Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Georges Thinès, Le Tramway des officiers

Préface de Fernand Verhesen. Lecture de Georges Jacques. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°103, 1995, 381 p.
Rosalia Vella
p. 270
Référence(s) :

Georges Thinès, Le Tramway des officiers. Préface de Fernand Verhesen. Lecture de Georges Jacques. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°103, 1995, 381 p.

Texte intégral

1La trame de ce roman (Prix Rossel 1973) se déroule au cours de la IIe guerre mondiale, en territoire (français ou belge ?) occupé par les Allemands. Le tramway de 8 h.04 représente le point de rencontre de deux ressortissants locaux, un astronome et un médecin, avec trois Allemands : un lieutenant, une secrétaire et un homme mystérieux en complet gris. Pour des motifs divers, les deux occupés décident de collaborer avec les occupants. Autour d’eux gravitent des agents doubles des deux camps.

2Dans ce roman, considéré par Jean Muno comme « le roman ambitieux et réussi de la recherche aléatoire », mais que d’autres comme Michel Grodent trouveront « beau mais agaçant », la topographie est à la fois précise et fausse : des toponymes réels coexistent avec d’autres, inventés. L’intrigue semble commencer dans une capitale (dotée d’un Observatoire et d’une légation étrangère), qui se réduit ensuite à un gros village. La complexité de la structure narrative est, elle aussi, déroutante. Non seulement le narrateur ne coïncide pas avec l’auteur (ce qui est assez patent), mais à côté du narrateur omniscient qui se livre donc à la « vision par derrière », nous trouvons encore un « observateur objectif » et inconnu, différent du narrateur, et un « inquisiteur » ou interlocuteur qui est interpellé à la deuxième personne, mais qui ne s’identifie pas avec le narrataire.

3Non content de cela, et pour brouiller les pistes, l’auteur fait encore intervenir des personnages qui s’expriment à la première personne, comme le narrateur, et qui sont, tour à tour, des « témoins variables ». Après avoir pris acte de l’assertion « Je n’est pas moi » (!), nous pourrions ranger une bonne part de la narration dans la « pseudo-homodiégèse ». Aux pages 91 et 132, il y a deux beaux exemples de mises en abyme.

4La réédition en 1995 de ce roman, composé en 1973 et publié pour la première fois en 1974, se justifie dans la mesure où ceux qui ont connu la guerre et l’occupation trouveront dans ce livre l’occasion de confronter des souvenirs et d’évoquer le drame de la collaboration et de l’épuration. D’autre part, pour les générations moins âgées, il s’agit d’un « dépaysement temporel » que procure ce roman — déjà — historique. Et, étant donné que Figures III de Genette remonte à 1972, il est permis aussi de voir dans la texture narratologique du Tramway des officiers une illustration — ou une parodie ? — des théories des Nouveaux Critiques, qui trouvent encore aujourd’hui de nouveaux et toujours plus nombreux adeptes.

5Cette réédition du Tramway est accompagnée d’une préface de Fernand Verhesen et d’une très attentive Lecture par le professeur Georges Jacques, qui présente le double ou triple itinéraire de Georges Thinès — savant, écrivain, musicien — et qui analyse l’intrigue du roman, la topographie, la chronologie, l’espace-temps, l’arrière-pays scientifique (captage de la foudre en vue d’applications guerrières), la structure narrative, les références culturelles et autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosalia Vella, « Georges Thinès, Le Tramway des officiers », Textyles, 15 | 1999, 270.

Référence électronique

Rosalia Vella, « Georges Thinès, Le Tramway des officiers », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1374

Haut de page

Auteur

Rosalia Vella

Université de Palerme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org