Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Jean Louvet, Conversation en Wallonie. Un Faust. Lecture de Jacques Dubois

Bruxelles, Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°116, 1997, 263 p.
Pierre Piret
p. 270-271
Référence(s) :

Jean Louvet, Conversation en Wallonie. Un Faust. Lecture de Jacques Dubois. Bruxelles, Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°116, 1997, 263 p.

Texte intégral

1Rééditer conjointement Conversation en Wallonie et Un Faust, l’initiative est heureuse, non seulement parce que l’un de ces deux textes (Un Faust) était devenu à peu près introuvable, mais aussi parce qu’ils témoignent l’un et l’autre d’un même questionnement, qui a trait à la fonction sociale de l’artiste et de l’intellectuel, questionnement auquel Jean Louvet a consacré sa réflexion sans discontinuer. Ainsi, c’est tout un versant de cette œuvre qui est présenté dans ce volume, de sorte qu’il complète très utilement l’autre volume de théâtre déjà paru dans la même collection (n°14).

2Dans sa lecture, Jacques Dubois fait clairement apparaître la continuité qui relie ces deux pièces et il en situe fort bien la portée. Postulant, en sociologue, qu’« il n’est pas de connaissance sérieuse d’un écrivain ou d’un artiste sans qu’en rapport avec son œuvre soient prises en compte ses appartenances et les positions qu’il a occupées ou occupe dans un espace social » (p. 227), il commence par esquisser trois des « postures » qui aident à définir l’homme et l’écrivain Louvet : le militant, le dramaturge et l’intellectuel. Il se livre ensuite à une analyse serrée des deux pièces et montre en quoi, si différentes qu’elles puissent paraître, elles deviennent comparables dès lors qu’on les replace dans leur contexte d’écriture et qu’on prend en compte la position spécifique de Louvet définie par ces trois « postures ». La même question lancinante, qui « touche à la place de l’homme de savoir et de réflexion […] dans le monde et dans l’action » (pp. 231-232), est posée dans les deux pièces, mais elle est déclinée sur deux modes différents, parce que d’une pièce à l’autre, dix années ont passé : « Le passage des années 60-70 aux années 80-90 a été celui de la fin des doctrines et des croyances. L’individu s’est replié sur lui-même, sur ses petits plaisirs et son confort. L’ère du vide a commencé » (p. 237). Et c’est ce passage qui, d’une pièce à l’autre, serait en quelque sorte mis en scène : la contradiction à laquelle se heurte l’intellectuel, en la figure de Jonathan, se mue en une question plus radicale encore dans Un Faust : « Comment penser en présence de valeurs et de croyances qui s’exténuent ? » (p. 245).

3Jacques Dubois montre ensuite de façon détaillée comment ces problématiques fondamentales traversent les textes étudiés, comment Louvet interroge de la sorte, par l’écriture théâtrale, la fin des idéologies et les autres « voies du désenchantement ». Ainsi, c’est une des dimensions les plus fortes et les plus originales du théâtre de Louvet qu’il met en relief dans sa lecture, l’une des plus actuelles aussi. Et cette actualité même implique, par l’effet du peu de recul dont le lecteur dispose, une certaine opacité : une introduction s’avérait d’autant plus nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Jean Louvet, Conversation en Wallonie. Un Faust. Lecture de Jacques Dubois », Textyles, 15 | 1999, 270-271.

Référence électronique

Pierre Piret, « Jean Louvet, Conversation en Wallonie. Un Faust. Lecture de Jacques Dubois », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1412

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

F.N.R.S.-U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org