Navigation – Plan du site
Maurice Maeterlinck
Témoignages

La traduction en bulgare des Poésies complètes de Maeterlinck

Krassimir Kavaldjiev
p. 149-156

Texte intégral

1Traduire toute la poésie de Maurice Maeterlinck en bulgare a été, et demeure, un projet des plus ambitieux, et ce à double titre. Tout d’abord, en raison de la grande importance de cet écrivain qui a laissé son empreinte sur plus d’un auteur d’Europe et du monde. Ensuite, traduire et publier des poèmes relève de l’exploit : quel éditeur prendrait le risque de publier de la poésie à l’époque où celle-ci voit le nombre de ses lecteurs se rétrécir comme peau de chagrin ? Jusqu’à ce jour de mai 2010 où le recueil Analogii (Analogies, titre de ma traduction) a vu le jour à Sofia et a attiré l’attention des lecteurs.

2Je n’avais jamais songé à traduire la totalité de la poésie de Maeterlinck, avant ce beau jour d’août 2007 où, au Collège européen des traducteurs littéraires de Seneffe, j’ai eu l’idée de m’atteler à cette tâche agréablement difficile : une idée qui tenait de la révélation. Bien entendu, j’avais déjà lu et étudié les Serres chaudes dans le cadre de mon cursus universitaire durant la première moitié des années 1990 à Sofia. Toutefois, tant qu’on ne s’est pas mis à traduire un texte, toute lecture risque de demeurer superficielle, voire infructueuse, la traduction étant la plus profonde des lectures, la lecture par excellence. C’est une déconstruction : non content de décortiquer l’œuvre, le traducteur la démonte pour la réassembler au-delà de la frontière qui sépare sa langue maternelle et celle du texte original.

3Projet difficile également, car j’étais, en l’occurrence, le dernier en date à avoir traduit en bulgare des poèmes de Maurice Maeterlinck. Ses premiers traducteurs au pays des roses furent des poètes considérables, chacun d’eux étant un monument à lui seul. À commencer par Peyo Yavorov : l’un des premiers symbolistes bulgares, fortement marqué par Baudelaire, Verlaine, Maeterlinck, Jammes et j’en passe, et pourtant très différent d’eux. Sans œuvrer dans la lignée de Maurice Maeterlinck, Yavorov n’en fut pas moins imprégné du thème de la mort, si présent chez l’auteur des Serres chaudes. Sa traduction de six poèmes de ce recueil remonte à 1905. En 1914, voyait le jour la version de Nicolaï Liliev (le poète peut-être le plus lyrique d’entre les classiques bulgares) d’un petit cycle intitulé « Ronde d’ennui », tiré des Serres chaudes, et en 1920, le premier (si ce n’est le seul) recueil de poèmes de Maeterlinck choisis et traduits par Ghéo Milev, poète expressionniste réputé qui a notamment entretenu une correspondance intense avec Émile Verhaeren et s’est illustré en son temps par la traduction de nombreuses œuvres du patrimoine littéraire français, anglais, allemand et russe. On voit donc dans quelle lignée contraignante se situe quiconque veut traduire, en bulgare notamment, l’œuvre poétique du célèbre symboliste belge.

  • 1 Dontchev (Nicolaï), « Maurice Maeterlinck en Bulgarie », dans Annales de la Fondation Maurice Maete (...)

4Son influence sur les poètes bulgares, tant sur les moyens d’expression que sur le contenu sémantique de leur œuvre, a déjà été esquissée dans une étude de mon compatriote Nicolaï Dontchev publiée en 19621. L’auteur de ce texte recense les traductions d’œuvres du poète publiées en bulgare jusque dans les années 1930. Les seules publications à avoir vu le jour depuis cette époque ne sont guère nombreuses : une en 1978, une en 2002, une en 2004 et une autre en 2009, ce qui n’est rien comparé aux trente-cinq publications d’œuvres de Maeterlinck durant les quatre premières décennies du xxe siècle, période d’exubérance éditoriale pour son œuvre dans le monde entier. Réunir et traduire les poésies de ce grand symboliste belge s’imposait en conséquence, d’autant plus que toute l’intelligentsia bulgare connaissait son nom sans avoir rien lu de lui (ou presque). En effet, bon nombre de ses poèmes n’avaient jamais été traduits en bulgare et, après tant d’années, toutes les traductions existantes de ses œuvres étaient devenues introuvables. Sans parler du fait que le discours poétique avait changé, étant donné l’évolution de la langue, ce qui ne m’a pas empêché de puiser dans les ressources du langage propre à nos poètes nationaux d’il y a une centaine d’années, là où les liens entre l’expression maeterlinckienne et celle de nos poètes symbolistes apparaissaient de manière explicite.

5Avec la découverte des Neuf chansons de la trentaine et des Treize chansons de l’âge mûr, un monde nouveau s’est ouvert à mes yeux, un monde ignoré et pourtant si proche, car c’est celui des légendes du terroir dont chaque intellectuel a une certaine connaissance à travers la peinture flamande. Tandis que, dans Serres chaudes, des poèmes à l’écriture poétique plus ou moins classique alternent sans cesse avec d’autres qui préfigurent l’écriture surréaliste, les « chansons », bien qu’écrites à des époques différentes, sont remarquables par l’unité de ton qui les anime. Toute cette richesse de forme et de contenu, ainsi que la double facette de la poésie de Maeterlinck, devaient donc être conservées dans ma langue maternelle, sans quoi le projet risquait de s’avérer vain et dénué de sens. Ainsi, rendre la tonalité inhérente à chaque poème, en plus de traduire la variété sémantique et métaphorique du tissu poétique, était un enjeu de premier ordre. Mais comment y parvenir sans trop de dégâts, étant donné que chaque langue a sa sonorité, sa prosodie, son intonation ? Dans un premier temps, il fallait lire et relire chaque poème, jusqu’à s’imprégner de tout ce qu’il véhicule comme messages, images et musique. C’était avant tout recréer un monde personnel, subjectif et intime, se laisser parler par ce langage unique et, par moments, hermétique.

6J’avais tout de même un fil d’Ariane dans cette entreprise. Coïncidence ou non, à la même époque je préparais en français une anthologie de la poésie symboliste bulgare : un travail de longue haleine qui m’avait permis de mieux m’approprier le vocabulaire symboliste dans ma langue maternelle. De plus, tous les poètes symbolistes bulgares avaient eu comme maître, entre autres, Maurice Maeterlinck, que certains avaient même traduit en leur temps. Grâce à ce double travail, j’ai pu voir sous un jour différent l’œuvre de ces poètes que je croyais pourtant bien connaître. Chez certains d’entre eux, on repérait sans peine des images chères à l’auteur des Serres chaudes, telles que la lune et le lys, la couleur bleue, l’âme enclose, l’attente, mais aussi et surtout le silence, tandis que d’aucuns se révélaient influencés par d’autres poètes, symbolistes ou non, tout en demeurant authentiques à leur manière. C’est en quelque sorte dans leur vocabulaire que j’ai (re)trouvé certains mots, aujourd’hui désuets du fait de l’évolution (trop rapide) de la langue bulgare, mais qui avaient donné vie à l’époque à tout un univers poétique.

  • 2 Maeterlinck (Maurice), « Serre chaude », dans Poésies complètes, Bruxelles, La Renaissance du livre (...)
  • 3 Maeterlinck (Maurice), « Oraison », p. 95. Fort heureusement, la langue bulgare se prête volontiers (...)
  • 4 Notamment dans « Âme de serre », p. 165. On notera également les inécloses dans le poème suivant in (...)
  • 5 Maeterlinck (Maurice), « Aquarium », p. 148.
  • 6 On peut le retrouver dans son contexte dans les poèmes « Cloche à plongeur » (p. 145), « Regards » (...)
  • 7 « Éclipse aux moires de mon cœur » (Maeterlinck (Maurice), « Âme chaude, p. 111), « leur lente moir (...)

7Il serait peut-être intéressant pour le public francophone de suivre les étapes les plus marquantes de mon parcours dans le monde poétique de Maurice Maeterlinck. Dès le premier poème, « Serre chaude », le mot analogie m’avait sauté aux yeux mais sur le coup, j’avais eu le réflexe de le traduire indirectement plutôt que de le conserver tel quel. Plus tard, en lisant des commentaires sur l’œuvre de Maeterlinck, j’ai pris conscience de la place centrale qu’occupe l’analogie dans la conception poétique de l’écrivain, et j’ai conservé le mot dans la version bulgare. Compte tenu de ces précisions, l’éditeur a préféré abandonner pour le titre la formule Œuvres poétiques complètes, qui lui semblait lourde, au profit d’Analogies, qui était plus lapidaire et beaucoup plus porteuse de sens, dans la mesure où elle résume en un mot les vues de Maeterlinck sur les liens entre le je lyrique et le monde dans lequel il vit, un monde où « rien n’est à sa place »2 et que seule l’analogie serait capable d’organiser. Mais les difficultés n’ont pas tardé à voir le jour : tandis que j’arrivais à comprendre et à reconstruire en bulgare l’adjectif substantivé inéclos dans le vers « à fleur de l’inéclos »3 (sur lequel d’autres ont dû trébucher), c’est la première partie de l’expression qui s’est avérée difficile à traduire : elle a, bien sûr, un équivalent en bulgare, mais le mot fleur en est absent. Pourtant, il joue un rôle crucial dans cette métaphore exprimant l’idée d’une fleur non encore épanouie. J’avoue que là où il était impossible d’intégrer certains détails formels, j’ai dû y renoncer au profit du sens plus global de chaque vers. Par exemple les participes passés issus de verbes du même radical, tels que clos, éclos, enclos et leurs dérivés, sont très fréquents dans la poésie de Maeterlinck4, mais pour des raisons formelles cette ressemblance phonétique n’a pu être conservée en bulgare. Une expression comme « morts d’éclore »5 est devenue en bulgare « morts en floraison », se dotant ainsi d’une vie autre en raison de la différence entre les ressources de chaque langue. Autre exemple lexical : l’adjectif glauque, qui est plus polysémique en français qu’en bulgare, présente l’avantage d’être monosyllabique, tandis que ses équivalents bulgares sont composés de quatre syllabes. C’est d’ailleurs un problème fréquent lorsqu’on traduit de la poésie : des mots essentiels comme plaisir, désir, et ainsi de suite (qui en français ne comportent que deux syllabes), ont des équivalents trop longs en bulgare, pouvant aller jusqu’à cinq syllabes. L’adjectif tiède6, d’autre part, se traduit en bulgare selon le contexte, ce qui signifie, malheureusement, que le traducteur doit trancher entre plutôt frais et plutôt chaud, à défaut de connaître la véritable intention de l’auteur. J’ai par ailleurs failli achopper sur le substantif moire, emprunté au textile, avant de trouver des équivalents appropriés qui renvoient à des tissus7.

8Si je crois avoir réussi la traduction du titre du poème « Chasses lasses » (p. 119) par haïki nehaïni (littéralement : « meutes indolentes »), celle du vers « les hyènes louches de mes haines » du poème suivant, « Fauves las » (p. 121), n’a pu en revanche conserver la paronomase entre hyènes et haines en raison de la dissemblance des deux mots dans ma langue maternelle, car ce qui comptait à mes yeux dans ce cas, c’était de conserver l’image originale.

9« Ennui » (p. 127), véritable concentré de l’état d’esprit de tout le recueil Serres chaudes, avec son contenu aussi lapidaire que riche en images, doublé d’une sonorité extrêmement travaillée, compte parmi les plus grands défis que j’ai affrontés en traduisant la poésie de Maeterlinck, et cela en raison de mots aussi banals que l’adjectif blancs, entre autres. Pour respecter les rimes, il a fallu user d’un stratagème bien connu des traducteurs de poésie : transformer les mots concernés, à condition que la langue le permette, bien sûr. Ainsi blancs, au lieu de beli, est-il devenu belodrešni (« aux habits blancs ») ou beloguši (« aux gorges blanches »). Ce poème alterne en outre trois verbes phonétiquement proches : atteindre, entendre, attendre, ce dernier étant répété trois fois, comme pour nous donner un avant-goût de l’« ennui » exprimé par le titre, dans le dernier couplet du poème précédent, « Heures ternes », couplet où l’on retrouve un autre jeu qui sera repris dans « Ennui » : l’alternance de réveil, sommeil et soleil. Bien entendu, cette ressemblance phonétique n’existe pas en bulgare, mais ce manque a été compensé par d’autres rimes et par d’autres jeux de sonorités ailleurs dans le poème. De plus, peu de langues peuvent se prévaloir de posséder des voyelles nasales comme le français, mais dans la version bulgare cet élément a été contrebalancé en partie par des mots contenant la consonne n, qui, à mes yeux, confère au discours un aspect chantant.

  • 8 Maeterlinck (Maurice), « Hôpital », p. 129.
  • 9 Maeterlinck (Maurice), « Oraison nocturne », p. 134.
  • 10 Maeterlinck (Maurice), « Désirs d’hiver », p. 138.
  • 11 Maeterlinck (Maurice), « Ronde d’ennui », p. 140.
  • 12 Maeterlinck (Maurice), « Attouchements », p. 171, 173.
  • 13 Maeterlinck (Maurice), « Au sortir de ses grottes », p. 230.

10Pour ne pas ennuyer le lecteur par une liste trop longue d’exemples dans une langue qu’il ignore certainement, j’ai gardé pour la bonne bouche un florilège d’expressions qui m’ont émerveillé durant mon parcours dans l’univers de Maeterlinck, qui par moments tournait à l’odyssée. « On est presque à l’abri du dehors »8 : cet entre-deux, cette hésitation exprimée par presque, m’avait ébloui. Dans le vers « je souffre une soif sans étoiles »9, le poète visait-il l’idée de subir ou de souffrir ? Là aussi j’étais obligé de trancher en raison des particularités de la langue d’arrivée. Souffrir quelque chose signifie subir, supporter, voire aimer bien, toujours est-il que le mot est dit : « je souffre ». Alors j’ai choisi la variante « je suis torturé par une soif sans étoiles », ce qui était plus « bulgare ». Le vers « mes désirs malades de faim »10 rejoint le thème du jeûne, de la diète, très présent dans les poèmes en vers libres des Serres chaudes, et il n’a pas constitué un défi lors de son passage d’une langue à l’autre, contrairement à deux allitérations : « et ces élans si lents encore » et « linges lents et bleus »11, qui ont néanmoins été rendues en bulgare à l’aide de mots contenant les consonnes l et n. Mais le plus difficile ne résidait pas toujours dans la transposition des métaphores et des oxymores, aussi fantaisistes soient-ils : « ailleurs la lune avait fauché toute l’oasis », « les agneaux s’en vont brouter l’obscurité »12, « et trois cents brebis ont brouté l’incendie »13 sont autant d’exemples d’images originales qui demeurent intactes dans la langue d’arrivée. Par moments cependant, un simple vouvoiement dans un poème (ce qui ne manque pas chez Maeterlinck) pouvait bloquer mon travail des heures durant. À qui s’adresse de fait le sujet lyrique quand il dit « vous » ? À Dieu ou au commun des mortels ? Il fallait absolument le savoir car dans la culture bulgare, Dieu n’est jamais vouvoyé. La tâche était facilitée dans le cas des poèmes où il est clairement question de Dieu et des anges, auquel cas le vouvoiement est devenu tutoiement, tandis que dans les autres cas il a été maintenu.

11Au cours de mon travail sur ce recueil, j’étais loin d’accorder une quelconque préférence à tel ou tel poème, mais je ne cacherai pas que certaines chansons ont été pour moi l’objet d’un véritable engouement, malgré les heures de dur labeur que m’a coûtées leur traduction. « Passe-fous » (p. 237), « Le Dernier Port » (p. 239), « Mon cœur était là-bas » (p. 247)… autant de chansons pleines de sagesse bien qu’écrites sur un mode badin. « Ma mère, n’entendez-vous rien ? » (p. 199), où s’affrontent à tour de rôle le discours anxieux de la fille et les mots de sa mère qui essaie de la rassurer (une anxiété et un optimisme extrêmes, outranciers, diamétralement opposés), ne pouvait que me fasciner car on y retrouve cette angoisse maeterlinckienne due à quelque chose qui n’est jamais nommé et qui est peut-être plus épouvantable que la mort elle-même. Quant à « Bons conseils », chanson qui allie la plaisanterie et le sérieux, elle a été choisie par l’éditeur bulgare pour figurer sur la quatrième de couverture. « Dernier cri », qui clôt le livre et l’œuvre du poète, est peut-être le plus touchant, le plus humain de tous ses poèmes dans la mesure où ce cri du cœur résume son attitude ambiguë envers la mort et qu’il comporte des notes d’optimisme dans un contexte plutôt lugubre. Tel est bien Maeterlinck poète : railleur et anxieux, ironique et tragique. Pourquoi je le soupçonne de faire de l’humour dans un poème où tout porte à croire au sérieux ? Parce que le début de cette dernière chanson (« Encore un an qui tombe // encore un an tombé ») est structuré de la même façon que la deuxième des Treize chansons de l’âge mûr, « Passe-fou », qualifiée, qui plus est, par l’auteur de « chanson de fou » : « Encore un fou qui passe // encore un fou passé » (p. 237). D’ailleurs, tout me fascine dans ce poème : son sérieux, son humour latent, sa charge de sincérité et son ton intimement lié à ses sonorités et à son système d’accents toniques :

Ils tombent dans ma tombe
Où je gis consterné ;
Et l’on est seul au monde
Quand on est enterré…

12N’entend-on pas retentir, dans ces répétitions de la syllabe « tombe » appuyées par tout l’aspect phonétique du couplet (notamment les six voyelles nasales en « o » que l’on y retrouve), le son des cloches mais aussi les coups des mottes de terre jetées par la pelle des fossoyeurs sur le cercueil au fond du tombeau ? Je crois avoir bien réussi à traduire « ils tombent dans ma tombe » en bulgare : « pàdat v gròba mi kòben », grâce à l’usage de deux mots contenant la combinaison « ob » et dont le second (kòben : « funeste ») retentit quasiment comme un caveau vide – j’ai dû le rajouter de mon cru faute de syllabes mais aussi pour obtenir le même effet que dans l’original.

13Je n’ai jamais perdu de vue les exemples de traductions « belles mais pas fidèles » faites par des poètes : elles sont agréables à lire mais la voix prêtée au poète est transformée. En repensant aujourd’hui à tout ce travail qui constitue un tournant dans ma carrière de traducteur, j’éprouve un sentiment de satisfaction et non de suffisance, car la traduction, considérée comme plus périssable que l’œuvre originale, peut bien un jour être retravaillée, tandis que le texte original demeure inchangé. Si j’ai perdu par endroits, j’ai gagné ailleurs ; si j’ai appauvri par-ci, j’ai enrichi par-là. Ce qui compte au final, c’est d’avoir maintenu l’équilibre, d’avoir bien rendu le ton, le souffle du texte, en transposant chaque image dans la mesure du possible, tout en respectant la forme : vers rimé ou vers libre, selon chaque cas.

Après tout, il est fascinant de s’imaginer que le poète qui a écrit :
Les paons nonchalants, les paons blancs ont fui,
Les paons blancs ont fui l’ennui du réveil ;
Je vois les paons blancs, les paons d’aujourd’hui,
Les paons en allés pendant mon sommeil […]

14puisse être lu dans une langue très différente, qui utilise même un autre alphabet. Pour s’en faire une petite idée, voici la même chose en bulgare :

отлитнаха пауните нехайни, пауни белодрешни,
пауните бели отлитнаха от скучното събуждане ;
аз виждам пауните бели, пауните днешни,
пауните, отишли си през моето сънуване […]

(otlitnaha paunite nehaïni, pauni belodrešni,
paunite beli otlitnaha ot skučnoto săbuždane ;
az viždam paunite beli, paunite dnešni,
paunite, otišli si prez moeto sănuvane […])

15Depuis que le livre est paru, je n’ai qu’une envie : qu’il suscite chez le lecteur bulgare les mêmes émotions que chez le lecteur francophone. L’avenir dira si j’ai réussi ou non ce pari.

Haut de page

Notes

1 Dontchev (Nicolaï), « Maurice Maeterlinck en Bulgarie », dans Annales de la Fondation Maurice Maeterlinck, tome 7, 1961, p. 5-10.

2 Maeterlinck (Maurice), « Serre chaude », dans Poésies complètes, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1965, p. 94. (Dans le corps du texte comme dans les notes, les indications de numéros de page renverront désormais à cette édition.) L’adjectif analogue figure dans le début du poème « Offrande obscure », p. 107.

3 Maeterlinck (Maurice), « Oraison », p. 95. Fort heureusement, la langue bulgare se prête volontiers à ce genre d’invention, contrairement au français et à l’instar de certaines langues germaniques que Maeterlinck a toujours louées pour leur souplesse et leur aptitude à fournir un matériau linguistique aux poètes. (L’expression à fleur de se trouve également dans le poème « Aquarium », p. 147.)

4 Notamment dans « Âme de serre », p. 165. On notera également les inécloses dans le poème suivant intitulé « Intentions », p. 167.

5 Maeterlinck (Maurice), « Aquarium », p. 148.

6 On peut le retrouver dans son contexte dans les poèmes « Cloche à plongeur » (p. 145), « Regards » (p. 158), « Âme de serre » (p. 165), « Attouchements » (p. 170) et « Âme de nuit » (p. 176).

7 « Éclipse aux moires de mon cœur » (Maeterlinck (Maurice), « Âme chaude, p. 111), « leur lente moire » (Maeterlinck (Maurice), « Verre ardent », p. 150), « au fil de moires éternelles » (Maeterlinck (Maurice), « Intentions », p. 167).

8 Maeterlinck (Maurice), « Hôpital », p. 129.

9 Maeterlinck (Maurice), « Oraison nocturne », p. 134.

10 Maeterlinck (Maurice), « Désirs d’hiver », p. 138.

11 Maeterlinck (Maurice), « Ronde d’ennui », p. 140.

12 Maeterlinck (Maurice), « Attouchements », p. 171, 173.

13 Maeterlinck (Maurice), « Au sortir de ses grottes », p. 230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Krassimir Kavaldjiev, « La traduction en bulgare des Poésies complètes de Maeterlinck  », Textyles, 41 | 2012, 149-156.

Référence électronique

Krassimir Kavaldjiev, « La traduction en bulgare des Poésies complètes de Maeterlinck  », Textyles [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1515 ; DOI : 10.4000/textyles.1515

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org