agira d’écrivains et de philosophes français : ainsi l’Abrégé de la vie des plus illustres philosophes de l’Antiquité4 de Fénelon, proposé en turc en 1854, suivi en 1859 et dans les années 1860 par d’autres traductions en nombre toujours croissant5.

  • 6 Quelques exemples des célèbres inconnus traduits durant cette période : Émile Richebourg (12 traduc (...)

4À partir de 1876, toutefois, sous Abdulhamid ii, le « sultan rouge » dont le règne dictatorial dura plus de quarante ans, s’instaurera une période de censure au cours de laquelle il sera légalement autorisé d’interdire les livres avant leur publication : un article de la loi sur la liberté de la presse stipule alors que « la presse est libre, mais dans le cadre des lois » ! Les maisons d’édition ne pourront désormais publier, dans l’ensemble, que des œuvres auxquelles ce régime autoritaire ne trouvait rien à redire, que les best sellers des illustres inconnus de l’époque6. Jusqu’en 1908, et même au-delà, les scènes n’accueilleront que des vaudevilles et des opérettes. Le public turc n’eut donc, durant toute cette période, que très rarement accès aux œuvres des grands écrivains étrangers de l’époque. Les courants littéraires contemporains, notamment le symbolisme, restaient largement ignorés.

5Suivront des années de troubles sociaux et de guerres sur tous les fronts. L’armée ottomane participera à la Première Guerre mondiale, à l’issue de laquelle presque tout le territoire turc sera occupé par les forces anglaises, italiennes, grecques et françaises. Après la Guerre d’indépendance (1919-1923) et la proclamation de la République turque, viendra toutefois le temps d’une politique sociale et culturelle tournée, dans tous les domaines, vers l’Occident.

6C’est dans ce contexte nouveau, celui de la dernière année de la Guerre d’indépendance, que paraîtra dans une revue littéraire la première traduction turque de Maeterlinck : celle d’Intérieur, en juillet 1922. Depuis cette date jusqu’en 1980 seront publiées dix-neuf traductions turques de notre auteur (parmi lesquelles sept traductions de L’Oiseau bleu), tandis que huit articles seront consacrés à son œuvre. Trois de ses pièces seront représentées sur les scènes d’Ankara et d’İstanbul : Intérieur à deux reprises en 1939-1940 et 1947-1948 ; L’Oiseau bleu à quatre reprises en 1955-1956, 1960-1961, 1971-1972 et 1970-1971 – en deux traductions différentes – et Pelléas et Mélisande en 1944-1945. Mais depuis 1980 Maeterlinck attend d’être redécouvert par les éditeurs et traducteurs turcs.

7La liste qui suit reprend, dans l’ordre de publication, toutes les traductions turques de Maeterlinck ainsi que tous les articles consacrés, en Turquie, à son œuvre. La date et le lieu des mises en scène y sont également mentionnés.

Les traductions de Maeterlinck

1) Intérieur [1894], sous le titre de İçerde, traduction anonyme, dans Dergâh [revue], 2e année, n° 30, Istanbul, 5 juillet 1922.

2) Monna Vanna [1902], sous le titre de Monna Vanna, traduit par Yaşar Nabi Nayır et Bedrettin Tuncel, Selâmet Matbaası, Büyük Kitaplar Kitaphanesi [Bibliothèque de grands livres], Istanbul, 1930, 67 p.

3) La Vie des fourmis [1926], sous le titre de Karıncaların Hayatı, traduit par Mehmet Naci Ecer, Vakit Gazete / Matbaa / Kütüphane, Istanbul, 1936, 157 p.

4a) L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Mavi Kuş, traduit par Mehmed Şükrü Erdem, Remzi Kitabevi, Dünya Muharrirlerinden Piyesler Serisi [Maison d’édition Remzi, Série des Œuvres dramatiques des écrivains du monde], n° 2, Istanbul, 1937, 146 + 6 p. [postface].

4b) L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Mavi Kuş, traduit par Celal Tevfik Saymen, Türkiye Yayınevi, Yavru Türk Özel Sayısı, n° 16, 1941.

4c) L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Mavi Kuş, traduit par Reşat Göğen, représenté au Théâtre national d’Ankara en 1955-1956, 1960-1961, 1971-1972 [non publié].

4d) L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Mavi Kuş, traduit par Göksel Eroku, représenté au Théâtre municipal d’Istanbul en 1970-1971 [non publié].

4e) L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Tosuncuk ile Yosuncuk, adapté par H. İsmail Uygar, Civ Civ Çocuk Yayınları, illustré, Istanbul, 1979, 64 p.

4f) L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Mavi Kuş, adapté par Hüsniye Garibanlı, Civ Civ Yayınları, İstanbul, 1980, 64 p.

4g) L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Mavi Kuş, traduit par Güzin Sayar, Ülkü Basım Yayın, Şaheser Çocuk Kitapları, Istanbul, 1981, 119 p.

5) La Vie des abeilles [1901], sous le titre de Arı [Abeille], traduit de la traduction anglaise par Hilmi Malik Evrenol, Istanbul, 1938, 112 p.

6) Pelléas et Mélisande [1892], sous le titre de Pelleas ve Melisande, traduit par Turgut S. Erem, Maarif Vekâleti Yayınları [Publications du ministère de l’Enseignement national], Devlet Konsevatuarı Yayınları [Publication du Conservatoire national], n° 17, Ankara, 1944, 74 p. [représenté au Théâtre du Conservatoire national durant la saison 1944-1945].

7) Ariane et Barbe-Bleue [1899], sous le titre de Arian’la Mavi Sakal yahut Beyhude Kurtuluş, traduit par Yaşar Nabi Nayır, Milli Eğitim Bakanlığı Yayınları [Publications du ministère de l’Éducation nationale], Dünya Edebiyatından Tercümeler [Traductions de la littérature mondiale], Modern Tiyatro Eserleri Serisi [Série des pièces du Théâtre moderne], n° 23, Ankara, 1945, 38 p.

8) Devant Dieu [1937], sous le titre de Tanrı Huzurunda, traduit par Ferid Nâmık Hansoy, Inkilâp Kitabevi [Librairie Inkilâp], Istanbul, 1947, 183 p.

9) Les Aveugles [1890], sous le titre de Körler, traduit par Vedia Tatarağası / Ömer Akkan, Maarif Vekâleti Yayınları [Publications du ministère de l’Éducation nationale], Ankara, 1955, 39 p.

10) Chanson, sous le titre de Şarkı, traduit par Suut Kemal Yetkin, dans Çağdaş Fransız Şiiri Ansiklopedisi [Encyclopédie de la poésie française contemporaine], Yeditepe Yayınları [Éditions Yeditepe], Istanbul, 1959, p. 68.

11) L’Intruse [1890], sous le titre de Çağrılmadan Gelen, traduit par Memet Fuat, de Yayınları [Éditions de], Istanbul, 1961 ; 2e édition, Adam Yayınları [Éditions Adam], 1993 ; 3e édition, 1995. [Pièce représentée durant les saisons 1962-1963, 1963-1964, 1965-1966 au Théâtre national d’Ankara].

12) L’Infidèle [« Et s’il revenait un jour »], sous le titre de Vefasız, traduit par Necdet Bingöl, dans Hisar [revue mensuelle], n° 150, Ankara, 1976, p. 27.

13) Le Miracle de saint Antoine [1921], sous le titre de Saint-Antoine’in Mucizesi, traduit par Hüseyin Gümüş, dans Atatürk Üniversitesi Edebiyat Fakültesi Araştırma Dergisi / Revue d’études de la Faculté des lettres de l’Université Ataturk, n° 8, Erzurum, 1978, p. 223-251.

Articles sur l’œuvre de Maeterlinck

1) Tuncel (Bedrettin), [Préface à] Monna Vanna sous le titre de « Monna Vanna Hakkinda », p. 3-4, dans Monna Vanna, traduit par Yaşar Nabi Nayır / Bedrettin Tuncel, Selâmet Matbaası, Büyük Kitaplar Kitaphanesi [Bibliothèque de grands livres], İstanbul, 1930, 67 p.

2) Anonyme, « Son yarım yüzyıl dramatistleri. Belçika dramı ve Maurice Maeterlinck / Les dramatistes du dernier demi-siècle. Le drame belge et Maurice Maeterlinck », traduit par İrfan Konur, Türk Tiyatrosu [Théâtre turc, Revue du Théâtre municipal d’Istanbul], n° 64, p. 7 et 10-12, 15 octobre 1935.

3) Kut (Şaziye Berrin), sur Intérieur, sous le titre de « Içerde », Varlık [Existence], tome 4, n° 77, İstanbul, 1930.

4) Bidou (Henri), « Maeterlinck ferisi. Edebiyatta hülya ve masal âlemi / Le Monde de féerie et de conte de Maeterlinck », traduit par Muammer Necip, Varlık [Existence], t. 4, n° 77, p. 71-72 ; n° 78, p. 88-90 ; n° 79, 1936, p. 108-109.

5) Anonyme [Mehmed Şükrü Erdem ?], « Maurice Maeterlinck », dans L’Oiseau bleu [1911], sous le titre de Mavi Kuş, traduit par Mehmet Şükrü Erdem, Remzi Kitabevi, Dünya Muharrirlerinden Piyesler Serisi [Série de pièces des écrivains du monde], n° 2, Istanbul, 1937, 146 + 6 p., p. 147-152.

6) Yetkin (Suut Kemal), [préface], p. i-ii dans Evin içi / Intérieur, traduit par Sabahattin Eyüboğlu, Maarif Vekilliği [Publications du ministère de l’Éducation nationale], Dünya Edebiyatından Tercümeler [Traductions de la littérature mondiale], Devlet Konservatuvari Neşriyati, n° 1 [Publication du Conservatoire national, n° 1], 18 p., Ankara, 1940 [2e édition : Istanbul, 1958, 16 p.].

7) Arcan (I. Galip), « Maurice Maeterlinck. Yabancı Tiyatro Muharrirleri Üstüne Etütler/Maurice Maeterlinck. Études sur les dramaturges étrangers », Türk Tiyatrosu, [Théâtre turc, Revue du Théâtre municipal d’Istanbul], n° 127, 1941, p. 5-6.

8) Anonyme, « Maurice Polydore Marie Bernard Maeterlinck » [postface], dans Çağrılmadan Gelen [L’Intruse], traduit par Memet Fuat, Yayınları [Éditions de], Istanbul, 1961, p. 28-29.

9) Gümüş (Hüseyin), « Maurice Maeterlinck ve düşündürdükleri / Maurice Maeterlinck et son univers », dans Atatürk Üniversitesi Edebiyat Fakültesi Araştırma Dergisi / Revue d’études de la Faculté des lettres de l’Université Ataturk, n° 12, Erzurum, 1980, p. 223-251.

8Trois de ces publications nous serviront de jalons pour un rapide parcours de la pénétration de Maeterlinck en Turquie.

9Première étude parue en turc sur l’œuvre de Maeterlinck, la préface à la traduction de Monna Vanna rédigée en 1930 par Bedrettin Tuncel, professeur de littérature française à l’Université d’Ankara, se concentre bien entendu sur la pièce que celui-ci avait traduite avec Yaşsr Nabi Nayir, fondateur et directeur de la revue littéraire Varlik (Existence). Mais deux pages font découvrir au lecteur turc un monde, l’univers symboliste, et un grand écrivain qui lui étaient jusqu’alors restés largement inconnus.

10En 1937, la postface qui accompagne la traduction de L’Oiseau bleu, due à Mehmed Şükrü Erdem, n’est pas signée mais il paraît fort probable qu’elle soit de la main du traducteur. L’auteur, auquel les débuts de Maeterlinck ne sont pas inconnus, cite l’article qui a lancé celui-ci, le compte rendu de La Princesse Maleine publié par Octave Mirbeau dans Le Figaro du 24 août 1890 : « Maurice Maeterlinck a créé l’œuvre la plus géniale et en même temps le plus pure de notre époque. » L’auteur de la postface se fonde aussi sur les commentaires de Camille Mauclair pour mettre en avant l’originalité de Maeterlinck, philosophe, psychologue et mystique, la pureté de son style, la composition tragique de ses pièces et la finesse de son expression.

11Dans un article publié en 1941 dans la revue Türk Tiyatrosu (Théâtre turc), Galip Arcan (Ardjan), acteur et metteur en scène du Théâtre municipal d’Istanbul, présente enfin Maeterlinck comme l’écrivain qui a su, de façon incomparable, donner un théâtre au symbolisme. Après avoir cité, lui aussi, Mirbeau et Mauclair, il s’interroge sur la façon de porter Intérieur à la scène : « Maeterlinck en écrivant Intérieur s’est servi d’une technique permettant d’extérioriser la philosophie de la mort et de la fatalité. La victime de l’action (et de la Fatalité) n’est jamais présente sur la scène ; les héros de l’action sont des personnages silencieux, muets. Ceux qui parlent sont des comparses chargés d’incarner la poésie et la philosophie de l’œuvre. Aussi, lorsqu’on portera cette œuvre à la scène, faudrait-il tenter de réaliser une mise en scène surréaliste et non réaliste. »

12Il reste à espérer qu’une nouvelle vague de traductions permette au public turc de renouer avec Maeterlinck et de découvrir d’autres aspects de son génie.

Haut de page

Notes

1 Robbs (Jacques), La Méthode pour apprendre facilement la géographie, traduit par Petros Baronian sous le titre de Risâle-i Coğrafya. Fenn-i-Nûmây-i Câm-i Cem ez Fenn-i Coğrafya et publiée en 1733.

2 Lafitte-Clavé (général Jean de), Les Éléments de castramétation, traduction anonyme, Imprimerie de l’Ambassade de France, sous le titre de Usûlü’l-Ma’ârif fî Tertibi’l Ordu, 1786-1787 ; Truguet (amiral de), traduit sous le titre de Usûlü’l-Ma’ârif fî Vech-i Tasnif-i Sefâin-i Donanma ve Fenn-i Tedbir-i Harekâtihâ, traduction anonyme, Imprimerie de l’Ambassade de France, 1787-1788 [2e édition 1826].

3 Fables choisies en langue turque, traduit par un Efendi de Constantinople (et retraduite en français par Victor Letellier], Librairie orientale Dondey-Dupré, Paris, 1826.

4 Fenelon, Abrégé de la vie des plus illustres philosophes de l’Antiquité, traduit par Crikor Chumarian sous le titre de Evvel Zaman İçinde Azamü’ş-şan Olan Filozofların İmrar Etmiş Oldukları Ömürlerinin İcmalidir et publié en édition bilingue en 1854.

5 Les traduction littéraires ou philosophiques publiées à partir de 1859 : Traductions de poèmes [Tercüme-i Manzume], anthologie contenant des « morceaux » de Racine, de Gilbert, de Fénelon et de Lamartine par İbrahim Şinasi [Ibrahïm Schinassi, 1826-1871], journaliste, poète et dramaturge ; Muhâverat-ı Hikemiye [Dialogues philosophiques], comprenant onze dialogues de Fénelon, Fontenelle, Voltaire traduits par Münif Paşa [Munif Pacha, 1809-1910] ; Terceme-i Telemak / Traduction de Télémaque [Fénelon] par Yusuf Kâmil Paşa (1808-1876).

6 Quelques exemples des célèbres inconnus traduits durant cette période : Émile Richebourg (12 traductions) ; Nicolas Gilbert (14 traductions) ; Pierre Alexis de Ponson du Terrail (15 traductions) ; Octave Feuillet (15 traductions) ; Jean-Pierre Claris de Florian (18 traductions) et Paul de Kock (34 traductions) !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Anamur, « Les traductions turques de Maeterlinck », Textyles, 41 | 2012, 157-162.

Référence électronique

Hassan Anamur, « Les traductions turques de Maeterlinck », Textyles [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1517 ; DOI : 10.4000/textyles.1517

Haut de page

Auteur

Hassan Anamur

Université Yildiz d’Istanbul

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org