Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Émile Van Balberghe & Nadine Fettweis, “N’allez pas là-bas !” Le séjour de Charles Warlomont au Congo (1887-1888), ses écrits et leur réception par son frère Max Waller

Préface de Jean Stengers. Avec une carte géographique. Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, coll. Documents pour l’histoire des Francophonies n°1, 1997, 2 vol., lxxii-651 p., ill., index.
Pierre Halen
p. 237-239
Référence(s) :

Émile Van Balberghe & Nadine Fettweis, “N’allez pas là-bas !” Le séjour de Charles Warlomont au Congo (1887-1888), ses écrits et leur réception par son frère Max Waller. Préface de Jean Stengers. Avec une carte géographique. Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, coll. Documents pour l’histoire des Francophonies n°1, 1997, 2 vol., lxxii-651 p., ill., index.

Texte intégral

1Cet ouvrage en deux tomes aujourd’hui publié à l’enseigne du Musée de la Littérature inaugure une nouvelle collection dont le titre : « Documents pour l’histoire des Francophonies », situe l’ambition et à laquelle on ne peut que souhaiter le meilleur développement. Ce ne sera pas la manière éditoriale qui fera défaut, le catalogue d’éditeurs comme L’Harmattan en fait foi ; la difficulté sera plutôt d’assurer un pluriel véritable à ces francophonies, et bien sûr de se gagner l’intérêt du « circuit savant » auquel on s’adresse, comme le caractère quelque peu austère du support matériel en témoigne.

2Quant à l’ouvrage lui-même, fruit d’un travail de plusieurs années, il se signale par la minutie, l’esprit critique, l’entêtement dans la documentation, et pour tout dire l’excellence scientifique. Car il s’agit d’une édition critique. À la considérer, un historien, pourtant réputé pour ses exigences scrupuleuses en la matière, disait à qui voulait l’entendre qu’elle avait quelque chose de décourageant par ses qualités mêmes ; et il est vrai que les défauts de quelques éditions antérieures de textes du même ordre apparaissent aujourd’hui plus criants. Mais, si la barre de l’érudition et de la rigueur a été ainsi placée assez haut, le présent ouvrage apporte aussi une solide aide à ceux qui tenteront à l’avenir de semblables entreprises : d’une part, en constituant un véritable modèle auquel on se réfèrera utilement, d’autre part, en ayant fameusement déblayé le terrain historique par ses enquêtes. Ce terrain est constitué à la fois par le milieu intellectuel et familial des Warlomont en Belgique, et par le petit monde des premiers agents de l’État Indépendant du Congo : une poignée d’individus qui se croisent et cohabitent, collaborent avec un bonheur variable, parfois se détestent cordialement. De ceux-là, nous avons désormais une perception beaucoup plus nette, plus sensible, de la vie quotidienne, et c’est assurément l’un des premiers mérites de ces pages dont l’index sera certainement souvent consulté avec le plus grand profit.

3Les deux auteurs avaient publié déjà divers articles à ce sujet — dans Le Livre et l’estampe, Archives et Bibliothèque de Belgique, Zaïre-Afrique et la Revue générale —, histoire sans doute de dégraisser par avance une introduction qui reste imposante (72 pages, y compris la préface de Jean Stengers). Les textes publiés à la suite dans ces deux tomes — qu’on aurait plus logiquement divisés avant la Préface de Waller pour la Correspondance qui figure dans le second — forment un dossier dont la simple lecture est déjà l’occasion de bien des enseignements.

4On y trouve d’abord le Journal tenu par Charles Warlomont lors de son séjour finalement assez bref dans le Bas-Congo, où il décède le 2 février 1888, un an après avoir s’être embarqué à Anvers. Ce diaire, conçu comme un aide-mémoire par son auteur, ne comporte guère que des notes lapidaires, et c’est assurément à leur sujet que le travail d’édition est le plus important : chaque patronyme, chaque toponyme, sans compter les allusions devenues obscures après un siècle, tout fait l’objet de notes éclairantes, et le solde des « personnages non identifiés » est restreint. Il n’est pas jusqu’aux mots « antilope » ou « éléphant » qui ne fassent l’objet d’un commentaire érudit ; on est dès lors quelquefois à la limite d’une sorte de brillant exercice, ce dont nul ne songera à se plaindre, notamment parce que les auteurs ont eu pour souci d’ajouter à leurs précisions des extraits choisis dans d’autres témoignages de l’époque, de sorte que les propos de Charles Warlomont sont parfaitement situés.

5Ensuite, on peut relire la Correspondance adressée par lui à sa famille et, au-delà, au public de La Nation où Max Waller, son frère, en fait paraitre de larges extraits : c’est surtout que Charles, lieutenant de son état, est parti au Congo sous la contrainte de dettes importantes, et qu’il y a lieu dès lors de rentabiliser au maximum ce séjour forcé loin de chez soi ; c’est enfin que la famille proche participe, semble-t-il non sans remords, à cette sorte de punition qu’elle voudrait rédemptrice. Cette Correspondance avait été publiée en volume, avec quelques modifications de détail, par Max Waller après la mort de son frère : c’était sans doute une manière de lui rendre hommage, mais aussi de se décharger sur l’État Indépendant, dont plusieurs passages accusent les « dysfonctionnements », de la culpabilité d’un départ et d’un décès que la famille proche aurait pu éviter. Lorsqu’on se rappelle la générosité des parents Warlomont à l’égard du cadet, on peut se poser des questions à propos de cet abandon de l’ainé, ressenti comme tel par les uns et les autres ; peut-être la séparation des deux parents, qui s’opère semble-t-il à cette époque, explique-t-elle en partie ce qui semble une iniquité. Observons que les auteurs se gardent scrupuleusement de broder sur ces circonstances familiales, qui ne sont attestées que par des détails.

6Cette Correspondance est aujourd’hui éditée à partir des lettres originales, qui ont été retrouvées dans la famille, et l’on peut ainsi prendre la mesure exacte des opérations textuelles que Max Waller leur a fait subir en jouant son rôle d’intermédiaire, publiant quelquefois ce que Charles demandait expressément que l’on ne publiât pas, coupant les propos concernant la famille, ajoutant des bribes de son cru, et pas toujours du meilleur gout. Pouvoir observer ces manipulations textuelles est évidemment d’un grand intérêt, et non pas qu’il s’agisse ici de « grande littérature », bien entendu. Ce que Waller effectue, c’est une adaptation au public métropolitain d’un propos familial (généralement, car parfois le texte a été d’emblée conçu pour la publication), et la perspective communicationnelle qui s’ouvre ainsi rend manifeste cette évidence dont on a souvent tenu peu compte en fait de « discours sur l’Afrique » : pour recourir au schéma jakobsonien, les contraintes du « canal » et du « code » passent avant celles du « référent ». Entre autres, on observera l’adéquation entre la pratique épistolaire et le sentiment de déchirement identitaire dû à la séparation : « je suis toujours à côté de vous », écrit Warlomont en plein Atlantique (p. 263). Cela dit, des éléments de nature plus conjoncturelle ont également joué, comme le suggère J. Stengers lorsqu’il réexamine certaines atténuations dans les critiques adressées au projet d’un chemin de fer du Bas-Congo, à la lumière de la position matérielle particulière de Victor Arnould, qui reprend la direction de La Nation en 1888.

7Enfin, le lecteur est invité à lire le roman que Max Waller rédigea avant de mourir lui-même très jeune. Brigitte Austin avait déjà connu deux éditions posthumes, en revue et en volume, à la suite de Daisy. Cette fois, le texte original est rétabli sur la base du manuscrit de Waller, ce qui a pour effet essentiel de le compléter par deux passages qui avaient été censurés au milieu du siècle ; il s’agit de deux passages très critiques à l’égard de l’entreprise congolaise, dont l’un au moins (cité p. lxviii) a une forte teneur intertextuelle puisqu’il renverse axiologiquement le discours pro-africain de type humanitariste, tenu alors par les écrivains anti-esclavagistes comme Édouard Descamps, Victor Arnould ou P.C. Thérèse.

8Par ailleurs, l’établissement du texte permet de faire toute la lumière sur sa finale : un épilogue édifiant avait en effet été ajouté par Marie Delgouffre, amie de Max Waller et dépositaire du manuscrit, avant de le remettre à Firmin Van den Bosch pour qu’il soit publié. Peut-être, en imaginant ainsi le sursaut de l’héroïne qui survient in extremis au chevet de son fiancé agonisant au Congo, Marie Delgouffre ne faisait-elle que redire sa propre affection pour Waller, emporté à 29 ans par la maladie. L’ajout est de toute évidence contraire à la volonté de l’écrivain qui achève le manuscrit par le dessin d’une queue de poisson, ici reproduit en fac-similé, et qui fait se terminer le roman à peu près par les mêmes mots que ceux qu’il utilise pour clôturer la Préface (à la Correspondance). L’ajout est en outre malhabile, l’invraisemblance de ce qu’il raconte étant soulignée par l’allure condensée de la narration, quoique celle-ci emprunte à la phrase de Waller. Il n’empêche : cette cauda se situe idéologiquement dans le prolongement du même imaginaire maternel-métropolitain à propos du Congo que celui dont témoigne Waller et que résume l’édifiante formule : « N’allez pas là-bas ! ».

9C’est la raison pour laquelle je défendrai un instant l’erreur de « lecture » (p. lxx) commise par les quelques commentateurs de Brigitte Austin (j’en suis) qui tous ont pris cet épilogue pour argent comptant, en dépit de la note qui figure dans l’édition de 1944 : « Ici se termine le manuscrit remis inachevé à la sœur du curé, afin qu’elle gardât pour elle cette précieuse relique... Sur l’instance de plusieurs amis, Brigitte se décidant à publier ces feuilles intimes a tenu à leur donner leur conclusion très réelle ». On sait que ce genre d’indication concernant un « manuscrit trouvé » est répandu dans le domaine romanesque et ceci explique assez qu’on n’ait pas aussitôt songé à une addition apocryphe. Nous eussions dû, c’est évident, rétablir l’autorité « réelle » de cet épilogue, aujourd’hui démontrée preuves à l’appui. Mais il y a plus important, à mon sens, et qui tient au sens du mot « lecture » : tout le travail des éditeurs, assurément proche de la perfection en la matière, limite le mot « lecture » à son acception philologique ; de la sorte, ces « Documents » accumulent les matériaux et préparent exemplairement le terrain pour un autre travail, celui des interprétations, qui emprunteront utilement les différents axes définis par le préfacier.

10Et à cet égard, les textes dus à Charles Warlomont, dont les ambitions littéraires et autres paraissent assez limitées, et les manipulations de son frère jusqu’à la rédaction de ce médiocre roman, font un corpus dont il reste à faire valoir, plus complètement qu’aucun des minces commentaires publiés jusqu’ici n’a pu le faire, la configuration imaginaire. De la note consignée dans le Journal à l’élaboration fantasmatique — et régressive — de Brigitte Austin, en passant par la communication médiatique des faits dans une Belgique que l’entreprise congolaise assurément gêne, chaque élément discursif manifeste exemplairement son obéissance aux contraintes des modes d’écriture et des situations communicationnelles. Il est intéressant, par exemple, d’observer comment, dans Brigitte Austin, l’animateur de La Jeune Belgique, sentant sans doute aussi sa fin prochaine, prend ses distances également à l’égard de deux innovations congruentes, à savoir les mondanités littéraires bruxelloises dont il a pourtant été l’un des acteurs de premier plan, et d’autre part le violent appel d’air que constitue, pour les mentalités du Royaume léopoldien, l’aventure congolaise de son étrange Souverain. Double refus qui conduit son protagoniste à vouloir se replier sur un humanitarisme empreint de religiosité mais limité à un espace villageois, que rythment divers cycles. Cette disposition ne saurait être indifférente à la compréhension de la sensibilité littéraire régionaliste qui n’a cessé jusqu’à aujourd’hui de s’exprimer dans un courant des lettres belges de langue française.

11Mais bien d’autres avenues s’ouvrent désormais, qu’il s’agisse de mieux cerner les faits et gestes de cette première fournée de Belges qui ressentent leur situation comme une manière de dévoiement, ou qu’il s’agisse d’étudier, à ses débuts, les sentiments contradictoires qu’inspirera toujours à la Belgique son histoire coloniale. Si l’on voit mieux que le rejet viscéral de Waller a pour s’exprimer des raisons privées qui ne sont peut-être pas toutes à son honneur, force est aussi de constater qu’il ne fait qu’inaugurer le long déni dont le Congo fera l’objet dans le système littéraire belge ; car, contrairement à ce que voudra croire Gaston-Denys Périer, la publication par Waller de la Correspondance d’Afrique de son frère procède du mouvement inverse à celui qui lui avait fait accueillir Flemm-Oso de James Vandrunen dans les colonnes de La Jeune Belgique : il s’agit bien cette fois de tourner le dos à l’Ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Émile Van Balberghe & Nadine Fettweis, “N’allez pas là-bas !” Le séjour de Charles Warlomont au Congo (1887-1888), ses écrits et leur réception par son frère Max Waller », Textyles, 15 | 1999, 237-239.

Référence électronique

Pierre Halen, « Émile Van Balberghe & Nadine Fettweis, “N’allez pas là-bas !” Le séjour de Charles Warlomont au Congo (1887-1888), ses écrits et leur réception par son frère Max Waller », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1286

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org