Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Verhaeren (Émile), Poésie complète 5 : Les Flamandes. Les Moines et Poésie complète 6 : Les Bords de la route. Les Vignes de ma muraille

Bruxelles, Luc Pire-AML éditions, coll. Archives du futur, 2008
Christian Berg
p. 306-308
Référence(s) :

Verhaeren (Émile), Poésie complète 5 : Les Flamandes. Les Moines, édition critique établie par Michel Otten et présentée par Véronique Jago-Antoine. Bruxelles, Luc Pire-AML éditions, coll. Archives du futur, 2008, 378 p.

Verhaeren (Émile), Poésie complète 6 : Les Bords de la route. Les Vignes de ma muraille, édition critique établie par Michel Otten et présentée par Christian Angelet, Bruxelles, Luc Pire-AML éditions, coll. Archives du futur, 2008, 260 p.

Texte intégral

1Basé sur les mêmes principes que ceux des quatre volumes précédents, le tome 5 de l’édition critique des œuvres poétiques de Verhaeren nous apporte les deux premiers recueils (Les Flamandes, 1883, et Les Moines, 1885), Michel Otten ayant choisi comme texte de référence le troisième remaniement du volume des Poèmes, celui du Mercure de France publié en 1911. On sait, d’une part, que les deux recueils ont subi, au fil du temps, corrections, remaniements et modifications parfois fondamentales qui sont parfaitement pris en compte dans cette édition ; on sait aussi, d’autre part, que les deux recueils ont été enrichis, au cours des années, de plusieurs pièces importantes. Ce qui justifiait largement le choix de l’édition de 1911, d’autant que l’édition posthume, en 1922, n’est pas toujours restée fidèle au dernier texte revu par Verhaeren (le lecteur pourra toutefois trouver dans les « Appendices », à la suite des poèmes supprimés lors du remaniement des éditions successives, les cas où l’édition définitive de 1922 s’écarte du dernier texte laissé par Verhaeren). Il est donc tout à fait possible de reconstituer aussi bien la première édition des recueils que celle de 1922, grâce à un apparat critique qui est un modèle du genre et qui met à la disposition du chercheur un outil fiable, complet et aisément utilisable. L’éditeur scientifique limite, volontairement semble-t-il, le nombre de préoriginales pour ces deux recueils. On ne pouvait en effet retenir, en particulier pour les Flamandes, tous les poèmes publiés (ou inédits) qui forment des esquisses, essais ou brouillons –souvent abandonnés – des textes retenus pour le premier recueil. La gestation de celui-ci, de l’avis même des spécialistes, remonte à la période louvaniste. Mais peut-être pourrait-on songer un jour à les regrouper dans un volume séparé, tout en se limitant aux pièces qui annoncent directement les deux premiers livres et aux recueils de poèmes déjà constitués, mais restés inédits, comme Mignardises d’amour ou Les Amours triomphales que les éditeurs du poète se sont toujours refusés à mettre au jour, en raison, semble-t-il, « de leur parenté d’inspiration […] avec Les Flamandes » (J. Marx, Verhaeren. Biographie d’une œuvre, Bruxelles, 1996, p. 108).

2Véronique Jago-Antoine développe, dans sa superbe introduction, plusieurs axes d’analyse qui se répondent et se complètent pour former une étude essentielle pour la connaissance des deux premiers recueils de Verhaeren. La question des parrainages littéraires de ce genre tout à fait particulier et unique qu’est le naturalisme parnassien (ou le Parnasse naturaliste) n’est pas simple, même si elle se retrouve chez d’autres écrivains au début de la décennie (Hannon, Eekhoud). La construction du mythe – celui de la Flandre mystique et sensuelle – reçoit une attention toute particulière : Véronique Jago-Antoine montre qu’il est surtout élaboré à partir d’une tradition picturale qui n’est pas celle de la Flandre des ducs de Bourgogne ou de Charles Quint, mais bien plutôt celle des grands peintres baroques du xviie siècle comme Rubens, Steen, Teniers, Brouwer, le premier recueil de Verhaeren traduisant à sa façon ce « génie du déséquilibre » propre à l’esthétique baroque. Les Moines renvoie aux grandes figures gothiques, au Christ tétanisé de Grünewald, aux moines de Zurbaran, mais aussi – la chose n’était guère connue – aux hiératiques fusains de Constantin Meunier que celui-ci conserva jusqu’à sa mort. C’est la caractéristique du genre « naturaliste-parnassien » d’introduire dans le corpus poétique des sujets susceptibles d’étayer l’appel au naturalisme en produisant dans les textes concernés un effet anti-lyrique ou même dysphorique. Chez le Verhaeren des Flamandes, c’est la « déroute absolue de la raison et du langage » (p. 40) qui étonna Camille Lemonnier quand le jeune poète lui soumit son manuscrit ; chez celui des Moines, par contre, malgré le rythme incantatoire et litanique appuyé, c’est le règne du silence, un peu au sens où l’entendait Mallarmé dans une lettre à Charles Morice : « significatif silence qu’il n’est pas moins beau de composer, que les vers ».

3De nombreux travaux nous ont appris que les recueils mûrissaient longtemps dans l’esprit de Verhaeren, et qu’en plus « ils y mûrissaient parfois ensemble », comme l’avait montré Vic Nachtergaele dans ses travaux sur les juvenilia du poète. C’est ce que confirme l’édition des Bords de la route et des Vignes de ma muraille qui constitue le tome 6 de Poésie complète. Verhaeren avait choisi de publier le premier en 1895, ensemble avec Les Flamandes et Les Moines. Christian Angelet a raison de rappeler que ce recueil se présente avant tout comme l’atelier de l’artiste et que les textes retenus sont ceux qui sont restés « aux bords de la route », en ceci qu’ils n’avaient pas trouvé place dans les recueils publiés entre 1883 et 1894. Toutes les pièces réunies ici ont paru en préoriginales et c’est tout le mérite de Michel Otten des les avoir colligées patiemment, ce qui nous permet de suivre la réélaboration de chacune d’elles. Ce recueil anthologique fonctionne comme une caisse de résonance qui rend compte de la complexité de l’inspiration verhaerenienne en ces années. L’excellente introduction du t. 6 parvient toutefois à en faire apparaître les constantes : importance de la peinture, de l’histoire, de la religion, sans oublier la veine érotique dans la section intitulées Kato : certaine « Vénus ardente » date de 1886, c’est-à-dire de l’année même des Moines : « on ne saurait trop insister, observe très justement Christian Angelet, sur la coexistence, chez notre auteur, de sources d’inspiration opposées et de registres discordants » (p.16).

4Les Vignes de ma muraille, publié en 1899 – l’édition définitive date de 1914 – réunit des pièces composées de 1892 à 1897, et couvre donc les années qui vont des Campagnes hallucinées aux Villes tentaculaires. Il s’agit là aussi d’un recueil anthologique qui regroupe 14 poésies de factures diverses que Christian Angelet propose de subdiviser en trois groupes : le premier ayant pour thème l’échec et le désenchantement du voyage ; le deuxième évoquant le retour au pays, celui de la petite province où le poète redevient le gardien de l’âme flamande ; le troisième est composé de quatre pièces qui s’apparentent aux grands thèmes de la trilogie noire. L’étonnant poème final contient une authentique profession de foi de celui qui nous invite à nous pencher à nos fenêtres « Pour voir enfin, dans le fond de la nuit,/ Ce qui, depuis mille et mille ans,/ S’efforce à naître ».

5Cette grande entreprise qu’est la publication de Poésie complète de Verhaeren n’est, quant à elle, plus à naître : elle compte à ce jour 7 volumes sur les 12 qui sont prévus et nous avons donc déjà franchi la moitié de la route. Celle-ci est sans nul doute « celle des surprises fécondes » réservées aux lecteurs désireux de l’emprunter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Berg, « Verhaeren (Émile), Poésie complète 5 : Les Flamandes. Les Moines et Poésie complète 6 : Les Bords de la route. Les Vignes de ma muraille », Textyles, 36-37 | 2010, 306-308.

Référence électronique

Christian Berg, « Verhaeren (Émile), Poésie complète 5 : Les Flamandes. Les Moines et Poésie complète 6 : Les Bords de la route. Les Vignes de ma muraille », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1479

Haut de page

Auteur

Christian Berg

Universiteit Antwerpen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org