Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Revues

p. 199-202

Europe plurilingue

L’Université de Paris 8 publie, avec le concours du Centre Européen de Traduction Littéraire à Bruxelles, une revue vouée à l’enseignement des langues et des littératures européennes. On y trouve des articles, surtout consacrés à la traduction littéraire et à l’enseignement des langues, ainsi que des textes de création et des comptes rendus. La variété des contenus, des langues et des genres, rend cette publication plutôt attachante. Dans le n°16-17 (mai 1999, 323 p. bien serrées), on trouve notamment des réflexions sur l’humour dans l’apprentissage des langues, sur l’interculturalité, sur la pratique précoce des langues, etc. S’adresser à Europe plurilingue, Rue Perronnet, 44 -F-92200 Neuilly sur Seine.
<http://www.europe-plurilingue.info-europe.fr>, <europe-plurilingue@info-europe.fr>.

Francophonie vivante

La revue de la Fondation Plisnier propose, pour son n°3 (39e an., septembre 1999), un thème conforme à l’esprit philologique de cette publication : Écrivains, dictionnaires. On y trouve, outre une nouvelle réflexion sur la réforme de l’orthographe, une intéressante observation de Paul Delsemme, sur «Les écrivains belges francophones dans les grands dictionnaires de langue française» (pp.142-154), remarquant «les exclusives, les omissions, les ignorances qui marquent l’exploitation des lettres françaises de Belgique» par le Grand Robert, le Grand Larousse de la langue française et le Trésor de la langue française. Bien entendu, ce numéro comporte également son lot de comptes rendus (sur Charles Bertin, Georgette Purnôde, Ariane François-Demeester, Arthur Masson, etc.). À noter : une évocation par Albert Maquet de «l’imprégnation par le wallon de plusieurs pages apollinariennes, amorcées, pour ne pas dire ébauchées» lors du séjour que fit le poète à Stavelot.

Le quatrième numéro de l’année 1999 est presque entièrement consacré à « Maurice, ile plurielle ». Voilà, en quelques pages pourtant, une ouverture qui s’inscrit bien dans l’orientation de la revue, et qui illustre son titre. Joseph Boly, néanmoins, — dans sa chronique intitulée « Revue permanente de la francité », reste très attaché à ce dernier concept, comme, sans doute, à l’ancien titre du périodique de la Fondation Charles Plisnier : L’Ethnie française ; il espère en effet que la nouvelle formulation « Wallonie-Bruxelles » ne fera pas oublier l’officielle « Communauté française de Belgique » : cette expression « n’était équivoque que pour ceux qui le voulaient bien et elle avait le mérite de mieux marquer l’union et la reconnaissance de notre identité profonde (française et pas seulement francophone) ». Sic. Ce qu’on ne voit pas est toujours situé à un niveau « profond ».

Le premier numéro de l’année 2000 (mars) rassemble divers échos de la francophonie, — souvent pensée ici dans les termes abstraits de la francité, ce qui n’exclut pas les humeurs et la lucidité —, du Burkina à La Réunion. Pour le reste : comptes rendus, échos, notes de folklores ou de prononciation qui ont le mérite de ne point lasser. A noter cependant, un plus substantiel article de Genevièvre Henrot sur Je soussigné, Charles le Téméraire de Gaston Compère. Au sommaire du n°2 (juin 2000), on relève notamment un tour d’horizon des manuels et autres ouvrages de référence disponibles dans le domaine des lettres belges de langue française, par Claire Anne Magnès. Mais aussi un article d’Eugénie De Keyser (« Lettres peintes », pp. 105-110), dont le propos rencontre celui du dossier publié en tête de ce numéro de Textyles. (Fondation Charles Plisnier, 15, Place van Meenen, B-1060 Bruxelles).

Verbum

D’Europe centrale, et plus précisément de Piliscsaba, non loin de Budapest, nous vient une nouvelle revue universitaire, émanation du département des langues romanes de l’Université catholique Péter Pázmány. Jouant à la fois de l’ancienne tradition d’humanisme qui caractérise des régions où se jouèrent autrefois les destinées de l’Europe, et peut-être aussi de la très contemporaine inclination aux mélanges des langues, Verbum a choisi de se présenter en latin, sous une couverture dont le sobre classicisme est une belle réussite en même temps qu’une affirmation, peut-être un acte de foi dans les anciens héritages ; mais sous ce dehors, les articles sont rédigés tour à tour en allemand, en français, en anglais, en espagnol et en italien. On trouve dans le premier numéro (1999/1) un dossier d’études consacrées à Marsile Ficin, dont l’idée d’Europe n’est bien sûr pas absente. Ensuite, divers articles plus évidemment tournés vers le présent : sur Julio Cortázar, Simone Weil, la littérature algérienne, Carlo Levi... et les rapports entre peinture et littérature dans l’œuvre de Balzac. Verbum, sous-titré Annalecta Neolatina, n’est pas ouverte aux seuls membres de l’université hongroise. Dans le comité d’édition, Éva Martonyi, qui enseigna à l’Université Janus Panonnius de Pécs, est une amie de longue date des littératures en langue française. Suggestion à la revue : une rubrique de comptes rendus plus étoffée et... une adresse plus diversifiée — fax, courriel —, pour qu’on puisse la joindre aujourd’hui (Rens. : Pázmány Péter Katolikus Egyetem, Bölcsészettudományi kar, Piliscsaba 2087, PF1).

Surréalismes

Le bulletin Infosurr (Actualités du surréalisme et de ses alentours) diffuse, depuis février 1996, des informations commentées sur l’actualité de l’édition, des expositions ou de l’activité surréaliste en général. Ces données mensuelles, toujours remarquablement précises, sont aussi disponibles sur la toile : <http://www.argyro.net/~revsur> depuis septembre 1999. Cette version non commentée est aussi disponible sur papier : on s’abonne aux 10 numéros du Supplément pour 50-Ff (France), 60-Ff (Union européenne), 70-Ff (autres pays). S’adresser à Infosurr, B.P. 367 – F-75526 Paris, ou à <infosurr@argyronet.com>.

Le premier numéro de ce Supplément fait ainsi état, entre autres, d’une exposition consacrée aux Logogrammes de Christian Dotremont à la Mairie de Figeac (6 juin – 29 aout 1999), ensuite au centre International de Poésie de Marseille (10 septembre – 9 octobre 1999) ; d’une exposition consacrée à Urbain Herregodts au Musée Ianchelevici de la Louvière (2 mai – 6 juin 1999) ; d’une autre encore, consacrée aux « Aquarelles, dessins mescaliniens, peintures à l’encre de Chine » d’Henri Michaux à la Galerie Thessa Hérold à Paris (5 mai – 10 juillet 1999) ; et de la rétrospective Serge Vandercam au Musée provincial d’Art Moderne à Ostende (29 mai -18 juillet 1999).

Les Cahiers du Ru

La trente-troisième livraison des Cahiers du Ru (été 1999) ne déroge pas à la ligne d’une revue qui sait être impertinente, légère, libertine et, aussi, sérieuse autant qu’érudite : une « contribution intermittente au jeu des idées, aux élans du cœur, au passage du temps ». Pierre Lexert nous y rend, par exemple, le poète Pius Servien, roumain francophone que salua en son temps Paul Valéry, et la non moins attachante Gisèle Bovard, du Val d’Aoste, qu’on a bien envie de rapprocher de Madeleine Ley et de quelques autres poétesses aussi délicates que méconnues. Récits (en l’occurrence, ils sont appelés narrations), poèmes, évocations historiques (on revient ici sur l’assassinat de Napoléon, empoisonné à l’arsenic), comptes rendus : aussi vivifiant que plaisant, notamment par la grâce des illustrations et d’une impression soignée.

Le n°34 (hiver 1999-2000) prolonge si bien son prédécesseur qu’il propose une présentation de Madeleine Ley par Pierre Lexert, accompagnée d’un choix de poèmes. On y trouve aussi une mise au point, par Michel Décaudin, à propos des rapports entre Apollinaire et Cendrars, une amusante note sur les nouveaux académismes en poésie, par Jacques Charpentreau, ainsi que maints inédits et textes d’humeur (Institut Valdôtain de la Culture, 59, Grand Eyvia, I-11100 Aoste).

Francofonía

La livraison 1999 de la revue Francofonía (n°8) est particulièrement importante, à la fois par son ampleur (440 pages, dont une petite centaine consacrée aux comptes rendus) et par un propos, — La Ciudad —, moins anodin qu’il n’y paraît dans le domaine des études littéraires francophones. Le thème citadin est en effet de nature à situer délibérément les littératures africaines, maghrébines, antillaises, etc. dans un contexte moderne, d’industrialisation, d’urbanisation, de paupérisation souvent ; et donc dans la perspective d’un rapport à la société contemporaine et, pour tout dire, à la réalité ; la ville apparaît ainsi comme le lieu d’une négociation et de tri entre des valeurs politiques et culturelles en conflit. Le thème, certes, n’est pas nouveau, et notamment pour le Maghreb ; mais les regards désormais historiens qu’on peut lancer vers, par exemple, le Paris mythique des premiers littérateurs « nègres » n’a pas grand-chose à voir avec la thématique contemporaine du chaos des mégapoles, qui trouve dans la boue une image privilégiée.

Signalons que trois études concernent les lettres belges : Lola Bermúdez s’intéresse aux « Topographies funèbres » de Rodenbach, Estrella De la Torre aux « villes d’André Baillon » et Sivio Ferrari aux « villes dans La Confession anonyme de Suzanne Lilar ». Dans les comptes rendus, des recensions sont notamment consacrées aux volumes L’Institution littéraire (= Textyles, n°15, 1998), et Leurs Occupations (Textyles-éditions, 1997). Renseignements : <francofonia@uca.es>

L’Arbre à paroles

Le numéro 105 de L’Arbre à paroles (automne-hiver 1999), rend hommage à deux poètes récemment décédés : Marie-José Viseur et Henri Falaise. On y trouve aussi l’habituelle rubrique des comptes rendus et la revue des revues. Mais l’essentiel de cette livraison a un caractère anthologique : reprenant une formule éprouvée antérieurement, on a suscité la créativité et la participation des poètes en les invitant à envoyer des textes sur la base d’un thème. En l’occurrence : De glèbe et de glaise. Francis Chenot, dans sa présentation, en laisser résonner les accents de terroir, de territoire et d’enfance...

Le numéro 106 (janvier-février 2000) rend hommage à un poète du Nord de la France, Jean-Louis Rambour, homme dont l’œuvre, on s’en convainc rapidement, mérite effectivement la découverte : c’est l’essai d’une parole de ce temps. Éric Brogniet propose ensuite une approche de la poésie de Jonas Ekhr. Dans le second numéro de l’année 2000 (n°107, Au corps du poème), une petite anthologie encore propose des textes à foison, de styles différents, dont la plupart, forcément, envisagent les mots du corps et du plaisir … à noter aussi un article de Tristan Sautier sur l’œuvre de Jacques Crickillon. (Maison de la Poésie d’Amay. BP 12. B-4540 Amay).

Échos de l’Adelf

Lettres et cultures de langue française, la revue de l’Association des écrivains de langue française, se fait l’écho du 9e colloque qu’elle a organisé durant l’été : après la Belgique, le Maroc était à l’honneur. Le même n°25 (2e semestre 1999) comporte un porte-feuille d’articles consacrés aux Droits de l’Homme, et un autre sur l’utopie, qui ouvre de nombreuses voies à la réflexion littéraire. On y épinglera aussi une intéressante synthèse sur la francophonie en Roumanie. (14, rue Broussais, F-75014 Paris).

Études francophones

Le premier numéro (vol. XV, curieusement non daté mais paru en avril 2000) de la revue du Conseil International d’Études francophones est, en grande part, consacré à la littérature québécoise, dans une moindre mesure à celle des Antilles et d’Afrique. Les « vieilles » zones de production de l’Europe de l’Ouest se font donc oublier, à peu de choses près, par nos amis d’Amérique du Nord ; ce n’est bon ni pour les unes ni pour les autres, et c’est l’indice d’un manque d’organisation concertée à l’intérieur des études francophones. Rappelons les adresses utiles : Études francophones, BP 43331, Lafayette, LA 70504-3331, USA [Amelinckx@louisiana.edu]
Comptes rendus : M. Jean Levasseur : Université Bishop’s, Lennoxville, Québec, Canada J1M 1Z7.

Ghelderode

La Fondation internationale Michel de Ghelderode diffuse, depuis 1999, un Bulletin de liaison dont le 4e numéro a paru au 2e trimestre 2000. Les numéros portent un intitulé thématique (n°2 : Charles Quint, n°3 : L’Espagne, les Flandres, n°4 : Vingt ans après). Rens. J.-P. Humpers, Rue Alexandre Decraene, 3, B-1030 Bruxelles.

Voir

Il a déjà été fait écho dans cette rubrique au périodique du Centre de recherche sur les aspects culturels de la vision, édité par la Ligue Braille. Voir se distingue par l’intérêt des sujets abordés, les qualités de rigueur intellectuelle qui président à leur traitement et, ce qui ne gâche rien, une présentation matérielle très soignée. Pour son vingtième numéro, la revue s’intéresse aux « figures belges de la cécité ». On regrettera peut-être que la dénomination belge regroupe des individus qui, du moyen-âge au xixe siècle, ont vécu dans les Pays-Bas méridionaux et la Principauté de Liège : il eût été intéressant de justifier ce parti-pris, qui n’est certes pas neuf ni unique, mais aurait mérité d’être problématisé davantage. Cette restriction mise à part, le dossier conserve tout son intérêt : à travers des notices biographiques très fouillées, retraçant le parcours d’« aveugles qui ont laissé leur empreinte dans l’histoire », c’est à une manière d’histoire culturelle et sociale que nous convie ce numéro : celle du statut de l’aveugle à travers les époques, des difficultés rencontrées par lui et des stratégies mises en œuvre pour les dépasser — Figures belges de la cécité. Sous la dir. de Gérard Servais et Bruno Liesen. Bruxelles, Ligue Braille, 2000, 88 p., ill. (= Voir, n°20, mai 2000).

Voir relance actuellement une campagne de souscription, destinée à assurer l’avenir financier de la revue. Contact peut être pris à l’adresse suivante : Centre de recherche sur les aspects culturels de la vision, Ligue Braille, 57 rue d’Angleterre, 1060 Bruxelles.

Pierre Halen

Benoît Denis

  • Revues.org