Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Henry Bauchau, [Oidipous no tabi]. Traduit par Yotaro Miyahara

Postface de M. Quaghebeur [« Bauchau et la littérature belge d’aujourd’hui », pp. 389-399] et du traducteur [« et puis Œdipe sur le route », pp. 400-404]. Tokyo, Éd. Shoshi Yamada, 1994, 404 p.
H. Oshima et Muriel Brachet
p. 257-258
Référence(s) :

Henry Bauchau, [Oidipous no tabi]. Traduit par Yotaro Miyahara. Postface de M. Quaghebeur [« Bauchau et la littérature belge d’aujourd’hui », pp. 389-399] et du traducteur [« et puis Œdipe sur le route », pp. 400-404]. Tokyo, Éd. Shoshi Yamada, 1994, 404 p.

Texte intégral

1La traduction japonaise du roman Œdipe sur la route de l’écrivain belge Henry Bauchau est parue en 1994 chez Shoshi Yamada à Tokyo, dans la collection « Le livre de luciole ». Cette maison d’édition, certes modeste, n’en présente pas moins un catalogue de qualité, spécialisé en littérature contemporaine, étrangère et japonaise ; Bauchau y côtoie Bataille et Duras.

2Le format, l’épaisseur du papier, la pagination aérée, une double page de garde ainsi que le graphisme sobre et gracieux de la couverture (titre en lettres d’or sur fond émeraude) dénotent une édition soignée. Le texte (pp. 12-386) est précédé d’un portrait photographique de l’auteur, suivi de la table, qui cependant ne mentionne pas la postface que se partagent un commentaire traduit de Marc Quaghebeur suivi d’un commentaire du traducteur, Yotaro Miyahara. En dernier lieu, un bref résumé sur les activités littéraires de l’écrivain et du traducteur occupe le rabat intérieur de la couverture.

3Dans la postface, sous le titre « Henry Bauchau et la littérature belge d’aujourd’hui », Marc Quaghebeur relate, à travers une perspective sociolinguistique, l’émancipation récente de la littérature belge francophone proprement dite. Suit une présentation chronologique de la vie de l’auteur, dont la richesse et la variété ne manquent pas, note-t-il, de participer au style particulièrement mûr du roman. M. Quaghebeur situe la grande originalité de l’œuvre notamment dans la manière d’aborder le fameux mythe : le roman commence avec le départ de Thèbes du roi, accompagné de sa fille Antigone qui détient par ailleurs un rôle essentiel, pour un voyage qui durera quelque vingt années. À plusieurs égards enfin, note le commentateur, Œdipe sur la route n’est pas sans rappeler la situation actuelle et les particularités culturelles de la Belgique. Si Bauchau s’inscrit dans la tradition de la littérature belge de langue française, sa réflexion et la conscience de ces particularités sont spécialement présentes dans son roman. Il n’hésite pas, écrit encore Quaghebeur, à évoquer les dangers et la logique d’un peuple envahisseur et les nuisances que celui-ci peut exercer sur la communauté envahie.

4Il y a des passages dans ce commentaire qui ne sont pas tout à fait clairs pour un lecteur nippon. Il s’agit peut-être d’un problème de traduction, la difficulté étant augmentée par des obstacles purement linguistiques (le japonais ne marque pas forcément le pluriel, par exemple). Il s’agit aussi d’une surestimation des prérequis : on présuppose à tort un trop grand nombre de connaissances sur la littérature belge ou sur Œdipe en général.

5On pourrait faire un reproche du même ordre au commentaire qui est sous-titré « (Et) puis [Œdipe sur la route] » et qui commence ainsi : « Schliemann a découvert les ruines de Troie. Et Bauchau a découvert, créé Œdipe, selon moi tout au moins ». D’après Y. Miyahara, le traducteur, Bauchau a su faire de son Œdipe un être réel, proche de nous, non pas en le « minimalisant », mais au contraire en le dotant non seulement d’intelligence et d’orgueil, mais aussi d’une ferveur exceptionnelle : cet Œdipe est fort différent par rapport à celui, abstrait, de Freud, ou encore à celui de Sophocle. Miyahara note encore que la forme même de l’œuvre s’inspire du « muthos » selon la conception aristotélicienne ; aussi l’Œdipe sur la route de Bauchau relève-t-il d’un genre situé entre le roman et le genre épique. Enfin, conclut-il, si le voyage est au centre du récit, il est clair qu’il s’agit aussi du voyage de l’écrivain sur le chemin de la création.

6Deux présentations du livre sont parues dans la presse japonaise, l’une dans un magazine littéraire (Tosho shimbun), l’autre dans un quotidien national à grand tirage (Sankei). Cependant les 1.000 exemplaires du tirage ne sont pas encore épuisés (mai 1998).

7Le traducteur ayant fort bien œuvré, Œdipe sur la route aurait pu être le roman idéal pour initier le public japonais à l’univers œdipien. Ici, on peut regretter l’absence de prises (pourquoi avoir ôté la généalogie du héros qui figure dans la version originale ?) permettant au lecteur nippon de se familiariser avec ce monde, creuset de la civilisation occidentale, qui de manière générale lui est étranger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Oshima et Muriel Brachet, « Henry Bauchau, [Oidipous no tabi]. Traduit par Yotaro Miyahara », Textyles, 15 | 1999, 257-258.

Référence électronique

H. Oshima et Muriel Brachet, « Henry Bauchau, [Oidipous no tabi]. Traduit par Yotaro Miyahara », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1406

Haut de page

Auteurs

H. Oshima

Université de Fukuoka

Muriel Brachet

Université de Fukuoka

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org