Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Bérengère Deprez & Ana de Medeiros, éd., Marguerite Yourcenar. Écritures de l’exil. Actes du colloque de l’université de Kent

Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, 1998, 286 p.
Frédéric Léonard
p. 255-256
Référence(s) :

Bérengère Deprez & Ana de Medeiros, éd., Marguerite Yourcenar. Écritures de l’exil. Actes du colloque de l’université de Kent. Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, 1998, 286 p.

Texte intégral

1Les 28 communications qui composent ces actes d’un colloque organisé en juillet 1997 à l’université de Kent fournissent une étude large et diversifiée de la thématique yourcenarienne de l’exil. Ces articles traitent aussi bien de l’œuvre proprement dite de Marguerite Yourcenar que de sa correspondance.

2Si parler de l’exil à propos de Yourcenar semble un truisme, la signification de ce mot est cependant loin d’être la même pour tous les chercheurs qui ont contribué aux recherches ; les variations allant même parfois jusqu’à la discordance. Il semblait donc primordial dans ce contexte de définir la notion d’exil chez Marguerite Yourcenar ; c’est ce qu’ont fait Michèle Goslar, Lucile Desblache et Jean-Pierre Castellani.

3Michèle Goslar s’interroge sur la pertinence du mot « exil » pour qualifier le long séjour de l’écrivain aux États-Unis entre 1939 et 1951. Elle y voit plutôt une « longue et lente convalescence » de Yourcenar, qui était alors quasi réduite au silence puisqu’elle n’a publié durant cette période que trois textes théâtraux, La Petite Sirène, Électre ou la chute des masques et Le Mystère d’Alceste ; maigres écrits qui révèlent la lutte acharnée contre le vide qui hantait l’écrivain à cette époque. À l’exil géographique correspondait alors une crise littéraire.

4Lucile Desblache, quant à elle, étudie l’impact de « l’exil » ambigu de Yourcenar aux États-Unis sur sa production littéraire. Cela lui permet de dégager trois types de conséquences : une modification du rapport à la langue, une influence sur les conceptions littéraires, et une évolution spirituelle proche de la conversion. Lucile Desblache analyse aussi la récurrence dans l’œuvre yourcenarienne du thème de la solitude de l’individu dépossédé de tout.

5Enfin, Jean-Pierre Castellani appuie sa définition de l’exil yourcenarien sur une analyse de Denier du rêve. L’exil ici n’est pas politique — bien que le récit évoque l’exil de militants communistes dans l’Italie fasciste des années 30 —, mais consiste dans l’errance de quelques êtres sans attaches, « entre attente et départ », toujours en partance vers un ailleurs indéterminé. Et à travers ces hasards se profile toujours chez Yourcenar la quête d’une sagesse.

6C’est par un autre biais, celui de l’analyse de la correspondance de l’auteur, que Maria José Vazquez de Parga et Ana de Medeiros tentent d’éclairer l’ambigüité de l’exil yourcenarien. Les lettres de Marguerite Yourcenar révèlent ainsi que, si l’exil a provoqué chez elle une forte nostalgie de l’Europe — et d’autres parties du monde —, il lui a aussi permis d’atteindre un détachement propice à la création littéraire.

7De leur côté, Maurice Delcroix et Carole Allamand analysent les métaphores que Yourcenar emploie dans ses œuvres pour évoquer le premier et le dernier exils que sont la naissance et la mort. Depuis Alexis jusqu’au Labyrinthe du monde, les destinées des héros yourcenariens sont marquées par le déracinement, la coupure d’avec le lieu originel. Il ne reste alors que l’écriture pour amorcer le mouvement de retour à l’origine : « l’invention de soi est indissociable de l’invention d’une mère ».

8Une série d’autres contributions se penchent sur les figures de l’exil qui abondent dans l’œuvre de Yourcenar. Relisant Le Labyrinthe du monde, André Maindron se penche ainsi sur le personnage de Michel, le père de Marguerite : exilé en Angleterre pour une histoire de cœur, puis parcourant le monde à la recherche d’on ne sait quel idéal, celui-ci trouve dans l’exil — presque toujours volontaire — une échappatoire à un monde, à des conventions qui l’étouffent. D’autres figures, comme celle de Marcella dans Denier du rêve, ou celle de la Petite Sirène de la pièce du même nom — la première fuyant sous divers masques, la seconde errant entre les deux mondes dont elle est exclue —, illustrent le mouvement continuel auquel les héros yourcenariens semblent se vouer, comme s’ils voulaient ainsi marquer à la fois leur appartenance à la terre et leur détachement par rapport à elle. Kasja Andersson et Marlène Maltais étudient ce phénomène avec précision.

9L’exil est aussi envisagé comme un déchirement intérieur : Valeria Sperti et Enrica Restori voient dans l’expérience du déracinement puis dans la recherche des origines qui traversent tout Le labyrinthe du monde les manifestations d’une véritable discipline de connaissance de soi ; la trilogie autobiographique, « lieu imaginaire des origines retrouvées », est alors lue comme la « vraie partie intérieure » de l’auteur.

10Ellen Munley, Carmelina Biondi, Bérengère Deprez et Claude Foucart explorent ces mêmes phénomènes d’exil intérieur et extérieur, de quête des origines et de fascination de la mort — ultime exil — dans Mémoires d’Hadrien, dans L’Œuvre au noir et dans Quoi ? L’Eternité.

11La contribution de Rémy Poignault envisage l’exil volontaire d’Hadrien comme un moyen d’abolir les frontières, un procédé pour annuler les contraires par l’exploration minutieuse et assidue des extrêmes — qu’il soit question d’êtres, de choses ou d’idées.

12Enfin, Nigel Saint et Alexandre Terneuil analysent le rôle de l’art dans l’exil yourcenarien. Le second montre, à partir de l’étude des essais de Yourcenar sur l’art, comment l’écrivain relie l’expérience douloureuse de l’exil à des réalisations artistiques, en suggérant que c’est par l’art que l’exil peut être assumé sans dommages. Quant à Nigel Saint, il montre dans quelle mesure les tableaux de Poussin et de Rembrandt furent des moteurs de l’écriture de Yourcenar pendant ses années d’exil.

13Par la diversité des points de vue qu’il rassemble, cet ouvrage, dont la qualité d’édition doit être soulignée, rend compte de manière convaincante et stimulante de la richesse de la thématique de l’exil dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Léonard, « Bérengère Deprez & Ana de Medeiros, éd., Marguerite Yourcenar. Écritures de l’exil. Actes du colloque de l’université de Kent », Textyles, 15 | 1999, 255-256.

Référence électronique

Frédéric Léonard, « Bérengère Deprez & Ana de Medeiros, éd., Marguerite Yourcenar. Écritures de l’exil. Actes du colloque de l’université de Kent », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1325

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org