Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Oscar-Paul Gilbert, Bauduin-des-mines. Lecture de Jean-François Pocentek

Bruxelles, Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°114, 1996, 344 p.
Didier Dupont
p. 261-262
Référence(s) :

Oscar-Paul Gilbert, Bauduin-des-mines. Lecture de Jean-François Pocentek. Bruxelles, Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°114, 1996, 344 p.

Texte intégral

1Le cent-quatorzième volume de la désormais classique collection Espace Nord consacre l’entrée d’un nouveau venu au panthéon des lettres françaises de Belgique conçu par les Éditions Labor : Oscar-Paul Gilbert. Bauduin-des-Mines est assurément le roman le plus connu d’O.-P. Gilbert. Il est présenté ici sous une très belle couverture illustrée d’un détail du Retour des mineurs, de Constantin Meunier, et est ponctué d’une lecture fort bien détaillée de Jean-François Pocentek.

2Gilbert a beaucoup publié : essentiellement des romans et des nouvelles, quelques recueils poétiques et l’une ou l’autre pièce de théâtre, des ouvrages historiques, des enquêtes dans le fil du travail journalistique qu’il a accompli tant en France qu’en Belgique. Mais c’est surtout le cycle Bauduin qui aujourd’hui sauve de l’oubli cet auteur, attachant au demeurant. Ce cycle s’inscrit dans la tradition du roman minier et comprend six ouvrages. Principalement centrés sur le devenir d’une famille de patrons charbonniers, les différents titres font passer le lecteur du Nord de la France (Bauduin-des-Mines, 1939) à la Chine (Carpant, 1941) pour le ramener dans la France de l’immédiat avant-guerre à celle de l’après-guerre (Madeleine Bauduin, 1943 ; La Citadelle Bauduin, 1946 ; et La Fin des Bauduin, 1947 et 1948). Bauduin-des-Mines, volume d’ouverture du cycle, est construit autour de la figure emblématique du patriarche, Jean-Baptiste Bauduin, héritier et continuateur d’une tradition industrielle condamnée à court terme : celle du capitalisme familial.

3O.-P. Gilbert puise donc à une source thématique particulière, celle du roman minier qui, quoique relativement jeune, n’en impose pas moins ses contraintes stylistiques codifiées comme telles par une tradition héritée du Germinal de Zola. Bauduin-des-Mines en comprend les ingrédients majeurs constitués en topoï : l’affrontement entre le monde du travail et celui du capital, la grève, la catastrophe de l’incendie de la mine. Toutefois, cette tradition littéraire est traitée de manière spécifique par Gilbert, compte tenu des choix idéologiques et esthétiques qu’autorise le champ littéraire de l’époque, c’est-à-dire l’immédiat avant-seconde guerre mondiale. J.-F. Pocentek évoque dans son commentaire le débat sur la littérature prolétarienne des années trente : le courant populiste rejetant l’engagement idéologique ; celui qui, dans le sillage de l’Association des Artistes et Écrivains Révolutionnaires, milite en faveur d’un alignement de la littérature sur les thèses communistes ; et enfin, par réaction à ce dernier, le courant rassemblé autour de la personnalité d’Henri Poulaille. Quel rapport Gilbert entretient-il avec cette tradition ?

4Ses premiers romans sont, pour la plupart, nettement marqués par la dimension du reportage et de l’exotisme héritée de sa pratique professionnelle. Les préoccupations sociales y sont quasi inexistantes. Bauduin-des-Mines ne paraît qu’en 1939, alors que se clôt la parenthèse prolétarienne en Belgique : à partir de 1936, le P.C.B. développe une politique de Front unique et abandonne la stratégie de classe contre classe inspiratrice, sur le plan politique, de la tendance prolétarienne communisante ; le P.O.B., quant à lui, formation de gauche dominante, mais fort silencieux dans le débat prolétarien, est désormais très marqué par la personnalité de De Man qui attirera à lui un certain nombre d’intellectuels de renom. Ces évolutions du champ politique ne seront pas, indirectement, sans influence sur les carrières de plusieurs protagonistes du courant prolétarien : Ayguesparse, par exemple, renoncera à cette pratique littéraire ; Baert ou Hubermont, quant à eux, amorceront le virage qui les conduira plus tard dans les méandres de la collaboration.

5Gilbert, lié au milieu socialiste, traversera les années trente en échappant aux influences strictement prolétariennes ; le cycle des Bauduin ne fera que confirmer cet état de fait. La typisation y est plutôt schématisme et la tendance, née de l’organisation de l’œuvre elle-même, donne à lire l’histoire non de l’ascension du prolétariat, mais de la chute d’une famille de la bourgeoisie industrielle, emportée dans un maelström historique et social, plus suggéré que montré, au sein duquel la tradition familiale, elle, est clairement affirmée comme valeur de référence. Il n’est pas sans intérêt de rapprocher le roman de Gilbert et Treize hommes dans la Mine d’Hubermont (n°86 de la collection Espace Nord), roman où la classe ouvrière n’a pour toute organisation qu’un syndicat égaré dans un projet réformiste de délégations et de conventions, et dont le journal est victime du tribunal pour avoir dénoncé l’exploitation… des chevaux de mine.

6Pocentek montre comment une certaine poétisation de la misère et l’accumulation de stéréotypes de lecture/écriture (identification au personnage permettant la participation fictive du lecteur à des événements qui ne lui sont pas quotidiens ; récurrence des thématiques du traître, de l’orphelin,…), alliées à un art consommé de l’enchaînement des événements en un mouvement de tension dramatique propre à créer une forme de suspense, contribuent à transformer le populisme latent de l’œuvre en un pacte de lecture populaire, typique des ouvrages de grande production, susceptibles de tirages importants. Bauduin-des-Mines a en effet connu plusieurs rééditions. La plus célèbre d’entre elles est probablement celle de la collection Marabout dont la couverture accentue le protocole de lecture mélodramatique populaire (cf. document p.  311). C’est également cette dimension populaire qui a été privilégiée dans l’adaptation télévisuelle – de qualité — produite par la télévision belge en 1977, laquelle avait alors réussi à relancer un certain intérêt pour l’œuvre d’O.-P. Gilbert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Dupont, « Oscar-Paul Gilbert, Bauduin-des-mines. Lecture de Jean-François Pocentek », Textyles, 15 | 1999, 261-262.

Référence électronique

Didier Dupont, « Oscar-Paul Gilbert, Bauduin-des-mines. Lecture de Jean-François Pocentek », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1409

Haut de page

Auteur

Didier Dupont

Université de Mons-Hainaut

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org