Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

L’Œil de l’autre. Actes des colloques de Kinshasa (9 et 10 juin 1996) et de Bruxelles (1er et 2 décembre 1996)

Congo-Meuse, n° 2 et 3, 1998/1999
Paul Aron
p. 122-123
Référence(s) :

L’Œil de l’autre. Actes des colloques de Kinshasa (9 et 10 juin 1996) et de Bruxelles (1er et 2 décembre 1996), Congo-Meuse, n° 2 et 3, 1998/1999, 2 vol., 648 p.

Texte intégral

1Publication annuelle du centre d’Études des Littératures belge et congolaise de Langue française (CELIBECO), réalisée en coopération avec les Archives et Musée de la littérature, la revue Congo-Meuse entend ouvrir un espace de recherche et de dialogue interculturel au sein des francophonies. La présente livraison, datée 1998/1999, mais sortie de presse en février 2000, reprend les actes de deux colloques tenus au Congo et en Belgique. Ce numéro a été coordonné par la R.S. Tsibola Kalengayi, Marc Quaghebeur, Jean-Claude Kangomba et Annick Villain.

2Rares sont les colloques qui parviennent à cerner précisément une problématique. La majorité d’entre eux se dispersent au gré des intérêts variés des participants. En l’occurrence, et en dépit du travail des éditeurs, le disparate prévaut. Disparate thématique d’abord, puisqu’à la préface en hommage à Albert Gérard succèdent une série de textes à tendance anthropologique (par exemple, plutôt incongru dans ce contexte, « L’Autre vu par les peintres du Shaba » de V. Bol), suivis par des études littéraires, mais également linguistiques (comme « Parallélisme et (non) conformisme le 30 juin 1960 au Congo belge : les indices linguistiques d’un divorce politique consommé » par Léon-Michel Ilunga Kongolo) ou de simple témoignage (comme « Deux ou trois choses que je sais de Patrice Lumumba », un article de Philippe Toussaint repris au Journal des Procès). Disparate méthodologique ensuite, puisque les analyses littéraires vont du simple résumé scolaire (« Conrad Detrez et ses nègres (Congolais) » par Charles Djungu-Simba K.) au déploiement somptueux de la psychologie des personnages (« Au carrefour des regards et des destins : La termitière de Daniel Gillès » par Marc Quaghebeur). Les spécialistes des relations interculturelles trouveront sans doute leur miel dans de nombreuses contributions ; outre celles déjà citées, je me bornerai à pointer les recherches qui intéresseront plus particulièrement le lecteur des lettres belges.

3Seuls les africanistes connaissent sans doute l’abbé Kaoze. Les lettres inédites et le commentaire qu’en donne Zana Aziza Etambala montrent cependant l’intérêt des propos du premier prêtre « évolué » reconnu par l’église coloniale : il donne des contes (qui sont peu analysés ici) et témoigne du niveau linguistique diffusé par l’enseignement des missionnaires belges. Il est toutefois dommage que les seules réflexions critiques sur la vision de Kaozé soient données dans une contribution très éloignée de la précédente, celle de Nyunda ya Rubango, « D’un discours colonial à l’autre », p. 613, qui souligne le décalque opéré par Kaozé avec les propos de ses supérieurs hiérarchiques. Très intéressante également est la description de la vie et de l’œuvre de l’écrivaine catholique Roger Ransy (1894-1983), qualifiée sans doute à juste titre de « réactionnaire » par Annick Villain, qui donne un très clair aperçu des archives conservées aux AML. On passera sous silence, par charité, l’article sur Hergé de Jacqueline Shajé Tshiluila, et on soulignera en revanche l’éloge assez inattendu d’un Simenon progressiste par Thio Kimwanga. Des recherches sur L’Herbe naïve de France Bastia (par Licia Reggiani), Sang mêlé d’Albert Russo (par Jean-Claude Kangomba Lulamba), un très bel hommage d’Yves Wellens au Mamiwata de Jean-Louis Lippert complètent ces deux copieux volumes dont la typographie et la présentation sont d’une qualité exemplaire.

4Je ne peux m’empêcher pourtant de faire état d’une certaine perplexité devant la thématique même de ces rencontres. Telle que le comprend Mukala Kadima-Nzuji, et son point de vue semble partagé par nombre d’intervenants, « l’œil de l’autre » doit être interprété comme une question posée à l’imaginaire des deux pays, afin de tenter de construire les images produites par les Belges sur le Congo et, réciproquement, par le Congo sur la Belgique. Cette interrogation se situe dans la perspective de la littérature comparée la plus traditionnelle. Elle ne tient aucun compte des questions autrement plus dérangeantes que posent, depuis une quinzaine d’années, la dynamique interculturelle que rappelle Mukala Kadima-Nzuji, ni l’historiographie dite « postcoloniale » que personne ne cite dans ces volumes (seul Pierre Halen fait allusion aux débats récents dans sa contribution sur Stanley et Conrad). Il y aurait pourtant une « lecture africaine des lettres belges » qui mériterait d’être construite, et qui soulignerait par exemple l’assourdissante occultation dans les discours politiques et littéraires belges des transferts de richesse entre les deux pays. Les organisateurs n’ont pas ce projet : le « littéraire » tel qu’il est ici analysé semble peu réceptif à un regard politique. Le dessin repris sur la couverture me paraît symboliser cette difficulté à aborder la dimension réelle des phénomènes : il représente une girafe dont les pattes reposent sur le Congo et dont la tête regarde vers la Belgique. Mais les deux pays ne sont pas représentés à la même échelle : l’ancienne colonie est à peine deux fois plus étendue que la Belgique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « L’Œil de l’autre. Actes des colloques de Kinshasa (9 et 10 juin 1996) et de Bruxelles (1er et 2 décembre 1996) », Textyles, 21 | 2002, 122-123.

Référence électronique

Paul Aron, « L’Œil de l’autre. Actes des colloques de Kinshasa (9 et 10 juin 1996) et de Bruxelles (1er et 2 décembre 1996) », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1487

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org