Navigation – Plan du site
Chroniques

Chronique des Archives et Musée de la Littérature

Catherine Daems
p. 191-194

Texte intégral

Archives François Jacqmin (1929-1992)

1Comme Frans De Haes l’annonçait dans le numéro de Textyles de 1997, le classement des archives François Jacqmin – données aux Archives et Musée de la littérature par ses fils et sa compagne, Madame Hélène Ernotte –, a été achevé en 1999 et est désormais accessible aux chercheurs.

2Auteur discret, méfiant par rapport à la vie littéraire et au « projet d’œuvre », François Jacqmin avait peu publié. S’il fut l’un des « 7 types en or » dans sa jeunesse et collabora fidèlement aux publications de Phantomas par des poèmes ou des plaquettes, c’est vingt et même trente ans plus tard, soit à la fin de sa vie, que paraîtront les trois volumes auxquels on peut donner véritablement le titre de recueils : Le Domino gris, Les Saisons et Le Livre de la neige. L’œuvre publiée, mince en quantité, fut cependant trois fois couronnée : par le Prix quinquennal de littérature française, par le Prix triennal de poésie française et par le Prix Max Jacob.

3La richesse du fonds donné aux Archives et Musée de la Littérature réside avant tout dans le nombre impressionnant de manuscrits qu’il renferme. Vingt caisses. Vingt caisses de manuscrits jusqu’ici inconnus, soit parce qu’ils étaient complètement inédits, soit parce qu’ils consistaient en versions préliminaires, et souvent méconnaissables, de textes publiés. Le travail d’amplification, de réécriture, puis d’élagage qu’il faisait subir à ses poèmes est en effet considérable et suit des méandres et des détours qui en rendent l’identification malaisée.

4La manière dont François Jacqmin écrivait et dont il considérait l’écriture transparaît de mille façons dans la configuration de ce fonds de manuscrits. François Jacqmin aimait écrire « pour lui », c’est-à-dire sans but de publication, et donc sans contrainte. Il s’agissait d’une activité tout à fait quotidienne, qu’il désignait d’ailleurs souvent par l’expression triviale « ouvrir le robinet ». Le robinet ouvert, il en sortait des poèmes, ces poèmes « toujours déjà là » en lui, qui, inlassablement, questionnent l’être des choses. Ainsi décidait-il, par exemple, d’écrire une série de poèmes sur les chiens. (Ce n’est jamais du sentiment que provoque ou nourrit le chien, mais de l’essence de l’être-chien, si l’on peut s’exprimer de cette manière, qu’il s’agit nécessairement dans ces poèmes.) Sollicité par la suite pour collaborer à une revue ou participer à un projet, il cherchait dans ses papiers et retravaillait ses poèmes jusqu’à obtenir une forme dynamique et publiable. (Des textes sur les chiens naîtra l’ensemble « Linéaments pour une cosmogonie du chien »). Le critère de François Jacqmin pour accepter comme publiable un texte travaillé et retravaillé est assurément le secret qu’il faudrait percer. C’est également ce qui a rendu extrêmement difficile le travail de « classement raisonné » évoqué par Frans De Haes à la réception du fonds. Composé de dizaines de versions, certaines provisoires, d’autres définitives, le fonds en compte bon nombre sans aucune mention de l’ensemble auquel elles étaient censées appartenir, sans indication non plus de l’état d’avancement d’une éventuelle composition. Par ailleurs, les mentions « utilisé » ou « à recopier » en marge des manuscrits et de la main de François Jacqmin, indiquent que les textes écrits dans un certain contexte, ou appartenant à un certain ensemble, pouvaient être repris dans un autre contexte pour cadrer avec un projet différent.

5Il fallait évidemment donner un sens à ces liasses de manuscrits, trouver entre elles des correspondances, et les lier selon un titre probable ou un thème. Pour une grande part, ce classement s’est révélé possible et, somme toute, assez sûr. Par contre, la genèse des ensembles de manuscrits, l’ordre interne et chronologique qui permettrait de voir lequel est le plus ancien, et lequel le plus travaillé, sont restés mystérieux. Une étude en profondeur de l’œuvre menée avec les ressources de la philologie serait nécessaire pour arriver à un résultat satisfaisant.

6Du point de vue formel, la seule contrainte que François Jacqmin se soit imposée semble avoir été d’écrire des dizains, des douzains ou des sizains : soit un certain nombre de lignes, si pas de syllabes ou de vers. Caractéristiquement, les fardes de ces poèmes portent pour titre « sizains », comme s’il s’agissait là d’un véritable contenu. Quant aux « mots-clefs » de l’œuvre de Jacqmin, ou ses thèmes de prédilection : l’être, l’infini, le néant, l’un,… ils se retrouvent dans des titres de manuscrits ou comme premiers mots d’ensembles de poèmes consacrés à ces sujets. L’œuvre se présente donc comme un puzzle gigantesque aux pièces mouvantes, qui seraient à découper et à réassembler pour former à chaque coup de nouveaux paysages.

7Toutefois, certaines pratiques de caractère quelque peu obsessionnel peuvent déjà être mises au jour par l’étude de ce fonds. Sans doute pour juguler son abondante écriture quotidienne, François Jacqmin se donnait des lignes de conduite, telles : « écrire cinq poèmes par jour sur un sujet ». De nombreux « calendriers-bilans de travail » où chaque date est marquée de quatre bâtonnets barrés par le cinquième révèlent cette pratique. Mais servait-elle à autre chose ? S’agissait-il bien de juguler, ou au contraire d’arriver, malgré tout, à produire une certaine masse ? Résolument mystérieuses quant à leur utilisation sont encore les listes de vocabulaire disposées par ordre alphabétique qu’il composait à partir des mots employés dans ses poèmes. Le rapport à l’écriture de François Jacqmin, qui constitue par ailleurs un des grands thèmes de son œuvre, serait à étudier très sérieusement.

8Outre les manuscrits d’œuvres poétiques, le fonds renferme entre autres l’essai Le Poème exacerbé, texte des quatre conférences prononcées à la Chaire de poétique qui lui fut offerte à Louvain-la-Neuve en 1991 ; des textes de présentation d’artistes plasticiens, ainsi que des critiques littéraires, presque toutes brèves, et quelques traductions. Enfin, son journal, dont l’écriture devint quotidienne à partir de 1986, jusqu’à l’année de sa mort.

9On trouvera, pour clore, quelques correspondances avec les « types en or » de Phantomas : Théodore Koenig ou Joseph Noiret ; avec des artistes tels : Serge Vandercam, Jean-Luc Herman ou Gerson Wenglinski ; avec Joseph Dosogne, chef de file du « Club des génies » qui initia François Jacqmin à la psychanalyse.

10Les archives Jacqmin sont enregistrées sous les cotes ML 8000 à ML 8428 et comptent plus de 900 fiches. Elles sont réparties comme suit : Journal ML 8000/1 à 15 ; Manuscrits de ML 8001 à 8390 ; Correspondance ML 8391 à 8421 ; Traductions ML 8422 à 8424 ; Livres d’artistes ML 8425 à 8428. Les manuscrits, qui, on le voit, constituent la majeure partie du fonds, ont été classés par ordre alphabétique. Chaque titre a reçu une cote propre, alors que des sous-cotes ont été attribuées aux manuscrits d’un même titre ou d’un même projet. Ainsi, Les Saisons, enregistré sous la cote 8237 compte pas moins de 40 manuscrits, intitulés parfois : « le printemps : suite » ou « Mes saisons », ou sans aucun intitulé. Le Livre de la neige est répertorié sous ce titre et ses variantes, sous la cote 8141 (15 dossiers), et sous le titre que le poète avait donné d’abord : Nuits d’hiver (16 dossiers) avec la même cote. Certains manuscrits intitulés « textes supplémentaires » par exemple, mais appartenant manifestement au même projet, ont également été enregistrés sous cette cote. Ils forment donc un ensemble « physique » dans le fonds. Le manuscrit qui a été interrompu par son décès, en 1992, s’intitule ici « traité de la poussière », là « manuel des agonisants » (il avait été commencé en 1990, alors qu’il se croyait condamné par un cancer dont il fut opéré et dont il guérit, avant d’être foudroyé par une autre maladie). Il est enregistré sous les cotes 8143 et 8250. On voudra bien excuser cette relative incohérence (corrigée cependant par des « fiches de renvoi »), qu’expliquent à la fois l’importance du fonds et la difficulté de le classer de manière entièrement satisfaisante.

11Il n’aurait pas été inopportun d’étudier François Jacqmin dans le cadre du dossier de ce numéro. Poète, philosophe à ses heures, traducteur et critique, Jacqmin avait dans tous les domaines un rapport particulier, intensément personnel, pétri de culpabilité et riche de questions, aux choses de l’art et de la vie. C’est peut-être vis-à-vis des arts plastiques, lorsqu’il était dégagé de l’emprise des mots, qu’il était le plus ouvert, ou le plus entreprenant. Il a accompagné d’une préface ou d’une critique les œuvres d’artistes plus ou moins connus, et donné quelques textes sur l’art abstrait, mais a également participé à l’aventure de la « Nouvelle réalité pigmentaire », groupe d’artistes autour d’Herman Ammann. Il a collaboré à des livres d’artistes avec bon nombre de plasticiens, de Serge Vandercam à Hermann Ammann, en passant par Rachel Menchior. Il a même figuré en tant que plasticien avec une œuvre propre dans une exposition collective. Les Archives et Musée de la Littérature songent à monter une exposition autour de « François Jacqmin et les arts plastiques », qui aborderait ses modes de relation à la création picturale et contribuerait sans doute à d’éclairer, par ricochet, son œuvre littéraire.

Archives Odilon-Jean Périer (1901-1928)

12L’auteur bien connu du Citadin ou Éloge de Bruxelles, du Promeneur, du Combat de la neige et du poète est resté inscrit comme peu de poètes le sont dans les mémoires bruxelloises à la fois par son irrésistible jeunesse, son dandysme et sa destinée tragique de poète. Mort en 1928, à l’âge de 27 ans, on pourrait croire qu’il n’a pas eu le temps de dévoiler sa force ou de faire œuvre.

13Bien sûr, l’histoire ne révèlera jamais ce qu’il serait advenu d’Odilon-Jean Périer s’il avait vécu. Mais il est impressionnant de voir, grâce aux archives tout récemment offertes par le fils du poète aux Archives et Musée de la Littérature quelle place ce jeune homme avait su prendre dans la vie culturelle et artistique de son temps, malgré les fréquents séjours en sanatorium et hôpitaux auxquels il devait se soumettre pour soigner l’affection qui allait finalement l’emporter. Non encore dépouillées, ces archives se composent de correspondances passionnantes avec Jean Paulhan, Pascal Pia, Robert De Geynst (avec qui Odilon-Jean Périer allait écrire les Premier et Deuxième Livret, le second ayant été publié à titre posthume), de lettres de son frère Gilbert, du groupe surréaliste belge, notamment de Paul Nougé avec qui il entretenait un rapport assez complexe (dont on trouvera l’écho également dans les archives Mariën, léguées à la Bibliothèque Royale mais déposées et traitées aux AML), de correspondances avec les hommes de théâtre Jules Delacre et Raymond Rouleau. Le fond comprend aussi les œuvres poétiques et pièces de théâtre de Périer, sous forme de manuscrits ou de livres non publiés, ainsi que des dossiers de presse très complets sur Périer et son œuvre, qui se poursuivent très systématiquement jusque dans les années soixante. Grâce à ce fonds, nous avons acquis en outre une dizaine de tracts originaux de Correspondance qui manquaient à nos collections surréalistes et des avant-gardes. Enfin quelques pièces de juvenilia, des « jeux des familles » selon Périer, dessinés par lui, ainsi que d’autres jeux de cartes plus ou moins divinatoires. Nous prévoyons d’achever le dépouillement de ce fonds dans le courant de l’année 2001, peut-être simultanément à la parution du numéro des Cahiers de l’Herne longtemps différé, qui lui sera consacré.

Archives Jean Raine (1927-1986)

14« Les mots restent morts ou n’ont pas la portée d’un geste vécu, agi. […] pour moi, peindre une toile est un combat au sabre. Le pinceau est tranchant, la couleur est du sang, le mien… et celui des autres », disait Jean Raine, expliquant sa désaffection de l’écriture en faveur de la peinture. Issu d’une famille de peintre, Raine a incontestablement hérité d’une grande sensibilité à l’image, tout en y étant réticent. Il cherche une forme d’expression, d’abord.

15Dans ses jeunes années, il discute les heurs et malheurs de l’écriture automatique avec Breton, et restera toujours ami des surréalistes belges. Il participe activement au mouvement Cobra, mais à cette époque, il continue à fuir les arts plastiques. Il écrit, critique, présente.

16Il s’attaque enfin au cinéma, et se met véritablement au service du septième art en travaillant d’arrache-pied à la cinémathèque parisienne d’Henri Langlois. Raine organise le festival du film abstrait et expérimental en 1951, produisant des textes de réflexion sur ce type de démarche cinématographique. Il signe par ailleurs la réalisation d’un film documentaire sur le « Test du village », avec la collaboration du Docteur Mabille, éminent psychologue. Après la sortie de ce film, il se contente de collaborer de diverses manières aux réalisations de ces amis de toujours que sont pour lui Henri Storck et Luc De Heusch. Puis, déçu par le cinéma et l’incroyable énergie qu’il y a dépensée, il n’y retournera plus.

17Plus tard encore, au sortir d’une hospitalisation, il va servir son intérêt pour les sciences psychologiques et sociales ainsi que l’idée qu’une expression artistique peut aider à vivre, en fondant le Club Antonin Artaud, autre manifestation d’une énergie féconde, bouillonnante, mais peut-être vouée à rester toujours insatisfaite.

18Dans la suite de sa vie, le talent de la démesure qui était sans doute une de ses caractéristiques se retrouvera dans la taille de ses « grandes encres », de superbes toiles que l’on peut rapprocher des productions plastiques de Cobra, pour cette qualité du geste, précisément « vécu, agi » et, comme le formule Alechinsky, pour « la sauvagerie, la liberté » de ce qu’il peint.

19Quant à son œuvre poétique, écoutons-en les titres : Journal d’un délirium, Poèmes à peine poèmes, Poèmes presque posthumes ou L’Enfer de la phobie… Au désespoir qu’il s’agit d’exprimer, Jean Raine mêle son intelligence aigüe et la déception de n’avoir pas su correspondre à ce qu’il promettait d’être. En résulte une poésie terriblement lucide et parfois lyrique, malgré tout. La Différence publie à titre posthume une bonne partie de ses textes dans un recueil intitulé tout simplement Œuvre poétique 1943-1983.

20Sanky Raine, troisième épouse du poète, travaille à la valorisation de son œuvre, avec une énergie qui ne dément pas celle des heures les plus productives de son mari. Elle prépare par exemple un catalogue raisonné des œuvres de Jean Raine sous forme de CD-rom. C’est elle qui donne aujourd’hui aux Archives et Musée de la Littérature un premier ensemble d’archives. Outre les catalogues d’exposition et les volumes de poésie de Jean Raine, ces archives consistent d’une part en de nombreux classeurs d’une correspondance datée des années 40 à la mort du poète (avec les surréalistes, belges surtout, le groupe Cobra, les cinéastes De Heusch et Storck, parmi beaucoup d’autres), en manuscrits publiés ou fragmentaires, ainsi qu’en une série de lithos. Plus tard, nous pourrons disposer d’importants dossiers de presse et des manuscrits restants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Daems, « Chronique des Archives et Musée de la Littérature », Textyles, 17-18 | 2000, 191-194.

Référence électronique

Catherine Daems, « Chronique des Archives et Musée de la Littérature », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1359

Haut de page

Auteur

Catherine Daems

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org