Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Verhaeren (Émile), Poésie complète 7 : Les Visages de la Vie. Les Douze Mois. Petites Légendes

Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature/ Luc Pire, coll. Archives du Futur, 2009
Dmytro Tchystiak
p. 223-224
Référence(s) :

Verhaeren (Émile), Poésie complète 7 : Les Visages de la Vie. Les Douze Mois. Petites Légendes, édition établie par Michel Otten et présentée par Vic Nachtergaele, Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature/ Luc Pire, coll. Archives du Futur, 2009, 408 p.

Texte intégral

1Les Archives et Musée de la Littérature et les éditions Luc Pire poursuivent leur belle aventure éditoriale qui prépare le retour d’Émile Verhaeren. Cet écrivain qui a connu le fabuleux destin d’une gloire internationale puis le triste sort des classiques délaissés retrouve toute sa vitalité dans l’édition de Poésie complète en douze tomes, coordonnée par Michel Otten. Voici le tome 7, regroupant Les Visages de la Vie (1899), Les Douze Mois (1895) et les Petites Légendes (1900).

2L’introduction de Vic Nachtergaele fournit quelques repères importants pour l’interprétation des ouvrages présentés. Il faut noter que le poète « faisait alterner de grands moments d’enthousiasme avec des crises de morne désespoir » (p. 7), ce qui entraîna la diversité thématique de sa poésie de la dernière décennie du xixe siècle. Le présentateur a raison de souligner que le cadre socioculturel générait les « grandes espérances de progrès technologique et de paix sociale » (p. 8), ce qui a causé, entre autres facteurs, le changement du ton verhaerenien. On ajoutera que tout le climat symboliste vers 1895 passait d’un décadentisme de moins en moins marqué à une vision naturiste et panthéiste de l’Homme et du Cosmos, ce qu’a fort bien montré Michel Décaudin dans La Crise des valeurs symbolistes (Toulouse, Privat, 1960) et l’œuvre de Verhaeren à partir des Villages illusoires (1895) atteste également cette évolution.

3Vic Nachtergaele retrouve « les visages de la vie » dans « les forces de la nature », mais aussi dans « les grandes vertus humaines » (p. 9), ce qui prouve, dit-il, que « la foule est rêvée comme une émanation des forces de la nature » (p. 9). Cependant les tentatives pour voir dans Les Visages de la Vie « l’inlassable élan des ancêtres vers un avenir meilleur » (p. 10) et dans le héros verhaerenien l’un des médiateurs prométhéens entre le peuple et la nature semblent peu symboliques. Le symbolisme du recueil nous paraît bien plus complexe. Et la conclusion du présentateur selon qui « le poète brise toutes les chaînes qui le rattachaient à son moi égocentrique [...] pour se lancer dans un monde d’avenir, qu’il rêve harmonieux » (p. 19) nous semble contestable.

4En fait, dans Les Visages de la Vie, on retrouve l’imagerie symboliste type, obsédée par la quête de l’azur mallarméen et le Dieu-Soleil, issu des Dieux antiques traduits par Mallarmé. Verhaeren rêve d’une fusion avec le Bleu de la Mer et, par conséquent, avec le Moi idéal de l’Âme du Monde. C’est le désir de « la mer au loin qui prolonge la mer » (p. 49) « au-delà de la ruée humaine » (p. 51), c’est la figure de Narcisse qui se complaît « en son rêve qui se défait et se refait » (p. 57) et qui crée par le pouvoir de son imagination toute une mythologie d’auteurs, « le passé universel des choses » (p. 63). Le poète devient ainsi le démiurge réunissant « tout le passé, tout l’avenir » (p. 65) et qui espère « s’unir confusément à tout ce qui tremblait comme des lueurs d’or » (p. 73). On devine que le héros verhaerenien se voit Zeus aux « gestes d’éclair et d’or » (p. 79), le dieu des cultures agraires sacrifié le soir (p. 73), le Christ sur sa croix (p. 53) et même un masochiste lié à l’amante tant martyrisée qu’il la sent « s’illimiter en soi » (p. 89).

5Le rêve ultime du poète serait de se fondre dans l’Anima Mundi, « une âme suprême et violente, où l’univers se résumait », dans « un être immense » (p. 103) qui était le Dieu d’avant Nietzsche. On verra diverses sortes d’absorptions dans un Moi originel : le passage élyséen dans des « pays de clarté » de l’âme « projetées en lueurs et en flammes » (p. 109) ou le plongeon hyperboréen dans la mer « pour à jamais se dissoudre en ta vie » (p. 165). « Ta vie » dans ce contexte symboliserait, certes, l’union avec le peuple ; mais, en même temps, la quête de l’or relève chez Verhaeren d’un désir narcissique ultime - devenir Dieu. Or tout héros et tout lieu sont associés dans les mythes archaïques au Soleil, générateur de la Vie. Ainsi, le mythe hyperboréen chez Verhaeren implique l’union panthéiste avec les choses de ce monde dans un dieu solaire qui lui-même pénètre la Mer le soir pour en ressortir au matin, régénéré.

  • 1 Voir Lutaud (Christian), « Le Mythe maeterlinckien de l'anneau d'or englouti », dans Annales de la (...)

6Ce symbolisme est présent également dans l’œuvre de Maeterlinck, comme l’a montré Christian Lutaud.1

7Quant aux deux recueils « dits mineurs » (Vic Nachtergaele), Les Douze Mois et Petites Légendes, ils nous plongent dans l’univers de l’imagerie populaire, parfois très proche en figures de La Louange de la Vie de Max Elskamp, mais en beaucoup plus naturaliste. On y retrouve la Belgique des Flamandes et des Campagnes hallucinées, des personnages sadiques ou dévots, des revenants et des saint Michel et même un combat homérique entre hommes et animaux. La reprise des légendes « à la mode de mon pays » (Max Elskamp) dans la lignée folklorique en vogue chez les symbolistes permet à Verhaeren de mêler le christianisme au folklore dans les mythes personnels d’une force évocatrice frappante.

8Il nous reste à saluer le remarquable travail de Michel Otten qui a su éditer les textes du poète avec une minutie exemplaire. La tradition qui consiste à reproduire les variantes des éditions préoriginales, définitive et celle des rééditions, accompagnées en fin de volume par les poèmes supprimés au cours des rééditions nous livre un témoignage passionnant de l’évolution stylistique de Verhaeren. Cette édition minutieuse du tome 7 de Poésie complète offre au lecteur une belle occasion de retrouver la voix de Verhaeren, revenue une fois de plus doubler par la magie symboliste « la voix des passeurs d’eau des rivières natales » (p. 73).

Haut de page

Notes

1 Voir Lutaud (Christian), « Le Mythe maeterlinckien de l'anneau d'or englouti », dans Annales de la Fondation Maurice Maeterlinck, tome XXXIV, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dmytro Tchystiak, « Verhaeren (Émile), Poésie complète 7 : Les Visages de la Vie. Les Douze Mois. Petites Légendes », Textyles, 39 | 2010, 223-224.

Référence électronique

Dmytro Tchystiak, « Verhaeren (Émile), Poésie complète 7 : Les Visages de la Vie. Les Douze Mois. Petites Légendes », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/145

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org