Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Aron (Paul), Delsemme (Paul) et Devroey (Jean-Pierre), Denis Marion. Pleins feux sur un homme de l’ombre

Liège-Bruxelles, Le Cri/Ciel, 2008
Denis Saint-Amand
p. 218-220
Référence(s) :

Aron (Paul), Delsemme (Paul) et Devroey (Jean-Pierre), Denis Marion. Pleins feux sur un homme de l’ombre, Liège-Bruxelles, Le Cri/Ciel, 2008.

Texte intégral

1Rassemblant en volume certaines des communications présentées lors d’un colloque dédié, en novembre 2006, à la figure de Marcel Defosse (1906-2000), avocat, journaliste et polygraphe plus connu dans le milieu culturel sous le pseudonyme de Denis Marion, cet ouvrage collectif se propose d’éclairer la trajectoire de l’un de ces agents nodaux, peu ou pas ancrés dans la mémoire collective et dont les apports effectifs à l’univers des arts et des lettres sont souvent minimisés. « Homme de l’ombre », comme l’indique le titre du volume, Marion le fut au sens figuré, par la discrétion de sa posture dans les différents groupes et réseaux dans lesquels il était impliqué (en témoigne sa quasi-absence dans L’Activité surréaliste en Belgique de Marcel Mariën alors que, comme le montre Paul Aron, l’avocat entretenait avec les surréalistes bruxellois des relations nourries et constantes), comme au sens propre, puisqu’il goûtait tout particulièrement l’obscurité des salles de cinéma. Plusieurs contributions du volume reviennent logiquement sur les déclinaisons de cette passion pour le septième art. Caroline Pirotte se penche de la sorte sur les critiques cinématographiques publiées par Marion, en soulignant notamment la capacité de l’auteur à traiter d’objets jugés alors peu légitimes, comme le dessin animé, et en cernant son intérêt pour certaines problématiques particulières, comme la starification -phénomène auquel Marion consacre plusieurs réflexions l’année même où Edgar Morin publie son essai sur la question. La correspondance que le Bruxellois échange avec Louise Brooks, entre 1962 et 1969 et dont Muriel Andrin et Caroline Pirotte analysent quelques fragments, permet quant à elle de comprendre comment cette passion cinéphile débouche sur un échange privilégié, qui se muera en véritable amitié. Enfin, en plus de ses critiques journalistiques, Marion put partager ce grand intérêt à l’occasion de cours professés à l’ULB et au Musée du Cinéma ; ces cours font par ailleurs de cet « intellectuel aux multiples passions » un pionnier en matière d’enseignement de l’histoire cinématographique, comme l’explique Dominique Nasta dans un bel article émaillé d’intéressantes analyses métapédagogiques.

2Précisant la vaste introduction proposée par le regretté Paul Delsemme concernant la « vie et l’œuvre » de Marion, les autres articles permettent de redécouvrir les multiples facettes du rôle joué par l’avocat-journaliste dans la vie littéraire de son époque. Bibiane Fréché montre de la sorte comment, en passeur érudit de littérature anglo-saxonne, Marion tend des ponts entre la Belgique et l’étranger, en consacrant notamment une biographie à Daniel Defoe, une autre à Marlowe et un essai à La Méthode intellectuelle d’Edgar Poe. Sur le sol belge, l’apport de l’auteur s’observe notamment du côté des réseaux surréalistes. Marion était l’ami du mal connu Albert Valentin, surréaliste louviérois lâché en 1931 par Éluard et Crevel, féru de cinéma, dont Jean-Pierre Devroey ravive le souvenir dans un article riche montrant bien les liens que tissèrent les deux hommes et les croisements de leurs trajectoires. Marion fut également très proche de Nougé. Comme l’explique Paul Aron, l’avocat-journaliste est d’une aide précieuse pour le poète, d’un point de vue financier mais aussi par ses encouragements toujours réaffirmés, et assure une fonction de mémorialiste de l’activité surréaliste en conservant lettres, documents et photographies. Nancy Delhalle, dans une fine lecture de deux pièces de l’auteur, Le Juge de Malte et L’Affaire Fualdès, met pour sa part en lumière la façon dont la polygraphie de Marion trouve à s’illustrer même au sein d’une seule œuvre, dans laquelle peuvent se mêler plusieurs courants et tendances d’une époque (le néoclassicisme, l’absurde et l’engagement à la Sartre, dans la première pièce susmentionnée) pour privilégier la fonction divertissante du théâtre - ce qui contribue à placer l’auteur en marge d’un champ théâtral alors marqué par une tendance croissante à la spécialisation. Catherine Gravet, aidée par Émile Van Balberghe, revient par la bande sur la fonction de rédacteur en chef occupée par Marion dans la revue anti-rexiste Combat, de 1936 à 1939 : plus centré sur Alexis Curvers et Marie Delcourt que sur le sujet du volume, cet article bien documenté vaut surtout, dans ce contexte, pour les lettres de Marion qu’il révèle, lesquelles constituent autant de témoignages éclairants sur la gestion de la revue et, tout particulièrement, sur le fonctionnement de son comité de lecture et les objectifs poursuivis par ce dernier.

3Avant une précieuse bibliographie livrée par Jacques Detemmerman et Gilbert Stevens recensant les productions de Denis Marion et les articles et études à son sujet, un témoignage du cinéaste belge Claude François à qui l’on doit, au sujet de Marion, le documentaire Le Jeu des figures (1994), et les entretiens réalisés, dans le cadre de ce dernier, avec la surréaliste Irène Hamoir et avec le principal intéressé regorgent d’anecdotes qui donnent à voir, au-delà de son activité, le côté humain de ce polygraphe passionné d’échecs, amateur de cocktails verts et incapable de discuter de cinéma avec Scutenaire.

4L’ouvrage souffre çà et là de quelques répétitions (comme cette notice biographique précisant qui est Emilie Noulet dans une contribution suivant un article où la romaniste est déjà présentée) imputables à la dimension collective de l’entreprise, mais cela ne gâche en rien l’intérêt de ce projet qui, en plus de rendre hommage à un électron particulièrement actif dans le champ culturel belge du xxe siècle, invite, à l’image de Christophe Bulté au moment de présenter le fonds d’archive Denis Marion de l’ULB, les chercheurs de disciplines diverses à prolonger et affiner cette redécouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Saint-Amand, « Aron (Paul), Delsemme (Paul) et Devroey (Jean-Pierre), Denis Marion. Pleins feux sur un homme de l’ombre », Textyles, 39 | 2010, 218-220.

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Aron (Paul), Delsemme (Paul) et Devroey (Jean-Pierre), Denis Marion. Pleins feux sur un homme de l’ombre », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/137

Haut de page

Auteur

Denis Saint-Amand

FNRS - Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org