Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Gorceix (Paul), Georges Rodenbach (1855-1898)

Paris, Honoré Champion, coll. Romantisme et Modernités 99, 2006
Laurence Brogniez
p. 294-296
Référence(s) :

Gorceix (Paul), Georges Rodenbach (1855-1898). Paris, Honoré Champion, coll. Romantisme et Modernités 99, 2006, 273 p.

Texte intégral

1Disparu le 17 septembre 2007, Paul Gorceix laisse, parmi ces derniers ouvrages, une biographie de Georges Rodenbach. L’auteur est connu pour les nombreuses études qu’il a consacrées au symbolisme belge dans une perspective comparatiste – on se souviendra, entre autres, de son célèbre essai Les Affinités allemandes dans l’œuvre de Maurice Maeterlinck. Contribution à l’étude du Symbolisme français et du Romantisme allemand (1975).

2Parmi ses auteurs de prédilection (Maeterlinck, Elskamp, Verhaeren…), le poète de Bruges-la-Morte a toujours occupé une place importante.

3Il faut cependant le signaler d’emblée : le présent ouvrage apporte peu d’éléments neufs à la déjà très abondante bibliographie consacrée à l’écrivain. Il constitue une synthèse des travaux « classiques » (Bodson-Thomas, Maes), un bilan (souvent critique) des recherches les plus récentes (Berg, Laude, Bertrand, Grojnowski) et quelques développements apportés par l’auteur à ses propres publications sur Rodenbach.

4Le livre se situe dans la perspective d’une biographie traditionnelle, tout en réservant une part importante à l’analyse des textes, étudiés de manière chronologique en vue de souligner à la fois la cohérence et l’unité de l’œuvre rodenbachienne et son évolution au fil du temps. On peut regretter ce parti pris : il y avait en effet sans doute des aspects et des dimensions de la vie même du poète qui auraient mérité de plus amples approfondissements. On tend trop souvent à brosser le portrait de Rodenbach à partir de ses œuvres : l’image d’un poète éthéré, solitaire, mélancolique, posture que lui-même contribua à construire et diffuser. Or, cette figure cache un homme qui, une fois installé à Paris, développe une sociabilité étonnante, se bâtit des réseaux efficaces, se montre très actif dans la presse, fait des choix de carrière stratégiques, lucides et éclairés. Un homme parfaitement au fait de l’actualité de son temps et de l’effervescence artistique de la capitale où il a pris ses quartiers. À plusieurs reprises, Paul Gorceix évoque ce visage mondain d’un Rodenbach bien engagé dans son siècle, mais sans véritablement apporter d’arguments neufs propres à mieux cerner cet aspect de sa personnalité. Les éléments proprement biographiques qui auraient pu fournir quelques éclairages inédits sur des œuvres bien connues et apporter de nouvelles inflexions à la doxa critique ne sont pas véritablement exploités. Les analyses textuelles viennent se greffer sur la trame biographique sans en tirer parti : discours biographique et analytique suivent donc, en parallèle, leurs propres développements sans que l’un vienne utilement appuyer ou nuancer l’autre. La notion d’ethos, telle que définie par Dominique Maingueneau, ou celle de posture, développée par Jérôme Meizoz, auraient pu contribuer à dynamiser l’approche, en permettant d’articuler de manière productive biographie et œuvre, en soulignant aussi la construction biographique à laquelle s’est livrée l’auteur, ce « Belge de Paris » qui sut habilement tirer avantage de sa situation « exotique » au sein de la littérature française. L’analyse de récits à caractère autobiographique comme L’Art en exil (1889) ou La Vocation (1895) aurait gagné à la mise en œuvre de telles approches, permettant de montrer comment un habitus – l’éducation religieuse, l’isolement provincial – se voit converti en termes littéraires. Affirmer, par exemple, que « La Vocation est une critique sans complaisance de l’institution religieuse » (p. 169), participant de « l’engagement politique et social » de l’auteur mériterait une contextualisation plus poussée, prenant en considération la place du catholicisme dans la société belge du xixe siècle et son impact sur les auteurs. La question de la voix de l’auteur et de son idéologie n’est certainement pas non plus aussi transparente que Paul Gorceix le suggère, notamment dans son analyse du Carillonneur (1897), où il évoque la « plaidoirie [de Rodenbach] pour le flamand » (p. 209), alignant la position de l’auteur sur celle de l’un de ses personnages. Dans un roman éminemment dialogique comme celui-là, où deux idéologies s’affrontent, le discours de Rodenbach se révèle plus ambigu : dans cette perspective, une recherche plus fournie sur ses rapports avec le mouvement flamand aurait conduit à des conclusions plus nuancées. Par ailleurs, le roman se fait aussi l’écho d’autres discours, esthétiques et politiques, qui déterminent sa construction, comme le discours contemporain sur la restauration des monuments historiques, par exemple, débat très animé en Belgique. Enfin, toujours à propos du même exemple, se pose également le problème de la réception des textes rodenbachiens, dont la complexité est souvent éludée par le critique. Paul Gorceix prétend en effet que par « l’entremise du motif de la cloche, lié à la liturgie religieuse, le romancier répond à l’horizon d’attente de son lectorat national flamand, catholique » (p. 205). Plus loin, (p. 209), il affirme de manière contradictoire qu’il « ne faut pas oublier que Rodenbach s’adresse au public parisien, totalement ignorant de la situation linguistique de la Belgique. » S’agissait-il de plaire à deux publics, de faire vibrer la fibre nationale flamande ou d’« éduquer » le lectorat français ? Poser la question de l’horizon d’attente impliquait une recherche comparée exhaustive dans la presse belge et française de l’époque ; seule une telle étude aurait permis préciser le projet romanesque de Rodenbach et de poser, de manière argumentée, la question de l’idéologie.

5Si la conclusion met l’accent sur un Rodenbach engagé, voire politique, critique envers les institutions de son pays et attentif aux débats contemporains (l’emprise de la religion, la politique artistique, la cause flamande, etc.), l’ensemble des analyses proposées tend plutôt à renforcer l’image du poète mystique de la Flandre séculaire (ce « contemplatif, qui a gardé un peu du comportement du mystique médiéval devant l’inanimé », p. 14), insensible à la marche du temps. Les deux aspects ne sont certes pas incompatibles, et ils sont présents dans l’ouvrage, mais il eût été intéressant de chercher à les articuler de manière systématique afin d’éclairer plus nettement les choix textuels opérés par l’auteur, qu’ils soient d’ordre générique, esthétique, thématique ou stylistique.

6Paul Gorceix ne néglige pas l’œuvre de Rodenbach journaliste, étudiée depuis peu. Son propos reste toutefois très descriptif, l’auteur se contentant d’évoquer le contenu des articles critiques consacrés aux écrivains et aux artistes. Or, il importait aussi s’interroger sur le contexte éditorial et mondain dans lequel Rodenbach s’inscrit : les relations qu’il noue dans les salons et les ateliers d’artistes ne sont en effet pas sans impact sur ses choix critiques. Sa critique, un peu rapidement qualifiée d’« éclectique », dont les enjeux esthétiques ne sont pas toujours « évident[s] à cerner » (p. 117), est sans doute, pour le débutant dans le champ littéraire parisien qu’est alors Rodenbach, une pratique éminemment intéressée et significative. Quels sont ses critères de jugement et à quelle école critique se rattache-t-il ? Quels sont les enjeux, esthétiques et stratégiques, qui sous-tendent son discours ? Pourquoi cet intérêt pour la peinture monumentale (Puvis de Chavannes, Besnard) – à l’époque, la défense de ce type de peinture a un sens pour les symbolistes ? Autant d’interrogations qui auraient contribué à expliquer les enthousiasmes de l’écrivain pour des artistes aussi divers que Monet, Rodin, Raffaëlli ou Whistler. Le critique d’art qu’a été Rodenbach n’a pas, jusqu’ici, fait l’objet de recherches approfondies : une analyse plus attentive de cet aspect de sa carrière aurait pu apporter au projet biographique de Paul Gorceix plus de relief et de pertinence.

7On pourrait également reprocher à l’auteur de trahir l’objectif qu’il annonce dans son avant-propos : permettre de « redécouvrir » l’écrivain injustement « négligé par l’histoire littéraire de la France » et lui donner la place qu’il mérite auprès de Maeterlinck ou de Verhaeren, auteurs officiellement consacrés. Or, la lecture de Paul Gorceix tend plutôt à confirmer sa place de « second couteau ». Le critique ne cesse en effet de comparer la poétique de Rodenbach (le plus souvent à son désavantage) à celles de Mallarmé et surtout de Maeterlinck. De cette confrontation récurrente, qui visait à faire apparaître la singularité de l’auteur étudié, c’est surtout l’originalité de ses deux contemporains qui ressort de manière éclatante. Tant sur le plan des innovations formelles que sur celui des ambitions spirituelles, l’œuvre de Rodenbach pâtit de la comparaison. Certes, les liens, biographiques et esthétiques, entre les trois auteurs sont essentiels mais il aurait été plus productif de situer les trajectoires des deux Belges vis-à-vis du « maître parisien » pour préciser leurs conceptions respectives du symbolisme plutôt que d’envisager, systématiquement, l’apport de Rodenbach à l’aune de la radicale modernité de ses deux compagnons de route. L’originalité de Rodenbach ne se joue d’ailleurs peut-être pas sur le même terrain. En effet, là où l’auteur nous semble novateur, c’est dans le rapport particulier qu’il entretient avec d’autres esthétiques (le réalisme, par exemple : cet aspect de son œuvre n’est qu’effleuré) ainsi que dans son étonnante capacité à passer d’un genre à l’autre. On souligne souvent – et Paul Gorceix fait également ressortir ce trait – la répétitivité de l’œuvre rodenbachienne, où se donne à lire un nombre limité de motifs prégnants, d’images obsédantes, de procédés métaphoriques. On n’a pas assez mis en évidence la diversité générique qui accompagne cette apparente uniformité dans l’inspiration de l’auteur. Rodenbach a en effet touché, souvent avec talent, à tous les genres : poésie, roman, nouvelle, théâtre, sans oublier la critique. Or, chaque genre apporte ses contraintes et engage un certain type de réception. Comment, et pourquoi, Rodenbach a-t-il joué de ces exigences pour en tirer du sens et construire une œuvre à la fois une et diverse : telle semble être la question, non résolue, posée par l’examen des différents textes qui jalonnent sa carrière. Cette question nous semble plus essentielle, au regard des recherches actuelles, que les éventuelles influences maeterlinckiennes ou mallarméennes subies, ou que le caractère supposément « surréaliste » avant la lettre des images qu’il développe dans Le Miroir du ciel natal (1898).

8Enfin, de trop nombreuses coquilles, surtout dans les premiers chapitres, et de regrettables confusions (Ginette Michaux citée au lieu de Marianne Michaux dans la note 2, p. 38) laissent l’impression d’un manuscrit qui aurait dû faire l’objet d’une relecture plus attentive.

9En dépit de ces réserves, on appréciera toutefois l’attention que Paul Gorceix a accordée à toute une série d’œuvres peu étudiées, souvent précoces, comme L’Art en exil ou Le Livre de Jésus, ou tardives, comme L’Arbre (1898). Ces œuvres, qu’elles annoncent Bruges-la-Morte ou qu’elles s’en démarquent, nous rappellent que Rodenbach est loin d’être l’homme d’une seule œuvre.

10La déception que l’on ressent à la lecture de ce livre provient sans doute de l’ambiguïté du propos de l’auteur, qui hésite entre biographie et analyse de l’œuvre. Un parti pris plus clairement affirmé – un recueil d’études sur Rodenbach, par exemple – lui aurait permis de proposer au lecteur contemporain un choix de ses articles, mis à jour et actualisés, augmentés d’analyses nouvelles consacrées à des aspects inédits de l’œuvre rodenbachienne. Il est dommage que ce grand spécialiste des lettres belges qu’a été Paul Gorceix ne puisse lui-même apporter ces retouches au portrait de l’auteur, dont il a contribué, par ses nombreuses études, à redessiner les contours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Brogniez, « Gorceix (Paul), Georges Rodenbach (1855-1898) », Textyles, 36-37 | 2010, 294-296.

Référence électronique

Laurence Brogniez, « Gorceix (Paul), Georges Rodenbach (1855-1898) », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 26 juin 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1465

Haut de page

Auteur

Laurence Brogniez

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org