Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Marius Renard, Gueule-Rouge. Roman naturaliste de mœurs ouvrières. Préface et notes de Paul Delsemme

Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, coll. Histoire Littéraire, 1998, 379 p.
Aurore Boraczek
p. 247-248
Référence(s) :

Marius Renard, Gueule-Rouge. Roman naturaliste de mœurs ouvrières. Préface et notes de Paul Delsemme. Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, coll. Histoire Littéraire, 1998, 379 p.

Texte intégral

1Roman méconnu d’un écrivain tombé dans l’oubli, Gueule-Rouge de Marius Renard fait judicieusement l’objet d’une réédition par l’Académie. Au roman est adjoint un paratexte conséquent établi par Paul Delsemme, à savoir une préface intitulée « Une réécriture de Germinal » (pp. 5-43), une bibliographie (pp. 377-378) et des notes de bas de page s’attachant au sens des termes techniques et dialectaux. P. Delsemme mène avec brio une analyse fouillée et rigoureuse : il dépeint d’une part le cadre historique et littéraire et, d’autre part, met en lumière les procédés stylistiques propres à M. Renard.

2Gueule-Rouge, récit tragique composé de quatre parties, écrit en 1893 et publié sous le pseudonyme de Mary Renard en 1894 chez l’éditeur engagé Henry Kistemaeckers, présente un intérêt documentaire indéniable en tant que témoignage d’une situation sociale particulière — la misère du prolétariat des charbonnages à la fin du xixe siècle — et d’un courant littéraire important — le naturalisme belge au style « coruscant ». Ainsi, « lire Gueule-Rouge », c’est, selon les termes du préfacier, « rendre hommage à la littérature prolétarienne de langue française en Belgique ». Ce texte occupe donc une place honorable dans la tradition des romans prenant pour thème la mine, genre qui s’étend d’Hector Malot à Constant Malva, en passant par Émile Zola.

3« Citoyen épris vérité et de justice », M. Renard (1869-1948) a mené de front des carrières et des passions diverses : il a été tout à la fois professeur dans l’enseignement technique et professionnel, homme politique de premier plan (notamment au Parti Ouvrier Belge), céramiste, dessinateur, journaliste (il fonde en 1921 la revue Savoir et Beauté) et, dans ses moments de loisirs, auteur d’une trentaine de textes (nouvelles, critiques d’art, études folkloriques, et, surtout, romans et contes). P. Delsemme retrace l’évolution littéraire de Renard, des débuts à La Gazette du Borinage en 1888, laquelle publie en 1889 son premier roman Petit Coutia (Étude de mœurs boraines), au dernier roman intitulé Le Poing levé. Cahiers d’un ouvrier, édité en 1939. Les titres des six romans et des deux recueils de contes sont évocateurs de ses thèmes de prédilection : le mode vie borain, le monde ouvrier et l’existence des déclassés. En 1909, il s’écarte du naturalisme avec Notre pain quotidien, roman original qui peut être tenu comme précurseur du populisme ; Le Poing levé, texte dépouillé et émouvant, fait d’ailleurs explicitement référence à L’Hôtel du Nord d’Eugène Dabit.

4D’abord fervent adepte des « déviances » stylistiques du naturalisme belge, Renard optera, à partir de 1905, pour un style fluide et correct, destiné à rendre ses textes accessibles au plus grand nombre. La langue coruscante créée par Camille Lemonnier et Georges Eekhoud, naturalistes engagés sur la voie de la modernité à la fin du dix-neuvième siècle, est minutieusement décortiquée par P. Delsemme qui, du point de vue de la pragmatique textuelle, en recense les effets de style. Citant abondamment Gueule-Rouge, mais également des œuvres de ses prédécesseurs, il en évoque les tournures syntaxiques novatrices, la bigarrure lexicale qui accumule néologismes, archaïsmes, régionalismes, termes rares ou techniques et les procédés stylistiques qui visent, par exemple, à désigner les hommes par des termes abstraits et les machines par des termes humains. Le choix d’une langue outrancière s’inscrit clairement dans la visée et la vision déformante du naturalisme qui ambitionne de mettre en exergue les dérèglements du monde et la déréliction des individus.

5En outre, le propos de P. Delsemme est d’établir une comparaison détaillée qui souligne moins les ressemblances que les dissemblances entre Gueule-Rouge et Germinal. Il rappelle la genèse de Germinal, treizième volet des Rougon-Macquart, écrit en 1884-1885. Solidement documenté, ce texte-phare n’a cependant pas véritablement valeur historique puisqu’il s’agit d’une œuvre de combat exacerbant les oppositions de classe, roman qui doit en outre s’intégrer dans l’ensemble des Rougon, amalgamant pour ce faire des faits ayant trait à des époques et à des lieux très divers. Par ailleurs, Zola est peu entré en contact direct avec la mine : ainsi, négligeant les régionalismes du Nord de la France, il met dans la bouche des ouvriers le parler familier des classes supérieures. Si Gueule-Rouge reprend symétriquement les scènes majeures et les personnages principaux de Germinal, on peut néanmoins souligner d’importantes divergences, la principale étant que Renard oppose à la fin relativement optimiste du roman de Zola (l’échec de la grève étant accompagné d’une prise de conscience de la liberté à conquérir), une vision empreinte de fatalisme et de résignation quant à l’avenir du prolétariat, lequel sera, par déterminisme, éternellement voué à la misère et à l’injustice, avec la foi religieuse pour seule garante d’un avenir meilleur. Par ailleurs, l’initiation à la mine se fait ici par le biais d’un personnage féminin, puisque le héros zolien, Étienne Lantier, fait place à une jeune héroïne, Rosa Delvallée. L’emploi d’un idiome patoisant et rudimentaire qui confine les personnages dans leur dénuement matériel et intellectuel constitue un autre grand point de dissemblance avec les partis pris zoliens.

6Ainsi, M. Renard, qui a longuement fréquenté les prolétaires exploités dans les charbonnages, a composé un roman au style « baroque » et violent, plus rugueux et plus mimétique que celui de Zola, s’adressant aux nombreux lecteurs fascinés par le gouffre fantasmatique que symbolise la mine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore Boraczek, « Marius Renard, Gueule-Rouge. Roman naturaliste de mœurs ouvrières. Préface et notes de Paul Delsemme », Textyles, 15 | 1999, 247-248.

Référence électronique

Aurore Boraczek, « Marius Renard, Gueule-Rouge. Roman naturaliste de mœurs ouvrières. Préface et notes de Paul Delsemme », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1297

Haut de page

Auteur

Aurore Boraczek

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org