Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

André-Marcel Adamek, Le Fusil à pétales. Lecture de Martine Preumont

Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°119, 1997, 223 p.
Luc Colle
p. 271-272
Référence(s) :

André-Marcel Adamek, Le Fusil à pétales. Lecture de Martine Preumont. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°119, 1997, 223 p.

Texte intégral

1« Raspal me l’avait fait jurer, l’autre jour, un peu avant de mourir :/ — Tu l’écriras, ce livre, dis ?/ J’ai fait le modeste, je lui ai dit que je n’avais pas belle instruction, ni le parler de ceux qui font des livres » (p. 11). Ainsi débute Le Fusil à pétales, sur un constat d’incompétence : comment écrire quand on ne sait pas ? Mais faut-il savoir écrire pour raconter ? Car voilà ce qu’est ce roman : une histoire, un conte. Comme le dit Martine Preumont dans sa lecture : « vous vous êtes niché dans le récit, pris au piège comme un enfant au pied d’un conteur » (p. 203).

2Lire Le Fusil à pétales, c’est entrer en même temps dans le monde de l’enfance (n’y voit-on pas des personnages de légende, des fées ou des sorcières, des inventions fabuleuses), le monde des adultes (des pressions exercées sur les uns, des hold-ups et des policiers, la nécessité de l’argent), faire une incursion dans la technique (du Chompionnier lourd et inefficace aux technologies « extraterrestres »), mais aussi dans la philosophie, dans l’éthique : quelles choses sont permises, quels actes peut-on accomplir au nom de l’amitié, de la vie ?...

3La lecture de Martine Preumont débute par une présentation générale de l’œuvre d’Adamek : s’il n’est pas auteur prolixe, il n’est pas l’homme d’un roman. Elle nous précise que ses œuvres sont d’une qualité rare. Elle passe ensuite en revue celles-ci, caractérisant chaque récit. Elle situe Le Fusil à pétales dans ce contexte global, mais aussi dans l’intertextualité : Giono, Céline, Le Grand Meaulnes ou... « Ma Dalton ». Elle ajoute « Ce baroque peut même s’ancrer dans la tradition littéraire du xviie siècle : les machines volantes ridicules ou astucieuses... ». Même Cyrano est évoqué. Pour conclure ce premier point, la citation des dernières phrases de quelques romans de l’auteur montre que nous avons affaire à « un imaginaire aérien propre aux auteurs solaires » (p. 207).

4Revenant au récit concerné, le commentaire se focalise sur le titre. Quatre fois le fusil apparait mais jamais il ne tue. Pourquoi ? Le micro-récit qui ouvre le roman en donne l’explication : le viol de la nature est interdit ; pour Clothaire, le narrateur, la violence est exclue. L’arme véritable est la fleur.

5L’intitulé suivant aborde « le dur métier d’écrivain » (p. 208). Clothaire, fermier de profession, est poussé par un mourant à écrire un livre, mémoire d’évènements qui se sont passés dans le village. Il reconnait que cette activité est difficile, ce n’est point la sienne. Cela permet à l’auteur d’initier un style « balourd ». Comme il situe l’action dans un moyen âge fictif et qu’il l’associe aux temps modernes, le présent intemporel se crée. Comme le fait bien remarquer Martine Preumont, c’est ainsi qu’il devient le héraut de ce livre mais aussi le protagoniste qui, par sa relation privilégiée avec chacun, ses désirs et ses actions, est le fil conducteur de cette histoire.

6« La linéarité du récit, déjà quelque peu masquée par les épisodes humoristiques, cache, de plus, une architecture complexe où tous les matériaux se répondent : personnages, évènements, nature et écriture se rejoignent dans une symbiose dont la symbolique parait finalement cohérente » (p. 211). L’analyse met le doigt sur la structure romanesque, sur la façon d’écrire qui structure le récit. Les évènements, les noms des personnages, les situations renvoient à d’autres textes, d’autres évènements, d’autres situations. Appeler un des héros Tristan, évoquer une épée, voir des chevaliers, mais aussi participer à un hold-up bien contemporain, construire des appareils volants, tout cela prend place dans une architecture, une construction. En même temps, l’auteur sait préserver le mystère, car rien n’est vraiment explicité. L’interrogation reste : est-ce vrai, est-ce faux, est-ce sérieux ? Comme le dit bien Martine Preumont (p. 213) : « Nous nous trouvons bien plus dans une intertextualité où le roman est conçu comme véritable espace de liberté, où le jeu de rôles manque humoristiquement, esthétiquement et philosophiquement à ses distributions figées ». C’est à juste titre que le commentaire du livre s’attache plus longuement à cet aspect. En effet, si Adamek nous donne des indices très clairs pour pénétrer dans son récit, en même temps il brouille les cartes car le chemin que nous croyions connaitre n’aboutit jamais là où nous l’imaginions : jeu(x) entre notre savoir et le sien, entre nos références personnelles et son invention.

7Enfin, Martine Preumont revient à une question latente depuis le début de son analyse : où classer une œuvre de ce type, dans quelle veine littéraire ? La réponse est surprenante : « le fort en thème aura reconnu chez Adamek la grande tradition romantique ». À partir de là, elle accumule quelques caractéristiques du Romantisme, présentes dans Le Fusil à pétales : angoisse existentielle du moi qui raconte, primauté accordée aux sensations, accord mystérieux de l’homme avec la nature... Elle évoque ensuite la tradition wallonne du surréalisme pour revenir enfin au baroque déjà évoqué en début d’analyse. C’est peut-être ce qui par moment gêne dans la lecture de ce roman. S’il est vrai que le jeu des correspondances internes est évident, cela même devrait inciter à la prudence. Tout peut-il être évoqué ? Ou Adamek lui-même, évitant d’aller trop loin dans ses explications, ne nous invite-t-il pas à rester proches de son récit et de son mystère ?

8Précisons enfin que la biographie sélective est reprise à Frank Andriat, telle qu’elle a paru dans les Dossiers L (1994, 43/1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Colle, « André-Marcel Adamek, Le Fusil à pétales. Lecture de Martine Preumont », Textyles, 15 | 1999, 271-272.

Référence électronique

Luc Colle, « André-Marcel Adamek, Le Fusil à pétales. Lecture de Martine Preumont », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1378

Haut de page

Auteur

Luc Colle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org