Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Bruno Hongre et Paul Lidsky, L’Univers poétique de Jacques Brel

Paris, L’Harmattan, 1998, 126 p.
Sylvie Auer
p. 268-269
Référence(s) :

Bruno Hongre et Paul Lidsky, L’Univers poétique de Jacques Brel. Paris, L’Harmattan, 1998, 126 p.

Texte intégral

1C’est d’un ton élogieux que Bruno Hongre et Paul Lidsky évoquent l’homme aux multiples facettes que fut Brel à l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort (ce que ne manque pas de signaler le bandeau). Ils choisissent cependant de privilégier celle du poète. Leur entreprise s’apparente donc à celle de Jean Clouzet en 1964, qui a depuis fait l’objet de plusieurs rééditions (Jacques Brel. Éd. augmentée, introduction de Chantal Derycke. Paris, Seghers, 1984, 201 p.). Ce dernier ouvrage est d’ailleurs cité à plusieurs reprises au cours de l’étude.

2La biographie est succincte, mais elle a le mérite d’être pondérée et de ne guère s’attarder aux anecdotes qui alimentent les nombreux ouvrages parus récemment sur Brel. Elle met en évidence la différence entre la vie que Brel a menée et celle qu’il a fait vivre à ses personnages, même si ces derniers partagent avec lui des aspects de la vie redoutés ou désirés.

3C’est avec la même prudence que Bruno Hongre et Paul Lidsky tentent ensuite de brosser son portrait à partir des nombreux entretiens qu’il a accordés : souvent contradictoires, ils ne dévoilent qu’un aspect de la personnalité de Brel, lequel répond souvent aux questions de manière approximative et selon son humeur. De cet effort d’objectivité ressortent quelques traits essentiels. Tout d’abord, il se considère comme un artisan des mots, qui travaille ses textes sans relâche, et en fait varier le sens selon ses interprétations, comme c’est le cas pour Les Bonbons. Ensuite, on peut appliquer à Brel le même terme de sympathie poétique que l’on applique déjà aux poètes lyriques : il a « mal aux autres », il entre en résonance avec les maux de la terre. Le public refuse toutefois de reconnaître son propre mal dans leur expression, d’où un malentendu, une certaine solitude pour le chanteur. Brel est, de plus, sensible à la contradiction qui règne entre l’intimité de ses sentiments et la nécessité de les exhiber : lorsque l’interprète met son énergie au service du poète, il permet au public de partager son univers, mais il le trahit inévitablement en l’extériorisant. Enfin, le rôle de la quête, du mouvement, est fondamental dans l’univers de Brel, qui a besoin d’aller vers les autres pour exprimer ce qu’il y a au fond de lui, qui a besoin de s’étonner de tout...

4C’est en esquissant ce portrait de Brel par lui-même que Bruno Hongre et Paul Lidsky en viennent au but de leur ouvrage : ils se proposent de recentrer le talent de Jacques Brel sur son Univers poétique, alors que sa réussite semble, pour son public, reposer sur son talent de chanteur.

5Au-delà de cette introduction enrichissante car s’efforçant d’être objective, le reste du livre n’apporte rien de nouveau, puisqu’il n’est que la réédition de Chansons. Jacques Brel, paru autrefois dans la collection « Profil d’une œuvre » (Paris, en Hatier, 1977, 80 p.). L’Univers poétique de Jacques Brel est donc un livre écrit dans sa plus grande partie du vivant de Brel, avant que ne sorte son dernier album (Brel. 1977, contient : « Jaurès », « Jojo », « Les F... », « Les Marquises »... Barclay 96.010). Les analyses ne tiennent pas compte de ce dernier album, ce qui peut remettre leur pertinence en question, surtout en ce qui concerne l’évolution globale de l’œuvre. Seules quelques nuances sont apportées par les auteurs, afin d’adoucir un jugement trop expéditif, ou de resituer une chanson dans la chronologie de l’œuvre telle que nous la connaissons aujourd’hui. D’autre part, afin de mettre en évidence le poète en Brel, il aurait été intéressant de travailler aussi sur ses chansons inédites (comme ses textes de jeunesse, par exemple), disponibles depuis 1982 (Œuvre intégrale. Paris, Laffont, 1982, 389 p. ; ou Tout Brel. Paris, Laffont, 10/18, 1997, 480 p.). Forcément, l’analyse des inédits n’est pas influencée par la performance de l’interprète, et elle eût davantage offert la possibilité de se concentrer sur le texte même.

6Fidèle au concept de la collection « Profil d’une œuvre », qui s’adresse essentiellement aux lycéens, le plan de l’étude doit être clairement annoncé, et l’étude elle-même doit être complète tout en restant brève, ce qui la rend souvent très dense. La première partie développe les grands thèmes de Brel. En prenant appui sur de nombreux extraits, les auteurs expliquent comment la vie, la mort, l’amour et la société sont liés et forment un réseau thématique propre à Brel. La multiplication des exemples, souvent faiblement analysés, fait que cette partie a tendance à paraphraser les chansons, tout en s’efforçant de trouver une évolution logique dans la manière d’aborder les thèmes. Malgré la prudence recommandée dans l’introduction (postérieure, nous l’avons dit, à l’essentiel de l’analyse), les explications ont tendance à tomber dans une psychanalyse à peu de frais, en particulier lorsqu’il est dit que le complexe d’Œdipe constituerait la trame de presque toutes ses chansons.

7La seconde partie s’attache à l’écriture de manière plus technique, plus littéraire et moins psychologique. Après avoir évoqué les contraintes propres à la chanson, Bruno Hongre et Paul Lidsky se penchent sur la versification, le rythme, des effets de récurrence propres à Brel. Ils démontrent ainsi la force d’un artiste qui parvient à contourner les difficultés qu’impose le support de la chanson par son puissant pouvoir de suggestion et par l’expressivité de ses images. L’étude s’achève sur la représentation de la chanson, la mise en scène et l’aspect parodique qui acquiert une place de plus en plus importante dans les « dernières » chansons de Brel, avant de conclure : il y a dans l’œuvre de Brel une « suggestion indéfinie », une poésie qui dépasse toute étude. Dans l’ensemble, pour Bruno Hongre et Paul Lidsky, la poétique de Brel lui permet de maîtriser le temps et, par là, d’atteindre le but de sa quête : retrouver l’enfance perdue.

8Bien qu’elle manque de rigueur, cette étude a le mérite de démêler les fils d’un univers complexe ; mais elle ne peut constituer qu’une première approche de l’œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Auer, « Bruno Hongre et Paul Lidsky, L’Univers poétique de Jacques Brel », Textyles, 15 | 1999, 268-269.

Référence électronique

Sylvie Auer, « Bruno Hongre et Paul Lidsky, L’Univers poétique de Jacques Brel », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1367

Haut de page

Auteur

Sylvie Auer

Université de Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org