Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Stanislas-André Steeman, L’Infaillible Silas Lord. Lecture de Fabienne Kostrzewa

Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°123, 1997, 356 p.
Marc Lits
p. 262
Référence(s) :

Stanislas-André Steeman, L’Infaillible Silas Lord. Lecture de Fabienne Kostrzewa. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°123, 1997, 356 p.

Texte intégral

1Si plusieurs romans policiers de Steeman sont considérés comme des classiques du genre, ce qui est confirmé par leurs innombrables rééditions et leur adaptation au cinéma, L’Infaillible Silas Lord est toujours resté dans l’ombre. Il ne présente pas un héros récurrent comme l’élégant M. Wens, et sa structure très particulière, à la frontière entre le recueil de nouvelles et le roman à tiroirs, le rend quelque peu inclassable. C’est pourtant un des romans les plus intéressants de Steeman, parce qu’il met en scène un détective très ambigu, parce qu’il propose des renversements permanents, parce qu’il y manie l’ironie et l’humour, parce qu’il maîtrise totalement une structure narrative qui semble faussement éclatée. Mais c’est cette recherche narrative même, ce jeu avec les conventions du genre qui ont dû déconcerter les lecteurs habituels du « Masque ».

2Le long prologue manifeste bien la double tentation de Steeman, quand il relate l’enfance du héros et sa première rencontre avec la mort. Le texte oscille sans cesse entre les références littéraires (tantôt à Vera de Villiers de l’Isle-Adam, tantôt au Grand Meaulnes) et l’intertextualité policière (et davantage en filiation avec Arsène Lupin qu’avec Sherlock Holmes, comme le proclame pourtant Lord lui-même). Tout le roman se construit sur cette ambiguïté : recherche formelle originale (y compris dans la structure qui est organisée en deux mouvements : dix nouvelles présentant chacune une énigme classique, suivies du long récit de « l’affaire Patricola ») et énigme criminelle adaptée aux conventions de la collection d’accueil ; respect des règles du genre et transgression de celles-ci dans la solution finale ; limpidité de la construction des intrigues et recherche stylistique tirant le texte dans le « champ littéraire ». Ambiguïté et duplication sont des figures emblématiques de ce récit, qui nous semble un des plus remarquables de Steeman, comme nous avons pu l’analyser par ailleurs.

3Il est donc plus que justifié de republier ce texte, qui reprend ici non la version initiale de 1938, mais celle que Steeman a retravaillée pour sa publication dans la collection « Le Jury » qu’il dirigea en Belgique durant les années d’occupation. On regrettera quelque peu que la lecture finale soit pour l’essentiel consacrée à une longue paraphrase du roman, aux fins de dégager le portrait psychologique de Lord, et de comprendre l’aveuglement naïf du narrateur, le jeune David Ford, engagé par Lord comme secrétaire pour sa bonne mine, permettant d’assurer ainsi une façade respectable à ses activités délictueuses. Néanmoins, Fabienne Kostrzewa pressent bien, dans la finale de sa lecture, ces jeux d’intertextualités policières et littéraires, et la dimension parodique du projet de Steeman. Tout ici est double, dans la structure, nous l’avons dit, comme dans les oppositions entre personnages, à travers les couples classiques de l’enquêteur Taurochs et de Lord le voleur, de Lord comme détective et de son confident Ford, de Ford et de sa future femme Paula. Jeux de doubles, jeux de masques aussi comme le montre bien la lecture, où l’on joue à qui perd gagne, pour mieux tromper le lecteur.

4En cela, Steeman, avec sa virtuosité habituelle, a bien compris que ce qui fait l’essence du genre policier, c’est moins le respect des règles édictées par des artisans besogneux que le plaisir de la surprise offerte en finale au lecteur. La subversion du code générique est donc moins un effet de parodie d’un genre que Steeman apprécie, même s’il s’y sent à l’étroit, que d’une fidélité à l’effet de surprise déjà revendiqué par Poe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « Stanislas-André Steeman, L’Infaillible Silas Lord. Lecture de Fabienne Kostrzewa », Textyles, 15 | 1999, 262.

Référence électronique

Marc Lits, « Stanislas-André Steeman, L’Infaillible Silas Lord. Lecture de Fabienne Kostrzewa », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1341

Haut de page

Auteur

Marc Lits

U.C.L

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org