Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Maurice Maeterlinck. Études réunies par Georges Dottin

Villeneuve d’Ascq, Société de Littérature du Nord, 1995, 130 p. (= Nord’, décembre 1995, n° 26).
Pierre Piret
p. 242-243
Référence(s) :

Maurice Maeterlinck. Études réunies par Georges Dottin. Villeneuve d’Ascq, Société de Littérature du Nord, 1995, 130 p. (= Nord’, décembre 1995, n° 26).

Texte intégral

1Nord’, revue de critique et de création littéraires du Nord/Pas-de-Calais, a déjà consacré plusieurs livraisons aux écrivains belges (entre autres, Rodenbach et Verhaeren). Elle dédie à présent un dossier de quatre-vingts pages à Maurice Maeterlinck, dossier réalisé par cinq universitaires français, auxquels se sont joints pour l’occasion Colette Nys-Mazure et Robert O.J. Van Nuffel.

2Ce dossier s’ouvre sur une présentation du premier Maeterlinck, due à Paul Gorceix, qui justifie la généralité de son approche par la méconnaissance encore bien réelle en France d’une des plus grandes figures du symbolisme européen. Il retrace le trajet de Maeterlinck de la traduction à l’écriture, en montrant comment l’admiration envers Ruysbroeck s’est transmuée dans la poésie (Serres chaudes et Quinze chansons) et dans le premier théâtre (« Maurice Maeterlinck ou le “réveil de l’âme”. Du Ruysbroeck l’Admirable aux Aveugles »).

3Suivent trois études consacrées à des questions d’esthétique et de dramaturgie, qui forment la partie la plus homogène et la plus consistante de ce dossier. La première est due à Delphine Cantoni (« Le premier théâtre de Maeterlinck : du segment au liant »), qui analyse, avec brio et inventivité, les deux tendances contradictoires à l’œuvre, selon elle, dans le premier théâtre de Maeterlinck : à la force de segmentation, force la plus perceptible et la plus souvent mise en évidence par la critique, s’oppose une force contraire, qui rassemble, réunit voire fusionne. Cette force, nommée « liant », est une émanation de l’unité primitive postulée par Maeterlinck (d’où l’importance des liens de parenté dans son œuvre) ; elle porte les êtres vers « l’indifférenciation caractéristique de l’espace originel » (p. 27) ; elle s’incarne au travers d’une série de motifs, iconiques plutôt que dramatiques, qui tous dérivent de la forme végétale. Le concept de « liant » se révèle ainsi remarquablement fécond pour aborder ce théâtre, puisqu’il permet d’en désigner conjointement les présupposés métaphysiques, les mouvements dramatiques essentiels et les motifs thématiques principaux — tout en le situant dans le contexte artistique du temps (l’auteur montrant que le « liant » est au principe de l’Art nouveau). Pour prolonger la réflexion (déjà très étoffée), peut-être eût-il été bienvenu de s’interroger encore sur la valeur accordée au « liant » dans l’œuvre de Maeterlinck, cette force étant sans doute plus ambivalente qu’il n’y paraît.

4Evanghélia Stead analyse quant à elle le rapport entre lucidité et cécité, tel qu’il apparaît à diverses reprises dans le premier théâtre de Maeterlinck. Elle tâche de montrer qu’il « dépasse largement le simple motif pour se révéler ressort dramatique principal auquel se confrontent tous les personnages et axe structurant une dialectique de l’aperture et de l’obstruction » (p. 37). Relevant diverses occurrences du motif dans l’œuvre, elle analyse l’évolution de celui-ci jusqu’aux Aveugles, où il s’impose comme le ressort fondamental à partir duquel Maeterlinck « revisite […] les fondements même du drame » (p. 42) hérité de l’Antiquité (« Poétique et dramaturgie de la cécité chez Maeterlinck »). Suit l’étude de Sylvie Thorel-Cailleteau (« Maurice Maeterlinck, une esthétique du virtuel »), qui s’est penchée sur les essais de jeunesse de Maeterlinck pour essayer de retracer la naissance et l’évolution de son esthétique. Elle fait apparaître ainsi la perméabilité du jeune écrivain aux grandes questions de son temps et précise, ce faisant, quelle fut sur lui l’influence des mystiques : « Maeterlinck emprunte aux mystiques pour façonner une espèce de modernisme, et […] sa méditation s’enracine comme d’autres dans une réflexion sur l’évolution du siècle » (p. 49).

5Les trois derniers articles du dossier sont consacrés à d’autres aspects de l’œuvre. Dans un article très érudit, Robert O.J. Van Nuffel étudie la réception de La Vie des abeilles et soumet quelques hypothèses quant aux circonstances de sa création (« Histoire d’un livre : La Vie des abeilles »). Joëlle Caullier analyse ensuite, dans un article qui propose une excellente synthèse de la question, la considérable postérité musicale de Maeterlinck, lequel, « à son insu, va marquer certaines étapes de la modernité musicale » (p. 68), en stimulant (plus qu’en inspirant) l’avènement d’esthétiques très diverses (« Maeterlinck et la modernité musicale »). Enfin, Colette Nys-Mazure relate une expérience pédagogique ambitieuse : la « mise en scène de quatre petites pièces [de Maeterlinck] dans le cadre des premières rencontres sur “Les Pratiques Théâtrales des Jeunes en Europe” » (« Maurice Maeterlinck à l’école aujourd’hui »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Maurice Maeterlinck. Études réunies par Georges Dottin », Textyles, 15 | 1999, 242-243.

Référence électronique

Pierre Piret, « Maurice Maeterlinck. Études réunies par Georges Dottin », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1291

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

F.N.R.S.-U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org