Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Jean Muno, Rages et ratures. Pages inédites du Journal | Jean Muno, Saint Bedon

Pierre Halen
p. 264-265
Référence(s) :

Jean Muno, Rages et ratures. Pages inédites du Journal. Choisies et commentées par son fils Jean-Marc Burniaux. Précédées d’un avertissement de Jacques De Decker. Suivies d’une bio-bibliographie établie par Yvan Dusausoit. Bruxelles, Éd. Les Éperonniers, coll. Passé Présent, 1998, 116 p., ill.

Jean Muno, Saint Bedon. Postface d’Yvan Dusausoit. Bruxelles, Bernard Gilson éditeur, 1998, 176 p.

Texte intégral

1Vraisemblablement pour commémorer l’écrivain à l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, trois éditeurs bruxellois ont soudain remis l’œuvre de Jean Muno (1924-1988) à l’honneur, chacun avec une publication. On peut espérer que ce tir groupé conduise à la réévaluation critique qui s’impose depuis le sympathique mais assez inconsistant volume d’hommage publié à L’Âge d’Homme par le Groupe du Roman (Jean Muno, 1989 ; cf. Textyles, n°7-1990, p. 330). Car Muno, même à ne retenir de son œuvre (outre le volet fantastique qui a sa spécificité), que les deux livres les plus forts que sont Ripple-marks et l’Histoire exécrable d’un héros brabançon, ne bénéficie pas de tout le crédit qu’on est tenté de lui attribuer, qu’on en juge à l’aune de la « belgitude », ou selon des critères moins « irréguliers ».

2La réédition de l’Histoire exécrable dans la collection patrimoniale des Éditions Labor est sans doute l’élément le plus décisif cet égard. À défaut du marché français, l’œuvre retrouve ainsi une chance d’exister pour son public propre — car il est peu de romans dont la « belgité » soit aussi évidente. La Lecture, — par Jean-Marie Klinkenberg qui s’est par ailleurs intéressé à l’œuvre du Québécois Jacques Godbout — ne manque pas de relever que l’Histoire exécrable contient de troublants éléments de « québécité », à commencer par le nom du protagoniste, Papin, qui ne laisse pas de faire songer au célèbre Papineau. Ceci pourrait alimenter sur une réflexion à propos des rhétoriques « périphériques » dans l’espace francophone.

3Cet appel du pied en direction de l’analyse institutionnelle et de ses dimensions rhétoriques est le fait de l’œuvre de Muno elle-même, qui traite explicitement de l’institution littéraire. Il n’est que de se souvenir de la délicieuse nouvelle — « Un touriste » — que l’écrivain donna pour un volume collectif intitulé Bruxelles littéraire (B. Gilson, 1987), où le protagoniste errait ingénument sur les parquets cirés de certain Palais des Académies. C’est aussi le cas dans ce roman drôlatique, Saint-Bedon, non pas inédit comme il se trouve déclaré dans le prière d’insérer diffusé par l’éditeur, mais publié à Bruxelles dans la revue Audace en 1958. On relit avec un plaisir renouvelé (le cadre sociétaire a désormais le charme des choses légèrement désuètes, mais l’actualité du propos n’en est pas menacée) cette représentation à la fois cruelle et tendre de ce que Muno appelait la « petite littérature » : un cercle littéraire provincial, — avec ses égéries, ses maitres à penser, ses marginaux, ses « chers poètes » non disparus — se déplace en groupe à l’occasion des vacances. Les portraits n’ont rien perdu, quarante ans après, de leur pertinence et qui a un peu fréquenté certains cénacles de « rimailleurs de pets de souris », « modernes » ou non, peu importe, s’y retrouvera sans peine.

4La postface d’Yvan Dusausoit donne certes quelquefois dans une forme de grandiloquence ici malvenue (« Véritable Rita Hayworth des Lettres belges, Jean Muno a voluptueusement dévoilé sa poétique en commençant par le gant. [...] »). Mais elle n’en pointe pas moins divers éléments très suggestifs. Ainsi, du rapprochement qu’il opère avec le cinéma et en particulier avec l’œuvre de Jacques Tati. Ainsi encore de cette identification qu’il suggère, chez Muno et pour cause, entre les milieux littéraires et le milieu familial. De même, cette citation qui fait songer à Hellens, d’un Muno qui disait « avoir grandi entre père et mère, comme entre les tours d’une forteresse orgueilleuse ». De même enfin, cette idée que le Réel, y compris les « vacances », est « au mains de l’Occupant », et qu’il faut bien la pose de l’« humoriste » — elle n’en est pas encore venue au sarcasme, mais c’est la même — pour dire l’urgence de « faire le mur ».

5Le volume publié par Les Éperonniers sous le titre évocateur de Rages et ratures est graphiquement une réussite, avec ses fac-similés et ses photographies. Il se termine par une bio-biliographie à laquelle on ne reprochera que d’avoir été découpée en tranches regroupant plusieurs années, de sorte que certaines datations demeurent imprécises. Cela dit, cette édition de Pages inédites du Journal de Muno pose deux problèmes. Le premier est d’ordre moral. Il a suscité le «petit avertissement en passant» de Jacques De Decker, lequel avoue d’emblée sa « perplexité », sinon son « embarras » devant une entreprise qui présente a priori un aspect impudique : Muno s’y livre en effet à des commentaires « féroces » sur son milieu familial. Très féroces même, au point que le critique en tire cette conclusion que, dans son œuvre, Muno « n’était pas encore arrivé au bout de son déboulonnage familial » ; plus fondamentalement, il s’agit de pointer « la dévastation à laquelle il aspirait, […] la percée finale des apparences ». De Decker justifie donc l’étalage de ces notes intimes pour ce qu’elles exhibent de la « tauromachie » douloureuse à l’œuvre dans Ripple-marks et dans l’Histoire exécrable ; mais aussi pour ce que ces notes, comme il arrive souvent, n’étaient pas si intimes qu’on pourrait le croire sans avoir vu un manuscrit calligraphié, destiné à être lu, sinon même à la publicité.

6Dans « Muno vu par son fils », Jean-Marc Burniaux évoque le cahier de toile, son écriture, son « style rageur, haché, dépouillé à l’extrême. Succession de phrases primales ». Le règlement de comptes éperdu de Muno avec ses parents qui représentent, dit-il, « ce que le Système a de plus odieux ». Règlement post mortem : le journal commence après la mort de Constant Burniaux, et couvre la période où s’élabore l’Histoire exécrable. Période de « liquidation », mais aussi de fictionalisation accrue : les êtres mentionnés par le Journal sont des « personnages », issus en partie d’une « vision d’artiste ». Soit, mais n’est-ce pas le cas de toute vision ?

7Le second problème est philologique : « L’approche adoptée ici n’est pas à proprement parler scientifique. J’ai sélectionné les textes qui, selon moi, éclairent d’une manière ou d’une autre l’œuvre littéraire de Jean Muno ». « Environ un tiers du journal » manque. Plus grave : « les textes ne sont pas présentés dans un ordre chronologique » mais thématique. On comprend que des raisons familiales interdisaient de publier aujourd’hui l’intégralité des pages ; et cependant de si importantes manipulations sont regrettables, surtout si l’on entend le motif que donne J. De Decker, selon qui le journal appelait, en quelque sorte, sa publication. On aimerait aussi savoir si les initiales qui figurent ici certains noms sont de Muno ou de son éditeur : rien n’est fait, on le voit, pour assurer la fiabilité du texte. Ainsi est malheureusement amorti l’effet de nouveauté que provoque l’entreprise et que souligne De Decker : ce genre de déballage n’est guère l’habitude dans les milieux littéraires belges. Peut-être est-ce, d’ailleurs, mieux ainsi, à en juger par la force avec laquelle, chez Muno, la vapeur finit par s’échapper de la marmite à Papin. Car l’ouvrage se lit, il se dévore avec plaisir et c’est indiscutablement l’écrivain Muno plus que le fils de Jeanne qui se répand en sarcasmes, qui rapporte les scènes, qui croque les attitudes : ce Journal appartient de toute évidence à son œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Jean Muno, Rages et ratures. Pages inédites du Journal | Jean Muno, Saint Bedon », Textyles, 15 | 1999, 264-265.

Référence électronique

Pierre Halen, « Jean Muno, Rages et ratures. Pages inédites du Journal | Jean Muno, Saint Bedon », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1348

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org