Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Marcel Remy, Les Ceux de chez nous. Édition critique établie par Benoît Dorthu. Lecture de Louis Chalon

Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°122, 1997, 351 p.
Michel Francard
p. 248-249
Référence(s) :

Marcel Remy, Les Ceux de chez nous. Édition critique établie par Benoît Dorthu. Lecture de Louis Chalon. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°122, 1997, 351 p.

Texte intégral

1Pour la première fois, la collection Espace Nord accueille un texte représentatif de cette production littéraire franco-dialectale de Wallonie, qu’on peut mettre en parallèle avec des productions « bruxelloises » comme celles de Léopold Courouble, Robert Kervyn de Marcke ten Driessche et consorts, et qui a été, depuis longtemps, popularisée par des auteurs comme Arthur Masson (La Toinade) ou Paul Biron (Mononke), pour ne citer que les plus prolixes. L’initiateur de cette veine littéraire est un critique musical d’origine liégeoise, Marcel Remy (né en 1865, décédé en 1906, et non 1905, comme indiqué sur la quatrième de couverture), qui a entamé dès 1901, dans le Journal de Liége, la publication de billets ravivant ses souvenirs d’enfance dans la ferme familiale de Boix-de-Breux : l’école, le catéchisme, la tenderie, les combats de coqs, etc. Au total, ce seront vingt-et-un textes qui paraîtront dans le quotidien liégeois de 1901 à 1906. En 1916, douze de ces compositions seront réunies sous le titre Les Ceux de chez nous et publiées en fascicules à Liège par l’imprimerie Bénard. La première édition reprenant la totalité des textes parus dans le Journal de Liége est due à Maurice Kunel qui la publiera en 1925 (Liège, imprimerie Bénard). Quant à la première édition critique, elle est due à Benoît Dorthu, qui l’a réalisée dans le cadre de son mémoire de licence à l’U.C.L. en 1993 (sous la direction de J.-M. Pierret).

2Cette édition critique est aujourd’hui accessible, ce qui permet à un large public – y compris à des lecteurs non wallons – de découvrir une œuvre savoureuse et attachante. Le principal mérite de B. Dorthu est de mettre à notre disposition un texte agréable à lire, sans pour cela sacrifier la fidélité aux productions initiales (il est à préciser – et cela souligne l’intérêt du travail de B. Dorthu – que le texte manuscrit de Remy n’a pas été retrouvé). Pour ce faire, il a notamment transcrit en orthographe Feller les passages en wallon qui émaillent les dialogues et les a intégralement traduits dans des notes infrapaginales. Les conventions de l’orthographe Feller (du nom du célèbre dialectologue liégeois qui les a mises au point au début de ce siècle), familières aux spécialistes des parlers romans de Wallonie, sont, parce qu’elles privilégient l’analogie avec le français, d’accès aisé pour les francophones. Dans le même esprit, les mots de français régional pouvant présenter une difficulté d’interprétation sont également traduits en note et repris dans un glossaire en fin de volume (pp. 327-342).

3Comme les autres ouvrages publiés dans la même collection, le texte de Marcel Remy est accompagné d’une Lecture due à Louis Chalon (lui aussi auteur, à ses heures, de textes franco-dialectaux). L. Chalon nous propose une brève biographie de M. Remy (pp. 297-299), quelques références bibliographiques (pp. 322-326) et des considérations d’excellente facture sur la langue des Ceux de chez nous (pp. 300-303), sur le narrateur (pp. 304-311), sur l’univers qui est mis en scène par M. Remy (pp. 311-318) et sur la postérité de cet auteur (pp. 318-321).

4Comme les autres textes franco-dialectaux, Les Ceux de chez nous a connu un remarquable succès de librairie : les fascicules de l’édition de 1916 ont été tirés à plus de 3.000 exemplaires ; l’édition de 1925 a atteint un tirage de 4.500 exemplaires, score dépassé par les éditions ultérieures (1941 : 5.000 exemplaires ; 1954 : 8.000 exemplaires en deux tirages successifs). Cette édition de l’œuvre de Marcel Remy apporte une nouvelle caution à une littérature dont le succès populaire est essentiellement dû à sa capacité mimologique, qui suscite l’adhésion des lecteurs wallons à une forme d’expression qu’ils considèrent – à tort ou à raison, peu importe puisque nous sommes dans le domaine des représentations – comme représentative de leur propre usage. À l’heure où la Wallonie est en quête d’identité, il y a sans doute là un patrimoine à prendre en considération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Francard, « Marcel Remy, Les Ceux de chez nous. Édition critique établie par Benoît Dorthu. Lecture de Louis Chalon », Textyles, 15 | 1999, 248-249.

Référence électronique

Michel Francard, « Marcel Remy, Les Ceux de chez nous. Édition critique établie par Benoît Dorthu. Lecture de Louis Chalon », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1299

Haut de page

Auteur

Michel Francard

Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org