Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Daniel Gillès, Nés pour mourir. Préface de Jacques Franck. Lecture de Nancy Delay

Bruxelles, Éd. Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°101, 1995, 484 p.
Catherine Gravet
p. 263-264
Référence(s) :

Daniel Gillès, Nés pour mourir. Préface de Jacques Franck. Lecture de Nancy Delay. Bruxelles, Éd. Labor-RTBF, coll. Espace Nord n°101, 1995, 484 p.

Texte intégral

1Publié pour la première fois chez Albin Michel en 1976, le roman de Daniel Gillès, Nés pour mourir, à ne pas confondre avec le film dont la violence fit l’objet de polémiques, est le deuxième volume d’une suite intitulée Le Cinquième Commandement. À sa mort en 1981, Gillès laissait un sixième volume inachevé. Il se proposait d’en écrire sept, chiffre symbolique qu’il semble affectionner (n’a-t-il pas réalisé pour la télévision belge, par exemple, un cycle de sept émissions sur des écrivains, intitulé « La Bibliothèque européenne » ?). Les autres volumes feront-ils eux aussi l’objet d’une réédition ? Sinon pourquoi sélectionner précisément celui-ci ?

2La préface de Jacques Franck met en valeur les caractéristiques et les qualités du roman-fleuve : une histoire de l’Europe à travers la vie de deux familles nobles, l’une autrichienne, les von Rosegg, l’autre belge, les de Mellery. Cette « symphonie sans équivalent dans la littérature belge », comparée notamment aux Thibault de Roger Martin du Gard, se déroule entre 1938 et 1942.

3Nancy Delay, dans sa lecture, varie peu. Elle retrace d’abord la carrière littéraire de Daniel Gillès (1917-1981), dont un point fort est le premier tome du cycle, Le Festival de Salzbourg ; elle comporte une bonne dizaine de romans mais aussi de biographies d’écrivains : Tolstoï, Tchékhov, D.H. Lawrence.

4S’est-on penché avec assez d’attention sur le volume Vous êtes tous poètes... (Bruges, Desclée de Brouwer, 1943), premier et seul signé du nom entier : Daniel Gillès de Pélichy ? Ce texte d’une conférence prononcée à Bruges le 14 novembre 1942 tente de répondre à la question : « La poésie a-t-elle encore une place dans la vie d’un homme raisonnable aujour-d’hui ? ». En plus de quelques définitions intéressantes de la poésie, l’actualité de la réponse fournie et de l’opinion sur le rôle de l’éducation interpelle : sommes-nous donc toujours en guerre ?

5Le roman, quant à lui, de facture classique, véhicule les thèmes chers à l’auteur. L’aristocratie, il la considère comme une élite, symbole de la fidélité à soi-même. La guerre, omniprésente, fait prendre conscience, d’une manière on ne peut plus dramatique, du prix de la vie humaine. L’argent, les plaisirs, le mysticisme ou la foi en un idéal sont autant de manières, bonnes ou mauvaises, d’atteindre le bonheur. L’histoire est le prétexte ou le sujet central, avec des événements précis comme les accords de Munich en 1938, la guerre d’Espagne mais aussi la réalité belge en cette période troublée. Roman historique donc ? Georges Lukács n’est plus là pour en juger.

6L’auteur se livre, à l’intérieur de son roman, à de curieuses analyses de type littéraire (sur Georges Poulet par exemple), linguistique (le parler de quelques personnages comme le sabir de Vanderkam), politique (le socialisme d’Isabelle Blume, les tendances fédéralistes ou la fonction royale) ou encore psycho-sociologique (mentalités des Flamands et des Wallons, des aristocrates...) qui intéressent à plus d’un titre le point de vue « belge ».

7Nancy Delay relève également quelques techniques d’écriture. Un narrateur omniprésent raconte à la troisième personne, sans porter de jugement. Trente-trois tableaux, groupés en dix chapitres, se succèdent dans l’ordre chronologique mais avec, à chaque fois, un déplacement de lieu. Les portraits des personnages s’opèrent par petites touches, les descriptions sont brèves, les contrepoints nombreux... À propos de personnages, il nous semble clair que la doyenne des Mellery, côté belge de la saga, ne porte pas le prénom de « Granny », mais qu’il s’agit de la manière anglaise d’appeler une grand-mère.

8Selon l’habitude de la collection Espace Nord, les dernières pages sont consacrées à des repères biographiques et à un choix bibliographique. Sous le titre « Contextes », on trouve aussi quelques extraits — on ne sait qui les choisit ni selon quels critères — de textes aux thèmes proches. Ici, les auteurs élus sont Georges Bernanos, André Malraux et Georges Bataille pour la guerre d’Espagne ; Charles Plisnier et Paul-Aloïse De Bock sur les réactions face au stalinisme ; Victor Serge, Alexis Curvers, René Swennen et l’incontournable Pierre Mertens avec quelques portraits : Léopold III, Pie XII, des aristocrates austro-hongrois et Gottfried Benn.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Gravet, « Daniel Gillès, Nés pour mourir. Préface de Jacques Franck. Lecture de Nancy Delay », Textyles, 15 | 1999, 263-264.

Référence électronique

Catherine Gravet, « Daniel Gillès, Nés pour mourir. Préface de Jacques Franck. Lecture de Nancy Delay », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1344

Haut de page

Auteur

Catherine Gravet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org