Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Dotan (Isabelle), Bonheurs de l’errance, rumeurs de la douleur. Une lecture de l’œuvre de Jean-Claude Pirotte

Namur, Les Éditions namuroises, 2008
Luc Louwette
p. 293-294
Référence(s) :

Dotan (Isabelle), Bonheurs de l’errance, rumeurs de la douleur. Une lecture de l’œuvre de Jean-Claude Pirotte, Namur, Les Éditions namuroises, 2008, 129 p.

Texte intégral

1Jean-Claude Pirotte, écrivain singulier dans la production littéraire francophone contemporaine, n’exerce pas vraiment de fascination chez le lecteur. Il noue plutôt un lien de connivence avec lui. Dès lors, ce sont ses « amis » qui écrivent le mieux sur son œuvre.

2Isabelle Dotan, enseignant la littérature et la civilisation française en Israël à l’Université de Haîfa, comme indiqué sur la quatrième de couverture, fait, semble-t-il, partie de ces lecteurs-amis puisqu’il lui arrive de citer des passages de sa correspondance avec l’auteur pour étayer son analyse. Une analyse assez pertinente, qui se concentre sur la production romanesque, abandonnant la poésie sur l’étal d’une critique peut-être à venir.

3Isabelle Dotan a lu avec bonheur ces « romans » gris, douloureux et se déjouant de toute construction classique, ces « récits incertains ». Et elle formule cette remarque très juste : « Les romans de Jean-Claude Pirotte pourraient être brassés, mélangés puis redivisés en unités diverses où l’on retrouverait un nouveau récit éclaté. » (p. 24)

4Elle débute avec hardiesse sa lecture en s’attaquant au vin, moteur de la douleur et de l’écriture pirottienne et conclut par des considérations sur Absent de Bagdad, roman différent en apparence du reste de la production. Les thèmes d’une enfance réinventée traverse aussi le livre.

5Ce ne serait pas faire injure à Isabelle Dotan que de souffler aux lecteurs pressés que beaucoup de choses sont dites entre les pages 109 et 116 de son livre, que certaines remarques sur le style pirottien sont fort bienvenues. Les pistes qu’elles défrichent proposent à ceux qui ne sont pas familiers de Pirotte de s’y engager. Et j’invite personnellement les amoureux de Sylvie de Gérard de Nerval à retrouver en Pirotte l’une de ses filiations.

6Enfin, pourrait-on signaler à Isabelle Dotan une toute petite erreur dans la note 27 au bas de la page 29, où elle fait référence à un mystérieux jm qui doit sans doute être le Journal moche, ainsi que quelques prp au lieu de pr (La Pluie à Rethel), qui ne gâchent toutefois en rien la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Louwette, « Dotan (Isabelle), Bonheurs de l’errance, rumeurs de la douleur. Une lecture de l’œuvre de Jean-Claude Pirotte », Textyles, 36-37 | 2010, 293-294.

Référence électronique

Luc Louwette, « Dotan (Isabelle), Bonheurs de l’errance, rumeurs de la douleur. Une lecture de l’œuvre de Jean-Claude Pirotte », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1463

Haut de page

Auteur

Luc Louwette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org