Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Heinz Klüppelholz, Pour une poétologie des romans d’André-Marcel Adamek

Suivi d’un portrait-rencontre réalisé par Yvan Dusausoit. Bordeaux, Le Castor Astral ; Bruxelles, Bernard Gilson Éditeur, 1997, 79 p.
Luc Colle
p. 272-274
Référence(s) :

Heinz Klüppelholz, Pour une poétologie des romans d’André-Marcel Adamek. Suivi d’un portrait-rencontre réalisé par Yvan Dusausoit. Bordeaux, Le Castor Astral ; Bruxelles, Bernard Gilson Éditeur, 1997, 79 p.

Texte intégral

1« En spécialiste des lettres belges de langue française, l’auteur de cette étude [...] utilise à bon escient le néologisme “poétologie” pour révéler les mécanismes de l’écriture d’André-Marcel Adamek » (4e p. de couverture). Cette phrase situe le projet de Heinz Klüppelholz : il ne s’agit pas de faire une étude complète ou thématique mais de se centrer sur une démarche bien précise.

2« Dans le titre [...] Adamek étale déjà tout un programme narratif » ; « La planification rigoureuse de l’ensemble, l’esprit fraternel des personnages et leur disposition astucieuse, [...] la réécriture originale de certains motifs [...] » ; « L’apparente simplicité d’Un imbécile au soleil ne révèlera toute sa complexité qu’au fil des pages ». Ces phrases, reprises au début des trois premiers chapitres (on aurait pu continuer cet exercice) situent bien la recherche effectuée par Heinz Klüppelholz : ni un travail thématique, ni philosophique, mais une focalisation sur ce qui s’écrit ; comment l’auteur a-t-il employé les ressources de la langue pour construire son œuvre ? Cela ne signifie pas que l’on ne dévoilera pas le sens, au contraire, les titres de chapitres sont, à cet égard, révélateurs : « La barbarie de la civilisation » (chap. 3) ; « Entre création et criminalité » (chap. 4), mais celui-ci se découvrira suite à une approche où le construit de l’œuvre est mis en évidence.

3L’auteur de cette étude situe d’abord l’œuvre d’Adamek dans le courant de la littérature française de Belgique. L’introduction est une rapide présentation de la situation particulière de celle-ci dans la littérature française. Ensuite, en quelques lignes qui closent cette présentation, il est montré qu’Adamek est un auteur plus complexe que ce qu’on en dit habituellement : « Œuvre [...] trop souvent reléguée» dans le domaine d’un merveilleux campagnard » (p. 9) ; « Un mélange astucieux des genres, un enjambement farfelu de la réalité et une critique mouchetée de l’humanité : voilà les éléments qui unissent les aspects les plus divers de la réalité » (p. 10).

4Chaque chapitre passe une œuvre en revue. Le premier, intitulé « Vers un lieu de pèlerinage insolite », aborde Oxygène ou les chemins de Mortmandie. Ce premier roman, récit de voyage qui « à première vue possède les connotations cognitives que lui accorde la littérature » (p. 11), permet à l’auteur d’aller plus loin et de montrer la difficulté des relations humaines en même temps qu’il suit les personnages dans la découverte de leur propre paysage intérieur. Mais aussi, le rêve, la magie, un moyen âge imaginaire, le mystère, le fantastique sont présents. Si une énigme est posée, l’auteur ne la résout pas, mais oriente son lecteur vers une signification sociale.

5Le deuxième chapitre, « La présence du moyen âge », analyse le Fusil à pétales. Après nous avoir signalé le statut du narrateur (différent du roman précédent) et brossé un tableau des faits survenus, Heinz Klüppelholz s’attache à montrer comment Adamek joue avec la structure actantielle du récit. Il insiste également sur le jeu qui fait se mélanger l’irréel et le réel, qui introduit des contrastes. Il revient sur le rôle du narrateur qui finit par être le seul présent de l’histoire (« La vacuité, vers laquelle tend la narration, atteint son plus haut degré de concrétisation à la fin de la lecture », p. 26). Le narrateur ne peut plus se porter garant de sa narration.

6Dans le roman suivant, Adamek change de lieu et de sujet. Un imbécile au soleil met en scène un Européen exilé en Amérique latine. Là se découvrira « La barbarie de la civilisation », comme l’indique le titre du chapitre. Dans sa démarche réflexive, l’auteur du roman aborde des thèmes qui hantent les grandes civilisations, comme l’existence d’un paradis perdu. L’échec attend le personnage. Ce qui importe ici est de voir que ce roman s’apparente à la tradition du roman indigéniste, mais aussi au système de l’autobiographie fictive qui est distorsion du (des) temps du récit.

7Le quatrième chapitre qui aborde La Couleur des abeilles se centre sur le problème de la création artistique. « Adamek fusionne à merveille un traité d’esthétique picturale et le roman d’un peintre maudit en un ensemble homogène. Ce faisant il s’attaque à une certaine vision de l’artiste qui, dans l’obsession de l’acte créateur, tue des gens, ou bien, pour avoir la conscience tranquille, s’adonne à la peinture. Les trois phases dans lesquelles l’auteur fait part de son esthétisme artistique se regroupent autour de l’artiste comme être incompris de la foule, comme charlatan se moquant du commun des hommes et comme psychopathe féru de la souffrance d’autrui » (p. 35). Ce roman est donc un moment de réflexion sur les normes de l’écriture, mais laisse au lecteur un espace de liberté et de réflexion en mettant en scène un autre art, la peinture.

8Le quotidien et le fantastique cohabitent dans Le Maître des jardins noirs. Cette production, qualifiée de « micro-roman », voit s’alterner deux autobiographies, se croiser le destin de deux couples, s’instaurer des relations ambigües : mélange de simplicité et complexité. Ce roman, comme le dit l’analyse, est une mise en abyme des procédés narratifs de l’auteur et montre par là un approfondissement de la recherche poétique.

9Dernier roman abordé, L’Oiseau des morts. « Fiction audacieuse qui donne la parole à une corneille (p. 51) », ou la parole pure qui dit le monde. C’est une réflexion sur l’homme, sa vie, les sens de celle-ci, c’est le réquisitoire de l’oiseau qui conteste l’importance de l’homme comme être suprême de la création.

10La conclusion nous redit combien Adamek se situe en dehors des courants actuels. Elle insiste à nouveau sur la notion de structure actantielle comme moyen pour construire une autre idée, une autre vision de l’homme : la déviance individuelle d’un personnage n’est pas le corollaire d’abus sociaux. En explorant diverses techniques narratives, il poursuit une œuvre « limpide en surface [...] mais d’une profondeur quelquefois bien troublante » ; il « cherche à réactiver les forces somnolant au plus profond de l’homme » (p. 59). Précisons que ce livre se termine par un portrait-rencontre réalisé par Yvan Dusausoit. Voyage agréable, marqué par une empathie réelle, il nous fait pénétrer dans le bien-être d’un personnage qu’il faudrait sans doute appeler un ami. Retenons cette formule : « Aux antipodes du nomade, Adamek est un sédentaire qui déménage souvent, à contrecœur » (p. 63).

11Le lecture de cet essai terminée, on peut affirmer que le lecteur a progressé dans la compréhension d’un auteur qui se manifeste de plus en plus comme un « classique contemporain » (et le choix de la Libre Belgique de publier L’Oiseau des morts, grand prix triennal du roman de la Communauté française 1997, dans le cadre de la Fureur de Lire 1997, en est un signe). La clarté en est une des qualités essentielles et les nombreuses pistes balisées enrichissent notre propre lecture. Mais comme l’indique le titre de cette publication, Pour une poétologie, ceci est l’introduction à une recherche plus ample.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Colle, « Heinz Klüppelholz, Pour une poétologie des romans d’André-Marcel Adamek », Textyles, 15 | 1999, 272-274.

Référence électronique

Luc Colle, « Heinz Klüppelholz, Pour une poétologie des romans d’André-Marcel Adamek », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1379

Haut de page

Auteur

Luc Colle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org