Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Charles Plisnier, Mariages. Roman. (Version définitive). 1945

Bruxelles, Le Cri, coll. Les Évadés de l’Oubli, 1995, 670 p.
Rosalia Vella
p. 260-261
Référence(s) :

Charles Plisnier, Mariages. Roman. (Version définitive). 1945. Bruxelles, Le Cri, coll. Les Évadés de l’Oubli, 1995, 670 p.

Texte intégral

1Publié pour la première fois chez Corrêa en 1936, le roman Mariages subit en 1945 un remaniement considérable, qui donna lieu à plus de cinq mille variantes de fond et de forme, comme Paul Delsemme le signale dans la postface de l’actuelle réimpression, laquelle calque cette version de 1945, considérée comme définitive par son auteur. Les modifications regardent l’« aération » de la mise en pages, la révision de la ponctuation, la correction de quelques rares imperfections syntaxiques, l’occultation des repères belges, un certain « dégraissement » du style, une meilleure précision du lexique, de plus amples « soulignements » psychologiques, des retouches de la technique narrative, le tout visant à placer le lecteur « dans la vie ». Roman de longue haleine, se composant de trois Livres (Doit et Avoir, Christa, Rien à espérer), mais resserré aujourd’hui en un seul très gros volume, Mariages continuera à susciter l’intérêt du lecteur de cette fin de millénaire, plus habitué que le public d’avant-hier à de commodes spectacles télévisés ou à des short stories rapides et percutantes. En effet, la progression de l’intrigue, l’irruption des péripéties, le style concis et épuré qui ne vise pas la « calligraphie », mais se place au service de l’étude psychologique des personnages et de leurs comportements : tout cela maintient en éveil la curiosité du lecteur, quelle que soit la longueur du roman.

2Plus qu’une histoire de « malentendu sexuel entre époux », Mariages est avant tout l’évocation d’une mentalité ayant cours dans la bourgeoisie industrielle des années trente : la famille Chardin. Plisnier décrit les coutumes, les préjugés, mais aussi les vices et les faiblesses que dissimulent les protagonistes. Ainsi Bernard Chardin, homme fort, dur, rationnel, représente le pilastre de la famille. Il détient le pouvoir de résoudre les problèmes de chaque membre de cette famille, mais aussi celui de condamner leurs erreurs éventuelles. Son beau-frère, Thomas Fraigneux, tombé dans l’amertume pour avoir été, par faiblesse, dépouillé de sa fabrique de chaussures par son gendre, Maxime Salembeau, et privé de l’affection de ses enfants, recouvrera, à la mort du beau-fils, la place qui lui revenait à la tête de l’entreprise.

3Le titre Mariages met en relief un événement qui, à cette époque-là, représentait dans la vie de la femme un moyen pour entrer tant soit peu dans la vie mondaine. Mais l’épouse devait rester soumise, se donner totalement au foyer sans rien prétendre en échange. La vie sexuelle des couples était souvent entre eux un sujet tabou. Si une femme osait exprimer quelque déception, voire quelque aspiration sexuelle, elle était vite considérée comme une effrontée et suscitait le scandale. Ainsi Marcelle Chardin, faible, rêveuse, sensuelle, réalisant l’échec de son mariage et cherchant en vain la volupté de l’éros, se laissera entraîner malgré elle dans le tourbillon des aventures. Par contre Fabienne Fraigneux, femme forte, prête à aider son oncle Bernard Chardin à assurer la sauvegarde des normes traditionnelles de la famille Chardin, décidera dans cette optique d’épouser Maxime Salembeau. Elle aidera ce fils du prolétariat à accéder à la promotion sociale, mais, bientôt délaissée par son mari pour d’autres femmes et blessée dans son orgueil, elle se décidera à l’uxoricide, qui d’ailleurs demeurera impuni. Si Fabienne et Marcelle sont deux perdantes en amour, il n’en va pas de même pour leur cousine Christa, qui marque une rupture avec les préjugés de l’époque. Sensible et généreuse, Christa se révèle aussi moderne et anticonformiste. Elle refuse le « code Chardin » et s’inscrit à l’Université à une époque où la place de la femme était principalement au foyer. En épousant un divorcé, elle provoque le scandale. Tout d’abord critiquée et honnie, elle sera ensuite appréciée pour son courage et elle sortira victorieuse de son combat, mené intelligemment, contre la société hypocrite.

4Ainsi Mariages représente le passage aux temps actuels. Deux conceptions du rapport capital-travail sont confrontées : Salembeau, appartenant à la nouvelle génération, transformera les méthodes de gestion de la fabrique de chaussures dans le sens de l’économie de main-d’œuvre. D’autre part nos contemporains n’attribuent plus au mariage le monopole sacralisant l’union du couple, de nombreuses noces débouchent sur le divorce, la sexualité s’est libérée, même jusqu’à l’excès, la femme moderne s’arroge la fonction de sujet, et non seulement d’objet, du rapport érotique ; dans la société, elle a forcé les portes de bien des secteurs autrefois rigoureusement masculins.

5La réédition de Mariages permet donc à un nouveau lectorat de mesurer plusieurs décalages temporels et d’apprécier les qualités d’une écriture qui n’a pas vieilli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosalia Vella, « Charles Plisnier, Mariages. Roman. (Version définitive). 1945 », Textyles, 15 | 1999, 260-261.

Référence électronique

Rosalia Vella, « Charles Plisnier, Mariages. Roman. (Version définitive). 1945 », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1338

Haut de page

Auteur

Rosalia Vella

Université de Palerme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org