Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Goriely (Serge), Le Théâtre de René Kalisky : Tragique et ludique dans la représentation de l’histoire

Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. Comparatisme et Société, n˚9, 2008
David Willinger
p. 297-299
Référence(s) :

Goriely (Serge), Le Théâtre de René Kalisky : Tragique et ludique dans la représentation de l’histoire, Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. Comparatisme et Société, n˚9, 2008, 360 p.

Texte intégral

1L’étude de Serge Goriely sur le théâtre de René Kalisky, suivant de près celle d’Anna Silvestri (René Kalisky, une poétique de la répétition, Peter Lang, 2006), est en réalité la deuxième monographie sur ce sujet, manifestant ainsi un regain d’intérêt, qui relaie la génération précédente des éxégètes kaliskiens. Il restera à voir si tout cela suscitera un mouvement de renaissance auprès des animateurs et des metteurs en scène mais il est évident que c’est ce que visent ces nouvelles études, tellement bienvenues. Goriely entreprend également la tâche de vouloir expliquer la baisse d’enthousiasme récente parmi les gens de théâtre pour l’œuvre de Kalisky. Ce livre, écrit, comme dit Jacques Sojcher dans sa Lecture, d’un style « lumineux », prétend à rien de moins que de proposer une théorie d’ensemble et systématique, qui servirait comme outil d’analyse des dix pièces apparemment très disparates que Kalisky a écrites pendant ses douze ans de production intensive avant sa mort prématurée en 1981.

2Goriely note que, du fait que Kalisky ait été un Belge d’origine juive (qui a écrit aussi sur l’holocauste et Israël) domicilié à Paris, ni la Belgique ni la France ni la communauté juive ne se sont empressées de défendre son œuvre. Si on admet, comme je l’estime vrai, qu’il est une des voix de théâtre les plus originales et fascinantes de son époque, ce rejet est d’autant plus difficile à accepter. Ceux qui l’ont promu le plus ardemment jusqu’à présent – notamment Antoine Vitez, Marc Quaghebeur, Jacques De Decker – ont insisté ce faisant, selon Goriely, sur la qualité compliquée et difficile de ces pièces. Goriely commence ainsi son étude en se demandant si c’est vraiment si compliqué que ça, si ces critiques – tout en défendant un dramaturge qu’ils admirent et dont ils veulent que les pièces soient jouées partout – ne l’ont pas quelque peu desservi en y insistant, ce qui aurait peu avoir eu l’effet de décourager des metteurs en scène. Aussi regrette-t-il ce qu’il perçoit comme une disette de réponse critique par ailleurs. Cette disette se révèle pourtant contestable, si on se contente de regarder la bibliographie tellement complète en annexe du livre. On y retrouve – outre une liste qui rassemble pour la première fois tous les articles écrit par Kalisky lui-même, de même que les pièces de correspondance importantes à la compréhension de son œuvre – au moins 150 articles de toutes sortes, qui ont commenté soit celle-ci dans sa globalité, soit des pièces individuelles. On garde ainsi l’impression que, tout au contraire, beaucoup de gens, comme entre autres Anne Ubersfeld, Guy Verdot, Gilles Marcabru, Colette Godard, Maurice Olender, Bernard Dort jusqu’au critique américain Robert Skloot, ont fréquenté et commenté l’œuvre de Kalisky, même si ce ne fut pas toujours sur le mode admiratif. Elle serait, après tout, peut-être, une dramaturgie que l’on aime analyser, qui attire précisément par le défi qu’elle présente en cherchant à la comprendre ; mais peut-être n’irait-on pas jusqu’à la monter. Pourquoi en est-il ainsi ? C’est aussi cela que Goriely tente de découvrir.

3C’est vrai qu’une étude de la taille aussi importante qu’un livre se prête à une analyse beaucoup plus en profondeur, se démarquant des étincelles d’inspiration plus brève, et recherche le développement d’une approche systématique. Et ce livre n’est rien d’autre que systématique, procédant d’une façon extrêmement rigoureuse, mais pas du tout pédante. Il sa caractérise par des traits d’esprit et des hypothèses osées. Goriely suit une logique sans concession, qui le mène à écarter toute une suite des hypothèses concurrentes, poursuivant la piste qui lui semble la plus fructueuse. Et que l’on soit convaincu à cent pour cent à la fin ou pas, ce traitement laisse le lecteur d’autant plus éclairé sur la beaucoup trop brève mais très riche production du dramaturge belge.

4Goriely approche Kalisky par le point de vue des jumelles de l’Histoire et d’une stratégie que Kalisky a lui-même a postulée et dont il a pratiqué les variantes dans une série d’expériences dramatiques. Il s’est même lancé dans cette explication de ce qu’il appelle « surjeu et surtexte », longtemps avant qu’il ait formulé ces appellations-là. Il n’a cessé de mais de développer et affiner ces facettes et emphases, jusqu’à arriver aux antipodes de ce qu’il aurait d’abord voulu dire. Goriely se sert de ces idées comme d’un tremplin et une porte d’entrée pour son argument.

5Ce faisant, il balaie, un peu trop péremptoirement peut-être, la comparaison évidente avec la pratique pirandellienne, profitant par contre d’une analyse formelle très détaillée de la structure abstraite empruntée à une source tout à fait inattendue et surprenante : La Mort d’un commis-voyageur par Arthur Miller. Il défend ce choix brillamment, même si le monde théâtral de Miller est tout à fait étrange à celui de Kalisky. Mais c’est par de telles analogies excentriques pour ainsi dire, que Goriely commence ; grâce à elles, il se distingue comme critique créateur, n’acceptant pas de tenir compte des formules reçues, mais osant s’opposer à nos préjugés les plus tenaces.

6Goriely suit la route très peu orthodoxe de commencer son analyse en plein milieu du chemin de Kalisky avec Dave au bord de mer, pièce dans laquelle la technique du surtexte et du surjeu se manifeste incontestablement. Il s’y attarde longtemps, pour en retirer toute la valeur potentielle qui s’y trouve. Il retrace le façon dont laquelle les conceptions de surjeu et surtexte ont trouvé une correspondance avec les propensions et goûts d’Antoine Vitez, l’interprète de Kalisky le plus notable, avec le résultat que ce dernier tâcha justement de réaliser dans ses mises en scènes de Pique-nique de Claretta, Dave au bord de mer, et éventuellement Falsch, le surjeu et la surtexte dans le concret de la scène.

7Seulement, après avoir fouillé les fruits de cette rencontre que Goriely conçoit comme la clef entre le dramaturge et le metteur en scène, il retourne au début de la carrière de Kalisky, lorsque le surjeu et le surtexte germaient de façon latente ou non aboutie, pour préciser comment, dans chaque cas, ces techniques s’appliquent et se réalisent. Il poursuit donc sa discussion de Dave par le biais des œuvres de jeunesses comme Trotsky, etc. et jusqu’à Skandalon. Ces pièces qui viennent Dave et celles qui viennent après, finissent par constituer une roue complète, de sorte que Goriely en arrive à un poiésis qui vaut pour le canon toute entier – une suite de pièces à première vue trop hétérogènes et trop pleines d’exceptions pour les soumettre à un traitement uniforme.

8Goriely est beaucoup aidé par une recherche très profonde qu’il a faite du judaïsme. Ces connaissances s’appliquent globalement, non seulement aux pièces explicitement juives comme Dave, Jim le téméraire, Falsch et Aïda, mais également à celles qui n’ont à première vue rien à y voir telles que Trotsky, Skandalon, La Passion selon P.P.P., Le Pique-nique et Sur les ruines de Carthage. Il esquisse une relation convaincante entre la pratique de surjeu dans ces pièces-ci et les pièces traditionnelles de Purim, dans lesquelles le vilain tyran Aman se fait duper par Esther. Ce sont ces représentations très crues et folkloriques (notamment « Le Grand Mécanisme ») qui, pour Goriely, jointes à une conception shakespearienne de l’Histoire telle que définie par le grand critique polonais Jan Kott, aboutissent à la stratégie dramatique kaliskienne.

9Parfois l’application du surjeu et surtexte (même si son origine se trouve chez Kalisky lui-même) paraît un peu comme un chausse-pied théorique, surtout quand on envisage une pièce comme Aïda Vaincue en faisant appel aux références présentes mais exiguës voire farfelues à l’opéra de Verdi, Aïda. Car, selon moi, Aïda est une exception dans le canon, une tentative chez Kalisky d’écrire une dramaturgie à l’américaine, qu’il recherche expressément pour plaire aux comédiens et metteurs en scènes de là-bas. Elle ne convient point pour moi à ce schéma.

10Enfin, il est intéressant et peut-être un peu triste de constater que c’est précisément Aïda vaincue et Sur les ruines de Carthage qui demeurent le plus souvent dans le répertoire contemporain – précisément ces pièces qui se caractérisent par leur simplicité de structure et le dépouillement de références, dont les couches multiples de réalité sémiotique sont absentes. Tout ce qui identifie Kalisky comme Kalisky donc ; ce son aussi les pièces dans lesquelles le surjeu et le surtexte sont les plus difficiles à déceler, mais par contre elles sont susceptibles d’être récupérées par le théâtre de boulevard. Il est possible que dans les pièces plus kaliskiennes, donc celles qui sont plus difficiles à assimiler, les metteurs en scènes n’ont pas été repoussés par les propos des critiques sur leur complexité, mais bien par la complexité qu’ils y voient eux-mêmes sans aide aucune – car elles seraient dotées d’un système tectonique et confidentiel de références, des images et épisodes historiques qui se renfermeraient devant un public « inculte ». Kalisky, qui était quelqu’un qui s’enthousiasme et est obsédé par la connaissance des détails de l’histoire et de l’art, et qui par après présume que le monde entier partage sa connaissance si large des sujets traités, aurait en conséquence et malgré lui fermé la porte face à ce même public général qu’il a tellement voulu attirer. Il se peut que maintenant, grâce aux efforts de Serge Goriely, les metteurs en scène disposeront au moins d’une carte routière qui les aidera à expliquer et appliquer le surtexte et le surjeu, afin de faciliter l’aisance à la compréhension et par conséquence l’accès de ces pièces au public. Parce que, comme y insiste Goriely, la complexité et la matière difficile de ces pièces est compensée par le contrepoids d’un grande plaisir ludique chez Kalisky. Celui-ci a servi à expliquer le succès qu’ont eu quand mêmes certains spectacles, notamment celui de la Passion selon P.P.P. par Albert-André L’Heureux au Botanique en 1976 alors que, comme l’indique Goriely, cette dernière pièce reste l’une des plus difficiles et compliquées dans tout le répertoire de Kalisky.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Willinger, « Goriely (Serge), Le Théâtre de René Kalisky : Tragique et ludique dans la représentation de l’histoire », Textyles, 36-37 | 2010, 297-299.

Référence électronique

David Willinger, « Goriely (Serge), Le Théâtre de René Kalisky : Tragique et ludique dans la représentation de l’histoire », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1467

Haut de page

Auteur

David Willinger

City University of New York

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org