Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Alexandre Lous, Matricide. Lecture de Benoît Denis

Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°112, 1996, 224 p.
Marc Lits
p. 271
Référence(s) :

Alexandre Lous, Matricide. Lecture de Benoît Denis. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°112, 1996, 224 p.

Texte intégral

1Dans sa lecture finale, Benoît Denis rappelle opportunément qu’en écrivant Matricide, Lous-Baronian ne pensait pas rédiger un roman policier, mais que c’est son éditeur Clancier-Guénaud qui inscrivit, en 1981, cette histoire de triple crime de femmes dans sa collection policière. Pourtant, jusqu’à ce moment, Jean-Baptiste Baronian s’était surtout signalé dans le domaine du fantastique, que ce soit par ses essais, ses anthologies ou ses propres fictions. Un indice cependant laissait à penser que l’orientation se voulait différente : le choix du nouveau pseudonyme d’Alexandre Lous.

2L’écrivain bruxellois garde dans ce roman une prédilection pour les quartiers qu’il habite, et les familiers des environs de la place Jourdan et de l’avenue d’Auderghem reconnaîtront sans peine quelques rues d’Etterbeek. Mais il n’y plane pas cette fois une atmosphère étrange, mêlée d’angoisse et de mystère. S’il y a angoisse, c’est plutôt dans la tête du policier assassin, Lapierre, qu’elle se trouve. Même s’il s’en défend, le Baronian fantastique a bien passé le relais au Lous policier. En cela, nous ne suivrons pas l’analyse proposée ici qui insiste à plusieurs reprises sur la contravention aux lois du genre que s’autorise Lous. S’il révèle immédiatement le nom du coupable, si ce dernier est un policier, s’il assassine sa mère, ce ne sont que des transgressions de règles datant des années vingt, mais qui ne sont plus respectées depuis longtemps par des auteurs de polars obligés à innover pour encore surprendre leur lecteur, et davantage préoccupés de psychologie que d’intrigues étroitement ficelées.

3En cela, Lous, critique averti du genre policier dans les colonnes du Magazine littéraire, ne fait que suivre les évolutions du polar. Et B. Denis analyse finement les rapports troubles que les deux assassins qui se partagent les trois crimes de femmes entretiennent avec les figures maternelles (d’où le titre du roman) et paternelles. C’est moins le fantastique qui intéresse ici Lous que le fantasme. Et de ce point de vue, le roman est remarquablement construit et écrit, avec cette narration qui colle souvent au délire paranoïaque de l’enquêteur coupable.

4Le critique s’interroge également sur la dilution du fantastique, particulièrement en Belgique, au sein de la littérature classique, et sur la nécessité qu’aurait dès lors ressentie Baronian d’abandonner un genre moribond pour la forme policière, mitoyenne entre paralittérature et « grande littérature ». Le parallèle est aussi établi avec Benoît Peeters, à la fois réputé pour ses analyses théoriques et sa production en bande dessinée. S’il est vrai que ces deux auteurs, également partagés entre Bruxelles et Paris, passent assez aisément de la critique à la création, leur rapport à la théorie est sans doute assez différent. Si celle-ci semble consubstantielle de la création de B. Peeters, nourrissant scénarios et récits, elle apparaît comme plutôt complémentaire de l’œuvre chez Baronian, saisie parfois avec quelques réserves dès qu’elle devient universitaire. Quand à la place du fantastique dans les lettres belges, hier et aujourd’hui, elle demanderait sûrement de plus longs développements, mais ce n’est à proprement parler nécessaire pour ce roman. Il n’empêche que le parcours de Baronian/Lous a été trop peu étudié dans l’histoire des lettres belges, ou plus exactement que son rôle de directeur de collection chez Marabout, dans les années 70, a trop souvent occulté ses créations personnelles. Cette réédition vient dès lors à point nommé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « Alexandre Lous, Matricide. Lecture de Benoît Denis », Textyles, 15 | 1999, 271.

Référence électronique

Marc Lits, « Alexandre Lous, Matricide. Lecture de Benoît Denis », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1376

Haut de page

Auteur

Marc Lits

U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org