Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

L’Afrique centrale dans les littératures européennes

Études réunies par Pierre Halen. Bremen, Palabres Éditions, <Bayreuther Frankophonie Studien, Bd.3>, 1999, 176 p.
Laurent Déom
p. 204-205
Référence(s) :

L’Afrique centrale dans les littératures européennes. Études réunies par Pierre Halen. Bremen, Palabres Éditions, <Bayreuther Frankophonie Studien, Bd.3>, 1999, 176 p.

Texte intégral

1Le troisième volume des « Études francophones de Bayreuth », consacré à L’Afrique centrale dans les littératures européennes, réunit une dizaine d’études, dont certaines sont des versions revues de communications présentées aux journées d’études de Bayreuth (1993) et de Bruxelles (1994), dans le cadre du projet de recherches Identität in Afrika (Université de Bayreuth). Ces articles étudient les discours européens sur l’Afrique, tels qu’ils se manifestent dans différentes littératures. Cette démarche, précise l’« Avant-propos », est indispensable pour « reconstituer le contexte des “mythes” coloniaux ». L’imaginaire tient une place essentielle dans cette perspective : l’Afrique a « constitué un important pôle imaginaire d’identification », par le biais de mécanismes dont il s’agit de cerner les structures, en même temps que les tenants et les aboutissants.

2Dans son étude consacrée à « Victor Arnould, Charles Buls, Edmond Picard : le discours ambigu des “esthètes progressistes” belges du xixe siècle », Paul Aron évoque trois personnalités progressistes qui, parmi d’autres, ont facilité le passage des idées politiques à la sphère artistique. Il retrace leur parcours politique, indique les liens qui les attachent au Congo d’une part, aux milieux artistiques belges d’avant-garde d’autre part. Il s’attache plus particulièrement à l’étude de trois textes représentatifs de leur engagement. Paul Aron met en évidence le caractère paradoxal du discours politique de ces « esthètes progressistes », puisqu’ils soutiennent l’entreprise coloniale de Léopold II alors qu’ils se trouvent à la pointe du combat pour la défense du prolétariat belge.

3La même perspective, à la fois politique et artistique, est utilisée par Annick Vilain dans « Le bourgeois, le sénateur socialiste, la colonisation et le “Tramway-joujou” », qui s’intéresse particulièrement à la figure d’Edmond Picard et à son ouvrage En Congolie. Annick Vilain, qui se propose de replacer cette œuvre dans son contexte historique (notamment par rapport à la construction du chemin de fer au Congo), remarque, elle aussi, les paradoxes de la pensée de Picard en ce qui concerne la colonisation léopoldienne. Représentant la tendance des « socialistes coloniaux » au sein du Parti ouvrier belge, cet homme politique soutient la colonisation du Congo, qu’il désire voir devenir une colonie d’exploitation peuplée par une main-d’œuvre essentiellement noire.

4La littérature italienne est abordée par Charline Brun-Moschetti qui, traitant des « Italiens au Congo : des missions religieuses à la revendication coloniale », insiste sur l’importance qu’a toujours eue le continent africain dans la production littéraire italienne. L’auteur évoque les religieux, premiers Italiens à s’être installés en Afrique. Elle aborde aussi les figures d’explorateurs tels que Miani et Casati, ou de visiteurs et d’employés de l’État indépendant du Congo, comme l’explorateur Massari ou les officiers Cordella et Piscielli. Elle s’attarde particulièrement sur le personnage d’Arnaldo Cipolla, parti au Congo comme militaire, et qui, devenu, à son retour, journaliste, fut entre autres l’auteur d’un roman, L’Airone. Elle aborde enfin la question du Congo vu par les fascistes, avec Mario Appelius et Lidio Cipriani.

5Le même domaine littéraire est exploré par Elena Ricci, qui se focalise sur « Attilio Gatti et ses écrits sur l’Afrique centrale ». L’article retrace la naissance de la vocation d’explorateur de Gatti et étudie l’imaginaire à l’œuvre dans ses écrits (e.a. Musungu et ses diverses traductions). Un imaginaire tissé de stéréotypes, et exprimé au travers d’un regard à la fois réaliste (descriptions référentielles) et introspectif (dimension subjective des sentiments et des émotions). Bien que l’idéologie dominante soit plus discrète chez Gatti que chez certains de ses contemporains, la stratégie textuelle qu’il utilise est tout de même organisée « autour d’un discours idéologique dont la volonté tend surtout à faire reconnaître et non à faire découvrir et/ou connaître ». Le projet d’Attilio Gatti s’intègre ainsi parfaitement aux volontés de construction de l’Empire, affichées par le régime fasciste.

6Véronique Porra entreprend, dans « Pierre Ryckmans répond à Pierre Benoit : “Le Lieutenant de la Ferté” dans Barabara. Une approche intertextuelle », de mettre en parallèle la nouvelle de Ryckmans, « Le Lieutenant de la Ferté », et le roman de Pierre Benoit, Monsieur de la Ferté. Elle note dans le texte de Ryckmans, paru deux mois après la publication en volume de celui de Benoit, un phénomène d’intertextualité avec le roman, auquel il s’oppose nettement. Elle étudie cette opposition par l’entremise du récit court, du travail de citation et de la déconstruction par Ryckmans de l’univers romanesque de Benoit. Ryckmans met à mal deux types d’héroïsmes, l’esthétique et l’aventurier, auxquels il substitue, dans Barabara, un héroïsme de la persévérance et de l’humilité, en parfaite adéquation avec sa conception de la colonisation : « Dominer pour servir ».

7Dans « La légitimation littéraire par la légitimation morale : la réception secondaire des œuvres “africaines” de Henri Cornélus », Pierre Halen étudie les rapports que peuvent entretenir les appréciations esthétiques et les conceptions morales ou politiques, à travers le cas des œuvres de Henri Cornélus. Il rappelle le contexte politique particulier dans lequel s’insèrent cet auteur et sa production, pour dégager ensuite les traits dominants des textes consacrés à Kufa (1954). Après avoir évoqué brièvement la réception primaire de ce roman, il se consacre essentiellement à sa réception secondaire, et est amené à distinguer deux générations de critiques : celle de la critique esthétisante, selon laquelle la qualification esthétique suffit, et celle de la critique idéologique, qui considère que la qualification idéologique prime et que le discours anti-colonial présent dans l’œuvre suffit à la rendre recevable.

8Georges Jacques évoque ensuite la « Dualité/duplicité dans Afrique, Afrique d’Omer Marchal ». Il remarque, tout au long du récit, un phénomène de dualité pouvant déboucher sur « une duplicité pleine de sens ». Cette dualité s’impose tant dans le paratexte que dans le corps du texte, sous la forme de parallèles, d’oppositions ou de gémellités dans lesquels dominent tantôt le rapprochement, tantôt, et plus fréquemment, l’affirmation de la différence. « Du concept de duplicité », explique Georges Jacques, « ne sourd pas nécessairement un jugement moral, mais bien plutôt l’affirmation d’une fatalité, celle du double langage qui engendre les malentendus ». Des malentendus sur la piste desquels nous mène l’auteur, avant de conclure en reprenant les concepts de dualité (« parce qu’il n’y a d’existence que par rapport à l’autre ») et de duplicité (« parce que ce rapport est toujours difficile à vivre »), et en affirmant finalement qu’Afrique, Afrique est l’histoire d’une fusion réussie.

9Avec « I Mesi del sorgo de Bruno Corti : une écriture africaine ? », Marie-José Hoyet entreprend, après avoir fixé quelques repères permettant de mieux connaître Corti et son séjour au Congo, l’étude du récit qui sera publié en français sous le titre Les Mois du sorgho. Elle s’intéresse surtout au rapport entre Corti et le monde traditionnel africain. Elle remarque que la démarche de l’auteur se rapproche de celle de l’ethnologue sur le terrain, et que l’écrivain veut offrir la vision qu’a le monde noir de son propre univers. Corti se démarque de la production coloniale exotique et de l’imagerie littéraire qui caractérise la plupart des romans « africains », pour élaborer un récit rythmé par les lignes de force de la vie africaine traditionnelle. Il adopte un discours reposant sur les dimensions épique et magique, dans lequel l’élément naturel n’est pas traité pour le pittoresque, mais est inséré dans l’ensemble du cosmos, et par rapport auquel le narrateur assure le rôle du conteur traditionnel.

10Enfin, Reinhart Bindseil, « À propos de Caput Nili (1904) de Richard Kandt », commence par évoquer les repères importants de la biographie de Kandt. Il s’intéresse ensuite à son Caput Nili, ouvrage formé de 40 lettres et pages de journaux intimes, écrites par Kandt durant son voyage en Afrique et son séjour au Rwanda. Reinhart Bindseil considère cette œuvre comme un « récit de voyage qui conjugue la relation d’expériences individuelles avec un certain nombre de réflexions concernant les Africains, leurs us et coutumes, leurs manières de penser et de sentir, et qui décrit comment, selon les points de vue, les diversités entre peuples blancs et peuples noirs peuvent être senties et évaluées ». Il explicite cette définition en se focalisant sur les traits majeurs, narratifs et, surtout, thématiques, de ce qu’il considère comme « le seul livre de la littérature coloniale allemande de cette époque qui fasse montre de qualités littéraires ».

11Le volume se clôt sur un compte-rendu de Papa Samba Diop, ayant trait à la « Naissance d’une grande revue internationale : Congo-Meuse (1997) ». S’adresser à : <veronique.porra@uni-bayreuth.be>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Déom, « L’Afrique centrale dans les littératures européennes », Textyles, 17-18 | 2000, 204-205.

Référence électronique

Laurent Déom, « L’Afrique centrale dans les littératures européennes », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1432

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org