Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

René Hénoumont, Le Vieil Indien. Lecture de Willy Lesur

Bruxelles, Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°117, 1996, 158 p.
Luc Colle
p. 269
Référence(s) :

René Hénoumont, Le Vieil Indien. Lecture de Willy Lesur. Bruxelles, Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°117, 1996, 158 p.

Texte intégral

1Hénoumont, chacun croit le connaître. N’a-t-on pas vu sa « pipe », son regard, ses expressions dans un journal, à la télévision ? Chaque semaine, on le rencontre dans un hebdomadaire : on est plutôt d’accord avec lui. Ceux qu’il critique, qu’il fustige, le méritent. Ses opinions, on les ferait nôtres : cela coule de source. Alors, quand on évoque Pagnol ou Hemingway pour parler de son œuvre, il faut bien que l’on s’arrête, que l’on se pose l’une ou l’autre question : qui est-il ? de qui parle-t-il dans ses romans ? est-ce de lui ?... Willy Lesur nous guide dans les chemins d’Ardenne et les méandres de l’Ourthe où le personnage de Julien Vital se fond, vit et existe vraiment. Car ce vieil indien, qui est-il vraiment ? La lecture de ce roman nous invite à dépasser une impression simple : Julien est René.

2La lecture débute par ce titre : de l’éphémère à la durée, que l’on comprend tout de suite comme passage du journalisme à la littérature, ou de l’information à l’écriture. Elle montre le chemin qui conduit Hénoumont vers la réalisation de la passion contenue en lui dès l’origine, cette musique, comme dit Willy Lesur, qu’Hénoumont cherchait depuis son adolescence : « Écrire lui était donc d’un grand secours, du moins certains de ses livres resteraient-ils, au contraire du journalisme, qui est le plus éphémère des métiers » (Loin de l’Ardenne). Ses lectures, Daudet, Dumas, Flaubert... Giono et enfin l’Hemingway des récits d’aventure servent de révélateur : il se sent immédiatement accordé aux thèmes de l’écrivain américain ; mais en même temps, il pressent que ses grands espaces à lui sont l’Ardenne.

3Poursuivant l’analyse, la lecture montre bien que l’auteur reste un personnage issu de deux origines, tension qui rendra toujours difficile un choix définitif, un engagement certain : Liège et l’Ardenne, proches et différentes, rythment sa vie. Dans sa ville, il rêve de l’Ardenne, de la chasse, mais c’est avec son père qu’il apprend à se servir d’un fusil, c’est dans son quartier qu’il étrenne ses premières armes car c’est aussi une ville d’armurerie. C’est également dans son espace de jeux qu’il fera sa première expérience de la femme, indirecte peut-être, mais initiatrice cependant. Cette femme jalonnera son odyssée personnelle, marquera son chemin d’homme (enfant qui grandit et adulte accompli), mais jamais ne le fixera : il ne pourra jamais vraiment choisir celle qu’il aime, car rester fidèle c’est abandonner le plaisir de l’union avec l’Ourthe, de l’attente à l’affût, de la « passée »...

4S’arrêtant plus précisément à l’analyse du livre Le Vieil Indien, W. Lesur fait ressortir ce que le rêve et la réalité, ce que l’enfance et l’âge adulte, ce que l’amour et les rencontres ont donné à ce livre. Le personnage de Julien Vital ressemble à Hénoumont : journaliste liégeois dont l’enfance est marquée par la guerre, tendu entre deux origines. Mais aussi, « le personnage de Julien est un personnage à la Scott Fitzgerald, ce romancier américain qui traduisit le désenchantement d’une autre génération perdue » (p. 150).

5Dans les dernières pages de l’analyse, le commentateur pose une question, récurrente à propos d’auteurs attachés à leur terroir : est-ce un auteur régionaliste ? W. Lesur rappelle à juste titre que l’écrivain n’est jamais le démiurge sans racines, l’observateur objectif, mais qu’il est immergé dans son environnement (p. 151), et il répond à la question : « Un certain régionalisme peut atteindre à l’universel pourvu qu’il ne se replie pas dans la frilosité trop locale et ne cède pas à la facilité patoisante ou dialectale excessive » (p. 152).

6Le dernier point abordé dans le commentaire situe Hénoumont dans la veine des auteurs hédonistes, avec les « hussards », Nimier, Vailland, Blondin. Cet hédonisme est « recherche du plaisir de se souvenir ou de réinventer... » (p. 153). Sans doute trouve-t-on là ce qui fascine le plus dans l’écriture d’Hénoumont, dans le plaisir que nous avons à le lire : recréer des rêves, prendre des chemins d’enfance même s’ils n’existent plus vraiment, jouir du souvenir en se remémorant des moments marqués par des impressions fortes.

7Le cheminement que nous fait faire W. Lesur et les informations qu’il nous donne sont assurément une introduction claire à l’œuvre de cet auteur belge. La mise en rapport avec les évènements de la vie d’Hénoumont (mais sans vouloir trouver là une clé unique d’explication ou vouloir rechercher des invraisemblances, des erreurs biographiques) donne envie d’en lire plus, de mieux connaître « l’autre » Hénoumont.

8Ajoutons que selon l’habitude de la collection, des éléments iconographiques, biographiques et bibliographiques viennent compléter cette lecture du roman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Colle, « René Hénoumont, Le Vieil Indien. Lecture de Willy Lesur », Textyles, 15 | 1999, 269.

Référence électronique

Luc Colle, « René Hénoumont, Le Vieil Indien. Lecture de Willy Lesur », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1371

Haut de page

Auteur

Luc Colle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org