Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Paul Neuhuys, Mémoires à dada. Préface de Guy Imperiali. Avertissement de Thierry Neuhuys

Bruxelles, Le Cri, coll. Les Évadés de l’oubli, 1996, 302 p.
Louis Rouche
p. 249
Référence(s) :

Paul Neuhuys, Mémoires à dada. Préface de Guy Imperiali. Avertissement de Thierry Neuhuys. Bruxelles, Le Cri, coll. Les Évadés de l’oubli, 1996, 302 p.

Texte intégral

1Paul Neuhuys (Anvers 1897-1994) raconte son enfance à la Belle Époque, ses brèves études à Paris, ses débuts à Anvers de poète qui se réclame du dadaïsme, la fondation de la revue Ça Ira, ses livres et ses lectures, ses amitiés avec peintres et poètes. Il évoque sa vie privée : la fabrique de cigares dont il hérita et qui périclita en 1945, les cours qu’il obtint alors, sa femme, ses fils et son veuvage.

2L’ouvrage se lit avec agrément malgré quelques expressions délibérément bizarres. Enrichi de photographies, il renseigne utilement sur la vie littéraire française en Flandre et dans les régions circonvoisines. Introduit par Thierry Neuhuys, fils de l’auteur, et par Guy Impériali, il est complété par un résumé de sa vie, la liste de ses œuvres et celle des nonante-huit titres parus aux éditions Ça Ira ( de 1920 à 1984), ainsi que par un index des noms de personnes citées.

3L’homme choque parfois. Sa Belle Époque est surtout belle et la guerre de 70 y est oubliée (p. 15). Les Années Trente ont pour inconvénient majeur que la politique s’insinue partout (p. 106). Dada menant n’importe où même à Sirius, il se demande en ce temps-là si on aura la guerre du Péloponnèse (p. 106) et, plus tard, s’avisera qu’a eu lieu « la querelle entre Germanicus et Britannicus » (p. 114). Il adopte aussitôt comme maxime de « résister à la collaboration sans collaborer à la résistance », s’assigne pour devoir de décevoir et se prend pour Érasme (p. 111).

4Ses idées littéraires étonnent. Si le dadaïsme revendique « l’idiotie pure », il n’est pas autre chose que la philosophie de Bergson et de Henri Poincaré (pp. 58-59) : on voudrait leur avis ! Il comprend mal que Gide se soucie d’une coquille, qui pourtant déforme sa pensée (p. 104) et, d’une certaine manière, lui suggère rétrospectivement de faire récrire ses œuvres par Ghelderode (p. 105) (et pourquoi pas Yourcenar récrite par Céline ?). Il considère Plisnier comme un « écrivain politique » et explique son Goncourt par « une campagne à boulets rouges » (p. 110). Il parle d’Ezra Pound puni pour ses « idées subversives » (p. 84). (On sait qu’elles consistèrent à servir en anglais la propagande fasciste sur Radio-Rome.) Il ramène l’existentialisme à une démoralisation du public (p. 92) ; voit chez Obaldia de la gaminerie (p. 105) ; chez Beckett de la goujaterie (p. 105), une « farce lugubre » et un puritanisme de prêche calviniste (p. 127) ; chez Anouilh et Sartre, les équivalents d’Ohnet et de Sardou (p. 150) ; chez Sartre encore, Faulkner et Durrell, une mise au diapason de « l’énorme ignorance du public » (p. 158). En lisant ce dernier, il croit « marcher sur une planche pourrie » (p. 178) ; il attribue à Henri Michaux une « poésie de drugstore » et, en 1961, pendant une grève qui l’agace, une « nature de gréviste » (p. 161).

5Ce « fransquillon », à qui le bourgmestre Craeybeckx voulait tordre le cou (p. 168), s’est-il désintéressé à ce point des enjeux, et de la pensée française, et de la société flamande ? Répétons-le : ces pages nen renseignent pas moins sur Verhaeren, Maeterlinck, Elskamp, Roger Avermaete, René Vaes, Maurice van Essche, Tristan Tzara, Francis Picabia, sur les débuts de Breton, Aragon, Éluard, sur Clément Pansaers, Maurice Gauchez, Michel de Ghelderode, Franz Hellens, Odilon-Jean Périer, etc., etc., jusqu’à Norge, Linze et Guiette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Rouche, « Paul Neuhuys, Mémoires à dada. Préface de Guy Imperiali. Avertissement de Thierry Neuhuys », Textyles, 15 | 1999, 249.

Référence électronique

Louis Rouche, « Paul Neuhuys, Mémoires à dada. Préface de Guy Imperiali. Avertissement de Thierry Neuhuys », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1302

Haut de page

Auteur

Louis Rouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org