Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

p. 195-198

Textimages

Les éditions de l’Arbre à Paroles font à présent dans la longueur : une collection de «textimage», au format vertical, propose des recueils de Pierre-Yves Soucy (L’Air brule, gravure de A. Wisniewski) et de Mimy Kinet (Précis d’inconsistance, gravure de Annie Gaukema). Initiative qu’il faut saluer parmi bien d’autres dans le chef de l’active Maison de la Poésie d’Amay, qui propose régulièrement expositions, ateliers d’écriture, rencontres et toujours... de nombreux recueils poétiques. (Maison de la Poésie, Grand-Route, BP 12, B-4540 Amay).

Ritals et autres

La réflexion sur la rital-littérature pourrait en faire son bien : on annonce la parution d’une étude consacrée par Frédéric Vesentini à L’Immigration italienne au pays de Charleroi (1922-1924, 1946-1948), sous-titrée : Essai sur la genèse des stéréotypes nationaux (Louvain-la-Neuve, Académia-Bruylandt, 82 p.).

Elseneur

Les Mémoires d’Elseneur, à coup sûr l’une des œuvres les plus importantes de Franz Hellens, paraît pour la première fois en traduction anglaise, dans la Belgian Francophone Library animée par Donald Flanell Friedman aux éditions Peter Lang. La traduction est due à Howard Curtis.

Imaginaires du Mal

Question idéale, si l’on peut dire, pour un travail interdisciplinaire en sciences humaines, la présence du Mal fait l’objet d’une quarantaine d’approches réunies dans un volume édité par M. Watthée-Delmotte et P.-A. Proost. La littérature y occupe une part enviable, même si, curieusement pour un travail dont l’initiative est louvaniste, aucun écrivain belge n’est spécifiquement abordé. Sauf Michaux. On signalera cependant, par Laurence Van Ypersele, « La Belgique face au mal dans la caricature francophone belge (19e-20e siècles) » et, par Jean-Louis Tilleuil, « Modes et travaux de l’héroïsme féminin. La part du mal dans la bande dessinée francophone contemporaine ». (Service des publications. Faculté de Philosophie et Lettres. Place B. Pascal, 1. B-1348 Louvain-la-Neuve - <poels@sflt.ucl.ac.be>).

Escales des lettres

Elles sont deux, presque les mêmes puisque Francis Dannemark assure la direction de chacune, mais pas tout à fait identiques, puisque l’une est logée à Bruxelles et l’autre à Arras. Cela permet de trouver du soutien ici et là, mais aussi à l’échelon supérieur en soulignant la dimension européenne de l’entreprise. Quel boulot cela doit représenter ! Ce sont deux associations en tout cas, qui portent le même nom et produisent en commun un bulletin (Quelques escales des lettres), des ateliers, des recueils de textes, des animations diverses. Difficile à cerner : apparemment un réseau d’affinités efficaces, qui remuent la littérature par tous les côtés, sans s’embarrasser de frontières nationales ou linguistiques, et c’est tant mieux. Sans s’embarrasser de faire salon à Paris, et c’est tant mieux aussi. Elles organisent un Festival littéraire européen — rien de moins — avec la collaboration d’amis luxembourgeois, flamands, irlandais... On fait ainsi escale, en octobre 1999, à Liège et à Bruxelles, mais aussi à Lille et à Arras, et encore à Bourglinster au Grand-Duché : ce n’est pas encore une Europe bien large, mais l’esprit y est. Avec tout cela, on s’est fait plaisir en éditant, au Castor astral et dans la collection «Escales du Nord» où se retrouvent en partie les mêmes auteurs, un volume intitulé Au fil du temps : 22 contributions dont la première vertu est la diversité (on y trouve entre autres des poèmes traduits du néerlandais, en juxtaposition). Rens. : Rue de Neuchâtel, 12, B-1060 Bruxelles.

Maeterlinck

Un cycle de conférences est organisé, en octobre 1999 à la Maison du Livre de Bruxelles, à l’occasion du 50e anniversaire de la mort de Maeterlinck. Paul Gorceix («Le réveil de l’âme»), Jacques Lacarrière («Des insectes et des hommes») et Maxime Benoît-Jannin («Une interprète, de très loin, revient») sont les orateurs annoncés. Une exposition — Le Tragique quotidien ou l’univers de Maeterlinck — est accessible au même moment dans ce nouveau lieu, ouvert aux rendez-vous littéraires. (Maison du Livre, 24-28, rue de Rome, B-1060 Bruxelles).

Chavée

Une exposition rétrospective — Autour d’Achille Chavée — est organisée au Musée Ianchelevici de La Louvière (Place communale, 21, B-7100 La Louvière) du 18 décembre 1999 au 25 février 2000. On y voit des œuvres de Bury, Alechinsky, Magritte, Mariën, Plongin, etc. : bel entourage pour le poète, à l’occasion du 30e anniversaire de sa mort.

Feuilles d’acanthe

Les éditions de l’Acanthe (28, rue de la Jachère, B-5021 Namur) proposent, pour la première fois en langue française et dans le contexte d’Europalia Hongrie, une traduction d’un recueil de Sandor Kányádi. Il s’agit de Quelqu’un marche sur la cime des arbres ; la traduction, d’abord établie par Magda Huszár et Éva Tóth, a fait l’objet d’une «adaptation française» assez réussie par Claire Anne Magnès. La lecture de ce poète transsylvain, qui ne néglige pas les ressources d’un certain plutilinguisme culturel heureusement préservé dans cette version française, mérite d’être particulièrement recommandée. Les mêmes éditions publient par la même occasion un recueil de nouvelles du critique d’art français Jean-Dominique Rey : Final de Don Juan. Au catalogue de cette maison trop peu connue, de nombreux poètes (Lambersy, Falaise...) et nouvellistes, et même du théâtre. Une spécialité : les petits volumes.

Échecs ?

La librairie Droz a publié un recueil d’études consacré au jeu d’échec dans la littérature, de Borges à Nabokov en passant par Beckett et Calvino. Cherchez l’intrus dans cette brochette de grands écrivains contemporains : Hergé, ainsi hissé au cœur des débats sur le signe saussurien et la modernité (Échiquiers d’encre. Le jeu d’échecs et les Lettres (xix-xxe s.). Prologue de Georges Steiner, Droz, 1998, 608 p.).

Écrit en grand

Les éditions Labor passent elles aussi à une formule destinée aux lecteurs dont la vue est moins bonne ou, plus simplement, qui sont fatigués d’écarquiller les yeux devant des tailles de caractères qui les soumettent à rude épreuve. La nouvelle collection « Grandes lettres » propose, pour ses deux premières réalisations, La Femme de Gilles de Madeleine Bourdouxhe et Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach : on pouvait faire un plus mauvais choix. Suggestion : et si l’on songeait directement aux lecteurs dans les collections normales ? Il y a des économies de bouts-de-chandelle qui ne rapportent guère aux éditeurs, au contraire.

Folklores

Pour les amateurs d’ethno-critique à la recherche d’une introduction au patrimoine folklorique de la Belgique romane, signalons cet essai sur les Arts et traditions populaires de Wallonie, intitulé Du doudou au remoudou, et dû à Françoise Lempereur (Labor, 1999). Le même éditeur propose un nouveau manuel du dialecte brusseleir, par Georges Lebouc : Le bruxellois en 70 leçons.

Jephan de Villiers

Caroline Lamarche a accompagné d’un commentaire Les Ours / The Bears, album édité à l’occasion de la rétrospective Jephan de Villiers à New York. L’album, ainsi que le catalogue, sont édités communément par la Galerie Rosine Koener et Le Bateau Ivre. On connait le peuple d’Arbonie, l’univers mystérieux du sculpteur : on n’a pas encore assez dit l’émotion proprement poétique, et peut-être la fictionalité, de sa présence.

Poésie et édition

« Espace / Poésie » est l’appellation que s’est donnée un groupement d’éditeurs de poésie en Communauté française de Belgique et au Grand-Duché. Avec pour objectif la promotion et la diffusion des œuvres publiées par chacun : L’Acanthe, L’Ambedui, L’Arbre à paroles, Phi, Unimuse, le Tétras-Lyre, le Taillis-Pré. L’association est présidée par Georges Thinès, elle aura bientôt son catalogue, histoire de pallier les difficultés rencontrées par la poésie dans les circuits normaux de la librairie.

Le dernier Gaston

Pour compléter l’« intégrale » des gags de Gaston, publiée en 18 volumes en 1997 à l’occasion du 40e anniversaire de la série, on publie en cette fin de 1999 un 19e et dernier album, composé de planches inédites ou de dessins qui n’avaient paru que dans le journal Spirou. Certaines pages annoncent les Idées noires. Tirage de départ : 700.000 exemplaires en langue française, dont 100.000 pour le marché belge (et 100.000 en néerlandais). Qui dit mieux ? (Marsu productions).

Surréalisme londonien

Il est question d’E.L.T. Mesens dans l’histoire du surréalisme en Angleterre que vient de publier Michel Remy ; à consulter, donc, pour un point de vue un peu décentré sur la « London Gallery » et le London Bulletin animés par ce comparse des Nougé et autres Goemans. (Surrealism in Britain. Ashgate, 1999, 404 p., 172 ill. et documents). S’adresser : Gower House, Croft Road, Aldershot, Hampshire GU11 3HR, UK.

Autour de Frits Van den Berghe

Une intéressante « Rétrospective Frits Van den Berghe 1883-1939 » a été présentée du 16 octobre 1999 au 13 février 2000 au Musée d’Art Moderne d’Ostende (Provinciaal Museum voor Moderne Kunst). Elle montre avec clarté l’évolution d’un artiste sensible à toutes les aventures picturales de son temps, du symbolisme à l’abstraction en passant par les influences impressionnistes, cubistes, nègres, surréalistes, et bien entendu aussi expressionnistes. Influences qui n’ont pas empêché le peintre de suivre des voies personnelles : comme Spilliaert, Van den Berghe apparaît ainsi comme un essayeur dont la générosité, l’entêtement et le sens de l’ouverture ne se démentent guère au fil des années. L’exposition elle-même, assez monographique malgré quelques accrochages latéraux (Permeke, Tytgat etc.), aurait pu tirer un plus grand parti des virtualités intertextuelles de l’œuvre (avec Chagall, avec Magritte et bien d’autres), en suggérant davantage la dimension de dialogue que recèlent ces toiles, dont quelques-unes sont très connues, mais dont beaucoup proviennent de collections privées. Le catalogue témoigne entre autres d’une salle où se trouvaient exhibés des échantillons significatifs de l’œuvre graphique de l’illustrateur Van den Berghe, que la crise économique des années 30 contraignit à des travaux plus « appliqués », mais non moins intéressants. À noter en particulier : l’implication de cet artiste dans la mouvance des revues Variétés et Sélection, ses liens avec Paul-Gustave Van Hecke, André De Ridder, etc., et une trajectoire biographique croisant à la fois le mouvement flamand et l’avant-garde moderniste de l’« art vivant », qui s’exprimait sans problème dans les deux langues. Au-delà du surréalisme, la période de l’entre-deux guerres s’avère ainsi, à supposer qu’il faille en persuader le chercheur, riche de réseaux interartistiques et d’explorations esthétiques encore à étudier.

De la ville (Bruxelles)

Héritières de l’ancienne Commission française de la Culture de l’Agglomération de Bruxelles, dont elles ont gardé le sigle, les « CFC-éditions » publient régulièrement des livres consacrés à la ville et à la vie urbaine, telles que vues par artistes et écrivains. Les derniers-nés témoignent d’un éclectisme de bon aloi : d’un côté, une plaquette de Gaston Compère, comportant des « proses acédiciées », intitulées Échafaudages ; de l’autre, un récit autobiographique d’Eugénie De Keyser : L’Aquarium sur le piano. Auteur prolifique et grand malaxeur de mots rares, Compère est coutumier de ces opuscules bizarroïdes et tempétueux, que l’on peut voir comme des tours de chauffe un peu athlétiques avant un de ces grands romans comme il en a donné : Robinson 86, Je soussigné..., etc. C’est le mieux qu’on puisse souhaiter à propos de ces Échafaudages, aussi vifs de ton que fermes d’allure, où la prose et le vers gonflent l’anecdote (urbaine, il est vrai) au niveau de la grande rhétorique proférante. Rien de tel, on s’en doute, chez Eugénie De Keyser, écrivain rare, dont la phrase est tout en maitrise et en retenue : évocation d’une enfance bruxelloise, pour paraphraser le titre de Suzanne Lilar, par une grande dame de l’écriture qui a aujourd’hui quatre-vingts ans. (Rens. 102, Boulevard de Waterloo, B-1000 Bruxelles).

Œdipe encore

Dans le cadre du Séminaire interdisciplinaire de Recherckes littéraires (Sirl), organisé aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles, Myriam Watthée-Delmotte a présenté le 26 avril 2000 une conférence intitulée « la construction littéraire des savoirs et la question des genres. Polymorphie de la matière œdipienne chez Henry Bauchau ».

Pierre Halen

  • Revues.org