Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Gaston Compère, In Dracula Memoriam. Chronique vampirique vénitienne, parisienne et condruzienne. Postface de Jacques Finné

Bruxelles, Le Cri, 1998, 230 p.
Laurence Brogniez
p. 265-266
Référence(s) :

Gaston Compère, In Dracula Memoriam. Chronique vampirique vénitienne, parisienne et condruzienne. Postface de Jacques Finné. Bruxelles, Le Cri, 1998, 230 p.

Texte intégral

1Dans ce nouveau roman, Gaston Compère propose une relecture du mythe du vampire à travers les mémoires fictives d’un Dracula qui s’est adapté tant bien que mal aux conditions de la vie moderne en se faisant marchand de cercueils. L’auteur invite son lecteur à suivre, de Venise à Paris en passant par Liège, les tribulations érotiques et macabres de son héros, dandy décadent qui cite abondamment Sartre en s’émouvant du manque de « style » de ses contemporains.

2Le récit, qui mêle humour (noir) et fantastique (burlesque), trivial et poétique, dépeint le vampire sous les traits d’un personnage aussi attendrissant qu’effrayant, contraint bien malgré lui de faire disparaître ses encombrantes conquêtes féminines, dont la stupidité n’a d’égal que l’appétit sexuel. Une seule d’entre elles, à son tour devenue buveuse de sang, réclamera vengeance et livrera aux flots du Grand Canal le corps de son bourreau, trouvant dans Venise un tombeau digne de sa déchéance .

3Les dernières lignes du roman laissent cependant la fin ouverte : le descendant du prince Drakul, promis à de nouvelles aventures, se libère de sa prison par on ne sait quel tour de passe-passe. C’est à ce moment que Jacques Finné, spécialiste de la littérature fantastique (La Littérature fantastique. Essai sur l’organisation surnaturelle, 1980), prend le relais pour offrir à son ami Compère une postface « formello-informelle », intitulée Quand Vampire rime avec rire.

4Finné, auquel le caractère sati(y?)rique du roman n’a pas échappé, se livre à une analyse érudite des liens qui unissent le mythe du vampire et la parodie, dans la littérature et au cinéma. Il fait remonter ce lien à La Ville-Vampire de Paul Féval (1874), avant de suivre ensuite l’évolution du thème, ponctuée de « décadences » et de « renaissances ». La période ouverte par le film de Terence Fisher, Le Cauchemar de Dracula (1958), se révèle particulièrement fertile. Le xxe siècle propose une version « mutante » du vampire, qui a dû s’adapter bon gré mal gré aux conditions de la vie moderne et dont les déboires prêtent souvent à sourire.

5Finné place le récit de Compère dans cette tradition fantastique burlesque qui a acquis depuis une cinquantaine d’années ses lettres de noblesse et rivalise dignement avec les vampires plus « sérieux » de la tradition classique, comme le Lestat de Anne Rice. L’érudition fait alors place à un ton plus familier, où le « tu » remplace l’impersonnalité de la première partie, sans toutefois abandonner la rigueur de l’analyse.

6Le « postfacier » retrouve la figure du vampire dans trois nouvelles de l’auteur : Le cercueil Z14 (1972), dont le roman présent constitue une sorte d’amplification, Les Galswinthe (1973) et Chacun à son goût (1988). En lisant ces récits, force est de constater que les vampires compériens, malgré leurs travers tout post-modernes, restent de nobles descendants du héros séminal de John William Polidori, initiateur du genre. Leur orgueil byronien les place au-dessus du commun de même que leur manière de parler, érudite, raffinée et parfois pédante.

7À la fois gentleman-cambrioleur et insatiable Don Juan, le héros d’In Dracula Memoriam, malgré les situations cocasses auxquelles il doit faire face, ne fait pas mentir son sang. Mais son auteur n’a pas hésité à verser dans le moule traditionnel ses obsessions personnelles : l’Église, les lieux communs (Venise), la misogynie. Ni à recourir à ce type de récit à clés dont il est familier (O Promenades, 1996) et que Finné s’attache à élucider malgré ses démentis. Et le spécialiste du fantastique de proposer quelques pistes pour découvrir qui se cache sous les noms de Pierre Carmel et Rolande Pavot. Mais l’intérêt ne réside évidemment pas dans ce décryptage. Selon Jacques Finné, il faut plus volontiers le chercher dans la création de cette figure de vampire « tragique et burlesque, violent et plus doux qu’un rahat-lokoum, m’as-tu vu et craintif, naïf et ingénieux [...], séducteur et cocu, tendre et cynique, discret et disert, amoureux fou et misogyne enragé » (p. 230). Seule Venise et son « exquise pourriture » pouvait offrir à ce personnage démesuré une métaphore à sa mesure et à son auteur, le prétexte à quelques litanies très « fin de siècle » sur cette « Notre-Dame-des-Mers-Mortes » qu’est la Cité des Doges.

8Déplorons toutefois qu’une inversion des pages 220-222 vienne rompre la continuité de cette postface à la fois amicale et érudite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Brogniez, « Gaston Compère, In Dracula Memoriam. Chronique vampirique vénitienne, parisienne et condruzienne. Postface de Jacques Finné », Textyles, 15 | 1999, 265-266.

Référence électronique

Laurence Brogniez, « Gaston Compère, In Dracula Memoriam. Chronique vampirique vénitienne, parisienne et condruzienne. Postface de Jacques Finné », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1350

Haut de page

Auteur

Laurence Brogniez

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org