Navigation – Plan du site
Varia

Marnix, le révolutionnaire

Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde dans le discours communiste de la guerre froide
Laurence van Nuijs
p. 235-250

Texte intégral

Introduction

  • 1 À propos de l’histoire du Kominform, voir Marcou (Lilly), Le Kominform. Le communisme de guerre fro (...)

1Le discours communiste belge de la guerre froide se caractérise par une forme particulière de nationalisme. Il prolonge le nationalisme qui se développe alors dans le discours communiste international, dont les grandes lignes sont tracées par le Bureau d’information des partis communistes ou Kominform1. Celui-ci est créé à la fin du mois de septembre 1947, à l’issue d’une conférence des partis communistes à Szklarska Poreba (Pologne), organisée en réaction au plan Marshall américain. Lors de la conférence, le secrétaire du parti communiste d’Union soviétique, Andreï Jdanov, présente un rapport définissant la nouvelle tactique mondiale du mouvement communiste. Selon ce rapport, le monde se partage désormais en « deux camps » : le camp américain « impérialiste » et « anti-démocratique », d’une part, et le camp soviétique « démocratique » et « anti-impérialiste », de l’autre. Les tâches des partis communistes sont dégagées sur cette toile de fond : ils doivent dorénavant résister et lutter contre l’agression impérialiste dans tous les domaines, c’est-à-dire à la fois sur le plan politique, économique et idéologique. Aux partis communistes des pays capitalistes, il incombe une tâche supplémentaire : face à la menace de l’impérialisme américain, ces partis sont appelés à « lever le drapeau de l’indépendance nationale ». L’internationalisme communiste – renforcé par la création du Kominform – implique dès lors une double forme de patriotisme : envers l’Union soviétique comme patrie du socialisme, mais également envers la propre nation dont il importe de sauvegarder la tradition et la culture.

  • 2 Pour une analyse de l’ensemble de ces articles, voir Van Nuys (Laurence), Critique littéraire commu (...)
  • 3 M.L., « Une pièce nécessaire, un succès mérité. Le D’zy adaptation de Claude Noël d’après le roman (...)
  • 4 Galtier (Joël), « Les traditions de Charles De Coster sont les traditions nationales de notre litté (...)
  • 5 Vallène (Jean), « Ulenspiegel immortel », dans Le Drapeau rouge, 23/04/53, p. 4.

2Le discours communiste belge s’inscrit pleinement dans cette logique, comme en témoignent les nombreuses invectives contre les « fauteurs de guerre américains » et leurs « valets occidentaux traîtres de la nation » dans la presse communiste de l’époque. Il en va de même du discours communiste sur la culture. Ainsi, à partir de 1951, le nombre de contributions consacrées à l’héritage littéraire national dans Le Drapeau Rouge, le quotidien francophone du Parti communiste de Belgique (dorénavant : pcb), s’accroît considérablement2. Les écrivains classiques y sont abordés à partir d’un ensemble de thèmes qui prolongent directement la ligne définie par le Kominform. Invariablement, il est question de la « trahison de la culture » par les classes au pouvoir et le passage sous silence par la bourgeoisie des grands classiques populaires et progressistes. Contre la menace des « impérialistes » américains, les communistes s’érigent en défenseurs et continuateurs d’une tradition culturelle qu’ils présentent comme foncièrement nationale, populaire et progressiste. Ainsi, l’adaptation d’une pièce de l’écrivain réaliste belge Joseph Demoulin est-elle dite d’autant plus nécessaire « dans le moment où l’indépendance nationale est plus que jamais bafouée par la bourgeoisie et les hommes auxquels elle confie le pouvoir »3. Selon un autre extrait, La Légende d’Ulenspiegel s’avère-t-elle plus que jamais d’actualité « au moment où les dirigeants du pays s’attaquent aux libertés populaires et trahissent notre peuple tout entier »4. Ou encore, la promotion de la littérature nationale s’impose d’urgence, étant donné le développement débridé d’« une “kultur” décadente et antipopulaire au sein de laquelle on tente de noyer la Belgique »5.

  • 6 Aloïs Gerlo (1915-1998) est un philologue classique flamand. Il fait ses études à l’Université de G (...)
  • 7 Gerlo (Aloïs), « Marnix l’énigmatique. À propos d’une nouvelle biographie de Marnix de Sainte-Aldeg (...)
  • 8 Voir An., « Vient de paraître. Aloïs Gerlo. Marnix l’énigmatique », dans Le Drapeau rouge, 6/01/54, (...)
  • 9 Voir Beyen (Marnix), « Un Belge récalcitrant. La difficile entrée de Marnix de Sainte-Aldegonde dan (...)
  • 10 Idem, p. 46.
  • 11 Ainsi, mettant en évidence certaines particularités de l’œuvre et de la personne de Marnix et en co (...)
  • 12 Dans sa biographie, Gerlo s’attribue certes une attitude « oppositionnelle » par rapport à la ligne (...)

3Un des écrivains classiques qui est inscrit à l’intérieur de cette logique est Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde. Celui-ci fait l’objet d’une étude d’Aloïs Gerlo6 qui paraît en deux parties dans le Drapeau Rouge7, ainsi que de quelques commentaires plus brefs8. Comme l’a montré l’historien Marnix Beyen9, Marnix de Sainte-Aldegonde, cet « intellectuel et politicien polyvalent du xvie siècle »10 a fait l’objet d’identifications nombreuses et très diverses aussi bien sur le plan idéologique que sur le plan culturel. Ainsi, Marnix a-t-il non seulement servi comme modèle d’anticléricalisme aux libéraux de la fin du xixe siècle, mais le retrouve-t-on également dans une diversité de discours concernant le passé national dans les années 1930 et 1940. L’intégration de Marnix à l’intérieur de l’historiographie belge francophone s’observe dès la fin du xixe siècle et devient systématique après la seconde guerre mondiale. Beyen attribue cette introduction à l’influence persistante du paradigme historiographique de la Jeune Belgique, qui présente la Légende d’Ulenspiegel comme l’œuvre fondatrice de la littérature belge et intègre par là également les sources de la Légende – parmi lesquelles Marnix. Or, une fois admis à l’intérieur du panthéon littéraire francophone belge, Marnix continue à faire l’objet de représentations diverses11 Notre article ne s’interroge pas sur les multiples et très diverses « récupérations » politiques et culturelles dont Marnix a fait l’objet. Au contraire, nous nous intéresserons à une récupération particulière, celle, plus exactement, dont témoigne l’article de Gerlo. La première partie de l’article montre que l’étude de Gerlo, qui s’annonce comme une contribution purement « scientifique », présente en réalité un portrait de Marnix qui corrobore l’image générale des grands classiques nationaux dans le Drapeau Rouge12. Dans un deuxième temps, l’article s’interroge sur la présence d’un élément dans le texte de Gerlo qui va singulièrement à l’encontre de la vision générale sur le nationalisme culturel dans le Drapeau Rouge, notamment son écart par rapport à l’attitude résolument favorable envers la « Belgique » qui domine ailleurs dans le journal.

Marnix, le progressiste, le combattant de la paix et le patriote

  • 13 Voir Van Kalken (Frans) et Jonckheere (Tobie), Marnix de Sainte-Aldegonde (1540-1598), Bruxelles, O (...)

4L’article de Gerlo est un compte rendu de la biographie de Marnix réalisée par deux professeurs honoraires de l’Université libre de Bruxelles, Frans van Kalken et Tobie Jonckheere13. À première vue, l’article s’écarte significativement d’autres contributions sur les classiques dans la presse communiste de l’époque. Ainsi, si Gerlo présente Marnix comme « une des figures les plus intéressantes de notre passé national » (p. 3), sa lecture ne s’annonce pas comme une réaction à une quelconque stratégie bourgeoise d’obscurcissement. L’intérêt porté à Marnix est purement scientifique. Selon Gerlo, nombre d’ouvrages consacrés à Marnix « ont été écrits dans un climat d’admiration démesurée ou d’animosité haineuse » (p. 3) et le grand mérite de l’étude de Van Kalken et Jonckheere est justement de tenter de reconstituer « une image objective et impartiale de celui qui, de l’avis unanime, joua un rôle capital au cours d’une des phases les plus dramatiques de notre histoire » (Van Kalken & Jonckheere, op. cit., p. 3).

5Or, chose étonnante étant donné la volonté de passer outre « le climat d’admiration démesurée ou d’animosité haineuse » (p. 3) qui entoure l’œuvre de Marnix, Gerlo critique d’emblée le refus de prendre position de la part des deux auteurs – et de Van Kalken en particulier – qui restent tout à fait neutres par rapport à la réception de Marnix. Celle-ci se partage en deux filiations : d’un côté ses admirateurs, qui sont en même temps les défenseurs de la révolte contre le catholicisme et le roi d’Espagne (c’est le cas, par exemple, d’Edgar Quinet), de l’autre ses opposants, qui sont autant de défenseurs du catholicisme (c’est le cas, notamment, d’Alberdink-Thijm, de Kervijn de Lettenhove et de Floris Prims). Gerlo reconnaît la nécessité de s’opposer « avec une égale placidité aux excès panégyriques qu’aux fureurs de ces détracteurs » (p. 5), mais l’attitude qu’il convient d’adopter n’est pas pour autant celle de l’« historien soi-disant “pur”, au-dessus de la mêlée, de médiateur entre les deux camps » (p. 5). L’argument n’est pas développé davantage : Gerlo signale uniquement que les « conceptions volontairement tolérantes et libérales » (p. 5) de Van Kalken s’affirment « aux dépens de la vérité historique » (p. 5). Un deuxième reproche est lié au premier. Si Van Kalken refuse de prendre position, la raison en est que, par manque de contextualisation historique, sociale et idéologique, il passe à côté du « fond véritable » des événements du xvie siècle :

[…] la synthèse de MM. van Kalken-Jonckheere aurait été encore beaucoup plus précieuse si elle avait débuté par un chapitre, même court, consacré au cadre historico-social et même idéologique, dans lequel se situe la vie mouvementée de Marnix. Ce cadre aurait donné plus de relief à la biographie maintenant trop détachée de son fond véritable, et beaucoup de choses en seraient devenues encore plus claires. (p. 5)

6L’absence de contextualisation conduit, toujours selon Gerlo, à quelques erreurs d’interprétation dans la biographie de Marnix. Une première erreur concerne la caractérisation de l’ouvrage principal de Marnix, De Bijenkorf der H. Roomsche Kerke [La Ruche de la sainte Église romaine]. Plutôt que de s’opposer aux adversaires de Marnix, Van Kalken reprend à son compte la définition que ceux-ci en donnent, et définit De Bijenkorf comme un simple « pamphlet ». Selon Gerlo, De Bijenkorf peut certes se lire comme un pamphlet, mais il s’agit avant tout – ce que Van Kalken reconnaît mais ne met pas assez en évidence – d’« un document littéraire unique dans la littérature néerlandaise et presque unique dans la littérature mondiale » (p. 5). En reprenant à son compte une définition des détracteurs de Marnix, Van Kalken minimise l’importance littéraire de De Bijenkorf, et néglige de la sorte de mettre l’ouvrage en rapport avec d’autres grandes œuvres humanistes telles que celles de Rabelais, d’Érasme et d’Ulrich von Rutten.

  • 14 Pour des exemples de la réception de Rabelais dans la presse communiste belge francophone, voir An. (...)

7En mettant Marnix en rapport avec quelques grands humanistes comme Rabelais – abondamment commenté dans la presse communiste14 – et en soulignant l’importance de la contextualisation de tout auteur commenté, le texte de Gerlo suggère d’emblée une certaine interprétation de Marnix. Dans les autres contributions du Drapeau Rouge sur les classiques, le « cadre historico-social et même idéologique » (p. 5) dont Gerlo regrette l’absence dans l’ouvrage de Van Kalken et Jonckheere, renvoie invariablement à un modèle explicatif marxiste. Selon ce modèle, l’histoire littéraire se lit comme l’expression idéologique d’une évolution historico-sociale sous-jacente, dont l’aboutissement nécessaire est l’avènement du prolétariat et de la révolution. Dans cette vision de l’histoire, les grands écrivains humanistes « représentent » l’ascendance de la classe historique à laquelle ils appartiennent, à savoir la bourgeoisie « montante », s’émancipant des structures sociales du Moyen Âge. Les écrivains du xvie siècle peuvent dès lors être considérés comme « progressistes », dans la mesure où la classe à laquelle ils appartiennent prépare indirectement l’avènement de nouvelles classes « montantes », et en particulier du prolétariat.

8La deuxième erreur de Van Kalken selon Gerlo concerne la représentation de Marnix comme pacifiste : « Van Kalken met l’accent sur le pacifisme sincère de Marnix : “Il aimait passionnément la paix, la bonne volonté qui y prédispose et les négociations pleine de finesse qui y conduisent” » (p. 6). Afin d’argumenter cette thèse, Van Kalken se base sur la paix conclue par Marnix avec les Espagnols, suite à son emprisonnement à Maaslandsluis en 1573. Or, selon Gerlo, la conclusion de cette paix ne saurait être attribuée au pacifisme de Marnix, mais doit être interprétée comme une erreur politique de sa part : « Il y eut surtout en son chef une erreur politique, en présence de laquelle le Taciturne eut raison de demeurer inflexible. Quoi qu’en pense Van Kalken, l’initiative de Marnix ne pouvait se justifier » (p. 6). En condamnant la paix conclue avec les Espagnols, Gerlo s’écarte à première vue à nouveau du discours communiste de la guerre froide. Dans celui-ci, le « pacifisme » des communistes (et de ceux qu’ils présentent comme des précurseurs), leur « lutte pour la paix » et leur « combat contre les fauteurs de guerre » sont invariablement mis en évidence. Or, cet écart n’est qu’apparent. En condamnant la paix conclue par Marnix comme une « erreur », Gerlo donne en fait un portrait de Marnix bien plus cohérent du point de vue de l’histoire communiste. Dans le discours communiste, le « pacifisme », en effet, n’est jamais défini comme une disposition à pactiser avec l’ennemi bourgeois ou impérialiste. Les communistes distinguent la « lutte pour la paix » communiste, combative (résolument anti-américaine, anti-bourgeoise), d’une forme de pacifisme « naïf », consistant à ne pas reconnaître l’ennemi (et, par exemple, à minimiser l’« occupation » américaine). Or, de même que les communistes, Marnix connaît ses ennemis et ne conclut une paix avec eux que par faiblesse et erreur politique.

  • 15 Voir Gerlo (Aloïs), Aristophane, combattant de la paix, Bruxelles, Librairie du Monde Entier, coll. (...)
  • 16 Ainsi, Aristophane s’oppose à la sophistique, présentée comme « le courant progressiste qui corresp (...)
  • 17 Ibid., p. 19.
  • 18 « […] la démocratie athénienne portait en elle-même les germes de sa décadence, la possibilité d’ab (...)

9La même distinction entre un pacifisme « naïf » et « combatif » se retrouve dans une brochure réalisée par Gerlo sur Aristophane, publiée par les presses du parti15, dans laquelle Gerlo met en évidence le « progressisme » d’Aristophane. Selon Gerlo, à bien des égards, les idées d’Aristophane sont « conservatrices » (il critique la démocratie athénienne et s’oppose aux idées nouvelles16) mais il n’est pas un « réactionnaire » pour autant, car son œuvre présente au moins trois dimensions profondément « progressistes ». D’une part, tout en les critiquant, Aristophane adhère selon Gerlo à un grand nombre de principes et d’idées avancées (le libre-examen, la dialectique des sophistes, le panhellénisme)17. D’autre part, puisque la démocratie athénienne présente elle-même certains défauts18, en faire la critique peut être considéré comme un acte progressiste. Mais l’argument principal qui fait d’Aristophane un progressiste est son pacifisme, défini comme une forme d’opposition aux responsables de la guerre du Péloponnèse :

  • 19 Ibid., p. 29.

Le pacifisme de Trygée [personnage principal de la pièce La Paix], c’est-à-dire d’Aristophane, a quelque chose d’envoûtant. Sa volonté de la paix n’a d’égards pour personne. Il s’en prend, avec une haine et un fanatisme qu’on ne saurait lui reprocher, à tous les bellicistes, à tous les ennemis de la paix, aussi haut placés soient-ils.19

10L’interprétation de Marnix comme « combattant de la paix » opposé avec acharnement aux « bellicistes » espagnols se prolonge à la lumière de la reddition d’Anvers, dont Van Kalken donne une interprétation à laquelle Gerlo adhère. Les deux auteurs soulignent que Marnix rendit la ville à un moment où elle ne put plus être sauvée, et s’opposent dès lors à l’interprétation, formulée par les opposants de Marnix, selon lesquels Marnix aurait trahi sa propre cause :

Ceci, Van Kalken a raison de le faire valoir contre les Kervijn qui, pour être logiques avec eux-mêmes, devraient féliciter Marnix mais qui, trop contents de trouver de quoi pouvoir le salir, prononcent le verdict : « Marnix a trahi ses amis pour embrasser la cause du roi d’Espagne ». (p. 6)

11Or, cette fois-ci, Gerlo corrige l’interprétation de Van Kalken sur un autre point. Pour Van Kalken, la motivation de Marnix aurait tenu avant tout à son attachement au protestantisme, plutôt qu’à son acharnement dans la lutte pour l’indépendance des Provinces :

il [Van Kalken] explique la reddition d’Anvers également par l’argument que voici (p.48) : « dès le début de la guerre, Marnix était moins intéressé au gemeyn vaderlandt [à la patrie commune] qu’à het ware geloof [à la véritable religion]. Il était plus calviniste que néerlandais ». (p. 6)

12Or, pour Gerlo, c’est l’inverse qui est vrai. Afin d’argumenter ce point, Gerlo inscrit Marnix à l’intérieur d’une vision marxiste des guerres de religion et du xvie siècle, et fournit dès lors le cadre « historico-social et même idéologique » (p. 5) dont il regrette l’absence chez Van Kalken. Dans la vision marxiste de l’histoire, les conflits idéologiques et religieux ne sont jamais que la superstructure d’une structure économique et sociale sous-jacente. À l’instar des idées nouvelles de la Renaissance, les conflits de religion du xvie siècle doivent être considérés comme l’expression d’un conflit de classe, opposant l’ordre féodal en déclin et la classe bourgeoise ascendante :

La bataille engagée entre l’Église et les idées nouvelles – non seulement celles de Luther et de Calvin mais aussi celles de Copernic, celle de la Renaissance – est une bataille entre une très forte puissance temporelle, dont l’idéologie exprimait l’ordre féodal, et la classe ascendante de cette époque, la jeune bourgeoisie. (p. 6)

13Marnix et Guillaume d’Orange prennent la tête de cette jeune classe bourgeoise ascendante, qui n’aspire pas en première instance à la liberté de religion, mais à la liberté économique :

Elle veut se libérer des entraves de toutes sortes que l’ordre féodal apporte au développement des forces productives. Cette classe progressiste, avancée d’idées et tolérante, avait besoin de sciences, de technique et non pas de théologie pour faire prospérer ses entreprises. (p. 6)

14Le protestantisme, quant à lui, « n’est qu’un aspect de la grande révolution du xvie siècle » (p. 7). Sa signification dans le cours de l’histoire est ambivalente : initialement expression de l’ascendance bourgeoise, le protestantisme sera mis plus tard au service de la réaction : « il [le protestantisme] ne tardera pas d’ailleurs, en prenant position contre les théories de Copernic, et plus tard contre Descartes, à faire le jeu de la réaction » (p. 7). Et tandis que le roi Philippe II d’Espagne se présente comme le « porte-drapeau du catholicisme » (p. 7), il est en réalité « l’oppresseur idéologique » (p. 7) et l’« occupant du territoire national » (p. 7). Il se cramponne aux structures d’un ordre féodal en déclin, et maintient les dix-sept Provinces sous sa domination « pour des raisons qui ont fort peu à voir avec la foi » (p. 7). Le progressisme de Marnix ne réside dès lors pas tant dans sa défense du protestantisme, mais dans sa lutte pour l’indépendance de la patrie :

Cela signifie sans l’ombre d’un doute que Marnix, comme le soulèvement qu’il codirige, est d’abord Néerlandais, et ensuite calviniste. Marnix veut libérer les xvii provinces du joug de l’étranger et non pas seulement leur rendre la liberté de conscience et du culte. (p. 7)

15Ayant corrigé l’image de Marnix, Gerlo met en évidence les conséquences de l’interprétation erronée de van Kalken. En mettant l’accent sur les conflits de religion au détriment de leurs causes économiques et sociales, van Kalken adopte en réalité une position « réactionnaire » :

Tout en combattant les historiographes réactionnaires, van Kalken subit ici l’influence de la vieille conception, foncièrement erronée, qui leur est chère : celle qui ramène toute la tragédie du xvie siècle à un conflit de religion, alors qu’elle n’est que le reflet de la lutte de classe sur le plan idéologique et religieux. […] Nous répétons qu’il s’agit là d’une thèse foncièrement erronée et pseudo-scientifique, qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui, au xxe siècle, historiens ou non, sont les continuateurs directs des oppresseurs du xvie siècle. (p. 8)

16Selon le raisonnement de Gerlo, Van Kalken se place à l’intérieur d’une filiation réactionnaire, composée des oppresseurs du xvie siècle comme des historiographes occultant l’importance de la lutte des classes. Les opposants de Marnix, qui avaient été présentés comme de simples calomniateurs et renvoyés dos à dos avec les admirateurs peu critiques de Marnix au début de l’article (cf. supra), sont désormais dits les « continuateurs directs » d’une oppression séculaire, qu’ils effectuent en faussant l’histoire. Ainsi, ils affirment que « l’échec de la révolte dans les provinces du Sud était fatal » (p. 8), présentent les abus de la tyrannie espagnole comme minimaux et mettent l’accent sur les excès des iconoclastes et des réformés. Par opposition avec l’interprétation des « obscurantistes », celle que défend Gerlo est dite objective, scientifique et progressiste. Elle s’inscrit dans le prolongement du mouvement ascendant de l’histoire, auquel appartient également Marnix, qui, au fil de l’article, a été présenté comme un précurseur de la cause des communistes des années cinquante : il est dit « progressiste », « pacifiste » (au sens combatif) et « patriotique ». S’annonçant comme une lecture objective de Marnix, l’article de Gerlo s’inscrit en fait pleinement à l’intérieur du paradigme binaire du discours communiste de la guerre froide, opposant les « progressistes », « défenseurs de la paix » et « nationalistes » d’une part, aux « oppresseurs », « fauteurs de guerre » et « envahisseurs étrangers » de l’autre.

Quelle culture nationale ?

  • 20 Dans le Rode Vaan, le quotidien néerlandophone du PCB, le discours sur la culture nationale s’artic (...)
  • 21 Vallène (Jean), « Ulenspiegel immortel », dans Le Drapeau rouge, 23/04/53, p. 4.
  • 22 Paron (Charles-Louis), « Charles De Coster et Thyl Ulenspiegel V », dans Le Drapeau rouge, 6/05/53, (...)
  • 23 Voir Galtier (Joël), « Les traditions de Charles De Coster sont les traditions nationales de notre (...)
  • 24 « Peu de peuples ont cependant connu autant de révolutions populaires que le nôtre. Citons parmi le (...)

17Cependant, sur un point essentiel, l’article de Gerlo s’écarte de la teneur générale du discours culturel communiste en Belgique, du moins du côté francophone20. Dans le discours culturel du Drapeau Rouge, l’application des mots d’ordre de défense de la culture nationale contre les « impérialistes américains et leurs valets », prend la forme d’une attitude résolument favorable envers la Belgique. Progressisme et défense de la patrie « belge » sont placés à la même hauteur, et opposer Wallons et Flamands est considéré comme une tentative de briser leur union naturelle. Ainsi, Thyl Ulenspiegel est présenté comme l’incarnation du « peuple belge » – et non pas d’un peuple « wallon » ou « flamand » : « Ulenspiegel est immortel, c’est le peuple belge, c’est le représentant éclairé, l’avant-garde du progrès »21 ; « Ulenspiegel est flamand, par toutes ses fibres, et le livre est celui de la vie flamande, mais en Wallonie comme en Flandre, c’est le même peuple trahi par les mêmes seigneurs »22. L’« essence » (ou encore l’« âme ») du peuple belge est définie comme un esprit de révolte, commun aux Flamands et aux Wallons. Celui-ci s’est manifesté récemment lors de la révolution de 1830 et dans la résistance à l’envahisseur étranger pendant les guerres mondiales23, mais connaît également des manifestations lointaines, remontant dans certaines contributions au xive siècle24, dans d’autres au xvie siècle :

  • 25 Id., « Le 3 mars, à la Maison des Écrivains. Marnix le populaire », dans Le Drapeau rouge, 24/02/54 (...)

Le xvie siècle [fut] tellement grand qu’il a fallu les déchaînements de la contre-réforme pour étouffer les derniers remous d’une révolution qui n’a conquis, hélas, que la moitié des territoires à libérer, mais dont les prolongements se sont malgré tout, malgré la répression la plus féroce, fait sentir encore en 1789, lors des révolutions liégeoise et brabançonne, en 1830, quand la révolution nationale libéra notre pays et pendant la période de 1830 à 1880, âge d’or de nos arts et de notre littérature, alors que les forces vives du peuple belge luttaient sans trêve contre une nouvelle oppression, gouvernementale cette fois, pour une indépendance nationale plus complète et plus progressiste.25

  • 26 Id., « Pour l’indépendance nationale et la liberté des travailleurs. Le Lion de Flandre d’Henri Con (...)

18À l’intérieur de cette logique belgiciste, les écrivains francophones de Belgique sont systématiquement présentés comme des auteurs « belges » et non pas « français ». De même, s’ils ne font pas l’objet d’un grand nombre de contributions dans le Drapeau Rouge, les écrivains belges d’expression néerlandaise sont aussi considérés comme « belges ». Ainsi, Henri Conscience est loué pour son « amour de cette Belgique toute neuve » et sa « lutte courageuse pour une Belgique renaissante où seraient reconnus les droits des deux langues nationales »26. D’autres écrivains d’expression néerlandaise inclus dans le canon littéraire progressiste « belge » sont Isidoor Teirlinck, Raymond Stijns, Eugeen Zetternam et Cyriel Buysse.

  • 27 Le Centre de Recherche pour la Solution nationale des Problèmes sociaux, politiques et juridiques e (...)

19Or, dans sa contribution, Gerlo se montre réticent envers une telle conception « belgiciste » de l’histoire. Ainsi, s’appuyant sur les thèses formulées par le centre Harmel27, Gerlo condamne comme étant une « conception aprioriste, rétrograde », « la conception belgiciste de notre histoire, conception qui fait toujours fureur dans nos manuels d’histoire et qui consiste à retrouver l’âme belge au temps de Jules César » (p. 8). Cette conception « belgiciste » repose sur l’interprétation du xvie siècle à laquelle Gerlo s’oppose, dans la mesure où le « véritable » défenseur de la patrie, en particulier le successeur de Guillaume d’Orange, Maurice de Nassau, y est présenté comme un « envahisseur étranger ». Gerlo semble même suggérer que la création de l’État belge en 1830, événement que les critiques du Drapeau Rouge que nous venons de citer considèrent comme un jalon essentiel à l’intérieur de la lutte du peuple belge pour une indépendance nationale plus complète, est en réalité la résultante du « semi-échec du Taciturne et de Marnix ». Gerlo semble par là mettre en évidence le côté factice du sentiment national belge et le côté artificiel de l’État belge :

[la conception belgiciste de l’histoire consiste] à minimiser les abus de la tyrannie espagnole, à s’appesantir sur les excès des iconoclastes et des réformés, à glorifier le règne d’Albert et Isabelle et à représenter Maurice de Nassau comme un envahisseur étranger. Bref, cette conception aprioriste, rétrograde mais toujours fort en honneur dans notre enseignement, trouve en fait la victoire espagnole et le semi-échec du Taciturne et de Marnix une très bonne chose, un événement heureux puisqu’il a non seulement sauvé nos provinces pour l’Église de Rome, mais surtout rendu possible, deux siècles et demi plus tard, la création de l’État belge. (p. 8)

20En même temps, à la fin de l’article, Gerlo rejoint la rhétorique nationaliste belge des autres rédacteurs du journal. Plus exactement, Gerlo termine son article en soulignant que « pour nous, Belges, il [Marnix] est une des très grandes figures de notre histoire nationale qui ne mérite nullement les sarcasmes ou les calomnies de certains » (p. 8).

  • 28 Voir Gerlo (Aloïs), « La légende d’Ulenspiegel et la Flandre », dans Gerlo (Aloïs) et Paron (Charle (...)
  • 29 Ibid., p. 31.

21Dans l’article sur Marnix, Gerlo ne développe pas davantage sa position par rapport au « nationalisme belge ». Dans d’autres publications, parues quelques mois plus tard, la position de Gerlo se précise. Deux publications de Gerlo concernant des figures appartenant à l’histoire littéraire « nationale » du Drapeau Rouge, méritent d’être mentionnées dans ce contexte. Comme dans la contribution sur Marnix, Gerlo y rejoint à tous les égards le discours communiste de la guerre froide sur la culture. Toutefois, le nationalisme y prend une signification résolument « flamande ». Ainsi, dans La Légende d’Ulenspiegel et la Flandre28 publiée en 1954 par les presses du parti, Gerlo reconnaît initialement qu’« il n’est aucunement question de rompre avec le caractère belge et même universel de l’épopée de De Coster »29. Mais dans le même paragraphe, en formulant le propos de sa contribution, Gerlo affirme l’existence d’un autre « peuple » et d’un autre « pays » dont « l’esprit », « la conscience » et le « cœur » se manifestent dans l’œuvre de De Coster, à savoir le peuple « flamand » et le pays de « la Flandre » :

  • 30 Ibid., p. 31.

Notre but est d’éclairer le rapport entre l’œuvre immortelle et le peuple dont elle fut appelée « la conscience » et la « Bible », le rapport entre l’œuvre et le pays, la Flandre, dont elle met symboliquement en scène l’esprit et le cœur, par le moyen de deux personnages.30

  • 31 À aucun moment, il n’est question d’une quelconque « âme belge » dont De Coster serait l’incarnatio (...)

22L’affirmation du caractère « belge » de De Coster – qui se limite d’ailleurs aux premières pages du texte – semble surtout servir à contester la thèse largement répandue – et défendue notamment par Oscar Thiry et Camille Huysmans – selon laquelle De Coster aurait été « wallon ». Défendre le caractère « belge » de De Coster sert ainsi en première instance à souligner son rapport à la Flandre, considérée comme une nation à part entière (c’est-à-dire un « territoire », habité par un peuple ayant une langue, une culture, des coutumes et une histoire qui lui appartiennent en propre)31.

  • 32 Ibid., p. 33.
  • 33 Ibid., p. 38.
  • 34 Ibid., p. 38.
  • 35 « l’occupant espagnol du xvie siècle peut s’identifier avec l’envahisseur de n’importe quelle pério (...)
  • 36 « Tijl adore […] Guillaume le taciturne, le héros national, le chef de la lutte libératrice, celui (...)

23À part l’affirmation de l’existence d’un caractère « flamand », le texte de Gerlo suit tout à fait la rhétorique du Drapeau Rouge. Ainsi, l’œuvre de De Coster évoque selon Gerlo « la vie et l’esprit du peuple flamand au cours de l’une des périodes les plus sombres de son histoire, la lutte du peuple flamand contre l’oppresseur espagnol »32. La Légende d’Ulenspiegel devient ainsi une épopée chantant le progressisme et le patriotisme du peuple flamand au xvie siècle, dont une interprétation marxiste est avancée : Thyl incarne l’ascendance bourgeoise (« Tijl est la vie, la joie de vivre, il est ce qui croît, ce qui monte, il est la Renaissance de la Flandre »33), tandis que Philippe II représente les forces de la réaction (« la décadence, ce qui meurt, la stagnation, le dessèchement »34). La valeur de l’ouvrage de De Coster tient dès lors selon Gerlo au fait qu’elle offre une interprétation « juste » du xvie siècle, c’est-à-dire distinguant correctement les réactionnaires, les oppresseurs, ceux qui faussent l’histoire et trahissent la nation d’une part, et les progressistes, les libérateurs, les historiens objectifs et des défenseurs de la nation, de l’autre. Les corrélations entre la situation du xvie siècle et la lutte contre l’oppression au xxe siècle sont explicites35 et Gerlo va même jusqu’à mettre en rapport la lutte pour l’indépendance nationale incarnée par Thyl Ulenspiegel avec les mots d’ordre de Staline36.

  • 37 L’article est publié en 1957 en français. Voir Gerlo (Aloïs), « La littérature flamande contemporai (...)

24Le nationalisme « flamand » est également explicite dans l’aperçu de « La littérature flamande contemporaine », publié dans la revue soviétique Inostrannaia Literatura (Littérature étrangère) en octobre 195637. Sans entrer dans les détails de la vision d’ensemble de Gerlo, relevons uniquement le dernier paragraphe de l’article, dans lequel il est affirmé que la Belgique ne forme pas une nation, mais présente un caractère « binational ». Autre fait remarquable, Gerlo met en évidence le « drame de la littérature flamande ». Ce « drame » tiendrait au fait que des grands auteurs « flamands » (notamment Verhaeren, Maeterlinck) auraient produit une œuvre d’expression française. Gerlo en vient ainsi à contester l’idée d’une littérature nationale « belge », composée d’écrivains d’expression néerlandaise et française, telle qu’elle est défendue par d’autres critiques littéraires dans le Drapeau Rouge:

  • 38 Ibid., pp. 377-378.

Enfin, attirons l’attention sur un phénomène particulier, lié au caractère binational de la Belgique et constituant en quelque sorte le drame de la littérature flamande : nombre d’authentiques Flamands, tels Verhaeren, Van Lerberghe, Maeterlinck, Rodenbach, Elskamp, se sont servis de la langue française pour écrire des chefs-d’œuvre littéraires qui, souvent, ont atteint une renommée internationale amplement méritée.38

  • 39 À propos du parti communiste de Belgique et de la question nationale, voir, entre autres publicatio (...)

25La conception de la nation et du nationalisme flamands dont témoignent ces quelques extraits n’est toutefois pas entièrement étrangère au discours communiste belge. De 1921 à 1956, l’appréhension de la question « nationale »39 par les communistes belges varie en fonction des lignes directrices formulées par l’Internationale communiste (de 1921 à 1943) et du Kominform.

26Dans un premier temps, de la fondation du parti en 1921 à la fin de la période « classe contre classe » en 1934, un internationalisme de principe domine dans le discours communiste. Celui-ci va de pair avec la condamnation du nationalisme, considéré comme une des causes de l’impérialisme et de la guerre. Dans le discours communiste belge, cette position se traduit par une opposition au « nationalisme » incarné par l’État belge, s’étant engagé dans la première guerre mondiale dite « impérialiste ». Le « nationalisme flamand », par contre, est considéré comme libérateur et progressiste. Dans la mesure où la sujétion du peuple flamand tient à l’emprise du capitalisme industriel en Flandre, son émancipation possède un côté foncièrement anticapitaliste. Le nationalisme flamand est valorisé dans la mesure où il sape les fondements de l’État belge. L’anti-impérialisme communiste des années vingt et du début des années trente trouve ainsi son pendant, dans le discours communiste belge, en une position allant en faveur du séparatisme. Ce discours disparaît à partir de 1934, pour refaire brièvement son apparition après la signature du pacte germano-soviétique en août 1939. L’Internationale communiste retourne à ce moment à la dénonciation générale de l’impérialisme, ce qui offre à certains communistes flamands l’occasion de renouer avec l’anti-impérialisme des premières années et une position flamande radicale.

27À partir de 1934, suivant la voie tracée par le Komintern, le parti rompt avec la ligne anti-réformiste qui dominait au cours de la période « classe contre classe » pour adopter une politique de front uni. Le nationalisme flamand est toujours de mise, mais les communistes flamands sont désormais appelés à adopter une politique de front uni avec les socialistes, démocrates-chrétiens et nationalistes démocrates contre l’ennemi fasciste commun, la Ligue nationale flamande (Vlaamsch Nationaal Verbond). En même temps, cette période voit l’apparition dans le discours communiste belge de la « question wallonne » et de la défense des « intérêts nationaux du peuple wallon ». La défense des intérêts flamands et wallons ne se fait cependant plus, désormais, dans une perspective séparatiste. Contre la menace de la montée du fascisme, les communistes témoignent d’une préoccupation toujours plus grande pour le maintien de l’État belge. La lutte contre le fascisme et la politique de front uni auxquelles l’Internationale communiste appelle à partir de 1934, conduisent dès lors, dans le discours communiste belge, à une attitude en faveur du fédéralisme.

28Cette orientation fédéraliste se prolonge tout au long de la seconde guerre mondiale - en particulier à partir de 1941 quand l’Internationale prône à nouveau la politique de l’unité contre l’occupant - mais elle s’accompagne désormais aussi d’une orientation nationaliste et unitaire. D’une part, quant à l’orientation fédéraliste, celle-ci revêt dorénavant une claire dimension wallonne, ce qui tient à un ensemble de facteurs tels que le manque de cadres communistes flamands, l’identification du nationalisme flamand à la collaboration et le rôle des communistes wallingants dans le succès initial du Front de l’Indépendance. D’autre part, quant à l’orientation unitaire et nationaliste, celle-ci est de plus en plus avancée dans la lutte contre l’occupant nazi. À partir de 1943, la ligne nationaliste et unitaire prend le dessus : l’attachement à l’État belge est affirmé clairement et l’accent est mis sur la cohésion entre patriotes flamands et wallons. Après la Libération, les communistes belges maintiendront la ligne belgiciste entamée au cours de la seconde guerre mondiale. Elle se justifiera désormais dans la perspective d’une nouvelle menace pesant sur l’unité nationale, celle, plus exactement, de l’impérialisme américain.

29Pour autant, les quelques articles de Gerlo sur des figures appartenant à l’histoire littéraire « nationale » montrent que le mot d’ordre selon lequel il faut brandir le drapeau national contre l’impérialisme américain peut s’interpréter de manières différentes. Dans l’article paru dans le Drapeau Rouge, Gerlo rejoint le nationalisme belge qui domine dans le quotidien francophone du parti – même si Gerlo fait preuve d’une certaine réticence envers une conception historiographique « belgiciste ». La condamnation de la conception historiographique « belgiciste » se voit en quelque sorte détachée de l’approbation de l’idée d’une nation et d’un peuple « belges ». En ce sens, l’article sur Marnix de Gerlo s’inscrit parfaitement à l’intérieur du « nationalisme » communiste de la guerre froide, telle que le conçoivent les communistes belges francophones. Dans les deux autres contributions de Gerlo, publiées à peine quelques mois plus tard, l’idée d’une nation et d’un peuple « flamands » est plus expressément mise en avant. Plutôt que de prolonger l’orientation unitaire et nationaliste « belge » développée depuis les années de l’occupation, Gerlo semble ici renouer avec un nationalisme communiste flamand devenu minoritaire dans l’après-guerre.

Haut de page

Notes

1 À propos de l’histoire du Kominform, voir Marcou (Lilly), Le Kominform. Le communisme de guerre froide, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1977, 343 p. et Claudin (Fernando), La Crise du mouvement communiste. Du komintern au kominform, Paris, Librairie François Maspero, 1972, 364 p.

2 Pour une analyse de l’ensemble de ces articles, voir Van Nuys (Laurence), Critique littéraire communiste en Belgique. Le cas du Drapeau Rouge et du Rode Vaan (1944-1956), thèse de doctorat, KULeuven, 2009, pp. 125-157.

3 M.L., « Une pièce nécessaire, un succès mérité. Le D’zy adaptation de Claude Noël d’après le roman de Joseph Demoulin », dans Le Drapeau rouge, 10/06/53, p. 4.

4 Galtier (Joël), « Les traditions de Charles De Coster sont les traditions nationales de notre littérature », dans Le Drapeau rouge, 21/01/53, p. 4.

5 Vallène (Jean), « Ulenspiegel immortel », dans Le Drapeau rouge, 23/04/53, p. 4.

6 Aloïs Gerlo (1915-1998) est un philologue classique flamand. Il fait ses études à l’Université de Gand où il obtient les diplômes de licencié (1936) et docteur (1938), puis à la Sorbonne (1938-39) et à l’Université libre de Bruxelles (1939-41). Il adhère au PCB en 1940, s’engage dans la résistance et devient secrétaire national pour la Flandre du Front de l’Indépendance. De décembre 1945 jusque fin février 1946, Gerlo est rédacteur en chef du Rode Vaan, le quotidien flamand du PCB. Il est également membre du comité central du PCB, mais quitte le parti en 1956, suite au rapport Khrouchtchev sur les crimes de Staline, pour adhérer au parti socialiste (qu’il quitte en 1980). Parallèlement à son engagement politique, Gerlo poursuit une carrière académique. Ses publications majeures concernent des humanistes (Marnix de Sainte-Aldegonde, Érasme, Lipse). Il est nommé professeur ordinaire à l’Université libre de Bruxelles en 1956 et devient en 1969 le premier recteur de la Vrije Universiteit Brussel. Enfin, Gerlo s’engage en faveur du mouvement flamand. Dès les années quarante, il se fait le défenseur du fédéralisme. En 1966, il devient président du Vermeylenfonds. Voir Gerlo (Aloïs), Noch hoveling noch gunsteling. Een levensverhaal, Kapellen, Éd. DNB / Uitgeverij Pelckmans, 1989, 250 p. ; Verhulst (Adriaan), « Gerlo, Aloïs », dans De Schryver (Reginald), De Wever (Bruno) e.a., éd., Nieuwe Encyclopedie van de Vlaamse Beweging, Tielt, Éd. Lannoo, 1998, pp. 1287-1288 et Cornelis (Gustaaf C.) et De Smet (Rudolf), éd., Gerlo, Bruxelles, VUBPress, 2000, 205 p.

7 Gerlo (Aloïs), « Marnix l’énigmatique. À propos d’une nouvelle biographie de Marnix de Sainte-Aldegonde (1540-1598) I », dans Le Drapeau rouge, 23/09/1953, p. 4 et Idem, « Marnix l’énigmatique. À propos d’une nouvelle biographie de Marnix de Sainte-Aldegonde (1540-1598) II », dans Le Drapeau rouge, 30/09/1953, p. 4. Cette étude paraît un peu plus tard sous forme de brochure : Idem, Marnix l’énigmatique ? À propos d’une nouvelle biographie de Marnix de Sainte-Aldegonde (1540-1598), Bruxelles, Édition à compte d’auteur, 1953. Dans la suite de l’article, nous citons le texte de Gerlo à partir de cette édition.

8 Voir An., « Vient de paraître. Aloïs Gerlo. Marnix l’énigmatique », dans Le Drapeau rouge, 6/01/54, p. 4 ; Galtier (Joël), « Le 3 mars, à la Maison des écrivains. Marnix le populaire. Une conférence d’Aloïs Gerlo », dans Le Drapeau rouge, 24/02/54, p.4, et Idem, « Une leçon d’histoire vivante. Marnix le populaire », dans Le Drapeau rouge, 10/03/54, p. 4.

9 Voir Beyen (Marnix), « Un Belge récalcitrant. La difficile entrée de Marnix de Sainte-Aldegonde dans l’historiographie littéraire de la Belgique francophone », dans Textyles : revue des lettres belges de langue française, n˚28, 2005, pp. 46-52.

10 Idem, p. 46.

11 Ainsi, mettant en évidence certaines particularités de l’œuvre et de la personne de Marnix et en contournant d’autres, les historiographes littéraires belges inscrivent Marnix tantôt à l’intérieur d’une vision « centrifuge » de la littérature belge (Marnix comme l’expression d’un « génie » national belge, nettement distinct de l’identité française) tantôt à l’intérieur d’une vision « centripète » ou « assimilatrice » (Marnix comme un écrivain français, dont l’œuvre présente quelques particularités « belges »). La terminologie est issue du modèle « gravitationnel » élaboré par Jean-Marie Klinkenberg pour l’étude de la littérature belge. Voir Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n˚211, 2005.

12 Dans sa biographie, Gerlo s’attribue certes une attitude « oppositionnelle » par rapport à la ligne officielle du parti au cours de l’après-guerre. Ainsi, il ne cesse de souligner le fait qu’il regrette son engagement communiste au cours de la période stalinienne et que celui-ci doit avant tout être considéré comme le prolongement de sa participation à la résistance, qu’il assume par contre pleinement. À plusieurs reprises, Gerlo indique que, pendant l’après-guerre, il n’adhérait plus entièrement à la ligne de parti. Il reproche au parti ses « mots d’ordre étrangers au monde » et sa « soumission à Moscou » et qualifie sa propre attitude d’« indisciplinée » et d’ « oppositionnelle ». Il met l’accent sur son incapacité à appliquer la ligne du parti en tant que rédacteur en chef du Rode Vaan, et souligne son entente amicale avec des communistes ayant été qualifié de « dissidents » pendant cette période, notamment Louis Paul Boon et Maarten Thijs. Ou encore, il souligne qu’il participa au mouvement de la paix « plus en tant que secrétaire général de Front de l’Indépendance, qu’en tant que communiste » (Gerlo (Aloïs), Noch hoveling…, op.cit. pp. 92 et passim). Or, sans vouloir ici aborder la question de la véracité d’un pareil témoignage, force est de constater que, du point de vue discursif, cette éventuelle attitude « oppositionnelle » n’implique aucune remise en question fondamentale des axiomes de base du discours communiste sur la culture nationale pendant la guerre froide.

13 Voir Van Kalken (Frans) et Jonckheere (Tobie), Marnix de Sainte-Aldegonde (1540-1598), Bruxelles, Office de Publicité S.A., 1952. Van Kalken est l’auteur des parties concernant Marnix en tant que pamphlétaire et homme politique, Jonckheere, de la partie sur Marnix en tant que pédagogue.

14 Pour des exemples de la réception de Rabelais dans la presse communiste belge francophone, voir An., « À l’occasion du 400e anniversaire de la mort de François Rabelais », dans Le Drapeau Rouge Dimanche, 5/04/53, p. 6. ; J.G., « L’humanisme de Rabelais », dans Le Drapeau Rouge, 6/05/53, p.4. ; Idem, « L’humanisme de Rabelais », dans Le Drapeau Rouge, 17/05/53, p. 4. ; R.M., « Rabelais par Henri Lefèbvre », dans Le Drapeau Rouge Dimanche, 22/04/56, p. 7.

15 Voir Gerlo (Aloïs), Aristophane, combattant de la paix, Bruxelles, Librairie du Monde Entier, coll. Enseignement et documentation, 1954.

16 Ainsi, Aristophane s’oppose à la sophistique, présentée comme « le courant progressiste qui correspond aux aspirations et aux intérêts de cette société nouvelle [la démocratie athénienne] », Ibid., p. 9.

17 Ibid., p. 19.

18 « […] la démocratie athénienne portait en elle-même les germes de sa décadence, la possibilité d’abus multiples, tels la démagogie, l’abus de pouvoir, la corruption, la paresse », Ibid., p. 8.

19 Ibid., p. 29.

20 Dans le Rode Vaan, le quotidien néerlandophone du PCB, le discours sur la culture nationale s’articule de manière nettement différente. Pour une analyse systématique du discours sur la littérature nationale dans le Rode Vaan voir Van Nuys (Laurence), op.cit., pp. 209-341.

21 Vallène (Jean), « Ulenspiegel immortel », dans Le Drapeau rouge, 23/04/53, p. 4.

22 Paron (Charles-Louis), « Charles De Coster et Thyl Ulenspiegel V », dans Le Drapeau rouge, 6/05/53, p. 4.

23 Voir Galtier (Joël), « Les traditions de Charles De Coster sont les traditions nationales de notre littérature », dans Le Drapeau rouge, 21/01/53, p. 4.

24 « Peu de peuples ont cependant connu autant de révolutions populaires que le nôtre. Citons parmi les plus importantes la révolte profondément démocratique de la Flandre Maritime, au xvie siècle, en plein régime féodal, déclenchant le mouvement dans les régions wallonnes presque en même temps ». Ibid.

25 Id., « Le 3 mars, à la Maison des Écrivains. Marnix le populaire », dans Le Drapeau rouge, 24/02/54, p. 4.

26 Id., « Pour l’indépendance nationale et la liberté des travailleurs. Le Lion de Flandre d’Henri Conscience », 21/04/54, p. 4.

27 Le Centre de Recherche pour la Solution nationale des Problèmes sociaux, politiques et juridiques en Régions wallonne et flamande, dit Centre Harmel, est créé en 1949 suite à la proposition de loi du sénateur Pierre Harmel, déposée en mai 1946. Le centre se compose de 42 membres et comprend les sections suivantes : démographique, économique, morale et culturelle ; juridique, politique et administrative. La séance de clôture des travaux se tient le 25 octobre 1955. La section culturelle du Centre Harmel rappelle notamment qu’il existe en Belgique deux communautés culturelles, wallonne et flamande. Pour la section, l’enseignement de l’histoire de la Belgique doit être basé sur l’histoire des régions, et doit tenir compte des courants internationaux de civilisation. Cf. Ajzenberg-Karny (Mina) et Rochette-Russe (Lili), « Centre de Recherche pour la Solution nationale des problèmes sociaux, politiques et juridiques en Régions wallonne et flamande dit Centre Harmel », dans Delforge (Paul), éd., Encyclopédie du mouvement wallon, Institut Destrée, 2000-2001, pp. 241-242.

28 Voir Gerlo (Aloïs), « La légende d’Ulenspiegel et la Flandre », dans Gerlo (Aloïs) et Paron (Charles-Louis), Charles de Coster et Thyl Ulenspiegel. L’Auteur – le Héros – la Flandre, Bruxelles, Librairie du Monde Entier, coll. Enseignement et documentation, 1954, pp. 31-43.

29 Ibid., p. 31.

30 Ibid., p. 31.

31 À aucun moment, il n’est question d’une quelconque « âme belge » dont De Coster serait l’incarnation. Tout au plus la contribution affirme-t-elle l’existence d’un « caractère belge », de nature composée : « La langue, le français, et le sujet, consacré à la Flandre, voilà deux données indiscutables, objectives, dont jaillit l’intérêt flamand et wallon, donc indiscutablement belge, de la “Légende d’Ulenspiegel” ou plutôt “d’Ulenspiegel et Lamme Goedzak”, Ibid., p. 31.

32 Ibid., p. 33.

33 Ibid., p. 38.

34 Ibid., p. 38.

35 « l’occupant espagnol du xvie siècle peut s’identifier avec l’envahisseur de n’importe quelle période », « Ulenspiegel symbolise aussi bien le résistant de la deuxième guerre mondiale que celui du xvie siècle », Ibid., p. 40.

36 « Tijl adore […] Guillaume le taciturne, le héros national, le chef de la lutte libératrice, celui qui – comme dira Joseph Staline en 1952 –“lève tout haut le drapeau de l’indépendance nationale” », Ibid., p. 37.

37 L’article est publié en 1957 en français. Voir Gerlo (Aloïs), « La littérature flamande contemporaine. Précédé d’une esquisse historique », dans Revue de l’Université de Bruxelles, Tome ix, 1956-1957, pp. 359-378.

38 Ibid., pp. 377-378.

39 À propos du parti communiste de Belgique et de la question nationale, voir, entre autres publications : Gotovitch (José) et Van Doorslaer (Rudi), « Les communistes et la question nationale, 1921-1945 », dans Cahiers d’Histoire du temps présent (nationalisme), n˚3, 1997, pp. 257-276 ; Van Doorslaer (Rudi), « De communisten en de Vlaamse kwestie », in Nieuwe Encyclopedie…, op.cit., pp. 1917-1929 ; Gotovitch (José), Du rouge au tricolore. Les communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de la résistance en Belgique, Bruxelles, Labor, 1992, 609 p. ; Bouquin (Stephen), « Periode 1945-1995 : Een geschiedenis van mislukte ontmoetingen », dans Nieuwe Encyclopedie…, op.cit., pp. 1928-1938 et Delwit (Pascal), « Parti communiste de Belgique et question wallonne », dans Encyclopédie du mouvement…, op.cit., pp. 1220-1222.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence van Nuijs, « Marnix, le révolutionnaire », Textyles, 36-37 | 2010, 235-250.

Référence électronique

Laurence van Nuijs, « Marnix, le révolutionnaire », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1445 ; DOI : 10.4000/textyles.1445

Haut de page

Auteur

Laurence van Nuijs

fwo-Vlaanderen, KULeuven

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org