Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Herman (Jan), Tack (Lieven), Geldof (Koenraad) [Éds], Kremer (Nathalie), Marzo (Stefania), Peeters (Kris) [Coll.], Lettres ou ne pas lettres. Mélanges de littérature française de Belgique offerts à Roland Beyen

Louvain, Presses Universitaires de Louvain, coll. Symbolae, 2001
Anne-Laure Hick
p. 299-301
Référence(s) :

Herman (Jan), Tack (Lieven), Geldof (Koenraad) [Éds], Kremer (Nathalie), Marzo (Stefania), Peeters (Kris) [Coll.], Lettres ou ne pas lettres. Mélanges de littérature française de Belgique offerts à Roland Beyen, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, coll. Symbolae, 2001, 650 p.

Texte intégral

1Dédiés à Roland Beyen à l’occasion de son accession à l’éméritat, ces Mélanges de littérature française de Belgique publiés en 2001 aux Presses Universitaires de Louvain représentent une belle consécration de la carrière du chercheur, spécialiste incontesté de Ghelderode, de théâtre et de littérature belge. Le nombre important des contributions (une soixantaine au total) et leur caractère international (Belgique, Italie, France, Roumanie, Israël, Allemagne, États-Unis) témoignent d’un hommage enthousiaste et sincère. Les auteurs, dont plusieurs siègent aux côtés de Roland Beyen à l’Académie royale de langue et de littérature françaises, n’hésitent d’ailleurs souvent pas à insérer dans leur apport quelques mots faisant part de leur respect envers leur collègue, leur ami.

2La variété des sujets abordés, répartis en sept chapitres, reflète fidèlement les centres d’intérêt divers du chercheur en lettres. Les études ghelderodiennes, bien entendu, constituent un volet central dans l’ouvrage. Elles sont précédées d’une première section réunissant des analyses assez diversifiées consacrées à quelques auteurs belges incontournables qui ont marqué l’histoire littéraire au tournant des xixe et xxe siècles. Il est question de la réception houleuse de la pièce Le Voile de Rodenbach (Anna Soncini Fratta), des tractations épistolaires entre Verhaeren et Péladan concernant la publication des Moines (David Gullentops), de la construction du « mythe Verhaeren » (Jacques Marx). Plusieurs articles sont consacrés à Maeterlinck : Ruggero Campagnoli propose une glose assez mystique des Serres chaudes, tandis que Lieven D’hulst étudie de façon technique les rapports entre la poésie des Douze Chansons et la chanson populaire. Enfin, Paul Gorceix se penche sur un essai d’entomologie du même auteur, L’araignée de verre, pour relever dans les moeurs de l’insecte les traces d’un tropisme maeterlinckien. La traduction du Pierrot lunaire d’Albert Giraud par O. E. Hartleben est analysée par Jan Herman et Stefania Marzo, qui en profitent pour revenir sur une histoire comparée des traditions lunaires en Allemagne et en France. Paul Delsemme, quant à lui, s’intéresse au style « coruscant », auquel Giraud sacrifiera un temps avant de critiquer avec virulence cette « sauvagerie langagière ». Marcel Voisin réhabilite Charles Potvin, qui, s’il est souvent qualifié d’un écrivain mineur, n’en fut pas moins – par sa carrière de critique et d’historien de la littérature – un témoin important des lettres belges. Les contributions suivantes sont consacrées au « terreau flamand » dans l’œuvre de Maurice des Ombiaux, ce « chantre de la Wallonie exilé à Paris » (Marcel de Grève), au parcours étudiant de Charles Van Lerberghe (Jacques Detemermann) et, selon une approche tout autre, au parcours mystique de Max Elskamp à travers sa vie et son œuvre (Patrick Zeyen). Cette première section se clôt sur des extraits du journal de guerre de Georges Eekhoud annotés par Mirande Lucien.

3L’ensemble des articles consacrés à Ghelderode couvre moins d’un quart des contributions du recueil. Pourtant, à l’image de l’importante place que son oeuvre occupe dans la carrière de Beyen, le dramaturge constitue réellement le fil rouge des Mélanges. D’ailleurs, le titre Lettres ou ne pas lettres renvoie directement à un mot de Ghelderode, qui, dans sa correspondance, détourne ainsi la célèbre formule de Shakespeare pour se plaindre avec autodérision de son absence d’inspiration (lettre au poète Marcel Wyseur datée du 03 mai 1932). Clin d’œil destiné à rappeler le lien qui unit le dramaturge « à son biographe, à son bibliographe, à son principal exégète et à l’éditeur de sa monumentale correspondance », cette formule renvoie davantage aux choix qu’un tel sacerdoce scientifique a engendrés qu’à la carrière du chercheur, dont les contributeurs de l’hommage ne cessent de louer les grandes qualités scientifiques (neutralité, exhaustivité, rigueur, souci de vérité). Il n’est dès lors pas étonnant que, dans cette seconde partie du recueil, les études consacrées à Ghelderode puisent abondamment à la source des matériaux issus du labeur de Roland Beyen (notamment la monumentale édition en sept tomes de la correspondance du dramaturge). Les sujets, ici aussi, sont très variés. La perspective comparatiste propose tout d’abord une étude des influences de Poe et de Hoffmann dans l’oeuvre de Ghelderode (Eric Lysøe). Ensuite, le théâtre de Ghelderode est confronté aux grotteschi italiens (Rosalba Gasparro) tandis que F. Musarra et Bart Van Den Bossche étudient la question du théâtre dans le théâtre chez Ghelderode et Pirandello. Une autre contribution s’attache à relever les traces d’une influence de Maeterlinck dans les pièces de Ghelderode (Ben Hammou Oufrid). Dans une approche plus thématique, les articles suivants étudient le stéréotype du roi et du bouffon (Maurice Delcroix), la figure de Don Juan (Thérèse Malachy) et « l’idée du Christ » (Jacqueline Blancart-Cassou). Deux autres contributions sont consacrées à l’étude de la poétique théâtrale de Ghelderode (Anca Maniutu) et à ses pièces métathéâtrales (Tadeusz Kowzan). Les pages suivantes de ce volet consacré à Ghelderode relèvent plutôt de l’histoire littéraire proprement dite, mais de façon assez anecdotique : y sont éclairés les liens qu’entretint l’auteur avec la Libre Académie (Anne-Marie La Fère), la « Ghelderodite parisienne » (Jeanyves Guérin), le phénomène de « l’enfant de Bruges », supercherie artistique qu’évoqua Ghelderode à l’occasion de l’une de ses « causeries » sur les ondes de Radio-Bruxelles (Roland Mortier). Enfin, on revient sur la façon capricieuse dont l’homme menait ses relations avec ses correspondants et amis (Henri-Floris Jespers, Michel Joiret). S’ajoutent en fin de chapitre quelques compléments bibliographiques à la bibliothèque de Ghelderode (René Fayt) et un témoignage sincère et poignant du traducteur Marian Pankowski qui revient sur sa rencontre avec l’œuvre et l’auteur.

4Comme en témoigne Jacques Detemermann dans le portrait qu’il dresse de Roland Beyen en amorce de l’ouvrage, le professeur émérite a toujours été passionné de théâtre. Il n’est dès lors pas surprenant de retrouver dans la troisième partie de ces Mélanges des articles assez pointus consacrés au théâtre belge du xxe siècle. Michel Otten étudie les diverses modalités dramaturgiques d’une mise en scène de l’ailleurs dans le théâtre spiritualiste de Belgique. Simone Ackerman revient sur l’histoire du théâtre belge en y interrogeant l’évolution de la symbolique des couleurs. Pierre Piret s’intéresse au dramaturge et avocat Pierre Soumagne pour souligner la modernité expérimentale de ses pièces. Claude de Grève s’attache à étudier l’inspiration médiévale des pièces d’Herman Closson, autorisant à la fois le jeu théâtral de l’histoire et de la légende et une certaine liberté d’analyse psychologique. Suit une analyse fouillée de Charles le téméraire, pièce en neuf tableaux de Georges Sion (Hans-Joachim Lope). Charles Bertin revient, de façon assez personnelle, sur « Jean Mogin et son œuvre », avant de voir une scène de son Don Juan analysée par Geert Missoten. Gianni Poli consacre quant à lui son étude à « l’œuvre théâtrale de Paul Emond : thèmes, écriture, dramaturgie », tandis que David Willinger se penche sur le Tam-tam de Norge, trop souvent sous-estimé selon le New-yorkais.

5La quatrième partie, consacrée à la poésie, occupe une place assez discrète dans le recueil. Les auteurs cités ne sont pas d’abord connus pour leur œuvre poétique : Charles Plisnier (Jean Tordeur), Henry Bauchau (Myriam Watthee-Delmotte), Paul Willems (Alain Bosquet de Thoran). Nous retiendrons l’étude assez fine et clairement menée de Pierre Halen qui interroge les possibles articulations entre le programme artistique de Paul Nougé et un recueil récent de textes du surréaliste bruxellois rassemblés sous l’intitulé Érotiques.

6Après le théâtre et la poésie, ce sont deux autres domaines de l’espace littéraire belge qui sont étudiés : la prose narrative et les revues. Dans le volet consacré à la prose narrative du xxe siècle, Reine Meylaerts montre comment le « marollien belge » incarné par l’œuvre de Roger Kervyn suscitera l’enthousiasme des lettrés à la recherche d’une identité nationale linguistique. Suivent une lecture psychanalytique des Contes du Whisky de Jean Ray (Machteld Castelein), une étude consacrée à la réécriture de Légitime défense par Stanislas-André Steeman (Jean-Marie Klinkenberg) et une autre aux affinités qu’entretint Simenon avec la Belgique, son pays d’origine (René Andrianne). La part symbolique et archaïque du récit plus récent d’André-Marcel Adamek, La Fête interdite (1997) est analysée par Heinz Klüppelholz. Jacques De Decker revient ensuite sur les traductions françaises de l’œuvre de Hugo Claus. Cette cinquième partie se clôt sur un vibrant hommage d’Anne Richter à Anna Geramys, auteur de deux livres qui fut emportée par le sida en 1989.

7Le volet suivant est réservé aux revues. Un premier article interroge la présence du symbolisme belge dans une revue roumaine, Vieata noua (Rodica Lascu-Pop), et un second est consacré à l’analyse des rapports qu’entretint Marcel Thiry avec les Lettres françaises (Paul Dirckx). Trois revues belges sont également passées à la loupe : La Jeune Belgique et ses accointances avec les lettres russes (Raymond Trousson), la revue Le Masque et ses pastiches (Paul Aron) et le parcours du périodique Ca ira « du militantisme communiste à la fascination Dada » (Georges-Henri Dumont).

8Last but not least, avant une bibliographie de Roland Beyen et quelques pages de Tabla Gratulatoria, l’ouvrage se clôt sur des témoignages divers : Liliane Wouters pastiche Ghelderode dans une « lettre inédite », Claire Lejeune offre une « Retaille », Gaston Compère un poème. Le linguiste Marc Wilmet apporte une dernière contribution à l’ouvrage en y interrogeant – non sans humour – les périphrases tant débattues de « Littérature française (de Belgique) » ou « Littérature belge (de langue française) ».

9Ces multiples contributions aux sujets très variés font souvent preuve d’une fidélité exemplaire à l’œuvre de Roland Beyen, que ce soit dans le sujet choisi ou dans la façon sérieuse dont celui-ci est traité, témoignant ainsi de la belle reconnaissance – nationale et internationale – dont jouit leur dédicataire. L’ensemble de ces contributions très variées constitue en outre un excellent baromètre des études des lettres belges, dont toutes les orientations plus ou moins savantes semblent ici représentées. En raison des nombreux témoignages et articles qui lui sont consacrés, ce volume doit certainement désormais figurer dignement dans la bibliographie des études ghelderodiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Hick, « Herman (Jan), Tack (Lieven), Geldof (Koenraad) [Éds], Kremer (Nathalie), Marzo (Stefania), Peeters (Kris) [Coll.], Lettres ou ne pas lettres. Mélanges de littérature française de Belgique offerts à Roland Beyen », Textyles, 36-37 | 2010, 299-301.

Référence électronique

Anne-Laure Hick, « Herman (Jan), Tack (Lieven), Geldof (Koenraad) [Éds], Kremer (Nathalie), Marzo (Stefania), Peeters (Kris) [Coll.], Lettres ou ne pas lettres. Mélanges de littérature française de Belgique offerts à Roland Beyen », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1470

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Hick

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org