Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Robert Vivier, l’homme et l’œuvre

Actes du colloque organisé à Liège, le 6 mai 1994, à l’occasion du centenaire de sa naissance, par l’asbl Le Grand Liège, l’Arllf et le Département d’Études romanes de l’Université. Publiés par P. Delbouille et J. Dubois. Genève, Libr. Droz, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège - fasc. 264, 1995, 128+14 p.
Paul Dirkx
p. 258-259
Référence(s) :

Robert Vivier, l’homme et l’œuvre. Actes du colloque organisé à Liège, le 6 mai 1994, à l’occasion du centenaire de sa naissance, par l’asbl Le Grand Liège, l’Arllf et le Département d’Études romanes de l’Université. Publiés par P. Delbouille et J. Dubois. Genève, Libr. Droz, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège - fasc. 264, 1995, 128+14 p.

Texte intégral

1À l’occasion du centenaire de sa naissance, l’écrivain Robert Vivier (1894-1989) a reçu un hommage brillant à travers une rencontre organisée par l’association Le Grand Liège, l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises et le Département d’Études romanes de l’Université de Liège. Dans un texte liminaire sur « Robert Vivier, poète de la transmission », Jean Tordeur donne le ton, élogieux et parfois hagiographique, des actes de ce colloque. Il serait urgent d’« assurer la précieuse connaissance et reconnaissance » des écrits du « très grand poète » (p. 18), de sauver d’« un oubli définitif » (p. 7) un écrivain raffiné et, partant, de défendre la veine artistique dans laquelle s’inscrit son œuvre, fidèle à une tradition « classique » et à la fois toute tendue vers la vie et l’avenir. Opération de relégitimation justifiée, à tout le moins pour ce qui est de l’artiste, patient orfèvre de la langue dont les sept communications suivantes arrivent à évoquer les aspects multiples, quoiqu’elles restent, pour la plupart, trop à la surface des textes. Claudine Gothot-Mersch commence par livrer ses impressions de (re)lecture des quatre textes auxquels « Robert Vivier, romancier » s’est limité, Non (1931), Folle qui s’ennuie (1933), Délivrez-nous du Mal (1936) et Mesures pour rien (1947). À qui se propose de les « expliquer » (p. 19), ces romans peuvent poser « un problème » : cohérents d’un point de vue thématique, ils le seraient moins « au niveau de la signification la plus générale », c’est-à-dire sur le plan connotatif de l’interprétation. Pour Henry Bauchau, le successeur de Vivier à l’Académie qui, à coup sûr, pense ici à sa propre expérience, « Robert Vivier et la guerre » évoquent avant tout « une coupure décisive dans la vie » de l’écrivain, en ce que 14-18 (Bauchau se tait sur 40-45, période durant laquelle Vivier s’est tu) lui aurait révélé sa double vocation de poète et d’homme parmi les hommes. Après un texte sur la présence de la poésie dans ses essais (Georges Sion), on reçoit un aperçu de sa carrière de romaniste à l’Université de Liège, carrière « couronnée » à la Sorbonne de 1964 à 1967 (Maurice Delcroix). Une présentation de son essai Traditore... (1960) et de ses traductions du russe, du polonais (en collaboration avec sa femme, Zénitta Tazieff) et surtout de l’italien permet ensuite à Albert Maquet de montrer que « Robert Vivier, traducteur, n’existe qu’en fonction de Robert Vivier, poète », et, par là, à quel point « création », traduction et explication « en spirale » (passim) du texte littéraire relevaient chez lui d’un profond souci de tradition au sens étymologique du terme. C’est d’ailleurs la conclusion de l’étude de Pierre Jodogne sur l’italianiste, encore qu’il faudrait un jour se demander, entre autres, pourquoi le critique « refus[ait], selon sa coutume, de s’attarder aux choses de l’histoire » (p. 83) et pourquoi il destinait ses analyses à un public exclusivement francophone. Enfin, l’on doit à Théo Pirard une esquisse intéressante du chroniqueur ainsi que, instrument qui faisait défaut jusqu’à présent, une bibliographie détaillée de ses écrits et des études qui y sont consacrées.

2Si sa portée scientifique, bien qu’indéniable, reste limitée, le principal mérite de ce volume, outre celui d’attirer l’attention sur un écrivain aussi authentique que négligé, est de faire apparaître quelques pistes de recherche qui permettent de dépasser le cas particulier tout en le situant mieux dans le paysage littéraire en Belgique. On relèvera ainsi les rapports de Robert Vivier avec son ami Marcel Thiry, présent dans plus d’une communication, et à travers celui-ci, les liens qui l’unissaient à certains réseaux intellectuels (liégeois), d’une part, et à des institutions bruxelloises comme l’Académie, de l’autre. On notera aussi que tout semble indiquer que les quatre années passées dans les boyaux de la mort durent faire partie des expériences qui renforcèrent en lui des dispositions à l’exaltation de l’universalisme (en l’occurrence humaniste), à l’idéalisation de la langue française et aussi, semble-t-il, à la déshistoricisation de sa vision du monde, traits à rapprocher d’une des esthétiques dominantes belges francophones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Dirkx, « Robert Vivier, l’homme et l’œuvre », Textyles, 15 | 1999, 258-259.

Référence électronique

Paul Dirkx, « Robert Vivier, l’homme et l’œuvre », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1335

Haut de page

Auteur

Paul Dirkx

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org