Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Francophonie vivante

n°4/1996, décembre 96, pp. 193-272.
Louis Rouche
p. 251
Référence(s) :

Francophonie vivante, (Fondation Charles-Plisnier, 15, Place Van Meenen, B-1060 Bruxelles), n°4/1996, décembre 96, pp. 193-272.

Texte intégral

1Grâce à l’insertion d’un article paru dans Marginales en 1946, Charles Plisnier ouvre lui-même le numéro que lui a consacré Francophonie vivante, en récusant l’appellation de littérature belge, coquecigruesque à ses yeux autant que celles de langue belge ou de pensée belge ; en revanche, il souhaitait, notamment en Belgique, de grands foyers de littérature provinciale, le provincial et le Belge atteignant avec difficulté les lieux français de publication. Plus loin, Philippe Destatte le montre, à travers des positions successives — réunionnistes, fédéralistes, européennes —, toujours fidèle à ce que Marcel Thiry appelait son idée-roc : l’idée française.

2Chez Albert Ayguesparse, il reçut deux fois Hubert Nyssen et, rapporte celui-ci, deux fois le traumatisa, tantôt à force de parler politique plutôt que littérature, tantôt parce qu’il décriait les « bonheurs de l’écriture » au regard des « malheurs de la condition humaine ». C’est d’avoir allié le souci des deux que justement le loue Ayguesparse, préfaçant en 1979, pour la maison Labor, une anthologie de ses poèmes — encore un texte ici reproduit et qui retrace le parcours bien connu de Lénine à Dieu : le surréalisme pratiqué clandestinement comme chose contraire à la prose que veut la Révolution, le désaccord sur ce point avec André Breton, le bolchevisme vécu à la manière d’un mystique, et le catholicisme retrouvé sans que soient reniées la révolte ni la Gauche. « Russie/ o lieu du monde/ le plus chargé de Dieu », ces vers dans cet éclairage semblent moins une confusion qu’une fusion. Rosine Delbart voit une pareille « union des contraires » au principe de Mariages. Leur auteur y dénonce la bourgeoisie capitaliste parce qu’elle persévère dans la puissance en courbant ses propres membres sous la loi de l’intérêt pécuniaire et réduit l’amour à un moyen de renforcer le patrimoine ; exactement de même, il avait cherché dans le combat social la libération de l’individu, puis le groupe combattant l’avait rejeté pour son attachement « petit-bourgeois » au respect de l’homme ; la géographie du roman s’explique par l’autre choix de Plisnier, celui de défendre dans le Wallon l’homme en tant que membre de la nation française, si bien que la plupart des toponymes sont ouvertement ou belges ou français, mais que le lieu central n’est pas nommé, par refus d’une différence inacceptée. Paul Delsemme, pour sa part, étudie les corrections apportées par l’auteur quand, augmenté de la pièce Une voix d’or, fut réédité en 1945 le recueil de nouvelles intitulé Figures détruites et datant de 1932.

3Claire Anne Magnès rappelle que Plisnier passa vingt ans à Bruxelles et y connut des moments essentiels de sa vie. Malgré sa réputation d’avoir situé ses récits dans un Nord indéfinissable, plusieurs fois Bruxelles s’y nomme et s’y décrit, non moins que dans ses textes de mémorialiste. Belle évocation aussi du Montois qu’il fut, due à Roger Foulon. Est-il paradoxal d’aimer le plus, sous cette plume, les quelques lignes évoquant le paysage d’entre Ghlin et Mons ? Là se trouve rappelé, en outre, l’hommage rendu à l’auteur, peu après sa mort, dans la Maison Losseau, superbe immeuble Art Nouveau qu’étudie dans le même numéro Christiane Piérard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Rouche, « Francophonie vivante », Textyles, 15 | 1999, 251.

Référence électronique

Louis Rouche, « Francophonie vivante », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1306

Haut de page

Auteur

Louis Rouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org