Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Nougé (Paul), René Magritte (in extenso). Préface d’Olivier Smolders

Bruxelles, Didier Devillez, Coll. Patrimoine, 1997, 174 p.
Philippe Dewolf
Référence(s) :

Nougé (Paul), René Magritte (in extenso). Préface d’Olivier Smolders. Bruxelles, Didier Devillez, Coll. Patrimoine, 1997, 174 p.

Texte intégral

1Alors que les commémorations du centenaire de la naissance de René Magritte vont bon train, nous revenons à un livre publié par Didier Devillez en 1997. L’éditeur y a rassemblé des textes écrits par celui qui fut le mentor de l’artiste au moment décisif de l’orientation qu’il avait prise dans sa peinture, ce qui devrait nous valoir un portrait de Magritte sous l’œil de Nougé.

2En intitulant son livre René Magritte (in extenso), Didier Devillez s’engageait à donner une sorte de publication intégrale regroupant les textes que Paul Nougé a écrits à propos de Magritte, ceux qu’il a signés avec des illustrations du même, et les lettres qu’il lui a adressées. Or, si ce livre restitue l’essentiel d’un tel ensemble, tout n’y est pas pour autant repris. C’est ainsi qu’on n’y trouve pas Quelques écrits et quelques dessins, une plaquette que Nougé et Magritte ont fait paraître en 1927 sous le pseudonyme de Clarisse Juranville, où textes et images se répondent dans cette tension, cet éclair qui, selon Nougé, caractérisent le mieux l’acte poétique. L’option prise par l’éditeur et le préfacier d’écarter la reproduction des œuvres de Magritte dont parle Nougé n’explique qu’en partie l’absence de certains de ses textes, car ceux d’entre eux qui figurent en regard des collages de Magritte dans le Catalogue Samuel (réédité par Devillez en 1996, mais avec les images de Magritte) sont, quant à eux, bel et bien reproduits dans René Magritte (in extenso). On est donc en droit de parler de « deux poids, deux mesures ».

3Dans sa préface au présent ouvrage, Olivier Smolders, qui a signé naguère une biographie de Nougé, avance une raison pour justifier la mise au rancart des œuvres du peintre. Magritte se serait en effet discrédité à partir du moment où la commercialisation de sa peinture a pris le pas sur le commerce qu’elle entretenait avec un monde qu’elle était censée faire vaciller. Ce faisant, Smolders acquiesce à la disqualification où Magritte serait tombé aux yeux de Nougé, pour s’être compromis avec cette part du monde à laquelle l’écrivain s’était juré de livrer une « guerre sans issue ». Le désaveu de Nougé à l’endroit de Magritte, après de nombreuses années de complicité, était à la hauteur de l’espoir qu’il avait fondé sur l’œuvre du peintre, car elle correspondait idéalement à ses attentes en vue de changer le monde, utopie qui passait notamment par l’invention de sentiments nouveaux. De fait, Magritte établissait un rapport entièrement neuf entre l’homme et l’objet, ainsi qu’entre l’objet et sa représentation. En somme, tout s’est passé comme si Nougé se réservait de déterminer quelles seraient les fins, en laissant à Magritte le soin d’imaginer les moyens d’y parvenir.

4D’autre part, comme Nougé a écrit à propos des images peintes par Magritte qu’elles étaient « défendues », aurait-il eu le pressentiment qu’un livre s’y rapportant en serait un jour... privé ? Aussi faut-il lire les textes de Nougé à propos de Magritte, soit en se rappelant les images auxquelles il se réfère si on les a vues, soit en les imaginant dans le cas contraire. Cette sollicitation du lecteur montre a posteriori quel était le niveau d’exigence intellectuelle requis par Nougé. Comme à son habitude, il procède par allusions. Il n’est guère explicite quand il accable Cocteau dans une lettre à Magritte (encore qu’une certaine phrase de Cocteau que Nougé prend plus particulièrement pour cible doit, selon toute vraisemblance, avoir été citée par Magritte dans un courrier auquel Nougé répond et dont la trace semble perdue). Songe-t-il à une pensée de Pascal, « le silence éternel des espaces infinis m’effraie », c’est pour n’en citer que les trois premiers mots, et pour autant qu’elle prête le flanc à la critique. On le retrouve pareil lorsqu’il se réfère indirectement à la célèbre formule de Maurice Denis selon qui il fallait « se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées ». Or, comme Nougé ne cite ni le texte en question, ni son auteur, il y a comme un constant appel au raisonnement par induction. Ici, il lui suffit de signifier qu’il relègue une théorie de l’art au niveau des recettes de basse cuisine pour suspecter l’activité artistique et ceux qui s’y livrent. Même Paul Valéry, que Nougé tenait en haute estime, n’apparaît pas nommément quand est reprise cette phrase définitive de Monsieur Teste : « Qui se hâte a compris ; il ne faut point s’appesantir... », comme si Nougé laissait au lecteur le soin de conclure pour lui-même. À plus d’une reprise, l’attitude de Nougé s’apparente à celle du professeur d’université pour qui toute une série de matières sont supposées connues, dès lors qu’on veut suivre son enseignement.

5La peinture n’est pas seule en cause dans les écrits de Nougé sur et à Magritte. En plus du credo marxiste, le poète y va d’un éloge, sinon d’une légitimation de l’agression verbale et physique comme ultime recours quand la gravité d’une situation la requiert. Cet appel à l’action violente s’accompagne dans les Dernières recommandations d’un discrédit jeté à la face d’une figure majeure du xxe siècle, Sigmund Freud, coupable de quelques dérives par rapport à la précision des instruments qu’il avait mis au point. Nougé conforte son attitude par l’extrême classicisme d’une langue absolument maîtrisée, sans à-peu-près, comme pour garantir, défendre, un pouvoir de subversion d’autant plus redoutable que les coups qu’il porte sont brefs et définitifs, à l’instar de la rupture survenue avec Magritte et du passage à la trappe réservé à André Breton pour cause d’obscurantisme.

6Une notice bibliographique accompagne chaque texte ou ensemble de textes réédités. On aurait aimé une approche plus fouillée concernant le sonnet La Géante, où Nougé paraphrase le poème homonyme de Baudelaire selon la méthode qu’il avait mise au point dans les tracts de Correspondance. Mais il y a un hic dans la mesure où l’éditeur semble ignorer le fait que Magritte a reproduit au pinceau ce poème (signé du nom de Baudelaire) dans un tableau qui porte le même titre. Cela démontre, comme aurait pu le dire Marcel Lecomte, que s’il n’y a pas de quoi regretter que les images manquent, elles manquent cependant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dewolf, « Nougé (Paul), René Magritte (in extenso). Préface d’Olivier Smolders », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1304

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org