Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Mignon (Nicolas), Les Grandes Guerres de Robert Vivier (1894-1989). Mémoires et écritures du premier conflit mondial en Belgique

Paris, L’Harmattan, coll. Structures et pouvoirs des imaginaires, 2008
Laurent Béghin
p. 302-305
Référence(s) :

Mignon (Nicolas), Les Grandes Guerres de Robert Vivier (1894-1989). Mémoires et écritures du premier conflit mondial en Belgique, Paris, L’Harmattan, coll. Structures et pouvoirs des imaginaires, 2008, 308 p.

Texte intégral

  • 1 Dubois (Jacques) et Delbouille (Paul) (éd.), Robert Vivier, l’homme et l’œuvre, Actes du colloque o (...)

1« Votre cas est de loin le plus incompréhensible dans cette bizarre condition de notre littérature [belge]. Vous êtes absolument le seul parmi nous dont je sois sûr que la relative méconnaissance est entièrement injuste ». Extraites d’une lettre de Marcel Thiry à Robert Vivier, ces lignes, bien qu’elles datent de 1962, n’ont guère perdu de leur actualité. Aujourd’hui encore Robert Vivier demeure un écrivain méconnu. Heureusement certaines initiatives récentes tentent de réparer cette injustice. C’est le cas de la belle étude – le premier livre sur Vivier depuis les Actes du Colloque de Liège de 19941 – que Nicolas Mignon, un jeune historien de l’ucl, vient de publier aux éditions de L’Harmattan.

2Né près de Liège en 1894, Robert Vivier est encore étudiant en lettres dans la cité des princes-évêques lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale. En décembre 1914, alors que la plupart du territoire belge est occupé par les Allemands et que le front de l’Yser s’est stabilisé, ce jeune homme de bonne famille (son père, originaire de la Bresse, dirige une usine métallurgique à Angleur) traverse la frontière belgo-hollandaise et s’engage dans l’armée belge. Formé dans un camp d’instruction à Coutances, il rejoint le front au début de l’année 1916. Il ne le quittera plus jusqu’à l’armistice de novembre 1918. Après quelques mois passés à Liège au cours desquels il achève ses études, Vivier rendosse son uniforme en juin 1919, alors que l’Allemagne montre quelques réticences à ratifier le Traité de Versailles et que l’on parle d’une possible reprise des hostilités. Pendant plusieurs semaines, il montera la garde sur la rive gauche du Rhin, dans le secteur de Krefeld. Mais le 28 juin, la paix est enfin signée et le jeune homme définitivement rendu à la vie civile.

3Toutes ces années dans la boue des tranchées en qualité de simple soldat (Vivier refusa obstinément tout avancement) marquèrent profondément l’écrivain et trouvèrent un écho dans plusieurs de ses livres. Comme l’indique son sous-titre, c’est à cet aspect de l’œuvre de l’écrivain belge qu’est consacré la monographie de Nicolas Mignon.

  • 2 Vivier (Robert), La plaine étrange, p. 144, cité dans Nicolas Mignon, p. 102.

4Procédant de manière chronologique, l’auteur examine la manière dont la guerre se manifeste dans les écrits de Vivier et comment son image s’est peu à peu transformée au fil du temps. Exploitant le très riche fonds Vivier conservé à l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises, il consacre plusieurs pages aux textes, parfois inédits, que l’écrivain composa alors qu’il était portait l’uniforme : quelques poèmes consignés dans un cahier qui nous est miraculeusement parvenu, six esquisses de la vie militaire publiées entre 1917 et 1918 dans Le courrier de l’Armée, un article du Flambeau sur « Le moral de l’armée belge » et enfin des lettres écrites d’Allemagne à un ami, Jean Depaye, en juin 1919, alors qu’il faisait partie des troupes d’occupation. Se livrant à un bel exercice de critique textuelle, Nicolas Mignon montre ensuite comment une partie de ces matériaux fut retravaillée et réinterprétée dans La plaine étrange, un recueil de proses publié en 1923 par la Renaissance du Livre. Alors que les textes rédigés pendant la guerre n’étaient pas toujours exempts d’une certaine rhétorique (encore que, comme le remarque justement l’auteur, il soit « difficile d’affirmer qu’[ils] relèvent du bourrage de crâne » si fréquent à l’époque, p. 35), les pages de La plaine étrange fixent l’image de « la guerre triste » telle que, par la suite, l’on la trouvera souvent chez Vivier : « Nous avons fait tristement cette triste guerre. Nous n’étions pas des soldats de vocation. le héros de notre temps, ce n’est pas le berger qui pousse son bétail à l’abattoir. C’est l’homme des immenses armées anonymes qui halèrent sans merci leur pesante souffrance, sans goût de la lutte, sans soif de meurtre, sans appétit de domination et sans fanfaronnade. C’est le soldat qui a accepté et rempli, sans illusion, avec persévérance, le devoir qu’imposait la fatalité »2. On ne s’étonnera donc pas que Vivier, sans renier la décision prise en décembre 1914, ait été attiré par le mouvement pacifiste et se soit rapproché d’une revue comme Europe et des éditions Rieder qui la publiaient.

  • 3 Vivier (Robert), Non, p. 173, cité dans Nicolas Mignon, p. 178.

5Ce thème de la guerre triste apparaît également le premier roman de Vivier, Non, publié en 1931 dans la collection des « Prosateurs français contemporains » des éditions Rieder. Rédigé entre 1927 et 1930, ce livre largement autobiographique consacre toute sa deuxième partie à l’évocation du premier conflit mondial. Comme son créateur, Clément Pierreval, le héros de Non, s’est en effet engagé dans l’armée et sert en qualité de simple soldat sur le front de l’Yser. Une fois de plus « Vivier réutilise nombre d’événements ou d’impressions déjà présentes dans ses œuvres antérieures, fictionnelles ou non » (p. 177). Pourtant, comme l’observe Nicolas Mignon, « l’on n’éprouve pas vraiment en comparant ces scène une impression de répétition, mais plutôt la sensation de les revoir sous un angle différent » (p. 177). Ainsi à l’infinie tristesse qui se dégageait des pages de La plaine étrange vient s’ajouter l’insistance sur l’écoulement inexorable du temps et le découragement des soldats. « La guerre était trop longue, depuis que je vivais. Elle n’était pas trop longue de six mois, d’un mois, d’une semaine, elle était trop longue de cette relève-ci, trop longue de cette nuit à veiller, trop longue de la fin de cette heure. Il fallait, oh! il fallait que cela finît tout de suite. Je ne vivrais [sic] pas jusqu’au prochain obus »3. Comme dans les textes précédents, nous sommes de nouveau très loin de toute héroïsation du fait guerrier.

6Non n’est pas le seul texte de Vivier des années vingt et trente à évoquer la guerre. Nicolas Mignon consacre ainsi plusieurs pages d’un grand intérêt à la réception belge de Témoins, le célèbre livre de John Norton Cru (1929). Dans son essai sur la littérature de guerre, ce dernier avait en effet éreinté La plaine étrange (« de petits essais littéraires », d’après lui). Vivier lui répond en septembre 1930 dans un article du Rouge et le Noir, la revue bruxelloise de Pierre Fontaine. La comparaison entre le point de vue des deux auteurs est très instructive, car elle pose la question essentielle de la vérité en littérature et de la capacité de la littérature à dire le réel. Un problème loin d’être résolu, ainsi que l’a montré la récente polémique suscitée par la publication des Bienveillantes de Jonathan Littell (pp. 161-162).

  • 4 « Le moral de l’Armée belge », dans Le flambeau, II, 3, mars 1919, p. 294.
  • 5 Vivier (Robert), « Nous… », dans S’étonner d’être, Paris, Flammarion, 1977, p. 90. Cité dans Nicola (...)

7Après la Seconde Guerre mondiale, Vivier évoqua à plusieurs reprises son expérience du front : dans certaines de ses chroniques publiées dans l’hebdomadaire bruxellois Le face-à-main, au détour d’un poème, et surtout dans le recueil de souvenirs, Avec les hommes (Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1963). Indéniablement ces Six moments de l’autre guerre (tel est le sous-titre de l’ouvrage) se rattachent à la production antérieure de Vivier. Certains d’entre eux ont été ébauchés au moment où l’écrivain composait Non, d’autres firent l’objet d’une publication en revue dans années trente. Mais s’ils appartiennent bel et bien au même continuum narratif que les textes de La Plaine étrange ou que la deuxième partie de Non, leur ton est en revanche très différent. La solitude et la tristesse qui s’exprimaient dans les œuvres précédentes ont fait place à la fraternité unissant les soldats. Avec les hommes : à lui seul le titre du recueil est révélateur de ce changement de perspective. C’est que Vivier s’est peu à peu détaché de l’élitisme qui caractérise parfois certains de ses premiers écrits (en 1919, dans « Le moral de l’Armée belge », il établissait une distinction entre l’élite des combattants, consciente de la justesse de la cause des Alliés et de la supériorité de leurs buts, et les simples qui « se refusent à voir dans la suite des événements autre chose qu’un dynamisme tout physique » et « ne considèrent qu’à de rares moments de suggestion collective les buts idéaux de la guerre et la fécondité des sacrifices »4). Désormais ce qui compte à ses yeux, ce n’est plus tant le « je » que le « nous ». Or cette conscience, qui sous-tend tant de ses œuvres, du lien avec les autres, le Vivier de l’après-guerre en fait remonter l’éclosion aux années passées dans les tranchées... Il l’écrivit à plusieurs reprises, comme par exemple dans ce beau poème publié en 1977et intitulé, significativement, « Nous » : « En mil neuf cent quatorze ou quinze, je ne sais / Tant sur leurs pieds de fer titubent ces années, / Nous … / C’est alors que cette chose étrange est née, / Lorsque des millions de songes dispersés / […] / Ont senti dans le plus usé du cœur martyr / Que d’autres songes sous l’orage étaient leurs frères / Et du coup, se sont retrouvés moins solitaires. / […] / Qui dit nous s’ouvre au vent d’aimer, son moi respire. »5

8La Grande Guerre ne constitue pas l’unique motif de l’œuvre de Vivier et n’est d’ailleurs pas présente dans tous ses ouvrages. Néanmoins l’on ne peut être que d’accord avec Nicolas Mignon lorsqu’il affirme qu’ « elle a accompagné [l’écrivain] jusqu’à la fin de sa vie » (p. 231). Et ce n’est assurément pas un des moindres mérites de son livre que de montrer comment, des textes de jeunesse aux poèmes de la fin, la mémoire de l’expérience vécue dans les tranchées des Flandres a constamment été retravaillée par l’écrivain. Ajoutons enfin que l’ouvrage de Nicolas Mignon s’appuie sur de très nombreuses pièces d’archive relatives à Robert Vivier (celles du Fonds Vivier déjà cité, mais aussi des documents conservés au Musée de l’Armée et aux Archives Générales du Royaume), apportant de la sorte mainte information inédite sur la biographie de l’écrivain.

Haut de page

Notes

1 Dubois (Jacques) et Delbouille (Paul) (éd.), Robert Vivier, l’homme et l’œuvre, Actes du colloque organisé à Liège, le 6 mai 1994, à l’occasion du centenaire de sa naissance, Genève, Droz, 1995, 128 p. (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, CCLXIV).

2 Vivier (Robert), La plaine étrange, p. 144, cité dans Nicolas Mignon, p. 102.

3 Vivier (Robert), Non, p. 173, cité dans Nicolas Mignon, p. 178.

4 « Le moral de l’Armée belge », dans Le flambeau, II, 3, mars 1919, p. 294.

5 Vivier (Robert), « Nous… », dans S’étonner d’être, Paris, Flammarion, 1977, p. 90. Cité dans Nicolas Mignon, pp. 229-230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Béghin, « Mignon (Nicolas), Les Grandes Guerres de Robert Vivier (1894-1989). Mémoires et écritures du premier conflit mondial en Belgique », Textyles, 36-37 | 2010, 302-305.

Référence électronique

Laurent Béghin, « Mignon (Nicolas), Les Grandes Guerres de Robert Vivier (1894-1989). Mémoires et écritures du premier conflit mondial en Belgique », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1474

Haut de page

Auteur

Laurent Béghin

Institut Libre Marie Haps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org