Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Christian Schoenaers, Échappées. Études sur trois écrivains belges d’hier : Pirmez, Van Lerberghe, Kochnitzky

Bruxelles, Christian Schoenaers éditeur, 1996, 96 p.
Nicolas Carpentiers
p. 208-209
Référence(s) :

Christian Schoenaers, Échappées. Études sur trois écrivains belges d’hier : Pirmez, Van Lerberghe, Kochnitzky. Bruxelles, Christian Schoenaers éditeur, 1996, 96 p.

Texte intégral

1Dédié à Georges Poulet et à Jean-Pierre Richard, l’ouvrage de Christian Schoenaers emprunte sa méthodologie à la critique thématique. Dans cette série de trois brèves études, il s’agit en effet de ramener l’œuvre à une conscience créatrice à travers l’analyse d’un thème : en l’occurrence, le mouvement d’« échappée » du sujet en dehors ou en dedans de lui-même. L’existence d’une telle perspective épistémologique donne une cohérence au travail de l’auteur et répond par là au reproche que l’on fait d’ordinaire aux recueils d’études.

2Dépassant le cliché de l’écrivain postro-mantique égotique, Schoenaers montre que « la compassion et l’introspection sont pour Pirmez des extensions de la conscience de soi à celle d’autrui » (p. 8), de sorte que l’approfondissement de sa propre conscience traduit chez lui une volonté de rechercher en soi un monde transcendant, infini et spirituel, dont l’art et les rêves seraient les révélateurs. Ainsi, après avoir mis en évidence que cette valorisation de l’univers intérieur s’accompagne d’une intériorisation du monde extérieur et que ce double mouvement détermine une « identité métaphysique du dedans et du dehors » (p. 14), l’auteur examine les conclusions esthétiques que tire Pirmez de la présence en soi d’une réalité métaphysique et suggère, en nuançant par là les jugements de la tradition critique, que celles-ci (nature allusive du langage, pouvoir de rêverie du symbole, etc.) annoncent en partie l’esthétique symboliste.

3Dans la seconde étude, moins originale, Schoenaers analyse comment, dans la poésie de Charles Van Lerberghe, l’opération par laquelle le monde habite la pensée grâce à l’abandon de celui qui le contemple transpose à l’intérieur du moi non seulement la réalité externe mais également son au-delà, qui existe d’abord au plus intime de nous-mêmes : pour le poète, « l’au-delà des choses du dehors est au-dedans de nous » (p. 54). En étudiant minutieusement les caractéristiques de cet « autre monde », l’auteur souligne avec justesse combien Van Lerberghe était attaché au terme d’« entrevision » pour exprimer le mode d’appréhension du monde métaphysique, malgré les réticences de Maeterlinck, de Mallarmé ou de Mockel. Ce dernier est d’ailleurs abondamment évoqué par Schoenaers, qui réserve quelques pages à l’intéressante relation épistolaire entre Van Lerberghe et le théoricien du symbolisme.

4L’analyse consacrée à Léon Kochnitzky s’écarte des deux premières études, d’abord parce que l’auteur des Appogiatures est une figure moins connue du patrimoine littéraire belge, ensuite parce que Schoenaers quitte ici les rives du symbolisme. Si la démarche de son commentaire varie quelque peu (il s’agit cette fois de rendre compte d’un cheminement, des « progrès d’une conscience dans son rapport à soi-même et au monde », p. 65), sa perspective, elle, reste identique. Schoenaers s’attache ainsi à montrer que le point de départ des péripéties de cet infatigable voyageur réside dans un intime désir de fuite et que le parcours de l’écrivain obéit successivement à des mouvements d’expansion et de repli sur soi, qui impliquent chacun des rapports au temps spécifiques. Si cette étude convainc moins que les deux précédentes (tout en restant intéressante), c’est probablement en raison de son caractère linéaire et, par endroits, moins approfondi.

5À cette réserve près, le courageux travail de Christian Schoenaers (édité à compte d’auteur) mérite toute notre attention. D’une clarté exemplaire, cet ouvrage très pédagogique présente une argumentation solide, étayée par de nombreuses citations, extraites des œuvres et de la correspondance. Si l’on peut regretter la rareté des indications chronologiques et des repères d’histoire littéraire qui feraient de cet essai un véritable ouvrage d’initiation, on se réjouira de ce livre qui guidera professeurs et amateurs dans la découverte fine de quelques écrivains belges d’hier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Carpentiers, « Christian Schoenaers, Échappées. Études sur trois écrivains belges d’hier : Pirmez, Van Lerberghe, Kochnitzky », Textyles, 17-18 | 2000, 208-209.

Référence électronique

Nicolas Carpentiers, « Christian Schoenaers, Échappées. Études sur trois écrivains belges d’hier : Pirmez, Van Lerberghe, Kochnitzky », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1434

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org