Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Dominique Rolin. Études réunies par Paul Renard

Lille, Société de Littérature du Nord, 1996, 99 p. ; dossier pp. 5-62 (= Nord’. Revue de critique et de création littéraires du Nord-Pas-de-Calais, n°27, juin 1996)
Paul Dirkx
p. 266-267
Référence(s) :

Dominique Rolin. Études réunies par Paul Renard. Lille, Société de Littérature du Nord, 1996, 99 p. ; dossier pp. 5-62 (= Nord’. Revue de critique et de création littéraires du Nord-Pas-de-Calais, n°27, juin 1996).

Texte intégral

1Après des dossiers naguère consacrés, entre autres, à Georges Simenon, Jacques Brel, Françoise Mallet-Joris et Georges Rodenbach, la revue Nord’ s’est à nouveau penchée sur un auteur belge de langue française, à travers un ensemble assez cohérent de sept articles (pages 5 à 66). Cette fois, il est rendu hommage à Dominique Rolin, qui poursuit « imperturbablement une œuvre exigeante, originale, dérangeante », selon l’expression du rédacteur en chef, Paul Renard (p. 7). Le numéro s’ouvre sur un texte de Michèle Hecquet qui a sondé les Marais symboliques du premier roman de Rolin, publié en 1942 (1940-1941 pour la prépublication en feuilleton dans l’hebdomadaire Cassandre). Mais la chronologie n’est pas ici à l’ordre du jour, ce que confirme Marc Dambre dans une lecture volontairement désordonnée des nouvelles (ré)éditées dans Les Géraniums:  nouvelles de jeunesse et quelques autres (1993). Une telle lecture libre permet de mieux saisir le « principe de découverte et de disponibilité » (p. 15) qui semble toujours avoir guidé la romancière, laquelle, faisant fi des frontières spatiales et temporelles, « ne paraît pas choisir ce qui l’arrange », mais « s’arrange pour tout prendre » (p. 16). « Le temps, en fait, n’existe pas » : cette citation de Rolin qui clôt l’article est comme reprise et approfondie ensuite par Paul Renard qui voit dans Dulle Griet (1977) un roman où l’auteure, transcendant les générations grâce au miracle de l’écriture, est parvenue à « [f]aire de la vie avec la mort ». À cette réflexion sur l’écriture comme instrument du travail de deuil familial, fait écho la contribution, fertile en « intuitions » (p. 40), de Colette Nys-Mazure, intitulée « De mères en filles ». Si le propos souligne à juste titre et démontre que la fiction rolinienne abolit les distances entre parents et enfants, on ne gagne toutefois pas grand-chose à y voir une manifestation des « images primitives » transhistoriques de Jung, d’ailleurs convoquées en début d’article pour ne plus réapparaître dans la suite (p. 27). La psychanalyse freudienne paraît convenir pour porter au jour le fantasme fusionnel, c’est-à-dire incestueux (cf. la plupart des œuvres de Rolin, en l’occurrence Repas de famille (1935), Les Marais et Deux Femmes un soir (1992)), fantasme qui sous-tend l’inlassable tentative scripturale de ré-union mortifère. À la différence de la romancière, qui le « retourn[e] dans tous les sens et sous tous les éclairages, d’œuvre en œuvre » (avant-propos à la réédition de 1990 des Marais), le « panier de crabes familial » (p. 30) peut être objectivé et hiérarchisé tant soit peu par le lecteur s’étant muni du concept d’inceste, préalablement dépouillé de tout ce que l’écrivaine a elle-même dit à ce propos, directement ou à travers des écrits fictionnels qui mériteraient d’être consultés avec plus de circonspection. Il serait bon d’avoir aussi de cette œuvre une approche qui ne se fonde pas d’abord ou uniquement sur la question « Que dit le texte ? » (p. 32). Peut-être en viendrait-on à mieux appréhender cette espèce d’issue fatale qui, par exemple dans L’Accoudoir (1996), « nouveau volet d’un journal intérieur », transforme la mort en « enfant qui jamais ne quitterait [le] sein » de l’enfance (René de Ceccatty, p. 47). Pour Frans De Haes, enfin, c’est dans le dernier roman cité que la « condensation des temps » et, partant, des espaces, trouve « sa perfection » (p. 50). S’interrogeant sur la récurrence de deux gestes simples dans l’œuvre de Rolin (« s’appuyer au rebord de la fenêtre » et « se pencher au dehors »), le commentateur montre bien à quel point cette œuvre est « une petite machine de guerre contre la pesanteur tirant le sujet vers les effets sidérants de la chute originelle, vers la résignation, vers le mutisme, vers la surdité, vers le goût de la mort » (p. 55). Tout le contraire de « la liberté », selon le mot de Philippe Sollers (p. 62) : sa contribution, qui mène le lecteur aux confins de la critique, s’éclaire à la lumière de ce que, à sa plus grande « joie », son double vit dans l’univers où Dominique Rolin l’appelle Jim, « en l’honneur de James Joyce » (Frans De Haes, p. 52). À ces pages répondent la transcription de quelques rêves faits par Dominique Rolin en 1994, telle un acquiescement aux lectures précédentes, et telle une invite à une relecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Dirkx, « Dominique Rolin. Études réunies par Paul Renard », Textyles, 15 | 1999, 266-267.

Référence électronique

Paul Dirkx, « Dominique Rolin. Études réunies par Paul Renard », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1362

Haut de page

Auteur

Paul Dirkx

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org