Navigation – Plan du site
Chroniques

Thèses et mémoires

p. 183-187

Université Libre de Bruxelles. Thèses

Michaux (Marianne), Entre politique et littérature, les écrivains belges du réel (1860-1880). Thèse de doctorat en philosophie et lettres, 1998. Prom. : P. Aron, Langues et littératures romanes.

Montens (Valérie), Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Henri Le Bœuf et la création du premier centre culturel de Belgique (1828-1958). Thèse de doctorat en philosophie et lettres, 1998. Prom. : G. Kurgan, Histoire.

Plisnier (René), Contribution à l’étude de la vie culturelle d’une ville de province au xixe siècle. Le cas de Mons (1795-1914). Thèse de doctorat en philosophie et lettres, 1998. Prom. : J.-J. Heirwegh, Histoire.

van der Hoeven (Roland), Le Théâtre royal de la Monnaie (1830-1914). Thèse de doctorat en philosophie et lettres, 1999. Prom. : M. Couvreur, Histoire de l’art.

Brogniez (Laurence), Préraphaélisme et symbolisme. Thèse de doctorat en philosophie et lettres, 1999. Prom. : J. Marx, Langues et littératures romanes.

Université Libre de Bruxelles. Mémoires de licence

Balsacq (Christel), La Description chez Albert T’Serstevens. 1997-1998. Prom. : M. Fré-déric.

Collin (Audrey), Paul Willems : les formes de l’absence. 1998-1999. Prom. : R. Trousson.

Dutry (Christophe), L’Univers théâtral de René Kalisky. 1997-1998. Prom. : A. Mingelgrün.

Froidebis (Laurence), Philippe Blasband et Serge Kribus : deux théâtralités contemporaines en Belgique francophone. 1997-1998. Prom. : P. Aron.

Heinen (Danielle), Expériences existentielles et céation artistique chez Asjer Jorn (1914-1973) et Christian Dotremont (1922-1979). 1998-1999. Prom. : P. Aron.

Hennaut (Benoît), Le Chemin de fer poétique : littérature et religion du progrès en Belgique au xixe siècle. 1998-1999. Prom. : P. Aron.

Lecocq (Béatrice), Béatrice Beck, du pointillisme à l’universel. Étude narratologique de son œuvre depuis 1990. 1998-1999. Prom. : A. Mingelgrün.

Luppens (Valérie), L’Image des enseignants dans la littérature belge. 1998-1999. Prom. : R. Trousson.

Meunier (Frédéric), Marcel Moreau ou la littérature barbare. 1998-1999. Prom. : M. Fré-déric.

Meunier (Frédérique), La Description chez Marie Gevers. Prom. : M. Frédéric.

Morlière (Cédrine), La Carrière littéraire de Camille Lemonnier. 1997-1998. Prom. : P. Aron.

Plasria (Vanessa), Le Thème de l’arbre dans les romans de Hubert Juin et de Jean-Pierre Otte ainsi que dans les bandes dessinées de Didier Comès et de Jean-Claude Servais. 1997-1998. Prom. : J.-M. Rosier.

Stevigny (Amandine), Le peu que je sais de Max Servais. Une étude de ses romans policiers. 1998-1999. Prom. : P. Aron.

Tilman (Tatiana), Principes et vertus comiques dans trois romans de François Weyergans. 1997-1998. Prom. : A. Mingelgrün.

Van Maaren (Isabelle), «Œdipe sur la route» d’Henry Bauchau : cheminement du mythe, mythe du cheminement. 1997-1998. Prom. : A. Mingelgrün.

Vanderpelen (Cécile), Une littérature sous influence. Le monde catholique et la littérature (1918-1930). 1997 (Mémoire de licence en Histoire).

Verloes (Denis), Le Thème paysan dans le roman francophone belge des années 1940-1944 : entre idéologies et réalisations littéraires. 1998-1999. Prom. :P. Aron.

Université Catholique de Louvain

Alexis (Véronique), Des origines à Bauchau : parcours avec Antigone en classe de français. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. J.-L. Dufays.

Baldassare (Michelina), Analyse de l’écriture théâtrale de René Kalisky à partir d’«Aïda vaincue». Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. P. Piret.

Bastin (Anne), Étude de deux œuvres de Dominique Rolin : «Dulle Griet» et «L’Enragé». Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. G. Michaux.

Billwatsch (Marie-Hélène), René Magritte ou la description du mystère. L’espace dans les textes fictionnels magrittiens. Mémoire de licence, juin 1999. Prom. M. Watthée-Delmotte.

Boutry (Emmanuelle), Hetzel - Lebègue : édition commentée de la correspondance d’un éditeur français exilé en Belgique et d’un libraire belge durant le Second Empire. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. J.-Cl. Polet.

Bricmaan (Corinne), «Mélusine» de Franz Hellens et «Nadja» d’André Breton : deux mythes modernes de la « femme-fée ». Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. G. Michaux.

Canart (Gaëtane), La «Bataille de Liège», suivi par «Les Sentences de Liège». Édition critique. Mémoire de licence, janvier 1999. Prom. Cl. Thiry.

Destrebecq (Amélie), Le Traitement du non vraisemblable dans trois œuvres de Jacqueline Harpman : «Le Bonheur dans le crime», «Orlanda», «Moi qui n’ai pas connu les hommes». Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. G. Michaux.

Dubrunfaut (Cécile), Maeterlinck et «La Princesse Maleine» abordés en classe de français. Approches symboliste et dramaturgique. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. J.-L. Dufays.

Dujardin (Julie), Les Chansons de Romain Didier. Analyse textuelle et musicale. Mémoire de licence, juin 1999. Prom. J.-L. Dufays.

Feller (Corine), «La Belette» de Comès : l’initiation, une affaire de femmes ?. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. J.-L. Tilleuil.

Grosjean (Stéphanie), Analyse des figures féminines dans l’œuvre d’André Baillon. Mémoire de licence, juin 1999. Prom. G. Michaux.

Hecquet (Olivier), «La Femme de Gilles», nouvelle et texte de théâtre. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. G. Jacques.

Istasse (Isabelle), Lire le «Don Juan» de Charles Bertin en classe de français. Mémoire de licence, janvier 1999. Prom. J.-L. Dufays.

Joly (Juliette), Entre société et littérature, les concours de nouvelles francophones en Belgique. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. V. Engel.

Lesire (Nicolas), Trois faire-valoir pour un héros. Une analyse des personnages féminins dans la série «Thorgall». Mémoire de licence, juin 1999. Prom. J.-L. Tilleuil.

Matagne (Catherine), Le Statut des héroïnes dans la BD belge : «Natacha» de F. Walthéry. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. J.-L. Tilleuil.

Meeus (Aurélie), «La Mémoire trouble», apologie de la connaissance de soi et microcosme de l’œuvre ultérieure de J. Harpman. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. G. Michaux.

Perzyna (Lodia), «Le Pays noyé» de P. Willems : aboutissement thématique d’une œuvre. Mémoire de licence, juin 1999. Prom. J. Carion.

Sonveau (Virginie), Du non-dit à la Parole. Analyse des langages verbaux et non-verbaux dans l’œuvre romanesque d’Henry Bauchau. Mémoire de licence, juin 1999. Prom. M. Watthée-Delmotte.

Speeckaert (Isabelle), «Chez les flamands» de Georges Simenon et «Les Atouts de M. Wens» de Stanislas-André Steeman : deux romans policiers en classe de français. Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. J.-L. Dufays.

Spronck (Yvette), La «Geste de Liège» de Jean d’Outremeuse : étude linguistique d’un extrait (vers 8524-12331). Mémoire de licence, juin 1999. Prom. Cl. Thiry.

Toussaint (Céline), «Barbe-Bleue» ou l’amour impossible (chez Perrault, Maeterlinck et Balazs). Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. G. Jacques.

Tshibanda (Pie), L’Exclusion, le sexe et la mort [dans l’œuvre d’André Baillon]. Mémoire de licence en psychologie, juin 1999.

Wyns (Valérie), L’Antisémitisme d’Edmond Picard à l’œuvre dans «Jéricho». Mémoire de licence, septembre 1999. Prom. Mme Pichon.

Zuyderhoff (Nathalie), La Ville et sa transcription littéraire. Analyse des représentations urbaines dans «Bruges-la-Morte» de Rodenbach et «Aurélien» d’Aragon. Mémoire de licence, janvier 1999. Prom. G. Michaux.

Université de Metz

Auer (Séverine), Jacques Brel et la légitimité littéraire (1953-1961). Mémoire de Maitrise en Lettres Modernes, 2 vol., juin 1999. Prom. P. Halen.

Université de Padoue (1994-1998)

(Mémoires de licence, sous la direction du Prof. G. Todo Rodinis et G. Henrot)

Agostini (Federica), «Le Grand Nocturne» et «Les Cercles de l’épouvante» : le piège de l’apparence chez Jean Ray. Mémoire de licence, 1994-1995.

Allocca (Michela), Poétique du dialogal dans les nouvelles de Georges Simenon. Mémoire de licence, 1996-1997.

Bassan (Sabrina), Un mécanisme fantastique : les personnages dans «La Femme de Putiphar» de Gaston Compère. Mémoire de licence, 1997-1998.

Bergamasco (Mara), «Bruges-La-Morte» de Georges Rodenbach et « Bruges La Vive » de Dominique Rolin : deux romans pour une ville. Mémoire de licence, 1993-1994.

Carollo (Maria Romina), «La Comtesse des Digues» de Marie Gevers : paysage et personnage. Mémoire de licence, 1994-1995.

Casarotto, «Pelléas et Mélisande», «Alladine et Palomides», «Aglavaine et Sélysette» : un théatre statique ? - Mémoire de licence, 1997-1998.

Contin (Elisabetta), Une vision temporelle des poèmes d’Émile Verhaeren. Mémoire de licence, 1995-1996.

D’Ambrosio (Giovanna), La Polyphonie dans le théâtre de Fernand Crommelynck. Mémoire de licence, 1998-1999.

Fabris (Claudio), Espace et langage de l’immigration dans «Rue des Italiens» de Girolamo Santocono. Mémoire de licence, 1994-1995.

Fontanive (Mariandreina), Charles De Coster : «La Légende d’Ulenspiegel» et ses traductions italiennes. Mémoire de licence, 1996-1997.

Grande (Maria Elena), Franz Hellens : «Mélusine ou la robe de saphir», une aventure fantastique à travers le rêve. Mémoire de licence, 1996-1997.

La Spina (Daria), «Le Repas chez Marguerite» : les pièges de la mémoire. Mémoire de licence, 1994-1995.

Lando (Paola), Jean-Claude Bologne et les miroirs du temps dans «La Faute des femmes». Mémoire de licence, 1997-1998.

Minuzzi (Mirella), Une expression du naturalisme belge dans l’œuvre de Camille Lemonnier. Mémoire de licence, 1996-1997.

Passaggi (Elena), Tendances baroques dans les romans de Bernard Tirtiaux. Mémoire de licence, 1997-1998.

Schiaparelli (Laura), «La Chronique du cygne» de Paul Willems : variations d’angle. Mémoire de licence, 1995-1996.

Siviero (Franco), L’Univers imaginaire de «Robinson 86» de Gaston Compère. Mémoire de licence, 1997-1998.

Toffano (Silvia), La Malédiction du miroir : «Paysage avec homme nu dans la neige» de Paul Emond. Mémoire de licence, 1996-1997.

Tosatto (Michela), La Vision de la femme dans les poèmes de Max Elskamp. Mémoire de licence, 1995-1996.

Valerio (Laura), L’Espace pluriel dans le théâtre de Paul Willems. Mémoire de licence, 1994-1995.

Facultés catholiques de Kinshasa

Muikilu Ndaye (Antoine), Contribution des activités théâtrales des Pères de Scheut à l’œuvre d’évangélisation au Congo Belge (1888-1960). Dissertation présentée en vue de l’obtention du grade de Diplômé d’Études Supérieures (DES) en théologie et Scicences humaines. Directeur : Prof. Pierre Mukuna Mutanda. Facultés catholiques de Kinshasa, an.ac. 1996-1997, 94 p.

Université de Mulhouse

Bringia (Christelle), Mères courage : les romancières belges contemporaines (1945-1995). Mémoire de D.E.A., juin 1999, dir. E. Lysøe.

Université de Fribourg (CH)

Schlesinger (Myriam), Le Fantastique, un effet secondaire du récit mythique. Lecture de «Mémoires d’Elseneur». Mémoire de licence, 1998 [Hellens].

Université de Timisoara

Olaru (Gina), Les Personnages féminins dans les romans de Marie Gevers. Mémoire de licence, 1998.

Baban (Carmen), Le Réalisme magique dans l’œuvre romanesque de Guy Vaes. Mémoire de licence, 1998.

Popa (Sanda), Le «fantastique réel» dans l’œuvre de Franz Hellens. Lecture de «Mélusine». Mémoire de licence, 1998.

Baban (Carmen), La Réécriture des mythes dans le roman belge. «Mélusine» de Franz Hellens et «Œdipe sur la route» d’Henry Bauchau. Mémoire de maitrise, 1999.

Popa (Sanda), Le Grotesque dans le roman belge. «Thyl Ulenspiegel» de Charles De Coster et «Plein la vue» de Paul Emond. Mémoire de maitrise, 1999.

Présentations succinctes

L’Aventure flamande de la Revue Belge (1924-1940) : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres. Proefschrift aangebo-den tot het verkrijgen van de graad van doctor in de Romaanse Philologie door Reine Meylaerts. K.U. Leuven, 1998, 475 +83 p. Promoteur : J. Lambert, co-promoteur : J.-M. Klinkenberg.

L’étude des relations littéraires interbelges n’en est qu’à ses débuts. La présente thèse entend contribuer à l’analyse de ces contacts protéiformes. Elle décrit les traductions d’œuvres flamandes néerlandophones en français dans la Revue Belge (1924-1940) et les confronte avec le discours (politique, littéraire, artistique) sur « la Flandre » dans la revue. À l’intérieur du microcosme de sociabilité que constitue une revue, elle met ainsi en relation le dicible local concernant « la Flandre » avec les stratégies de sélection et de production des textes traduits, les instances d’interculturalité et les dimensions structurées et structurantes de l’habitus traductionnel. Ainsi, elle entend dépasser l’approche descriptive fonctionnelle traditionnellement centrée sur le seul texte traduit.

Pendant les dix ans de l’aventure flamande de la Revue Belge, les traductions sont insérées dans un discours affichant sa propre supériorité linguistico-culturelle. L’attention pour la langue et la littérature flamandes néerlandophones revêt le statut d’un intérêt intéressé. Les traductions naissent ainsi d’un besoin de conservation linguistico-culturelle. Il inspire la sélection de courtes nouvelles régionalistes peignant une Flandre campagnarde catholique et arriérée ainsi que l’absence d’effets de traduction comme les flandricismes, la langue dialectale... Celui des traducteurs qui partage son histoire collective dans une large mesure avec celle du public-cible arrive à allier une intrigue « flamande » à un style popularisant, « flamand ». Il s’en fait applaudir par le lectorat. Un désintérêt croissant vis-à-vis de la « question flamande », la délégitimation progressive du genre régionaliste ainsi qu’un écart grandissant entre l’histoire personnelle de ce même traducteur et l’histoire collective de son lectorat codéterminent la fin de l’aventure flamande de la Revue Belge. (Reine Meylaerts)

Les Stratégies de légitimation dans le champ de la littérature de jeunesse depuis 1968. Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université de Metz. Discipline : Langue et littérature françaises. Présentée et soutenue publiquement par M. Didier Delaborde le 8 janvier 2000. 2 vol. en tout 624 p., bibl., ann. Directeur de thèse : Jean-Marie Privat.

L’enquête de D. Delaborde, comme son titre ne l’indique pas, se limite en principe à la France et, en dépit d’un assez copieux préliminaire historique, s’intéresse essentiellement aux périodes 1968-1981 et 1981-1995. Ce cadrage, essentiellement politique, a été discuté par le jury, d’autant que, les choses étant ce qu’elles sont, le champ de production de la littérature de jeunesse en France s’étend à la Belgique francophone. Il est donc assez logiquement question, dans cette thèse, d’éditeurs comme Marabout et Casterman, et, de place en place, d’auteurs belges, de Maurice Carême à Xavier Deutsch. Raison pour laquelle il convient de la signaler en ces colonnes.

L’attention de D. Delaborde se porte à la fois sur l’ensemble du champ littéraire, pour y observer l’évolution du sous-champ spécifique à la littérature de jeunesse, et sur le secteur avant-gardiste du sous-champ, vecteur privilégié de sa légitimation. On aura compris que les outils théoriques sont empruntés essentiellement à Pierre Bourdieu et à Jacques Dubois. Il s’agit là d’un travail considérable, dont on donnera une idée par l’ampleur d’une bibliographie qui comporte un millier de titres pour les ouvrages de création.

(Pierre Halen)

  • Revues.org