Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Anne Mathonet, Regard et voyeurisme dans l’œuvre romanesque de Simenon

Éd. du Cefal [31, bld Frère-Orban, 4000 Liège], coll. Bibliothèque des paralittératures n°6, 1996, 200 p.
Louis Rouche
p. 259-260
Référence(s) :

Anne Mathonet, Regard et voyeurisme dans l’œuvre romanesque de Simenon. Éd. du Cefal [31, bld Frère-Orban, 4000 Liège], coll. Bibliothèque des paralittératures n°6, 1996, 200 p.

Texte intégral

1Simenon ne consulte pas seulement sa célèbre aptitude à l’olfaction ! Anne Mathonet montre qu’il décrit volontiers l’œil et le regard, et les met en rapport avec le caractère des personnages. Faut-il dire qu’à ceux-ci les yeux tiennent souvent lieu de parole, et que l’évitement du regard est le plus lourd des silences ? Si particulier soit-il en apparence, un tel sujet ouvre une porte dans l’œuvre et finit par en révéler l’essentiel, à savoir que ses héros, voyeurs parfois sexuels dans un univers toujours traversé de fantasmes érotiques, sont avant tout voyeurs de la vie d’autrui. Avec honte souvent, ils cherchent à se l’approprier. Eux, ils ressentent un vide intérieur. S’ils craquent, tuent ou fuient, c’est encore pour lorgner sans espoir ce qu’ils auraient pu être. Les miroirs ne les aiment pas et, dans les « romans de la rupture », un dédoublement les conduit à se voir, donc à échouer dans leur effort de devenir un parmi les autres. Pour comble, ceux-ci regardent aussi, qu’à Furnes les bien-pensants épient les bien-pensants ou qu’Élise soit obsédée par le reflet qu’elle offre aux prunelles, toutes aliénantes. Heureusement, il y a la scrutation, équivoque par moments mais d’ordinaire objective et sympathique, dont le trio Maigret-Simenon-lecteur dévore le monde, et il y a les couleurs intériorisées du Petit Saint.

2Ainsi donc, imposée par le hasard et les préjugés (par la mère ?), la réalité s’effondre autour d’un homme. Elle n’est pas sienne. Il veut s’échapper. Il arrive qu’il soit trop tard. Certes, entre le monde et le moi, le désaccord n’est pas étranger au sexe. Or voici qu’en ce mythe se mire l’homme moyen d’aujourd’hui. A cette vue synthétique de ce qui fait Simenon, on est incité par Anne Mathonet. Elle enrichit de lectures un mémoire de licence, qui se trahit encore par sa composition. N’hésitant pas devant Sartre, Michel Serres, voire Lacan, elle ajoute au dépouillement érudit l’exercice de la réflexion.

3Elle devrait une bonne fois décider si elle écrit scoptophile ou scopophile, scoptique ou scopique. Le grec fournit, au sens de vue ou d’examen, les éléments scop(o), de télescope, et, à partir du même radical mais « au degré epsilonn et avec un tau infixé », scept- de sceptique. Peut-être y a-t-il aussi confusion avec opt-, comme dans opticien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Rouche, « Anne Mathonet, Regard et voyeurisme dans l’œuvre romanesque de Simenon », Textyles, 15 | 1999, 259-260.

Référence électronique

Louis Rouche, « Anne Mathonet, Regard et voyeurisme dans l’œuvre romanesque de Simenon », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1336

Haut de page

Auteur

Louis Rouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org