Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Mercier (Paul), Maigret : mode d’emploi ?

Liège, Éditions du CÉFAL, 2008
Laura Delaye
p. 301-302
Référence(s) :

Mercier (Paul), Maigret : mode d’emploi ?, Liège, Éditions du CÉFAL, 2008, 172 p.

Texte intégral

1Paul Mercier semble avoir pris pour habitude d’adopter un point de vue psychanalytique dans ses recherches simenoniennes. Après une thèse intitulée La Pulsion d’écrire. Approche psychologique de la création romanesque chez Georges Simenon et de nombreux chapitres d’ouvrages et articles – parmi lesquels « Simenon et Freud » (publié dans la revue Traces) –, c’est au tour de Maigret de passer sur le divan de ce professeur de psychologie.

2En effet, jusqu’ici, Paul Mercier semblait avoir « refoulé » la série policière de Simenon, lui préférant les « romans durs » (ou romans psychologiques) et s’attardant sur la question de leur création. À présent, le personnage de Maigret retient également son attention.

3Dans cet ouvrage – constitué d’une version améliorée d’une conférence destinée à des étudiants en psychologie –, Paul Mercier décortique la méthode de Maigret afin de mettre en évidence ses ressemblances avec la démarche du psychologue, d’une part, et de l’écrivain, d’autre part.

4Il commence par comparer brièvement la série des « Maigret » avec les romans policiers anglo-saxons des années 1930 et relève ainsi une différence majeure : lorsqu’il enquête, Maigret ne s’en tient pas au strict cadre des mobiles mais tente d’atteindre « l’homme nu ». Pour parvenir à cette fin, il se met « dans la peau de l’autre ».

5S’en suit alors une décomposition du déroulement de l’enquête selon Maigret en treize phases. Ce, dans le but de mettre en évidence l’apparition et le développement de la « transe », qui permet à Maigret de s’identifier à l’autre.

6Paul Mercier s’attarde sur ce phénomène de « transe ». Il en donne une définition générale avant de préciser son rôle dans les enquêtes de Maigret. Cette précision l’amène à faire une distinction très technique entre « l’abduction », sorte de transe permettant aux détectives des romans anglo-saxons de se mettre à la place des suspects, et « l’identification projective », interprétation psychanalytique de la transe, identifiée par l’auteur comme celle qui permet à Maigret de « se mettre dans la peau de l’autre ».

7Après cette analyse détaillée du phénomène de transe et de son rôle dans une enquête, Paul Mercier rappelle l’importance de la recherche de « l’homme nu », véritable « point focal » de l’enquête. Il s’interroge alors sur le sens clinique de la démarche de Maigret et compare la méthode (déniée) de l’enquêteur à celle d’un médecin ou d’un psychologue. L’auteur étaye cette comparaison un peu trop théorique (puisque essentiellement basée sur l’ouvrage de Michael Balint, Le Médecin, son malade et la maladie) d’une application à Mon Ami Maigret.

8Enfin, Paul Mercier – démontrant qu’il est parfois nécessaire de ne pas être « contre Sainte-Beuve » – tente de rapprocher la transe de Maigret de celle de Simenon : l’écrivain, comme l’enquêteur, entre en transes pour atteindre « l’homme nu ». Travail d’enquête et rituel d’écriture seraient donc assez semblables. Pour appuyer ce rapprochement, Paul Mercier recourt à divers entretiens dans lesquels Simenon explique, entre autres, qu’il entre en transe lorsqu’il se met à écrire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Delaye, « Mercier (Paul), Maigret : mode d’emploi ? », Textyles, 36-37 | 2010, 301-302.

Référence électronique

Laura Delaye, « Mercier (Paul), Maigret : mode d’emploi ? », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1471

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org