Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Eugénie De Keyser, La Surface de l’eau

Roman. Lecture de Colette Nys-Mazure. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°111, 1996, 203 p., ill. ; pp. 183-204.
Francine Thyrion
p. 267
Référence(s) :

Eugénie De Keyser, La Surface de l’eau. Roman. Lecture de Colette Nys-Mazure. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°111, 1996, 203 p., ill. ; pp. 183-204.

Texte intégral

1Lauréate du Prix Victor Rossel en 1966 pour son deuxième roman, La Surface de l’eau (après Le Chien, publié en 1963), E. De Keyser publia encore Grard en 1983. Elle est également l’auteur d’une série d’ouvrages d’histoire de l’art et de monographies (sur Degas, A. Dasnoy).

2La Surface de l’eau est l’histoire très dépouillée d’une dépossession, d’un anéantissement, d’une perte d’identité. Le processus est déclenché par la mise en congé de Marie, le personnage principal, une institutrice d’un certain âge, qui, selon sa directrice, éprouve des difficultés à « maintenir la discipline indispensable à l’ordre de la maison » (p. 11). Marie refuse le poste de surveillante « chez les petites », qui lui est proposé. Elle refuse de déchoir et de devenir « comme une servante » (p. 13). Mais, comme le montre Ginette Michaux dans son article de Textyles (n°9, 1993), à partir de ce moment, elle va se sentir littéralement mise au rebut et ses repères symboliques vont progressivement se dissoudre ; le lien social se défait en elle : tout ce qui, dans son histoire, a été emprise de l’Autre sur elle, tout ce qui l’a enfermée dans une logique d’effroi et de soumission (re)prend peu à peu possession de son être et la fait dériver dans une totale impuissance.

3Ce roman à la « topographie étouffante » (C. Nys) se déroule tout entier à Bruxelles, dans les quartiers du Centre et du Sud ; ce roman au personnage qui s’éloigne progressivement, où les tentatives d’action avortent, où les lieux pèsent d’un poids d’inaccompli et sont surtout peuplés d’objets ; ce roman où le temps est l’objet de télescopages incessants, est aussi celui où pointent — comme se ride soudain la surface de l’eau — des souvenirs de promesses non tenues, celui où des sensations visuelles, olfactives, tactiles tentent de se frayer un chemin pour rappeler à Marie qu’elle est encore vivante et surtout qu’elle aussi a été convoquée au grand jeu de la vie.

4Colette Nys caractérise le personnage au moyen de métaphores et de mots-clés : elle propose ainsi une lecture intuitive et fragmentaire qui peut sembler assez appropriée à son objet ; elle souligne aussi avec raison la réelle modernité du roman.

5La réédition de ce beau roman était nécessaire. Son auteure avait déjà été mise à l’honneur par le numéro 9 de Textyles, avec des articles de G. Michaux et de C. Nys. L’accès au texte est maintenant possible et c’est heureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Thyrion, « Eugénie De Keyser, La Surface de l’eau », Textyles, 15 | 1999, 267.

Référence électronique

Francine Thyrion, « Eugénie De Keyser, La Surface de l’eau », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1364

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org