Navigation – Plan du site
Varia

Entre bègue et borgne1

Daniel Laroche
p. 265-270

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu d’une communication présentée à la Journée Jacques Izoard, Université de Liège (...)
  • 2 Citons entre autres Voix, vêtements, saccages (1971), Vêtu, dévêtu, libre (1978), Corps, maisons, t (...)

1Longtemps, on a cru que le code génétique d’un individu était localisé en un endroit précis de son organisme, jusqu’au jour où l’on a découvert qu’il est présent, sous la forme d’adn, dans chacune des cellules du corps. Mutatis mutandis, il en va de même de la poésie d’Izoard, qui forme un ensemble organique bien que non fermé : chaque texte, aussi bref soit-il, contient en réduction les caractères fondamentaux de la poétique, de la thématique et de l’imaginaire izoardiens. Tout comme la cellule vivante, il ne se réduit évidemment pas à cette fonction « patrimoniale », mais y ajoute sa contribution propre, qui nourrit et enrichit l’œuvre tout entière… Un exemple à première vue modeste suffira à notre démonstration. Il s’agit du titre d’une plaquette publiée à Waremme en 1974 : Bègue. Bogue. Borgne. Trois mots d’apparence banale, juxtaposés, sans déterminant, sans conjonction ni préposition, séparés seulement par des points. Ce que la rhétorique nomme une asyndète, soit une forme laconique de l’énumération, fréquente chez Izoard2. Mais s’agit-il vraiment d’une énumération ? De ces trois vocables nus, pas particulièrement « poétiques » en soi, seul l’assemblage parait insolite, reflétant peut-être un simple voisinage de dictionnaire, comme Izoard aime à faire. Bègue, bogue, borgne : qu’est-ce que ces mots veulent nous dire, que veulent-ils nous inspirer, que veulent-ils nous cacher ?

2Un premier niveau d’appréhension est celui de l’oralité, de la musicalité. Voici trois monosyllabes, trois mots compacts, aisément prononcés, avec la même consonne initiale b suivie d’une voyelle tonique et formant allitération. En principe muettes, les syllabes finales des deux premiers mots sont éveillées par le jeu de la prosodie, ce qui donne une scansion non à trois temps, mais à cinq temps : bè-gue-bo-gue-borgne. Et qui, de plus, produit un effet d’ouverture et d’allongement : une formule comme « bec, bock, bord » eût été plus sèche. Du è de « bègue » au ò de « bogue », il y a aperture vocalique croissante ; puis vient « borgne », dont la consonne finale n’est plus l’occlusive gutturale, mais plus souplement une liquide suivie d’un n mouillé. Travail raffiné de rythme, de mélodie, en trois accords successifs qui jouent sur les oppositions fermé/ouvert, sombre/clair. Effet de variation plutôt que de répétition : la reprise du motif initial n’est pas piétinement mais avancée, ouverture progressive. Cette élaboration phonétique minutieuse n’est ni gratuite, ni aléatoire : elle montre que la poésie pour Izoard n’est pas d’abord une affaire d’idées ou d’imagination, mais primordialement une affaire de langage, celui-ci étant pris dans sa concrétude sonore. Le sensoriel et le sensuel, pourrait-on dire, précèdent le pensable, qui viendra plus tard…

  • 3 À ce propos, voir Daniel Laroche, Resserrement et dispersion – La poésie de Jacques Izoard, dans Le (...)
  • 4 Voir Grandgagnage (Charles), Dictionnaire étymologique de la langue wallonne, Genève, Slatkine repr (...)

3Un second niveau d’appréhension est lexical. Très vite, on remarque la complicité sémantique entre le premier mot (bègue) et le troisième (borgne) : tous deux désignent une infirmité, ou plus précisément une demi-infirmité puisque le bègue n’est pas muet et que le borgne n’est pas aveugle. Il y a donc effet de miroir, avec cette paire symétrique de personnages qui se renvoient l’un à l’autre leur disgrâce, de sorte que le défaut de l’un se trouve confirmé, sinon renforcé par celui de l’autre. D’où une gémellité pitoyable : à gauche Démosthène avant sa logopédie, à droite Polyphème avant le passage d’Ulysse... Dans les deux cas, c’est bien le corps qui est altéré, marqué d’un manque, comme il est quasiment de règle dans la poésie d’Izoard, où l’image du corps humain est rarement évoquée comme un tout, mais fréquemment comme morcelée ou incomplète de quelque manière3. Plus précisément, bégaiement et éborgnement affectent tous deux une même partie du corps : la tête, cette tête dont la bogue offre en quelque sorte l’image miniaturisée. Si, de plus, on se rappelle qu’en wallon le « boge » désigne le tronc, en parlant soit d’un arbre, soit d’un être humain4, et même si ce mot wallon reste dans l’ombre de notre titre, il nous ramène au motif du fragment corporel.

4Un autre procédé retient notre attention. L’infirmité phonatoire n’est pas seulement dénotée, signifiée de manière abstraite : phonétiquement, l’entassement des trois mots imite un bégaiement réel, créant ce qu’on appelait jadis une harmonie imitative – ici plutôt une dysharmonie... Dans cette logique, « bègue » et « bogue » ont le statut de simples ratés phonatoires, « borgne » étant alors le seul vocable pertinent, celui que le malheureux bredouilleur n’a pu maitriser qu’à la troisième tentative. Aussi l’énoncé bégayant n’est-il aucunement un discours désincarné : effet direct d’une défaillance psychomotrice, il est le prolongement physique du corps infirme.

5Allant plus loin, on constate que bégaiement et demi-cécité ne sont pas des handicaps étrangers l’un à l’autre, puisque l’un a trait à la parole et l’autre au regard, les deux vecteurs privilégiés de la communication humaine : trébuchement du verbe d’un côté, vision tronquée de l’autre. L’assemblage des deux mots le suggère, c’est la communication elle-même qui est mutilée, non de façon circonstancielle, mais dans son principe et dans ses deux constituants fondamentaux, l’émission et la réception. Faut-il rappeler que la « façade borgne » est celle qui ne comporte presque aucune ouverture, comme les murs des prisons ? Est pointé là, très précisément, le défaut radical du corps communicant, ce qui du corps gêne le passage et l’échange avec le dehors, autrement dit la menace immanente de la solitude.

6Avec le troisième vocable, « bogue », on reste bien dans l’ordre du vivant, mais on semble quitter le registre de l’humain pour celui du végétal, et même pour ce qu’il y a dans le monde végétal de plus humble et de plus commun : même pas un fruit, l’écorce d’un fruit. Une petite chose ronde et compacte qu’on ramasse, qu’on tient au creux de sa main, qui appelle la caresse, qui parfois est intacte et parfois vide. Une gangue sphérique, tantôt lisse quand elle est celle du marron, tantôt hérissée de piquants si elle est celle de la châtaigne, proche de la coque, de l’œuf, du galet, du poing fermé, tous motifs fortement récurrents chez Izoard. Quant à l’ordonnance syntaxique, ce troisième vocable est en réalité le deuxième, encadré par les deux autres. Un tel encadrement, qui relève de l’ordre du pur signifiant, forme donc métaphore visuelle de l’enclosion connotée par « bogue ». Sur la couverture de l’édition originale, comme pour conjurer la négligence du lecteur, « bègue » et « borgne » sont composés en italiques, alors que « bogue » est composé en romains. Ce dispositif rhétorique et typographique manifeste et amplifie à la fois le thème de la capsule, de l’objet fermé sur lui-même, resserré en un mouvement de cachette ou d’autoprotection – ce qui aussitôt appelle un autre thème, celui de la matrice, au creux de laquelle s’élabore la gestation du fruit merveilleux.

7Ceci dit, quels liens sémantiques et imaginaires attachent le mot central à ceux qui l’entourent ? D’abord celui-ci : la bogue est proche du globe oculaire, indirectement évoqué par « borgne ». La bogue n’est-elle pas très exactement un œil aveugle, un œil obscur que la fonction scopique aurait déserté à la suite de quelque accident ou de quelque malédiction ? En cette acception, elle nous ramène au motif de l’éborgnement, et même de l’orbite vide, de l’énucléation, dont la psychanalyse nous apprend qu’elle n’est pas sans rapport avec le thème de la castration. De l’autre côté, « bogue » est le paronyme de « gobe », du verbe « gober », tout en présentant une similitude phonétique patente avec « boque », qui est l’équivalent wallon de « bouche » et qui a donné le verbe « emboquer », « mettre en bouche ». Ces deux paronomases se doublent d’une similitude référentielle : par son vide intérieur, la bogue est une sorte de cavité buccale, l’un de ces nombreux réceptacles chers à Izoard, cette cavité qui n’est autre que le siège du bégaiement.

8La triade bogue-globe-boque est certes d’une nature un peu spéciale, puisque les deux derniers termes sont in absentia, éléments discrets de la chaine des signifiants qui nous occupe. Le jeu des reflets pourtant est irrécusable ; le mot « bogue » est un miroir double, qui renvoie à l’œil mort du borgne autant qu’à la bouche arythmique du bègue. De plus, comme enveloppe intégrale, la bogue a pour effet de séparer un dedans et un dehors, d’empêcher le passage de l’un à l’autre : elle est obstacle, résistance, secret. Elle est donc bien faite, on en conviendra, pour symboliser le thème de la communication empêtrée.

9Les trois vocables qui forment notre titre entretiennent donc des relations véritablement buissonnantes. Sans qu’aucun discours soit tenu, sans qu’une véritable phrase soit agencée, cette formule nominale et tripartite produit un redoutable entrelacs de sens. Certes, elle ne répond guère à la forme traditionnelle du titre de livre, auquel d’ordinaire est dévolue une fonction d’enseigne et de synthèse. Elle semble plutôt, non sans quelque apparence de désinvolture, épingler quelques repères autour desquels se construiront, selon une ingéniérie encore imprévisible, les poèmes du recueil.

10Ce qui laisse le lecteur quelque peu orphelin, c’est qu’il discerne mal la position de l’énonciateur du titre, soigneusement masqué. Pas de modalisation, aucun marqueur de la subjectivité. Peut-être les trois vocables sont-ils trois façons péjoratives de désigner quelqu’un. On sait en effet que la locution « châtaigne sous bogue » désigne une personne hargneuse, et que la locution « en bogue » se dit du hérisson enroulé sur lui-même. Est-ce l’auteur qui égotistement pratiquerait l’autodérision ? S’agit-il plutôt de quolibets lancés au lecteur pour le provoquer ? Ou alors, plus sereinement, nous présente-t-on le(s) héros pitoyable(s) dont le recueil va nous entretenir, avec pour décor peut-être la fameuse Cour des Miracles ? Et, en toute hypothèse, pourquoi précisément ces trois lazzis et non point d’autres ? L’énigmatique, on le constate, ne réside pas seulement dans l’assemblage des trois mots, mais dans la démarche communicative générale, plus précisément dans l’incertitude où baignent les positions du je, du tu et du il. Loin d’être accidentelle, l’instabilité où le lecteur est réduit fait partie intégrante de la communication poétique, comme facteur d’ouverture et de pluralité du sens. C’est donc à celles-ci qu’il nous faut revenir, une fois encore.

11La bogue, on l’aura compris, est aussi l’allégorie du poème, microcosme tout en concentration sur lequel se focalise le désir du lecteur d’y aller voir de plus près, le désir d’ouvrir la carapace pour mettre au jour ce qui s’y cache et qu’on suppose succulent ou précieux. Qu’importe si l’écorce est rude et le travail ingrat, la trouvaille en sera d’autant plus heureuse… Mais alors, le « bègue » ne serait autre que le poète lui-même, celui qui use de la langue et du langage sans arriver à les dominer ; celui qui ne profère qu’au prix d’une lutte incessante, toujours à recommencer. Rappelons que, parmi ses divers emplois, le mot « bègue » peut qualifier une écriture hésitante. Quant au « borgne », comment ne pas y reconnaitre le lecteur, qui au mieux ne distingue qu’à moitié ce qu’il s’agit de voir et doit se résoudre à ne voir jamais tout ? « Bègue. Bogue. Borgne », c’est donc « émetteur-médium-récepteur » : le schéma de la communication verbale mis en images, mis en abyme.

12Aussi séduisante qu’elle puisse paraitre, l’explication, sans doute, est trop policée pour qu’on s’en contente si aisément. Car d’autres indices, chemin faisant, nous ont mis la puce à l’oreille. Ainsi, chacun sait que « borgne », pris comme adjectif, se dit aussi d’un lieu mal famé, d’un hôtel de passe, ou encore d’un « bouge », autre anagramme de « bogue ». On aura également noté que « bègue-bogue » évoque irrésistiblement l’expression « bique et bouc », qui désigne familièrement l’hermaphrodite ou le bisexuel. Quant à la bogue, elle n’est pas sans quelque analogie visuelle avec la bourse qui caractérise le sexe mâle… C’est donc une nouvelle lecture qu’il s’agit de mener.

13Quittant le vocabulaire végétal pour celui de la forge, on trouve un substantif « bogue », masculin ou féminin, qui désigne le gros anneau de fer fixé au bout du manche des marteaux. Le symbolisme sexuel de l’outil est assez voyant. Or, poursuivant l’investigation, on découvre qu’en argot, le « borgne » peut désigner le pénis ; « étrangler le borgne » signifie « se masturber ». Le pénis a d’ailleurs un autre surnom populaire, « le cyclope », ce qui nous ramène exactement au même registre métaphorique, dans lequel le gland occupe évidemment la place de l’œil, tantôt fermé, tantôt exorbité. De plus, dans l’une de ces ambivalences que Freud n’eût pas manqué de souligner, et toujours si l’on s’en réfère au lexique argotique, le « borgne » peut également désigner l’anus ; la dualité sémantique et anatomique suggère assurément une conjonction d’un autre ordre, à savoir la sodomie. Quant au « bégaiement », qui dit la nécessité de s’y reprendre à plusieurs fois pour atteindre son but, il doit être compris dans ce cadre comme la saccade haletante qui rythme l’acte sexuel.

14Sans conteste, la thématique sexuelle nous ramène à la question du corps, mais par un biais différent. Nous l’avons noté précédemment, la formule « bègue-bogue-borgne » nous livre en filigrane une image corporelle fragmentaire, sorte de pantin obscène avec une tête hirsute (la bogue et ses piquants), un œil unique, une bouche (ou « boque »), un tronc (le « boge »), un pénis, un anus ; il n’est pas question d’oreilles, de nez, pas davantage de bras ou de jambes. Un pantin qui n’est pas sans évoquer certains dessins d’enfant, et qui est là dans un statut clandestin, à demi caché derrière ces personnages d’apparence plus commune que sont le bègue et le borgne. Avec les allusions sexuelles, c’est donc une autre version du corps qui apparait, non plus d’ordre imaginaire, mais d’ordre pulsionnel. Les mots du titre, en effet, nous mènent dans le désordre aux grands registres pulsionnels que sont l’oral, le scopique et l’anal. Pas plus que le fantôme du pantin, ces registres ne nous livrent une appréhension unitaire du corps ; ils renforcent, au contraire, l’impression d’un puzzle incomplet, d’une synthèse définitivement impossible.

15Notre titre, d’autre part, rend perceptible ce qu’Izoard nomme le « corps du langage », et ceci par différents procédés dont sa prosodie intrinsèque, la prééminence accordée aux mots concrets, le bégaiement parodié, le jeu des échos qui de proche en proche renvoient vers « boge », « globe », « boque », « gobe », « bouge », « bourse », et d’autres encore sans doute. Le corps du langage, c’est la matérialité sonore de celui-ci en tant qu’elle ne peut être totalement maitrisée par le locuteur, lequel au contraire subit son empire en maintes occasions. Comme le corps physique, il est cet espace que le sujet est censé habiter, mais dont il ignore partiellement les lois propres et les limites exactes.

16Thème de l’infirmité orale et oculaire, effets de miroir, morcellement du corps imaginaire, intérêt compensatoire pour les images d’enclosion, agressivité des piquants, allusions à la bisexualité et à la sodomie, murs de prison : le tableau – si l’on peut user de ce terme – est pour le moins tourmenté, souterrainement travaillé par le substrat wallon liégeois qui influence discrètement mais fortement le choix des mots français. Ceci n’est pas de nature à surprendre le lecteur un peu déluré. Chez Izoard, le poème n’est jamais un objet décoratif. Loin de se réduire à l’esthétique, il est fait pour montrer en la cachant une sourde menace, dont la teneur n’est jamais explicitée, mais dont la pression sous-jacente donne au texte son énergie autant que sa « cause ». C’est précisément cette double fonction de suggestion et d’exorcisme qui fait son urgence et sa gravité. C’est elle qui confère à l’ensemble de cette œuvre poétique son allure spécifique, tout en imposant à l’auteur une relance incessante de texte en texte. Il faut en convenir : que le titre « Bègue. Bogue. Borgne » contienne en miniature les traits fondamentaux de l’univers izoardien relève bien de l’irrécusable.

Haut de page

Notes

1 Cet article est issu d’une communication présentée à la Journée Jacques Izoard, Université de Liège, 17 mai 2006.

2 Citons entre autres Voix, vêtements, saccages (1971), Vêtu, dévêtu, libre (1978), Corps, maisons, tumultes (1990).

3 À ce propos, voir Daniel Laroche, Resserrement et dispersion – La poésie de Jacques Izoard, dans Le Courrier du Centre international d’études poétiques, n˚188, novembre-décembre 1990.

4 Voir Grandgagnage (Charles), Dictionnaire étymologique de la langue wallonne, Genève, Slatkine reprints, 1969, vol. I. Dans son Dictionnaire franco-liégeois (Liège, Vaillant-Carmanne, 1974), à l’article « tronc », Jean Haust indique « bodje ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Laroche, « Entre bègue et borgne », Textyles, 36-37 | 2010, 265-270.

Référence électronique

Daniel Laroche, « Entre bègue et borgne », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1449 ; DOI : 10.4000/textyles.1449

Haut de page

Auteur

Daniel Laroche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org