Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Henry van de Velde, Récit de ma vie (Berlin-Weimar-Paris-Bruxelles), 1900-1917. Texte établi et commenté par Anne Van Loo avec la collaboration de Fabrice van de Kerckhove. Introduction par François Loyer

Bruxelles, Versa-Flammarion, T.ii, 1995, 542 p., chron., bibl., ind.
Olivier Bivort
p. 245-246
Référence(s) :

Henry van de Velde, Récit de ma vie (Berlin-Weimar-Paris-Bruxelles), 1900-1917. Texte établi et commenté par Anne Van Loo avec la collaboration de Fabrice van de Kerckhove. Introduction par François Loyer, Bruxelles, Versa-Flammarion, T.ii, 1995, 542 p., chron., bibl., ind.

Texte intégral

1Ce sont, au départ, des raisons plus financières qu’intellectuelles qui poussent van de Velde à quitter la Belgique et à se tourner vers l’Allemagne en 1900, et vers Berlin en particulier. Toutefois, lorsqu’il décide de se fixer à Weimar à partir de mars 1902, c’est parce qu’il est appelé par le grand-duc Wilhelm Ernst à occuper la charge de « conseiller esthétique de la cour pour le relèvement du niveau de la production artisanale et des industries d’art du grand-duché ». Il doit essentiellement l’attribution de son poste au comte Harry Kessler et à Élisabeth Förster-Nietzsche, la sœur du philosophe, tous deux défenseurs et ardents promoteurs de l’art moderne dans le petit État allemand, dont ils rêvent de faire une capitale culturelle. Les années 1902-1906 sont cruciales dans la carrière de van de Velde : elles sont le signe de l’intérêt croissant du décorateur pour l’architecture et marquent son passage de l’Art nouveau à l’expressionnisme, déterminé par la redécouverte de l’art antique et par la pensée de Nietzsche (naissance de la théorie de « la ligne-force »). À Weimar, qui devient peu à peu l’un des centres de l’art moderne en Europe, van de Velde fondera un séminaire des arts décoratifs, qui sera le prélude à la création, en 1929, de l’Institut des arts décoratifs de Bruxelles (La Cambre) ; il aménagera et rénovera le siège des Archives Nietzsche, organisera des expositions, dessinera les plans de nombreux édifices, privés ou civils. Mais en 1906, les intrigues de cour et les cabales de ses détracteurs affaiblissent sa position : on lui fait supporter le poids d’un héritage dont il s’est déjà débarrassé, celui de l’Art nouveau, maintenant décrié et condamné. La dépression est profonde. Il lui faut attendre 1910 pour accéder à la reconnaissance : il est appelé, grâce à Maurice Denis, à construire le futur Théâtre des Champs-Élysées à Paris. Il ouvre alors un bureau dans la capitale française, enregistre des commandes. Malheureusement, le projet reste sans suite et l’architecte pense un moment à regagner la Belgique. En 1914, il est chargé de construire le théâtre du Werkbund à Cologne, une de ses réalisations majeures. Quand le guerre éclate, van de Velde est assigné à résidence à Weimar : il paie les conséquences de son ouverture et de son internationalisme, étant à la fois rejeté par l’Allemagne et par la Belgique, étranger dans l’un et l’autre pays. C’est finalement la Suisse qui l’accueillera en 1918.

2Ce deuxième tome des mémoires de van de Velde couvre donc les « années allemandes » de sa vie, de Berlin à Berne (le premier volume a paru en 1992 ; voyez le compte rendu de Pierre Puttemans dans Textyles, n°10, 1993). Il faut rappeler ici que le lecteur n’a pas sous les yeux un volume préparé par l’auteur, mais un ensemble de textes reconstitué par les éditeurs. Je ne peux que suivre Pierre Puttemans dans les réserves qu’il avait exprimées sur l’édition de ce récit : des passages, empruntés à des sources plurielles, ont été recomposés, résumés ou réécrits à la première personne par les éditeurs (voir l’avant-propos du T.i, pp. 19-22). Ces procédés, même s’ils dérivent d’une intention louable, celle de la clarté, privent malheureusement ces textes d’un crédit philologique qu’ils auraient mérité, vu l’ampleur et la nouveauté de l’entreprise (trois volumes, pour un total de 1500 pages environ, de très nombreux inédits). Ceci n’ôte rien, bien sûr, à l’intérêt que suscitent ces mémoires. Van de Velde n’est pas un écrivain, et il avoue lui-même des difficultés de rédaction. Il a souvent tendance à vanter ses mérites, comme il exagère parfois l’importance des coteries dont il aurait subi les attaques. Il grossit certains faits, en passe d’autres sous silence. La remarquable introduction, l’abondance et la précision des notes, l’érudition des commentaires et le choix des illustrations complètent ces défaillances et comblent ces oublis. Ils font surtout de ces mémoires un document de première importance sur les mouvements artistiques transnationaux du début du siècle : à travers l’expérience de van de Velde, une idée européenne de la modernité se fait jour, supportée par un projet global où l’art est le véhicule de la réalité socioculturelle dans laquelle il s’inscrit. L’Allemagne et la cour de Weimar sont bien sûr au centre de son attention : s’il dresse un tableau mesquin de la vie mondaine du grand-duché, le monde de l’art lui donne l’occasion de fréquenter de nombreuses personnalités, tels les peintres Curt Herrmann, Max Liebermann et Max Klinger, ou les poètes Richard Dehmel, Hugo von Hofmannsthal et Rainer Maria Rilke ; mais plus que quiconque, les véritables protagonistes de son récit restent Harry Kessler et Élisabeth Förster-Nietzsche. De l’Allemagne à la France, à l’Angleterre et à la Belgique, on croise aussi les chemins de Maurice Denis, d’Aristide Maillol, de Rodin, de Signac, d’Edward Craig, d’Octave Maus, d’Elskamp, de Verhaeren, de Maria et Théo Van Rysselberghe, etc., un monde que la guerre va bouleverser entièrement. Le troisième et dernier tome du Récit (Zurich-La Haye-Bruxelles, 1917-1957, à paraître) devrait sans doute nous en exposer les conséquences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bivort, « Henry van de Velde, Récit de ma vie (Berlin-Weimar-Paris-Bruxelles), 1900-1917. Texte établi et commenté par Anne Van Loo avec la collaboration de Fabrice van de Kerckhove. Introduction par François Loyer », Textyles, 15 | 1999, 245-246.

Référence électronique

Olivier Bivort, « Henry van de Velde, Récit de ma vie (Berlin-Weimar-Paris-Bruxelles), 1900-1917. Texte établi et commenté par Anne Van Loo avec la collaboration de Fabrice van de Kerckhove. Introduction par François Loyer », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1294

Haut de page

Auteur

Olivier Bivort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org