Navigation – Plan du site
Chronique
Comptes rendus

Gravet (Catherine), dir., Cahiers internationaux de Symbolisme, numéro spécial 2008

Tempo di Roma
Denis Saint-Amand
p. 292-293
Référence(s) :

Gravet (Catherine), dir., Cahiers internationaux de Symbolisme, numéro spécial 2008, Tempo di Roma, 265 p.

Texte intégral

1Singulier volume que ce numéro spécial des Cahiers internationaux de symbolisme, en fait recueil d’actes d’un colloque célébrant le cinquantième anniversaire du roman le plus réputé d’Alexis Curvers, Tempo di Roma. Singulier par sa bigarrure, tout d’abord, et en ce sens plutôt stimulant : visiblement soucieux de rassembler la totalité des échanges qui eurent lieu lors de la rencontre, les responsables du dossier ont réuni pas moins de vingt-deux contributions, toutes centrées sur le roman de Curvers qu’elles relisent depuis différents points de vue. C’est, à deux reprises, le regard pédagogique, proposant des pistes d’exploitation de Tempo di Roma dans le cadre d’un baccalauréat en tourisme ; c’est, ailleurs, celui du poéticien, du spécialiste de l’intertextualité, du vidéaste ou encore du sociologue. De ce foisonnement découle peut-être la seconde singularité du recueil, moins séduisante et qui tient à son inconstance. À la qualité et la précision indéniables de certains articles s’oppose en effet, violemment, la faiblesse de quelques contributions peu fouillées et douteuses sur le plan heuristique. Fallait-il vraiment retenir telle analyse de « La ville ou le pays imaginaire dans “Tempo di Roma” » au bout de laquelle l’auteur, afin d’éviter une conclusion qu’il qualifie lui-même de « vieux cliché assez indigne du talent d’Alexis Curvers » (p. 68), cherche, en une petite page, à rebondir en « reconsidér[ant] l’épopée de Jimmy dans l’optique du fantasme et de l’angoisse » ? – la pirouette, on s’en doute, est ratée, la lecture psychologique ou psychanalytique d’une œuvre nécessitant des fondations plus solides qu’une vague intuition. De la même façon, on est plus qu’intrigué par la référence à l’encyclopédie en ligne Wikipédia pour définir l’anarchisme de droite (p. 72), dans un article à la problématique au demeurant porteuse se proposant d’explorer le traitement réservé par Curvers, dans son roman, au traumatisme procédant de la période mussolinienne.

2Préférons, ici, retenir avant tout les bonnes pages de ce volume, qui en recèle malgré tout, et ce dès son entame. Après un dernier hommage rendu à Claire Lejeune, le recueil s’ouvre sur une comparaison envolée de l’univers de Jimmy, le héros de Tempo di Roma, et des aventures de Tintin. Orchestrée avec élégance – et une certaine malice – par Paul Aron, cette analyse croisée met en lumière un éloquent faisceau de convergences plus ou moins inéluctables (du fait de représentations communes à deux auteurs belges d’une même génération mettant en scène des héros similaires) entre ces textes, mais en vient surtout à proposer la séduisante hypothèse d’une relation intermédiatique entre l’adaptation cinématographique du roman de Curvers et Les Bijoux de la Castafiore. La lecture de Tempo di Roma en éloge du dilettantisme livrée par Pauline Bernon est également probante, qui se fonde sur une analyse de l’évolution comportementale du personnage de Jimmy, mais aussi de Sir Craven, porte-étendard du « sens de la juste distance amoureuse, pratique de dilettante racheté » (p. 33). L’hypothèse de Bernon, du reste, n’est pas sans faire écho à celles, complémentaires, proposées par Jeannine Paque et par Anna Soncini Fratta, mettant respectivement en lumière le sentiment ambivalent de Jimmy à l’égard de sa position d’étranger moyen sur le sol transalpin et, sur un mode psychiatrique, l’indécision constante dans laquelle est plongé le même narrateur – indécision reflétant un binarisme belge qui participe en quelque sorte de son habitus. Pointons encore l’étude de la réception du roman dans la presse francophone, menée par Catherine Gravet, qui met notamment en lumière la façon dont certains critiques de l’époque, en restant franchement évasifs, respectent bien les conseils que formulera des années plus tard (et qu’avait formulés Wilde bien avant) Pierre Bayard au sujet de la logique du compte rendu ; et épinglons la belle analyse symbolique des lieux de Tempo di Roma menée par Éric Lysøe, laquelle s’articule assez bien avec la lecture de Bérangère Deprez interrogeant la « tension allégorique de la femme et de la ville » dans le roman (p. 103). Enfin, il faut également souligner la contribution d’Anne Morelli, de laquelle on retiendra l’analyse du discours stéréotypé véhiculé par Curvers au sujet des Italiens, à laquelle se superpose une lecture du texte comme « témoignage » historique sur l’émigration italienne vers la Belgique. La question naïve de l’intention d’auteur posée au final par Morelli gâche quelque peu la conclusion de l’article, mais elle ne doit pas éclipser la cohérence d’une analyse mettant en lumière certains enjeux de ce roman qui peut se lire comme une production engagée.

3En définitive, si un tri plus strict aurait pu être effectué au moment de la sélection des articles, ce volume bigarré constitue malgré tout un document intéressant dans le sens où il pose, directement ou par la bande, de nombreuses questions sur un roman considéré comme classique, et amorce plusieurs problématiques que pourront assurément développer davantage les chercheurs et étudiants qui s’intéressent de près à l’œuvre d’Alexis Curvers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Saint-Amand, « Gravet (Catherine), dir., Cahiers internationaux de Symbolisme, numéro spécial 2008 », Textyles, 36-37 | 2010, 292-293.

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Gravet (Catherine), dir., Cahiers internationaux de Symbolisme, numéro spécial 2008 », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1461

Haut de page

Auteur

Denis Saint-Amand

fnrs – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org